Séminaire HospeRAnt 4 : Hospitalité, accueil et habitat (9 avril 2018, ENS de Lyon)

Cette dernière séance sera consacrée au logement des hôtes, invités conviés ou étrangers accueillis. On s’interrogera ainsi sur l’emplacement et la nature des espaces dévolus à ceux qui pénètrent dans une communauté, famille, cité, État, entité religieuse ou autre. Il convient en particulier de revenir sur la coexistence, dans ce cadre, de structures et lieux assignés à l’hospitalité de manière fixe , éventuellement dès l’origine (ainsi pour les contextes antiques, hospitalia, maisons d’hôtes publics, appartements d’hôtes, espaces de réception, xenodocheia, zones d’accueil dans les synagogues, etc.), et d’espaces d’accueil provisoires, voire improvisés (campements, partage d’espaces domestiques, adaptation provisoire de lieux et espaces originellement dédiés à une autre fonction, etc.). Les enjeux méthodologiques de cette réflexion peuvent entrer directement en résonance avec la question de l’hébergement d’urgence des réfugiés, accueillis, candidats à l’accueil ou rejetés, pour les époques très contemporaines.

Programme des interventions

H. Würmser (Université Lyon 2 – IRAA)

Archéologie de l’accueil : de la maison à l’hôtellerie, des hospitalia aux xenodocheia

La question de l’hospitalité et de l’accueil dans le contexte domestique recouvre des réalités fort diverses qui vont de la réception ponctuelle dans le cadre du banquet, au séjour temporaire, de l’accueil institutionnalisé de personnes étrangères à la maisonnée, aux relations informelles qui lient quotidiennement les membres d’une même communauté. On peut d’ailleurs remarquer que si les relations d’hospitalité à l’œuvre entre les membres de classes sociales équivalentes sont relativement bien étudiées, l’accueil des humbles ou des sans domicile est encore très mal connu, eu égard au silence des textes et des vestiges. Quoi qu’il en soit, à cette diversité des pratiques très inégalement attestées dans les témoignages littéraires répond un vocabulaire varié mais dont l’équivoque ou la relative obscurité n’ont pas toujours été levées. Partant ainsi du lexique antique dont nous proposerons une analyse, nous verrons dans un second temps de quelle manière il informe ou non les vestiges d’habitat et quelles traces archéologiques ont pu laisser ces différentes pratiques. Les exemples seront essentiellement pris dans le contexte de la Délos hellénistique, site qui nous permettra également de souligner la parenté architecturale et matérielle de l’habitat avec un exemple d’hôtellerie, en voyant en particulier selon quel raisonnement, parfois fragile, son identification est considérée aujourd’hui comme vraisemblable.

Orientations bibliographiques

Kraynak L. H., Hostelries of ancient Greece, PhD Berkeley, 1984.

Ault B. A. , « Housing the Poor and Homeless in Ancient Greece », dans B. A. Ault, L. C. Nevett (éds.), Ancient Greek Houses and Households. Chronological, Regional, and Social Diversity, 2005, p. 140-159.

N. Vogl (U. Lyon 3)

Accueillir dans la maison romaine : réflexions autour du tablinum

Bien souvent délaissé au profit de ses voisins que sont l’atrium et le péristyle dans la maison romaine, le tablinum s’avère être le témoin discret d’une certaine conception de l’accueil des individus étrangers à la familia.

Le manque de sources et notamment littéraires, rend son étude complexe tant dans sa dimension culturelle et sociétale, que dans sa dimension architecturale. Avant toute réflexion plus poussée, il convient de tâcher de définir quelles sont les origines de cette pièce puis les mutations ayant conduit à sa « disparition » tel qu’il est bien souvent connu.

Cette intervention propose, dans le même temps, une tentative de mise en contexte matérielle du tablinum en tant qu’articulation entre la « sphère publique » et la « sphère privée » au sein des domus de l’élite. À la fois théâtre et décor de rites sociaux essentiellement liés au système des clientèles, il permet aussi d’envisager différemment les notions d’accueil et d’hospitalité au sein de la maison romaine.

Afin de saisir l’ampleur de son emprise – ou non – dans l’habitat des élites de l’Italie jusqu’à la Gaule, divers exemples serviront d’appui. J’essaierais ainsi de déterminer comment s’établit la présence – ou l’absence – de cet espace domestique en insistant sur les difficultés méthodologiques liées aux contraintes archéologiques.

À l’heure actuelle, il n’y a encore aucune étude spécifique complète ou synthétique exclusivement centrée sur le tablinum. Les orientations bibliographiques proposées restent donc très générales.

Orientations bibliographiques

Daremberg, C. et Saglio, E., Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines, Paris, 1919, s. u. domus (p. 353-366) (http://dagr.univ-tlse2.fr/#).

Grahame, M., « Public and private in the Roman House : the spatial order of the Casa Del Fauno », dans Laurence, R., Wallace-Hadrill, A. (éds.), Domestic space in the Roman world : Pompeii and beyond, Portsmouth R. I., 1997, p. 137-164 (JRA Suppl. Series, 22).

Wallace-Hadrill, A., «  The Social Structure of the Roman House », Papers of the British School at Rome, 56, 1988, p. 43-97.

Y. Bouagga (CNRS – Triangle)

Campements, centres d’hébergement et solidarités : de la mise à l’abri aux hospitalités sélectives

Avec l’augmentation des arrivées de demandeurs d’asile en Europe en 2015, les dispositifs étatiques d’accueil ont été pris de court. La « crise des réfugiés » s’est traduite par l’apparition de campements et de camps, notamment à Calais et dans les rues de Paris. Comment ces formes précaires se sont organisées ? Quelles solidarités, souvent privées (bénévoles, associations humanitaires), sont intervenues dans le quotidien de ces lieux ? Quelle a été la réponse des pouvoirs publics mis face à leurs défaillances ? En revenant sur la genèse contemporaine d’une crise de l’accueil des migrants, cette communication interrogera les formes d’hospitalité publique et privée, du « camp humanitaire » au « centre d’accueil et d’orientation ». On verra comment les tensions entre l’enjeu moral d’une mise à l’abri, et les logiques institutionnelle du tri par catégories juridiques, ont produit des dispositifs multipliés et superposés, difficilement lisibles. On interrogera enfin la place des mobilisations dans la création de solutions alternatives.

Orientations bibliographiques

De Lesbos à Calais, comment l’Europe fabrique des camps
(introduction en ligne, sur HAL)

« La linière, l’impossible hospitalité en camp », revue Plein Droit, 2017 (lien cairn)

« Calais, carrefour des solidarités citoyennes », revue Mouvements, 2018 (lien cairn)

La discussion sera animée par Cristina Corsi (Università di Cassino)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *