Xenia et cadeaux d’hospitalité : une visite au Musée des Confluences de Lyon

Compte rendu du séminaire HosperAnt Hospitalité, accueil et habitat (9 avril 2018, ENS de Lyon) – I

Michèle Gauthier-Girod et Guilhem Girard

Les Xenia, par Bernadette Cabouret

« Les Xenia, (de *xen-, xenia, xenizein) ou cadeaux d’hospitalité, traversent toute l’histoire de l’Antiquité et appartiennent à un déroulement codifié dans les sociétés méditerranéennes et d’abord dans le monde grec » nous dit d’emblée B. Cabouret. qui se propose de les étudier plus particulièrement à l’horizon de l’Antiquité tardive et de l’hospitalité privée. S’appuyant sur un corpus documentaire, B. Cabouret nous fait part de sa réflexion sur « la médiation du cadeau : du pragmatique au symbolique », en privilégiant la pratique des cadeaux alimentaires.

Ces cadeaux sont des preuves tangibles qui relèvent à la fois de la réalité de l’acte d’accueillir et de la représentation de cet acte.

Les sources gréco-romaines, en premier lieu Homère, à travers la rencontre entre Ulysse et le cyclope, mais aussi Libanios et Vitruve, rappellent les règles de l’hospitalité, les « obligations » alimentaires tels que l’invitation à dîner le jour-même de l’arrivée ou les dons de nourriture – poulets, œufs…- fournis à l’arrivée de l’invité et comme viatique, au moment de le raccompagner à son départ aux portes de la ville. Ces biens alimentaires peuvent être doublés de cadeaux sous forme d’objets divers, les apophoreta.

Mais la pratique des anciens, qui se perpétue dans l’Antiquité tardive est surtout remarquable en ce que c’est l’hôte qui non seulement accueille, loge, nourrit, mais en plus offre des cadeaux, dans une sorte de duplication de l’acte d’offrir. L’hôte dépense sans compter pour honorer le xenos, un futur ami peut-être.

Quelques exemples : Pline le Jeune (62-113) rapporte une pratique de l’Empereur Trajan (98-117) consistant, après avoir convié ses hôtes à un repas, à leur offrir avant leur départ un cadeau alimentaire ; Libanios (314-394), rhéteur de culture grecque, remercie dans ses échanges épistolaires des amis pour les xenia qu’ils lui ont fait parvenir, à savoir une livraison de vin, ainsi que Markellinos, ami fidèle et homme de bien. De même l’évêque Synésios de Cyrène, ambassadeur à Constantinople au début du Ve siècle, envoie des cadeaux d’huile et de vin aux amis qu’il s’est fait là-bas pour les remercier de leur accueil. Boutargue, miel, vin de myrte, épices, produits de la chasse ou de l’élevage et autres denrées peuvent ainsi être offerts comme xenia. Il existe également des cadeaux plus classiques (dôra) lors d’échanges amicaux ou plus institutionnels, lors des fêtes calendaires par exemple où une profusion de cadeaux « pourrit » les enfants (Libanios).

Des médias iconographiques nous proposent quelques représentations de xenia sous forme de peintures : par exemple au Musée de la civilisation gréco-romaine de Lyon on peut voir des représentations en trompe-l’œil de xenia alimentaires offerts à l’hôte – coq, fruits, poisson – ; à St Romain en Gal, on peut voir un plat de champignons, un canard « still living », un rafraîchissoir avec des bouteilles ; en Tunisie, on trouve à El Djem des natures mortes d’artichauts ainsi que d’oiseaux et autres animaux dans un contexte de chasse, et à Enfidha, ancienne Mactaris, près de Sousse, une mosaïque (fin IIe siècle) représentant des grives, des échassiers, des perdrix, un lièvre ainsi qu’un cuissot de lièvre – plat de choix de la cuisine romaine, que l’on offrait volontiers à ses hôtes – sur une mosaïque de seuil.

