L’économie de l’hospitalité et de l’accueil : compte rendu du séminaire HosperAnt 3

 

Compte rendu du séminaire HosperAnt L’économie de l’hospitalité et de l’accueil (26 mars 2018, ENS de Lyon)

Mélanie Joffrain (ENS, M2 Mondes anciens LLCA)

La journée d’étude qui s’est déroulée le 26 mars 2018 à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon dans le cadre du cycle de séminaires HospeRAnt (Hospitalité et régulation sociale dans l’Antiquité méditerranéenne) s’est concentrée sur la facette économique des pratiques de l’hospitalité et de l’accueil. Dans une approche pluridisciplinaire et dans une perspective diachronique, Claire Fauchon-Claudon et Marie-Adeline Le Guennec avaient convié Sylvain Destephen à parler de l’économie des pratiques de l’hospitalité appliquée au monde romain antique. Marie-Adeline Le Guennec a ensuite réalisé une conférence sur les modalités économiques qui structurent l’activité mercantile de l’aubergiste dans le monde romain.

L’impact économique des voyages impériaux dans le monde romain (IIe-Ve siècle) (S. Destephen)

Dans un premier temps, Sylvain Destephen, maître de conférences à l’Université Paris Nanterre, nous a présenté une conférence sur l’impact économique des voyages impériaux dans le monde romain. Dans la continuité des travaux de Helmut Halfmann sur les Itinera Principum dans la période du Haut-Empire et à la suite des journées d’étude sur les voyages des empereurs dans l’Orient romain organisées par Anthony Hostein et Sophie Lalanne, il a eu à cœur de réaliser une synthèse récapitulative sur les voyages des empereurs du Bas-Empire dans la partie orientale du monde romain. Son ouvrage Le Voyage impérial dans l’Antiquité tardive : des Balkans au Proche-Orient (2016) traite ainsi du déroulement du voyage impérial, des motivations qui le sous-tendent ainsi que des acteurs impliqués. Dans le cadre de sa communication, il a été amené à reprendre spécifiquement le pan économique de son travail et à réfléchir aux diverses modalités économiques qui encadraient le voyage impérial dans le monde romain. S’ancrant par nécessité politique dans la mobilité, le voyage impérial concrétisait en effet le contrôle d’une autorité politique sur un espace territorial mais l’exercice de ce pouvoir itinérant constituait surtout une source de dépenses majeures pour les finances publiques.

La communication de Sylvain Destephen a sollicité le recours à de nombreuses sources et notamment à une documentation littéraire, à des sources numismatiques ainsi qu’à des témoignages épigraphiques. C’est par ailleurs sur la spécificité des sources que s’est articulée la logique de ses propos puisque les sources disponibles ne permettent pas d’appréhender les enjeux économiques de manière claire, univoque et complète. Son étude s’est ainsi structurée en trois mouvements principaux. Dans un premier temps, il s’est attaché à reconstruire de manière chronologique et géographique ces voyages impériaux romains.

Cette première partie a permis de mettre en lumière la particularité des sources concernant l’organisation des voyages impériaux en fonction de l’époque étudiée. Par exemple, les nombreux voyages de l’empereur Hadrien accordent le primat aux sources épigraphiques. Mais malgré la renommée d’Hadrien comme empereur avide de voyages, les informations sur les voyages impériaux demeurent ponctuelles, éparses et fragmentaires. De même, les sources numismatiques du IIIe siècle restent sujettes à caution puisqu’elles apparaissent tout d’abord en nombre restreint et assument plus une fonction commémorative qu’un rôle économique. La seconde moitié du IIIe siècle est, quant à elle, caractérisée par « un trou noir documentaire » selon les mots de Sylvain Destephen. Mais le rétablissement politique de l’Empire aboutit à l’apparition de nouvelles sources et notamment à l’avènement de corpus juridiques (le Code Théodosien et le Code Justinien). Ces codes constituent des sources précieuses pour cartographier les voyages impériaux des souverains notamment en Occident et en particulier dans des régions politiquement instables d’Italie. Mais là encore, la prudence est de mise en raison des « silences documentaires » qui peuvent régner sur des périodes de plusieurs mois.

Après cette première partie consacrée à la particularité des sources en fonction des ères évoquées et aux limites d’interprétation qui en découlent, Sylvain Destephen s’est attaché à évoquer l’impact économique des voyages impériaux dans le monde romain en mettant en regard toute la documentation disponible. L’aspect économique des voyages impériaux se vérifie alors dans plusieurs sources. Tout d’abord, il apparaît dans les inscriptions émanant des autorités municipales qui témoignent de leur reconnaissance envers l’empereur ou bien qui commémorent son passage dans leur cité. Néanmoins, en raison de la nature de ces textes officiels et de ces monuments honorifiques, la gestion concrète du voyage ainsi que les implications économiques qui en découlent ne sont pas mentionnées. À l’image des inscriptions, les monnaies civiques commémorent également des actes de bienfaisance réalisés par l’empereur au profit d’une cité mais ne donnent aucun détail précis sur le coût et les dépenses occasionnées par le voyage impérial. En outre, la nature des sources en Italie et en Orient passe des documents municipaux à des inscriptions gravées par les empereurs.

