Séminaire HospeRAnt 2 : Hospitalité et droit international (5 mars 2018, ENS de Lyon)

Dans le prolongement de la séance précédente, il s’agira de réfléchir à la place dévolue à l’hospitalité dans la gestion juridique des circulations, contraintes ou volontaires, entre communautés étrangères les unes aux autres, de la cité-État à la nation. L’hospitalité est-elle ou non soluble dans le droit international ?

Comment articuler les notions d’hospitalité, de droit de passage, de droit de circulation ? Pour les périodes contemporaines, peut-on repérer un écho ou un réemploi de conceptions antiques, par le biais de réinterprétation du droit romain dont la plupart des juristes ont longtemps été nourris ? Pour différentes périodes, de l’Antiquité au très contemporain, on s’interrogera sur la pertinence de l’antinomie établie par J. Derrida entre les lois de l’hospitalité, encadrant, administrant, éventuellement restreignant l’accueil de l’autre, de l’étranger, dans le groupe et la cité, et la Loi de l’hospitalité, qui érige cet accueil en impératif catégorique universel. Cette séance vise à mieux comprendre dans quelle mesure les notions d’hospitalité, de mobilité, de diaspora, de réfugié, d’exilé entretiennent des rapports de complémentarité, de concurrence ou d’opposition dans des contextes historiques donnés.

Programme des interventions

Y. Krumenacker (Université Lyon 3 – LARHRA)

L’accueil des huguenots dans les pays du Refuge.

Après un bref rappel de l’histoire et de l’historiographie du Refuge huguenot, Y. Krumenacker étudiera la variété des conditions d’accueil dans les pays du Refuge, en voyant notamment les garanties juridiques offertes aux réfugiés, garanties qui sont très différentes selon les pays. Il s’interrogera également sur les effets de ces garanties sur la plus ou moins grande intégration des réfugiés dans leur nouveau pays.

Orientations bibliographiques

P. Cabanel, « Enchanter, désenchanter l’histoire du Refuge huguenot », Revue d’histoire du protestantisme, 2/2017, p. 409-420.

P.-O. Léchot, « Entre prudence et solidarité. L’accueil en Suisse des réfugiés de la Révocation », Revue d’histoire du protestantisme, 2/2017, p. 420-427.

Y. Krumenacker, « La circulation des huguenots sur les routes du Refuge », Revue d’Histoire de l’Église de France, 2012, p. 311-327.

 

Ph. Rygiel (ENS de Lyon – LARHRA)

La place faite à l’étranger. Droit international et condition de l’étranger (1870-1914).

Orientations bibliographiques

Ph. Rygiel, « Does International law matter ? », Journal of Migration History, Brill, 2015, 1 (1), p.1-6. 〈http://www.brill.com/products/journal/journal-migration-history#related-files〉

D. Kevonian et Ph. Rygiel « Introduction – « Faiseurs de droit » : les juristes internationalistes, une approche globale située », Monde(s), 2015/1 (N° 7), p. 9-24. <https://www.cairn.info/revue-mondes-2015-1-page-9.htm >

J.-L. Halpérin, Revue interdisciplinaire d’études juridiques, 2013/1 (Volume 70), p. 117-121. <https://www.cairn.info/revue-interdisciplinaire-d-etudes-juridiques-2013-1-page-117.htm>

 

P. Piraud-Fournet (Institut français du Proche-Orient)

Trois manifestations architecturales antiques et contemporaines de l’hospitalité en Syrie et en Jordanie.

La notion d’hospitalité sera abordée à travers trois études architecturales menées en Syrie et en Jordanie, relevant de l’archéologie, de l’urbanisme et de l’ethnographie. À Bosra, petite ville de Syrie du Sud aujourd’hui, mais ancienne capitale de la province romaine et byzantine d’Arabie, l’étude architecturale et les fouilles archéologiques menées sur une grande résidence de la fin de l’Antiquité permettent de proposer que certaines parties de l’édifice, bains, salles d’audience ou/et de banquet, appartements, aient été destinées à la réception d’hôtes. Le deuxième cas s’intéresse à l’architecture, à l’organisation et à la position dans les villes et dans les villages du Proche-Orient des établissements liés à l’assistance publique, à la charité et à l’accueil, hospices spécialisés et destinés à différentes catégories de la population, foisonnant, si l’on en croit les textes et les inscriptions lapidaires, à partir du IVe siècle. Dans la dernière étude, l’on observera la survivance aujourd’hui, dans l’habitat précaire des réfugiés syriens en Jordanie, d’une installation commune de l’architecture domestique en Syrie, la madâfa, littéralement « lieu de l’hospitalité ». Ces études de cas, approchées sur le terrain et par une lecture de l’architecture, offrent trois illustrations de l’hospitalité à différentes époques.

Orientations bibliographiques

L. Lavan, L. Özgenel et A. Sarnatis (éd.), Housing in Late Antiquity. From Palaces to Shops, Leyde-Boston, 2007.

É. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, IVe-VIIe siècles, Paris, 1977.

C. Jungen, Politique de l’hospitalité dans le Sud jordanien, Paris/Beyrouth, 2009.

La discussion sera animée par Virginie Hollard (Université Lyon 3 – HiSoMA)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.