Séminaire HospeRAnt 3 : L’économie de l’hospitalité et de l’accueil I (26 mars 2018, ENS de Lyon)

L’hospitalité, si on la définit comme accueil non-payant, n’en est pour autant pas une pratique anéconomique. Dès l’Antiquité, elle se fonde sur le principe de la réciprocité, concrète ou symbolique, entre les partenaires et engendre la circulation de biens (cadeaux, productions artisanales etc.). Les pratiques hospitalières publiques peuvent elles aussi revêtir des enjeux économiques, en particulier dans leur rapport à l’évergétisme. Enfin, aux côtés de l’hospitalité, se développent d’autres formes d’accueil pleinement monétisées, à l’instar des secteurs hôteliers bien attestés dans les cités grecques, à Rome, dans les royaumes hellénistiques d’Égypte et du Proche-Orient. Comment cette économie de l’hospitalité évolue-t-elle aux périodes plus contemporaines, avec l’institutionnalisation progressive de l’accueil et de sa prise en charge par l’État ?

Le compte rendu de la séance par M. Joffrain (ENS, M2 Mondes anciens LLCA) est disponible ici.

Programme des interventions

Sylvain Destephen (Université Paris Nanterre – ArScAn)

L’impact économique des voyages impériaux dans le monde romain (IIe-Ve siècle)

Malgré l’aspect sédentaire qu’on lui prête souvent, le pouvoir impérial romain forme un système de gouvernement toujours mobile, même si sa mobilité se limite parfois aux régions voisines de Rome que sont le Latium et la Campanie. Malgré l’absence de témoignages comptables directs, hormis de rares sources papyrologiques, il est possible d’appréhender par les sources juridiques et littéraires la dimension économique des déplacements du pouvoir qui représentent une aubaine et surtout une charge pour les finances publiques et les finances civiques.

Orientations bibliographiques

H. Halfmann, Itinera Principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reich, Stuttgart, 1986.

N. Lewis, « In the World of P. Beatty Panop. 1 : “An army marches on its stomach” », Chroniques d’Égypte, 78, 2003, p. 221-228.

B. A. van Groningen, « Preparatives to Hadrian’s Visit to Egypt », in G. B. Pighi (éd.), Studi in onore di Aristide Calderini e Roberto Paribeni, 2. Studi di papirologia e antichità orientali, Milan, 1957, p. 253-256.

R. Ziegler, « Münzen Kilikiens als Zeugnis kaiserlicher Getreidespenden », Jahrbuch für Numismatik und Geldgeschichte, 27, 1977, p. 29-67.

Marie-Adeline Le Guennec (EFR – HiSoMA)

L’accueil mercantile dans l’Occident romain antique : prix et paiements

Qu’il soit question de merces, de quaestus ou de lucrum, la rétribution que l’aubergiste romain, le caupo perçoit pour mettre à disposition de sa clientèle des espaces, des aménagements et des services liés au séjour est en effet partie prenante de la définition professionnelle de son activité. Dans les sources littéraires, l’existence d’un échange marchand à la base de la relation entre l’aubergiste et son client est en revanche mise en avant dans une perspective moins explicative que polémique. Cette caractéristique participe en effet de la dépréciation de l’accueil mercantile de la part d‘auteurs qui portaient un regard souvent peu amène sur la quête du gain qui aurait animé artisans et commerçants. Si ce phénomène peut frapper toute activité stipendiée, la concurrence, dans ce cas précis, des logiques de l’hospitalité gratuite vient accentuer le poids rhétorique dévolu à ce motif dans les sources. Ces observations sont naturellement essentielles à la contextualisation culturelle des phénomènes étudiés ; elles nous sont en revanche d’une utilité moindre pour l’analyse des comportements économiques des aubergistes romains. Pour rendre précisément compte des prix pratiqués par les professionnels de l’accueil, on ne dispose en revanche que de sources peu nombreuses, qui s’inscrivent dans des contextes géographiques et historiques très hétérogènes.

La discussion sera animée par Véronique Chankowski (Université Lyon 2 – HiSoMA)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.