Les diverses sources ont du moins apporté des informations précieuses sur les actes d’évergétisme réalisés par l’empereur et la logique des bienfaits qui y préside. La libéralité de l’empereur se manifestait sous deux formes : l’oubli et le don. L’empereur pouvait tout d’abord choisir d’annuler les sommes liées à des dettes et au versement d’un impôt par une cité. Cette mesure exceptionnelle, appliquée par exemple par Constance Chlore en Gaule du Nord en 297, permettait à la cité de recouvrer une prospérité économique. Assumant pleinement ses fonctions, l’empereur pouvait également faire preuve de générosité en octroyant à la cité des dons de céréales, d’argent ou de marbre. Mais les sources épigraphiques et numismatiques ne précisent pas la quantité exacte de nourriture ou des matériaux apportés. Ces dons exceptionnels, à l’instar de celui accordé par Hadrien à la cité de Smyrne, le sont à la fois par l’importance de la somme octroyée et par la rareté qui les caractérise. L’octroi de dons par l’empereur n’était en effet pas généralisé et s’appliquait pour les seules cités dignes de la reconnaissance de l’empereur. Cette rareté pouvait bien évidemment provoquer une concurrence entre les cités qui souhaitaient s’attirer les grâces de l’empereur. Épisodiques, les dons engendraient néanmoins des effets à court terme et ne pouvaient pas à eux seuls assurer la prospérité économique d’une cité à long terme. L’action économique des souverains était donc différente selon les finalités qui les animaient : soulager les finances des cités ou encourager les productions locales. Au IVe siècle, siècle de la conversion de l’Empire à la christianisation, l’évergétisme revêt une nouvelle forme et se colore d’une teinte religieuse avec l’apparition de la notion de charité. Le voyage impérial se trouve donc associé à des motifs religieux allant jusqu’à s’infléchir vers un pèlerinage impérial au Ve siècle.

Mais les implications économiques ne s’appliquent pas uniquement aux autorités. Les populations locales doivent aussi se charger d’accueillir, de loger et de ravitailler le souverain de passage accompagné de tout son entourage. Sylvain Destephen s’est donc livré dans une dernière partie à prouver le poids économique et logistique qui pesait sur ces populations pour bien accueillir l’escorte impériale. A cet égard, Philon d’Alexandrie, les papyri et ostraka constituent des sources de premier choix qui témoignent de l’importance numéraire du cortège impérial et révèlent la source d’anxiété que représentait l’ampleur des préparatifs pour les populations locales. Les différents papyri s’accordent en effet sur le nombre de 5 à 6 000 personnes accompagnant l’empereur, ce qui représente un coût logistique très important pour une petite cité. La venue de l’empereur et de sa suite occasionnait donc de grandes dépenses à l’instar d’une réquisition temporaire de vivres, d’animaux et de véhicules de la part de la population locale ainsi que de l’entretien des routes publiques. Mais l’implication de la communauté locale ne suffisait pas et nécessitait également la contribution des pouvoirs centraux pour parvenir à payer le coût total du voyage impérial. En effet, ce dernier requérait la mobilisation à la fois de la population locale, des autorités municipales ainsi que du pouvoir central en raison du montant très élevé des dépenses occasionnées.

Cet investissement financier accru suscita par ailleurs de vives critiques, mena au raccourcissement des voyages impériaux et aboutit à leur disparition progressive dans la deuxième moitié du Ve siècle. Par exemple, Antonin le Pieux n’entreprit pas de voyages impériaux dans les provinces. Cette réduction des voyages impériaux peut également avoir pour origine selon notre conférencier l’amplification de la société aulique. Mais la réduction des voyages impériaux ne signifie pas pour autant une sédentarisation du pouvoir. Les empereurs maintiennent en effet des micro-mobilités et continuent de circuler entre les différents territoires.