Mais ces cadeaux, qui peuvent être offerts à différents moments, dès l’accueil, au départ, ou envoyés aux hôtes potentiels qui ne sont finalement pas venus sont porteurs de messages. Leur sens est polysémique : d’un point de vue pragmatique, ces cadeaux alimentaires du dernier jour, ces provisions de route pour la continuation du voyage, cet accompagnement, ne rappellent-ils pas qu’on ne doit pas s’éterniser ? De même les comestibles proposés, poulets, œufs, fruits, légumes, rappelés et énumérés par Vitruve, qui ont une durée limitée de conservation – un jour, deux jours – n’indiquent-ils pas au voyageur une durée idéale de séjour ?

Bien évidemment, certains cadeaux ont des colorations plus symboliques : cadeaux tangibles, ces offrandes plus durables que l’eau que sont le vin ou l’huile ratifient l’hospitalité et la perpétuent (Libanios). Ils créent pour l’avenir ou renforcent des liens d’amitié (Synésios de Cyrène). Des liens de réciprocité sont ainsi constitués.

L’hôte qui se montre généreux est en droit d’attendre de son invité un « cadeau de remerciement » sous forme de renseignements, informations, nouvelles et ouvertures sur le monde. Enfin, plus profondément, ce cadeau qui duplique l’accueil est aussi une représentation que l’hôte fait de lui-même. Véhiculant une image de profusion, de générosité, il renforce et exporte à la fois l’image de l’hôte accueillant mais aussi celle de son domaine et de sa région, de même que l’Empereur Trajan met en scène son image et sa libéralité à travers les xenia offerts à ses invités.

En conclusion on peut dire que les xenia et les cadeaux en général remplissent plusieurs fonctions médiatiques :

  • Une fonction fédérative renforçant les liens, y compris à distance.

  • Une fonction représentative de la générosité, de la libéralité de l’hôte accueillant.

  • Une fonction distinctive, façon particulière d’honorer l’hôte accueilli en l’intégrant à un milieu qui lui est étranger et de se distinguer soi-même ;

De nombreuses adaptations de ce schéma restant bien sûr possibles. Néanmoins, il s’agit surtout de sanctionner l’hôte de passage comme un ami, en permettant un ancrage progressif de cette amitié dans le temps.

B. Cabouret pour finir nous propose la lecture de la revue du Centre St Guillaume, Kérygme n° 10 d’Avril 2017 « Chemins d’Hospitalité », qui propose un large point de vue sur la question.

Quelques questions complètent la présentation et concernent le cadeau :

Est-il attesté des cadeaux comme rétribution éventuelle d’un professeur, le rhéteur Libanios en l’occurrence ? Ceci ne peut rester qu’au stade de l’hypothèse.

Plusieurs questions touchent à la réciprocité et aux rapports entre catégories sociales. Mme Cabouret répond que les cadeaux restent plutôt une forme d’« entre-soi », sauf dans les rares fêtes d’inversion, comme les Saturnales, où les maîtres pendant vingt-quatre heures offrent des cadeaux à leurs esclaves.

De nombreuses questions concernent les cadeaux et les différentes catégories sociales concernées : les aristocrates s’offrent le même type de cadeaux (vin, huile, produits du terroir), adaptés à leur lieu de vie et à la distance à parcourir. Un oriental, par exemple, offrira à un occidental des épices, du sylphium ou du safran, très appréciés par ailleurs.

Dans un contexte différent, plus spirituel, les cadeaux sont beaucoup plus typés : en milieu chrétien, le pain est un cadeau alimentaire hautement symbolique, un cadeau de vêtements aura pour but d’habiller les moines alors que le vêtement offert à Ulysse par Nausicaa a plutôt pour but de restaurer la dignité et le statut social de ce dernier. De même une offrande de livres en milieu intellectuel ou religieux prend une signification particulière .

Quant aux cadeaux précieux entre aristocrates, ils ont souvent une fonction diplomatique, favorisant une dynamique positive pour de futures négociations.

Nous abordons pour finir l’importante question des messagers, porteurs de missives et de cadeaux, personnes de confiance, amis d’amis, prêts à prendre la responsabilité des xenia lors d’un voyage personnel ou officiel par terre ou par mer, porteurs souvent en plus d’un message oral important volontairement non écrit pour ne pas être intercepté.

