Séminaire HospeRAnt 3 : L’économie de l’hospitalité et de l’accueil (26 mars 2018, ENS de Lyon)

L’hospitalité, si on la définit comme accueil non-payant, n’en est pour autant pas une pratique anéconomique. Dès l’Antiquité, elle se fonde sur le principe de la réciprocité, concrète ou symbolique, entre les partenaires et engendre la circulation de biens (cadeaux, productions artisanales etc.). Les pratiques hospitalières publiques peuvent elles aussi revêtir des enjeux économiques, en particulier dans leur rapport à l’évergétisme. Enfin, aux côtés de l’hospitalité, se développent d’autres formes d’accueil pleinement monétisées, à l’instar des secteurs hôteliers bien attestés dans les cités grecques, à Rome, dans les royaumes hellénistiques d’Égypte et du Proche-Orient. Comment cette économie de l’hospitalité évolue-t-elle aux périodes plus contemporaines, avec l’institutionnalisation progressive de l’accueil et de sa prise en charge par l’État ?

Programme des interventions

E. Auriol (Toulouse School of Economics)

Immigration irrégulière et marché des passeurs : quelles solutions pour l’EU ? => intervention reportée

On estime que 2000 personnes se noient chaque année en Méditerranée en tentant de passer d’Afrique en Europe.  C’est sans compter ceux qui meurent en suivant d’autres routes, et en poursuivant d’autres destinations. Traverser les frontières illégalement est non seulement dangereux mais c’est de surcroît  très onéreux. Les revenus des trafiquants sont estimés à 5 milliards de dollars par an aux États Unis et, depuis la crise migratoire, à 4 milliards d’euros par an en Europe. Très lucrative, cette activité est intégrée à d’autres activités criminelles telles que le trafic de drogue et la prostitution. Menée par des organisations criminelles internationales ces activités constituent une menace pour nos démocraties. L’immigration, notamment clandestine, est du coup perçue par une part croissante de l’opinion publique de l’Union Européenne comme le principal problème auquel est confronté l’UE. Les clandestins, souvent assimilés à des criminels, sont dépeints par les différents partis nationalistes européens comme un danger pour la sécurité intérieure des États et pour les emplois des citoyens des pays de l’Union, en plus d’être une charge pour le système de santé et de protection sociale.

Or s’il est exact que l’immigration clandestine pose un problème à l’État de droit, puisqu’elle échappe à la loi et profite au crime organisé, il n’est en revanche pas du tout clair qu’elle soit un fardeau pour nos économies. Les immigrés, surtout les clandestins, constituent une main d’œuvre bon marché et docile, qui sert de variable d’ajustement quand le marché du travail est sclérosé. Ils sont pain bénit pour ceux qui les emploient, essentiellement dans la construction comme manœuvres, dans l’agriculture, souvent comme saisonniers ou ouvriers agricoles, dans la restauration où ils font les taches les plus ingrates (la plonge, le ménage, les services de nuit), dans les services à la personne (ménage, garde de personnes âgées ou d’enfants à domicile le jour comme la nuit). Tant que les entreprises et les particuliers emploieront dans le BTP, la restauration, l’agriculture, ou les services à la personne, des clandestins ceux-ci continueront à affluer en UE au péril de leur vie.

Il est souhaitable que les pays de l’Union contrôlent les flux migratoires et se débarrassent, ou tout du moins, minimisent, l’immigration clandestine. Cela suppose de contrôler les entreprises qui emploient des clandestins. S’attaquer à la demande de travail dissimulée est le meilleur moyen d’éliminer l’immigration irrégulière. Aujourd’hui il y a un déséquilibre flagrant entre les investissements faits pour contrôler les lieux de travail et ceux pour contrôler les frontières. Cette disproportion dans le renforcement du contrôle des frontières et le laxisme vis-à-vis des entreprises qui emploient les clandestins n’est pas le fruit du hasard. Elle relève d’un équilibre politico-économique complexe. Les discours martiaux et l’augmentation de la répression à l’encontre des clandestins sont destinés aux électeurs. L’absence de sanctions dans le monde du travail, elle, profite aux entreprises. Cela explique pourquoi, à l’heure actuelle, le trafic d’êtres humains est si florissant et qu’un très grand nombre de migrants illégaux sont exploités par des réseaux criminels dans les pays riches, tout en risquant à tout instant d’être expulsés. Continuer avec ce statu quo est dangereux pour nos démocraties, comme en attestent la popularité croissante des idées xénophobes auprès des électeurs, et inhumain pour les malheureux qui travaillent chez nous dans la plus grande précarité. Une autre politique est possible au niveau de l’UE. Il est urgent de s’y consacrer. Après un état des lieux de la question migratoire, e. Auriol explorerons les pistes possibles pour une politique de l’immigration intelligente, juste et efficace.

Orientations bibliographiques

E. Auriol, « Le marché des clandestins », dans Pour en finir avec les mafias – Sexe, drogue, clandestins : et si on légalisait ?, Paris 2016.

 « Is migration good for the economy? »https://www.oecd.org/migration/OECD%20Migration%20Policy%20Debates%20Numero%202.pdf

S. Pekkala Kerr, W. R. Kerr, « Economic Impacts of Immigration: A Survey », http://www.hbs.edu/faculty/Publication%20Files/09-013_15702a45-fbc3-44d7-be52-477123ee58d0.pdf

 

Sylvain Destephen (Université Paris Nanterre – ArScAn)

L’impact économique des voyages impériaux dans le monde romain (IIe-Ve siècle)

Malgré l’aspect sédentaire qu’on lui prête souvent, le pouvoir impérial romain forme un système de gouvernement toujours mobile, même si sa mobilité se limite parfois aux régions voisines de Rome que sont le Latium et la Campanie. Malgré l’absence de témoignages comptables directs, hormis de rares sources papyrologiques, il est possible d’appréhender par les sources juridiques et littéraires la dimension économique des déplacements du pouvoir qui représentent une aubaine et surtout une charge pour les finances publiques et les finances civiques.

Orientations bibliographiques

H. Halfmann, Itinera Principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reich, Stuttgart, 1986.

N. Lewis, « In the World of P. Beatty Panop. 1 : “An army marches on its stomach” », Chroniques d’Égypte, 78, 2003, p. 221-228.

B. A. van Groningen, « Preparatives to Hadrian’s Visit to Egypt », in G. B. Pighi (éd.), Studi in onore di Aristide Calderini e Roberto Paribeni, 2. Studi di papirologia e antichità orientali, Milan, 1957, p. 253-256.

R. Ziegler, « Münzen Kilikiens als Zeugnis kaiserlicher Getreidespenden », Jahrbuch für Numismatik und Geldgeschichte, 27, 1977, p. 29-67.

La discussion sera animée par Véronique Chankowski (Université Lyon 2 – HiSoMA)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *