Séminaire HospeRAnt 5 : L’économie de l’hospitalité et de l’accueil II (28 juin 2018, ENS de Lyon)

L’hospitalité, si on la définit comme accueil non-payant, n’en est pour autant pas une pratique anéconomique. Dès l’Antiquité, elle se fonde sur le principe de la réciprocité, concrète ou symbolique, entre les partenaires et engendre la circulation de biens (cadeaux, productions artisanales etc.). Les pratiques hospitalières publiques peuvent elles aussi revêtir des enjeux économiques, en particulier dans leur rapport à l’évergétisme. Enfin, aux côtés de l’hospitalité, se développent d’autres formes d’accueil pleinement monétisées, à l’instar des secteurs hôteliers bien attestés dans les cités grecques, à Rome, dans les royaumes hellénistiques d’Égypte et du Proche-Orient. Comment cette économie de l’hospitalité évolue-t-elle aux périodes plus contemporaines, avec l’institutionnalisation progressive de l’accueil et de sa prise en charge par l’État ?

Programme des interventions

E. Baccouche (U. Lyon 2 – HiSoMA)

Quelques réalités socio-économiques de l’Afrique romaine tardive : Travail et pauvreté à travers le témoignage d’Augustin

L’œuvre augustinienne reste toujours une source féconde, elle nous procure à chaque relecture de nouveaux apports sur le mode et le niveau de vie des citoyens de l’Afrique du nord antique à l’époque tardive. Dans cette optique, notre intervention portera sur le binôme de la pauvreté (dans le sens économique : manque des moyens financiers) et du travail. Nous essayerons alors de traiter la question à travers trois axes : la terminologie utilisée pour qualifier ceux qui travaillent et qui sont toujours sous le spectre de la pauvreté ; la pauvreté face au travail ; l’intervention de l’évêque d’Hippone à travers quelques exemples pour donner de l’assistance à ceux qui malgré le travail, souffrent de la pauvreté ou risquent d’être plongés dans son bourbier.

Quelques références bibliographiques
Maccormack, S., « The Virtue of Work : an Augustinian Transformation», Antiquité tardive 9, 2001, 219-237.
Salamito , J.-M., « Aspects aristocratiques et aspects populaires de l’être chrétien aux IIIe et IVe siècles », Antiquité tardive 9, 2001, p. 165-178.
Salamito , J.-M., « Saint Augustin, le travail et les travailleurs », Conférence 16, 2003, p. 59-97.

E. Auriol (Toulouse School of Economics)

Immigration irrégulière et marché des passeurs : quelles solutions pour l’EU ?

On estime que 2000 personnes se noient chaque année en Méditerranée en tentant de passer d’Afrique en Europe.  C’est sans compter ceux qui meurent en suivant d’autres routes, et en poursuivant d’autres destinations. Traverser les frontières illégalement est non seulement dangereux mais c’est de surcroît  très onéreux. Les revenus des trafiquants sont estimés à 5 milliards de dollars par an aux États Unis et, depuis la crise migratoire, à 4 milliards d’euros par an en Europe. Très lucrative, cette activité est intégrée à d’autres activités criminelles telles que le trafic de drogue et la prostitution. Menée par des organisations criminelles internationales ces activités constituent une menace pour nos démocraties. L’immigration, notamment clandestine, est du coup perçue par une part croissante de l’opinion publique de l’Union Européenne comme le principal problème auquel est confronté l’UE. Les clandestins, souvent assimilés à des criminels, sont dépeints par les différents partis nationalistes européens comme un danger pour la sécurité intérieure des États et pour les emplois des citoyens des pays de l’Union, en plus d’être une charge pour le système de santé et de protection sociale.

Or s’il est exact que l’immigration clandestine pose un problème à l’État de droit, puisqu’elle échappe à la loi et profite au crime organisé, il n’est en revanche pas du tout clair qu’elle soit un fardeau pour nos économies. Les immigrés, surtout les clandestins, constituent une main d’œuvre bon marché et docile, qui sert de variable d’ajustement quand le marché du travail est sclérosé. Ils sont pain bénit pour ceux qui les emploient, essentiellement dans la construction comme manœuvres, dans l’agriculture, souvent comme saisonniers ou ouvriers agricoles, dans la restauration où ils font les taches les plus ingrates (la plonge, le ménage, les services de nuit), dans les services à la personne (ménage, garde de personnes âgées ou d’enfants à domicile le jour comme la nuit). Tant que les entreprises et les particuliers emploieront dans le BTP, la restauration, l’agriculture, ou les services à la personne, des clandestins ceux-ci continueront à affluer en UE au péril de leur vie.