Visite du Musée

Guidés par une des conservatrices, nous partons découvrir des cadeaux d’hospitalité conservés dans les réserves du musée des Confluences. Changeant de registre culturel, nous découvrons de grandes cuillères touaregs en bois, objets de prestige qui datent du début du XXe siècle et qui peuvent, outre leur une fonction utilitaire, être offertes comme cadeau. Dans ce cas, le cadeau figure ou prolonge l’hospitalité.

Chez les Wé, les Guéré, et principalement les Dans en Côte d’Ivoire, existe un type similaire de cuiller, la Wa Ke Mia. Il s’agit d’une grande cuiller cérémonielle qui constitue d’abord une récompense attribuée à une femme particulièrement généreuse, hospitalière et travaillant la terre avec soin. Cette femme, appelée Wunkirle, obtient dès lors la distinction lui donnant la responsabilité des repas cérémoniels à valeur initiatique pendant lesquels elle reçoit l’aide d’un esprit contenu dans la cuiller. Il s’agit donc d’une cuillère anthropomorphique, sculptée à l’image de la femme concernée, selon les critères de la beauté féminine dan, yeux en amande et nez fin. Nous ne sommes plus dans les cadeaux d’hospitalité à proprement parler mais dans un cadeau qui la symbolise.

Nous découvrons ensuite un torque royale du Congo Brazzaville, sorte de collier en alliage de cuivre datant du début du XXe siècle, orné vraisemblablement d’autant de crans que de vassaux. Il s’agit, pour ce qui nous concerne, d’un cadeau « diplomatique » d’un chef téké après la signature d’un traité conclu avec les Européens. De même, un petit panier finement tressé, offert par le couple royal du Rwanda en 1948, témoigne des liens d’alliance entre Léon Delmas, un Père blanc, et le roi catholique du Rwanda. Il s’agit d’un objet signifiant l’autorisation d’évangéliser les terres rwandaises.

Certains objets, héritage du musée colonial de 1927, ont été importés dans un contexte colonial et leur histoire est difficile à tracer. Ainsi, de magnifiques bottes du Burkina Faso finement décorées de fils de coton et de soie pourraient bien être un cadeau d’hospitalité.

Enfin nous découvrons des objets originaires de l’aire culturelle océanienne qui débordent le contexte du cadeau d’hospitalité et s’inscrivent plutôt dans le contexte du don-contre-don tel que défini par Mauss dans son ouvrage Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques. Il s’agit de denrées périssables telles que les ignames dans les échanges rituels intérieurs, mais également de tapas d’écorce battue extrêmement fine et décorée au pochoir ou encore de dents de cachalot très précieuses. Ces cadeaux scellent et signifient des liens et des alliances. Les offrir augmente le prestige et le statut social du donateur. Il entraînent une grande surenchère.

Enfin certains tapas, en société canaque, à base de fibre et de poil de chauve-souris, n’ont pas seulement une valeur de prestige mais remplissent une fonction réparatrice : dette de sang, compensation matrimoniale, réparation pénitentiaire. Nous pouvons remarquer, à la suite de cette exploration d’une partie des réserves du Musée des Confluences, que certains cadeaux sont liés à l’hospitalité, en particulier la cuiller touareg tandis que certains objets, comme la coupe à Kava, boisson consommée en Mélanésie, sont utilisés dans le seul contexte d’hospitalité mais ne sont pas des cadeaux. D’autres cadeaux sont plutôt des cadeaux de prestige, d’autres encore ont une fonction plutôt diplomatique. Certains, enfin, ont une fonction réparatrice.

Ces cadeaux, au-delà de leur dissemblance, ont cependant des points communs : ils sont universels et ont été semble-t-il inventés par les sociétés humaines avant tout système juridique élaboré. Ils incarnent un système d’échange, tant privé que public, historiquement marqué.


Une réflexion sur « Xenia et cadeaux d’hospitalité : une visite au Musée des Confluences de Lyon »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.