Hospitalité, accueil et habitat : compte rendu du séminaire HosperAnt 4

Compte rendu du séminaire HosperAnt  Hospitalité, accueil et habitat (9 avril 2018, ENS de Lyon) – II

Michèle Gauthier-Girod (U. Lyon III, M1 Mondes anciens Histoire)et Guilhem Girard (ENS, M2 Mondes anciens LLCA)

Accueil et hospitalité dans la maison grecque (H. Würmser)

Lorsque l’on parle de l’accueil et de l’hospitalité dans la maison grecque, on se trouve d’entrée de jeu confronté à un écart entre un vocabulaire et des données. Le vocabulaire de l’hospitalité en effet, parce qu’il relève d’abord de conceptions mentales, n’est pas toujours informé par les données archéologiques. Une définition du périmètre de réflexion s’impose donc : il s’agit d’envisager la maison comme lieu social où se négocient les relations entre la famille et le monde extérieur.

Ces relations renvoient à des liens d’amitié d’intensité et de natures différentes. Il existe des degrés de familiarité différents entre la maisonnée et les personnes accueillies. Les textes homériques déjà envisagent la maison comme le lieu par excellence de l’hospitalité. Certains traits de l’hospitalité archaïque survivent dans la société classique et hellénistique. Nous constatons en effet la persistance de fraternités privées que la cité a institutionnalisées ultérieurement. Ces fraternités prennent la forme d’associations professionnelles et religieuses qui garantissent les liens d’une famille avec l’étranger. Par le réseau des liens d’hospitalité, un hôte se garantit l’appui de la communauté contre son amitié. Au cœur de l’hospitalité se trouve le banquet qui est d’abord affaire de reconnaissance. Participer à un banquet peut être une affaire d’appartenance à tel ou tel cercle prédéfini ou au contraire le fait d’une agrégation ultérieure.

On ne peut parler d’hospitalité grecque sans adopter certaines précautions : la qualité et la nature de la documentation contraignent d’envisager l’hospitalité au travers de prismes nécessairement partiels. Les données archéologiques comme la littérature nous amènent à parler naturellement de l’art de la réception. Les principaux décors qui représentent l’hospitalité traitent essentiellement, dans les pièces prévues à cet effet, du banquet lui-même. Le phénomène du banquet nous donne cependant accès à une hospitalité temporaire circonscrite à des lieux bien précis de la maison. Or, s’il existe différentes hospitalités, il existe au sein de la maison différents espaces disposant chacun d’une fonction unique.

L’hospitalité se définit par l’espace, certes, mais aussi par le temps. De manière générale, un séjour chez un hôte, s’il est de durée variable, ne dépasse jamais trois jours.

Les normes de l’hospitalité discriminent hospitalité de bonne aloi et parasitisme. De même qu’il est inconvenant d’emprunter de l’argent à un étranger que l’on héberge, de même est-il mal venu de s’incruster chez un hôte.

Après ces considérations liminaires, il s’agit de poser deux difficultés méthodologiques majeures :

  • La qualité des sources à disposition, par leur caractère lacunaire, rend parfois leurs interprétations hasardeuses.

  • Le vocabulaire que nous ont transmis certains traités antiques n’est pas toujours corroboré par les vestiges archéologiques.

Il s’agit donc de se demander comment aller des mots à la réalité. Que peuvent nous apprendre conjointement les mots et les données ?

Mots de l’hospitalité domestique chez Vitruve et Pollux

Le De Architectura comme l’Onomastikon témoignent de la variété du vocabulaire domestique antique, grec comme latin. Il s’agit de deux ouvrages qui traitent à l’occasion de réalités domestiques mais les classent également. Il s’agit d’ouvrages qui adoptent les caractères formels du traité et du dictionnaire. Le vocabulaire domestique relaté dans le De Architectura, en l’occurrence, a totalement influencé la perception des modernes sur l’habitat antique au point d’en oublier le caractère synthétique et théorique, donc fictionnel.

Vitruve et leDe Architectura

Vitruve, en effet, a écrit son traité en 20 av. J.-C. et l’a dédié à l’Empereur Auguste. Au chapitre VI de ce traité synthétique, l’auteur traite de l’habitat romain et, à titre de comparaison, expose au chapitre VII ce qu’il perçoit comme les caractéristiques d’une maison grecque. Il synthétise et donc essentialise, « La maison grecque«  qui, si tant est qu’elle est jamais existé, relève d’un très haut niveau social.

Cette maison grecque théorique révèle un agencement genré de l’espace. À en croire Vitruve, les hospitalia font partie des appartements des hommes. Ces lieux d’accueil forment de véritables appartements qui concentrent les principales fonctions domestiques. On peut ainsi parler d’une maison dans la maison : on notera la présence d’un triclinium, de chambres indépendantes et de provisions. Tout est prévu pour que l’indépendance des invités soit garantie au point qu’un accès direct à la rue est prévu. La bonne hospitalité, donc, assure l’accueil et l’intégration mais préserve l’indépendance, voire une séparation, à l’intérieur-même de la maison, entre les étrangers et la famille.

Pollux et l’Onomastikon

Dans l’Onomastikon I §73, Pollux liste des mots de la maison comme entité puis liste des mots qui désignent les parties de la maison. Dans un premier temps le ξενών y est défini comme un espace, une chambre ou des appartements destinés au seul hôte. Il peut également s’agir d’un bâtiment indépendant. Le terme ξενών, dans un second temps, finit par ne plus désigner une partie de la maison mais le fait même d’accueillir, quelque soit la forme architecturale que prend cet accueil. Dans cette acception abstraite du terme, un lien naturel apparaît entre la maison et les dieux de l’hospitalité. En revanche, entre accueil gratuit ou accueil monnayé, la nomenclature ou la toponymie des lieux ne varie pas. Si le terme ξενών peut désigner un bâtiment ou des appartements indépendants, il n’induit pas une organisation particulière de l’espace, contrairement aux hospitalia définis par Vitruve.

Des mots aux vestiges : le cas des maisons hellénistiques de Délos

Chamonard et l’îlot des masques

Lorsque l’on a découvert et commencé à fouiller ces maisons, il s’est agi de prouver que les illustrations et plans de Vitruve se traduisaient dans la réalité. Avant même ces découvertes en effet, dès le XVIe siècle, le traité de Vitruve constituait un corpus de normes que tous les architectes se devaient de respecter méticuleusement. Quand, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, les premières découvertes ont été effectuées, on s’est contenté d’appliquer à ces données inédites une nomenclature traduite de Vitruve mais en réalité tout à fait moderne dans la pratique. On a considéré a priori les vestiges comme des illustrations du texte de Vitruve et non comme des sources d’informations. En 1511, Fra Giocondo réalise le plan d’une maison grecque en l’absence de tout vestige. En 1570, Palladio vient complexifier le plan de la maison grecque. Fort de cet héritage, la découverte des premiers vestiges fut considérée comme l’illustration de textes dont il ne fallait en aucun cas remettre en cause le caractère normatif. C’est ainsi que, dans le quartier du théâtre à Délos, Joseph Chamonard a vu dans l’îlot des masques la présence d’une seule maison alors qu’il y en a en réalité trois différentes. Cette exemple flagrant illustre le piège que représente la surinterprétation des données. En effet, un plan vide de tout son matériel, et c’est bien le cas de l’îlot des masques découvert par Chamonard, est parfaitement muet. On s’est aperçu par exemple qu’il y avait une parenté architecturale entre la maisonnée et l’hôtellerie, comme s’il fallait reproduire, dans le cadre de l’auberge, les caractéristiques de l’hospitalité gratuite. On s’aperçoit également qu’une même maison peut être répartie entre plusieurs occupants, propriétaires ou locataires. Troisième élément qu’un plan au sol ne nous dit pas : les pièces dévolues à l’hospitalité sont systématiquement placées à l’étage. Pour couronner le tout, il est impossible de reconnaître par l’architecture une pièce à coucher. L’espace domestique est un espace par nature polyvalent. Une cuisine devient chambre à coucher suivant les circonstances.

Les grandes pièces de réception

C’est ainsi qu’il n’existe pas, en réalité, de salles réservées au seul banquet : une salle de réception sert, dans la vie quotidienne, de lieu de stockage et de lieu de vie pour les femmes. On en vient à se demander si dans les maisons déliennes, il y ait jamais eu de pièces réservés aux seuls hôtes. Il y a en tous les cas une diversification progressive de l’espace d’accueil. Si l’on considère, toujours à Délos, le plan de l’établissement des Poseidoniastes de Bérytos, on s’aperçoit, qu’à l’étage-même du temple, une pièce était réservée à l’accueil des bérytins. Il y a donc une grande variété dans les pratiques de l’hospitalité, hospitalité qui n’est pas restreinte au seul cadre de la maisonnée.

Conclusion et questions

On cherche certainement à percevoir trop de signes distinctifs entre les différents lieux d’accueil et d’habitation. L’hôtellerie, par exemple, se devait de donner l’impression d’un chez-soi temporaire. Quant aux normes relatées par Vitruve, il s’agit de les tenir pour une synthèse théorique dont les différents éléments n’ont correspondu à aucun état réel de l’habitat grec ou romain. Vitruve a fait une synthèse des phases différentes de l’habitat grec. On peut cependant noter que contrairement à ce qu’il indique, on ne retrouve pas de répartition genrée de l’espace domestique. On a du mal, en outre, à faire le lien entre une pièce et sa fonction particulière.

Dans le cadre d’une réflexion sur l’hospitalité, il importe de savoir s’il existe une spatialisation particulière des hôtelleries. S’agit-il d’une pratique institutionnalisée de l’hospitalité ? Il est évident qu’il existe des hôtelleries présentés comme telles à proximité des grands sanctuaires (cf. Épidaure ou le portail de Corinthe). Il semble qu’il y ait une parenté architecturale entre l’hôtellerie et la maison privée, de sorte que l’on ne peut que supputer que tel bâtiment est une hôtellerie, à l’instar de la maison de la bonne fortune à Olynthe. Il s’agit d’une maison qui, si elle se situe encore dans le tissu urbain, est à l’extérieur des murs d’enceinte, en direction du port. On notera la présence d’un escalier qui permet d’accéder directement à l’étage. Dernier élément, on a retrouvé des thématiques iconographiques liés à l’ἀγαθὴ τύχη. Il s’agit d’un faisceau d’indices qui ne nous permet cependant pas de conclure définitivement sur le caractère hôtelier de la maison.

Le cas particulier du tablinum dans la maison romaine (N. Vogl)

La maison romaine recouvre des réalités très diverses. L’étude de la maison romaine relève de l’anthropologie culturelle et familiale. Le tablinum, en l’occurrence, relève de la sphère ouverte de la domus. Il s’agit d’un lieu qui au cœur de la cérémonie de la salutatio lors de laquelle les clientes venaient saluer le patronus. Cet espace cependant n’est jamais mentionné dans la littérature romaine. On explique ce silence du fait de son indifférenciation avec les allées de l’atrium. Cet espace aurait été nommé ainsi parce qu’il serait le lieu d’entrepôt des archives familiales. Il est impossible de dater l’apparition du tablinum. S’agit-il d’une influence étrusque ? Nous ne pouvons abonder avec certitude dans le sens de Varron. Nous assistons à la fin de la République au déclin du tablinum, déclin lié au développement de l’atrium au dépens du péristyle.

Vitruve donne les caractéristiques architecturales du tablinum dont les dimensions sont indexées sur celles de l’atrium. Il s’agit d’une pièce rectangulaire qui assure la circulation d’un espace à un autre et qui, parce qu’il est dans l’axe, offre une vue sur l’espace privée de la maison. Il y a cependant des exceptions à l’instar de la maison à la cloison de bois à Herculanum qui instaure un clivage net entre espace d’accueil accessible à tout étranger et la sphère privée accessible aux familiers intimes. Le tablinum en effet n’est pas dans l’axe de l’atrium et du péristyle.

Questions

Il serait peut-être opportun de remettre en cause l’existence-même du tablinum. Le nom apparaît au moment-même où le plan de la maison républicaine traditionnelle disparaît. En réalité, il s’agit d’un carré contre un carré. La forme architecturale d’une pièce ne dit rien de sa fonction.

Campements, centres d’hébergement et solidarité : de la mise à l’abri aux hospitalités sélectives (Y. Bouagga)

La différence entre l’hospitalité antique et l’hospitalité contemporaine liée aux crises migratoires est sans doute de nature politique. Alors que dans l’antiquité, l’hospitalité était par nature temporaire, les pays occidentaux font face à une migration qui, vécue comme définitive, crée dans les pays d’accueil, des dissensions, à l’intérieur des sociétés d’accueil d’une part, entre des militants de l’accueil et les politiques de non accueil d’autre part. L’hospitalité s’est donc dotée d’une connotation militante et s’est déplacée de la sphère privée à une échelle alors inconnue dans l’antiquité, l’échelle politique nationale. Parallèlement, les lieux d’accueil sont marqués par l’éphémère. La crise vient de ce que les campements et les centres d’hébergement d’urgence se multiplient dans des cadres juridiques incertains voire inexistants.

La jungle, comme matérialisation de la crise calésienne, est l’exemple type d’un face-face entre une hospitalité mêlée de charité privée, humanitaire et bénévole et un État qui, ou bien reste passif et tolère la présence de dispositifs aux contours juridiques incertains, ou bien détruit ces centres sans avoir d’alternative à disposition.

Calais est d’abord un lieu de transit pour les personnes et les objets qui en ont le droit. 20 millions de passagers par an transitent par Calais. Dans ces conditions, les migrants se situent dans un entre-deux. En principe, les migrants sont en transit pour le Royaume-Uni. Ils ne relèvent donc pas de la responsabilité de la France. Certains d’entre eux, pourtant, viennent de pays pour lesquels la France reconnaît à leurs ressortissants le droit d’asile.

La jungle de Calais est le résultat d’un long processus qui débute avec l’occupation par les migrants d’un hangar destiné aux machines qui ont creusé le tunnel sous la Manche. C’est ainsi que se forme, de 1999 à l’automne 2002, le centre humanitaire de Sangatte. Chassés par la police, les migrants se cachent dans les bois environnants pour finalement créer des camps informels que l’on a appelé « la Jungle« . Après un pic d’occupation en 2008-2009, la crise, qui est une crise des réfugiés et non des migrants, ne se déclare véritablement qu’en 2015, même si des heurts avec la population locale ou la police ont pu être recensés précédemment. Cette crise était due à un renforcement de la politique sécuritaire de l’État. Jusque là, l’État demeurait passif mais refusait d’accorder le droit d’asile aux réfugiés. Les dispositifs informels étaient tolérés. Par un effet non désiré, bien que prévisible, de la non-intervention de l’État, les camps finirent par constituer des repoussoirs.

Parallèlement, l’État s’est montré incapable de faire évoluer des cadres juridiques inadaptés. Il est vrai que le camp permettait, grâce aux fichiers des ONG, de contrôler tout en se réservant le droit d’expulser. Le camp permet à la fois de contrôler et d’exclure. Le seul dispositif public d’accueil des réfugiés est le CADA, dispositif national d’accueil qui date de 1975, issu d’un organisme d’hospitalité privée, le CPH. Les CADA sont des centres d’hébergements gérés par des opérateurs mandatés par l’État, à l’instar de France Terre d’asile. S’il est financé par le ministère chargé de l’immigration, le CADA est tiraillé entre une logique de garanties des droits minimums et la crainte de l’État de « l’appel d’air », ce qui conduit à la systématisation des contrôles et la fermeture des frontières. Le CADA dispose de 35 mille places pour 75 à 80 mille réfugiés. Les nouveaux arrivants s’amassent dans des campements précaires ou dans les rues de Paris, à l’instar des Afghans qui ne peuvent s’intégrer dans une communauté implantée depuis longtemps en France. Alors qu’à l’origine, Calais était un lieu de transit pour ceux qui veulent atteindre l’Angleterre, et Paris, le lieu de ceux qui pensent n’avoir aucune chance de pouvoir traverser la Manche un jour, nombre de ceux qui veulent rester en France vont pourtant à Calais entamer les démarches d’obtention du droit d’asile. Du fait de la concentration de réfugiés, des services ad hoc émanant d’ONG s’y sont implantées afin de répondre aux besoins urgents ainsi qu’à la pression qu’exercent les deux pays limitrophes sur des populations pour lesquelles ils ne se reconnaissent aucune responsabilité.

Récemment l’État a décidé de créer un nouveau type d’hébergement aux futurs demandeurs d’asile, les « conteneurs chauffés ». L’État, cependant, ne cesse d’osciller entre répression, tolérance et proposition active de plans de logements. Il en va ainsi de « la bulle » qui, aux environs de Paris, accueillait 28 mille personnes et qui a fermé par décision de l’État en mars 2018. À défaut de solution alternative, des campements de migrants se multiplient dans l’espace public. Il y a un véritable tiraillement entre logique humanitaire de la mise à l’abri largement prise en charge par des organisations non gouvernementales et pour laquelle l’État reste largement passif et une logique sécuritaire qui pousse à la restriction des flux migratoires. En outre, l’État est contraint de palier aux lacunes des catégories juridiques, à l’instar de ces jeunes mineurs considérés comme majeurs par la France et vice versa.

Questions

Assiste-t-on au sein des camps, même précaires, à une reconstitution d’un agencement d’hospitalité tels que les réfugiés pouvaient le connaître dans leurs pays d’origine ?

La réponse est non. Si l’on prend l’exemple de Grand Scynthe qui, pourtant, a été construit avec l’appui des élus locaux, il s’agit d’un camp monté en un mois. Les réfugiés disposent de cabanes de trois mètres sur quatre. Les extensions sont donc limitées. Il faut savoir que dans les cadres du CADA ou du CAO, il est interdit de pratiquer l’hospitalité. Et si certaines personnes montrent un désir de végétation, la concentration de population ainsi que le facteur temps interdit toute décoration. Un réfugié est censé demeurer sur un laps de temps bref dans le camp.

Y a-t-il des tentatives d’amélioration par l’État de la vie communautaire au sein des camps ? La réponse est une nouvelle fois négative. À Calais par exemple, il s’agit de bidonvilles installés par tolérance mais jamais reconnus par l’État. L’action des pouvoirs publics se limite généralement à missionner une association pour assurer la collecte des ordures ou assurer la médiation entre telle ou telle communauté et l’État.

Si le camp est un non-lieu juridique, ne peut-on pas affirmer que la notion de camp constitue en elle-même le problème majeur de la crise des migrants ?

Du fait de l’absence de l’État, on assiste en effet, à Grand Scynthe par exemple, à un contrôle du camp par la communauté kurde, en lien avec une mafia très organisée.

Le problème de Calais, n’est-ce pas d’abord une lutte diplomatique franco-britannique ? Oui en effet, le Royaume-Uni refuse d’accueillir un quota minimum de réfugiés. Elle a cependant un argument de poids : ce qu’il fait subir à la France, la France le fait subir à l’Italie. On notera tout de même le financement britannique de services de sécurité actifs à Calais.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.