À la suite de la communication du conférencier, l’échange a donné lieu à des questionnements féconds. Le rôle de l’intellectuel comme intermédiaire entre les populations locales et l’empereur ainsi qu’auprès du culte impérial a notamment été soulevé. À une nécessaire surestimation de leur rôle liée à la nature des sources littéraires, le conférencier invite plutôt à privilégier le statut des notables mis en valeur dans les sources épigraphiques. De plus, un membre de l’auditoire a posé la question de la possibilité d’un voyage impérial sans tout l’entourage qui accompagnait usuellement l’empereur. Le conférencier a inscrit la question dans un problème terminologique. Tout dépend si l’empereur était amené à réaliser un déplacement, une sortie, une excursion ou un voyage. Impliquant un séjour assez long, le voyage entraînait souvent le déplacement de tout un cortège impérial.

L’accueil mercantile dans l’Occident romain antique : prix et paiements (M.-A. Le Guennec)

La seconde conférence a été réalisée par Marie-Adeline Le Guennec, membre de l’École Française de Rome et portait sur l’accueil mercantile dans l’Occident romain antique. Rompant avec une historiographie croissante concernant le système du cursus publicus, son intérêt s’est en effet davantage porté vers d’autres formes d’accueil et plus particulièrement vers une problématique longtemps délaissée par la communauté des chercheurs : l’accueil mercantile. Reprenant ainsi un pan d’étude de sa thèse, elle s’est intéressée dans le cadre de sa conférence sur des questions d’ordre économique et plus spécifiquement sur les modalités monétaires qui encadraient cette structure d’accueil.

Allant de pair avec une longue mise à l’écart de cette problématique de la part des historiens et des archéologues et découlant d’un déséquilibre historiographique, la documentation concernant l’accueil hôtelier n’a pas été réactualisée depuis les recherches de Tönnes Kleberg sur les Hôtels, restaurants et cabarets dans l’Antiquité romaine (1957). Le constat de cette disproportion historiographique a tout naturellement suscité la curiosité de Marie-Adeline Le Guennec et l’a amenée à étudier de manière plus approfondie l’accueil commercial romain entre la période médio-républicaine et le début de l’Antiquité tardive. Contrairement au cursus publicus, il ne s’agissait donc nullement d’héberger des diplomates privilégiés mais bien des clients de passage en échange d’une rémunération. L’aubergiste romain, désigné sous le terme générique de  caupo,  fournissait un hébergement souvent associé à d’autres prestations complémentaires à l’instar d’un service de restauration.

Sa conférence s’est enracinée dans deux motivations : montrer tout d’abord le rôle crucial assuré par ce métier d’aubergiste dans la gestion des mobilités à l’époque romaine et également analyser cette figure du caupo sous le prisme des pratiques d’hospitalité. Ce point est par ailleurs essentiel dans la mesure où il illustre la coordination d’une question économique à une logique sociale et en montre même l’interdépendance. L’accueil mercantile prend en effet tout son sens au regard d’une pratique culturelle : celle de l’hospitalité.

Pour montrer cet entrelacement de l’économique au social, son étude s’est fondée sur un éventail de sources de diverses natures. Son étude s’est en effet appuyée sur un corpus juridique, sur des sources littéraires (De Beneficiis de Sénèque, Histoire romaine de Tite-Live, Histoires de Polybe, le Satyricon de Pétrone, les Métamorphoses d’Apulée), sur des inscriptions, sur des sources iconographiques ainsi que sur des vestiges archéologiques. C’est au regard de la comparaison des données apportées par ces différentes sources que l’étude de Marie-Adeline Le Guennec a puisé toute son épaisseur. Selon les sources, le métier du caupo ne détient pas la même valeur. Bien que le service mercantile soit inhérent et légitimement reconnu à la profession du caupo par les sources juridiques, les sources littéraires perçoivent l’échange marchand au cœur de cette hospitalité comme problématique et la dévaluent au regard de la générosité qui se manifeste à travers la gratuité de l’hospitalité privée. Les philosophes n’accordent donc pas un jugement mélioratif à cet échange contractuel. En limitant l’activité de l’aubergiste à une seule activité économique, ils la déprécient et lui ôtent toute valeur d’hospitalité. Par ailleurs, la dépréciation s’élargit dans les sources littéraires à tous les contractants de cet échange marchand à savoir l’aubergiste et les clients qui recourent à des services payants.

En outre, les sources citées ne permettent pas d’appréhender avec précision les pratiques économiques et les modalités tarifaires qui structurent cet accueil mercantile. Les sources sont en effet très peu nombreuses concernant la réalité concrète de cet accueil commercial et les cinq témoignages dont nous disposons s’appliquent à des contextes temporels et à des ères géographiques variées. Les témoignages les plus précis concernant cette question restent deux inscriptions trouvées respectivement à Pompéi et à Herculanum. Trouvées dans des débits de boisson, ces inscriptions dont l’une est associée à une peinture indiquent des prix tout à fait réalistes de vins. À travers l’analyse des sources par un ordre décroissant de précision, Marie-Adeline Le Guennec nous a bien rappelé la nécessité d’aborder les sources avec une précaution méthodologique en raison de leur rareté et de la fragilité des interprétations qui en découlent. L’étude minutieuse des cinq documents disponibles montre le coût relativement bas des prix pratiqués par les auberges qui encourageaient ainsi la venue d’une grande partie de la population romaine.