Il est souhaitable que les pays de l’Union contrôlent les flux migratoires et se débarrassent, ou tout du moins, minimisent, l’immigration clandestine. Cela suppose de contrôler les entreprises qui emploient des clandestins. S’attaquer à la demande de travail dissimulée est le meilleur moyen d’éliminer l’immigration irrégulière. Aujourd’hui il y a un déséquilibre flagrant entre les investissements faits pour contrôler les lieux de travail et ceux pour contrôler les frontières. Cette disproportion dans le renforcement du contrôle des frontières et le laxisme vis-à-vis des entreprises qui emploient les clandestins n’est pas le fruit du hasard. Elle relève d’un équilibre politico-économique complexe. Les discours martiaux et l’augmentation de la répression à l’encontre des clandestins sont destinés aux électeurs. L’absence de sanctions dans le monde du travail, elle, profite aux entreprises. Cela explique pourquoi, à l’heure actuelle, le trafic d’êtres humains est si florissant et qu’un très grand nombre de migrants illégaux sont exploités par des réseaux criminels dans les pays riches, tout en risquant à tout instant d’être expulsés. Continuer avec ce statu quo est dangereux pour nos démocraties, comme en attestent la popularité croissante des idées xénophobes auprès des électeurs, et inhumain pour les malheureux qui travaillent chez nous dans la plus grande précarité. Une autre politique est possible au niveau de l’UE. Il est urgent de s’y consacrer. Après un état des lieux de la question migratoire, e. Auriol explorerons les pistes possibles pour une politique de l’immigration intelligente, juste et efficace.

Orientations bibliographiques

E. Auriol, « Le marché des clandestins », dans Pour en finir avec les mafias – Sexe, drogue, clandestins : et si on légalisait ?, Paris 2016.

 « Is migration good for the economy? »https://www.oecd.org/migration/OECD%20Migration%20Policy%20Debates%20Numero%202.pdf

S. Pekkala Kerr, W. R. Kerr, « Economic Impacts of Immigration: A Survey », http://www.hbs.edu/faculty/Publication%20Files/09-013_15702a45-fbc3-44d7-be52-477123ee58d0.pdf

Marie Bassi (École française de Rome – CERI)

L’économie politique de l’encampement des migrants en Sicile. Les centres d’accueil et de rétention : au croisement de logiques économiques, d’accueil, de contrôle

Depuis le début des années 2000, près d’un million de migrants ont débarqué sur les côtes italiennes ou y ont été transférés après avoir été interceptés en mer. Les arrivées ont eu lieu en majorité dans les ports de Sicile et particulièrement à Lampedusa, petite île de 22 km2 située à 300 km au sud de l’Italie. Ces territoires insulaires ont été peu à peu érigés, matériellement et symboliquement, en emblèmes de la frontière.

Cette communication propose d’analyser un des instruments des politiques d’immigration et d’asile des États membres : les centres pour demandeurs d’asile, réfugiés et migrants « irréguliers ». Particulièrement nombreux en Sicile, ces centres, dont la gestion est déléguée à différents acteurs non-étatiques, associatifs et privés, se situent au croisement de logique de contrôle, d’accueil et de dynamiques économiques. Nous examinerons ainsi l’un des effets du ce processus de frontièrisation de la Sicile : les répercussions socio-économiques de la multiplication des centres d’accueil et d’enfermement sur les territoires locaux, entre rejet social et bénéfices économiques.

Orientations bibliographiques

M. Bassi, « Lampedusa: Dynamics of Bordering and ‘Encampment’», in Caponio (T.), Zapata (R.), Scholten (P.), (dir.), The Routledge Handbook to the Governance of Migration and Diversity in Cities, Routledge, à paraître en septembre 2018.

M. Bassi, « Politiques de contrôle et réalités locales : le cas du centre d’accueil (pour demandeurs d’asile) de Mineo en Sicile », L’Espace Politique, 25(1) 2015.

M. Bassi, « The Christian Support Networks for Immigrants in Palermo », Partecipazione e Conflitto, Vol. 7, n°1, 2014, pp. 59-82.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.