Enfin, la conférencière a consacré la dernière partie de sa communication aux modes de paiement en vigueur dans les auberges et à la temporalité qui les accompagne. Les sources apportent des éléments de réponse différents mais plus généralement le client devait payer à la fin du séjour soit au forfait ou soit l’addition de toutes les prestations dont il avait bénéficié. Il avait également la possibilité de payer de manière fractionnée. Mais les modalités de paiement dépendaient surtout de la variété des prestations proposées ainsi que de la durée du séjour comme Marie-Adeline Le Guennec l’évoque très bien dans son article « Temporalité du séjour hôtelier dans la Méditerranée romaine occidentale : des uiatores de passage aux inhabitatores perpetui » (2015). Les aubergistes faisaient généralement régler les prestations des clients à la fin de leur séjour avec tous les risques que cela pouvait comporter.

La conférence a ensuite donné lieu à plusieurs formes d’approfondissement. À la lueur d’une esquisse typologique des auberges, le constat d’hospitia nota ne semble pas laisser préfigurer l’existence d’auberges de luxe, existence qui semble compromise à l’aune de la dévaluation de l’accueil mercantile au sein des élites aristocratiques. Cette absence d’établissement de luxe et de hiérarchisation des auberges n’excluent néanmoins pas la possibilité d’équipements plus confortables destinés à des clients aisés et privilégiés. D’autres questions ont également été soulevées concernant le statut même du caupo et ont amené à percevoir la plasticité de ce terme. Concernant une potentielle diversification professionnelle propre au caupo, elle ne s’appliquerait qu’à un cadre d’activités relatives aux prestations de séjour. Enfin, ce terme pouvait s’appliquer également à un professionnel qui n’assurait qu’un service de restauration.

Au terme de cette journée de colloque, des liens entre les deux conférences peuvent être tissés. Tout d’abord, les deux conférenciers ont fait part du déséquilibre historiographique ainsi que de la rareté des sources qui permettent une compréhension fine et claire des enjeux économiques de l’hospitalité. Pour reprendre l’expression utilisée par Sylvain Destephen, la nature des sources, leur nombre restreint ainsi que leur application à des contextes temporels et à des sphères géographiques variées impliquent une « digue d’hypothèses face à un océan d’incertitudes ». La réalité concrète des structures d’accueil souffre effectivement de l’absence de chiffres dans les sources. En outre, Véronique Chankowski, discutante de cette journée d’étude, a avancé le constat commun dans les deux communications d’une « dimension économiquement irrationnelle » de l’hospitalité. Les sommes conséquentes dépensées par exemple dans le cadre des voyages impériaux trouvent leur bien-fondé dans la logique même de la pratique de l’hospitalité. La dimension économique ne puise ainsi sa rationalité que lorsqu’elle est inscrite dans cette logique sociale d’hospitalité. Le point de vue économique doit alors être apprécié au regard d’autres réalités et en particulier au regard de la réalité sociale.

Ressources bibliographiques préconisées par les conférenciers

Ouvrages pour la conférence de Sylvain Destephen

Sylvain Destephen, Le Voyage impérial dans l’Antiquité tardive : des Balkans au Proche-Orient, Boccard, 2016.

H. Halfmann, Itinera Principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reich, Stuttgart, 1986.

N. Lewis, « In the World of P. Beatty Panop. 1 : “An army marches on its stomach” », Chroniques d’Égypte, 78, 2003, p. 221-228.

B. A. van Groningen, « Preparatives to Hadrian’s Visit to Egypt », in G. B. Pighi (éd.), Studi in onore di Aristide Calderini e Roberto Paribeni, 2. Studi di papirologia e antichità orientali, Milan, 1957, p. 253-256.

R. Ziegler, « Münzen Kilikiens als Zeugnis kaiserlicher Getreidespenden », Jahrbuch für Numismatik und Geldgeschichte, 27, 1977, p. 29-67.

Ouvrages pour la conférence de Marie-Adeline Le Guennec 

M.-A. Le Guennec, « Temporalités du séjour hôtelier dans la Méditerranée romaine occidentale : des uiatores de passage aux inhabitatores perpetui », Pallas. Revue d’études antiques, no 99, 27 novembre 2015, p. 141-156

T. Kleberg, Hôtels, Restaurants et Cabarets dans l’Antiquité Romaine. Études historiques et philologiques. Uppsala, 1957


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.