Hospitalité et droits politiques de l’étranger : compte rendu du séminaire HosperAnt 1

Compte rendu du séminaire HosperAnt Hospitalité et droits politiques de l’étranger (12 février 2018, ENS de Lyon)

Léonie Diatta (ENS, M1 Mondes anciens, Histoire) et Lucie Salamor (ENS, M1 Mondes anciens, Histoire)

À la lumière des questionnements contemporains sur les pratiques d’accueil des flux migratoires, et prolongeant les pistes de réflexion menées dans le cadre des ateliers HospitAm de 2015 à 2017, ce séminaire, « Hospitalité et droits politiques de l’étranger » amorce un cycle de quatre journées d’étude dans le cadre du projet HosperAnt.

Dans quelle mesure le système politique d’une entité géographique et politique donnée conditionne-t-il les pratiques publiques et privées d’hospitalité et le regard porté sur le xenos ou l’hospes ? Entre intégration par l’accueil et perte du statut d’étranger par le droit, encouragement de l’hospitalité et volonté de la restreindre, c’est toute la tension entre système politique et hospitalité qui oriente dès lors les réflexions portées par les deux intervenantes. Au monde grec des cités isonomiques du Ve siècle av. J.-C. , étudié par la doctorante Marie Durnerin, répond l’Empire romain des cités en construction entre le Ier siècle av. J-C et le Ier siècle ap. J-C analysé par Virgnie Hollard, maître de conférences en histoire romaine.

Marie Durnerin propose ici de mettre en lumière, à travers la figure de Xénophon, l’ambivalence alors existante entre l’encouragement de l’hospitalité par les cités pour le maintien de liens diplomatiques, et leur limitation pour maintenir l’égalité entre les citoyens. Si cette étude souligne la double dimension, à la fois intégratrice et excluante de cette pratique de réception, vis-à-vis de la cité d’accueil comme de la cité d’origine, tant du point de vue de celui qui reçoit que de celui qui est reçu, Virginie Hollard, quant à elle, souligne d’autres fonctionnements dans l’Empire romain. Si les sources, en l’état, ne permettent pas de retracer les formes d’échanges relatifs à l’hospitalité, relationnelles ou matérielles, l’étude de l’intégration juridique à la cité romaine de ces étrangers et les réactions qu’elle suscite sont tangibles.

La synthèse des deux interventions proposées ici cherche à souligner la difficulté de la prise en charge à la fois privée et publique de l’accueil de l’étranger, tantôt menace, tantôt « avantage » pour une organisation politique donnée, dans les mondes grec et romain ; points communs et divergences entre ces espaces ne manqueront pas d’être remarqués.

L’hospitalité : un outil politique pour promouvoir les relations entre les cités

Xenia, hospitium : le vocabulaire de l’accueil de l’étranger dans le monde grec et latin

Pratique sacrée dans le monde grec, l’hospitalité se fait sous couvert de « Zeus hospitalier », comme le laisse entendre le titre de l’ouvrage de René Scherer, mais aussi de la déesse Athéna. Au cœur des relations entre les aristocrates grecs, comme le souligne Marie Durnerin, l’hospitalité, xenia en grec, relève du même champ lexical que le terme de xenos, signifiant étranger. S’esquissent dès lors les liens contigus entre les pratiques d’accueil et l’étranger. Ajoutés à la dimension sacrée de l’hospitalité, on voit dès lors comment la description des pratiques s’inscrit dans une forme de rite. Si cette sacralité n’est pas lisible dans les sources juridiques romaines, Virginie Hollard rappelle également qu’un vocabulaire de l’hospitalité existe à Rome. L’hospes, voyageur de passage dans la cité, mentionné dans le Digeste, est répertorié selon différentes catégories. Ainsi, l’appartenance au monde romain distingue le pérégrin, possédant le droit d’hospitalité et de protections diplomatiques, de celui appartenant aux externae nationes. La présence d’un vocabulaire de l’hospitalité dans les mondes grec et romain sont donc les marqueurs d’une culture de l’hospitalité.

Des pratiques d’hospitalité : la xenia

Xénophon, né en 428 av. J-C et issu d’une famille aristocratique, reflète par son parcours de vie les realia de ces pratiques de xenia, à commencer par son soutien militaire. Par les liens d’hospitalité qui unissent Cyrus le Jeune et Xénophon, ce dernier soutient son hôte perse dans le recrutement d’une armée contre son frère, appelée « Dix Mille » par le nombre de mercenaires grecs qui la composaient. Marie Durnerin ajoute que Xénophon, citoyen athénien, s’est également engagé auprès du sparte Agésilas, envers et contre sa cité, ce dernier hébergeant en retour Xénophon dans son domaine. Les relations de xenia existantes entre citoyens grecs de différentes cités ou entre Grecs et étranger sont donc doublement révélatrices pour l’intervenante. Si elles soulignent tout d’abord l’inscription de l’individu dans des réseaux d’amitié et dans une forme de sociabilité propre aux élites, ces pratiques relèvent même plus généralement de la communauté humaine.

Un bel exemple de ces pratiques est présent dans l’Hellénistique. L’hospitalité entre aristocratie s’accompagne d’actes très concrets, qui de prime à bord peuvent être simple mais, sont des gestes susceptibles d’engendrer des liens très forts. En déclarant à Agésilas « Je te fais mon hôte » le fils de Pharnabaze active la formation d’une relation pérenne et même salvatrice puisqu’Agésilas le prit sous sa protection.

Aide financière, hébergement, envois de cadeaux, voici les marques de l’hospitalité à l’œuvre aussi bien en Grèce classique que dans l’Empire des cités d’après Virignie Hollard. Face aux sources juridiques relativement muettes au sujet des réalités pratiques de l’hospitalité, les mosaïques aux xenia retrouvées dans de nombreuses uillae ou domus antiques, les mentions de cadeaux dans la littérature de correspondance par exemple sont les preuves d’une hospitalité tangible et durable dans l’Empire des cités.

La cité, cadre de régulation des relations d’hospitalité

Si ces exemples mettent en exergue la dimension amicale et personnelle sous-jacente à ces pratiques d’hospitalité, Marie Durnerin et Virginie Hollard ont toutes deux rappelé, à l’égard de leur deux espaces géographiques et politiques d’étude, que ces pratiques entrent dans un cadre politique défini. Aspect privé et aspect public se complètent ; la cité grecque, régie par un fonctionnement isonomique, prend en charge un certain nombre de pratiques d’hospitalité. Ainsi, l’accueil d’hôtes étrangers est une charge civique. Cette situation est, pour Marie Durnerin, particulièrement éloquente. Elle révèle en effet la dimension utilitaire pour la cité de tels liens d’hospitalité ; raisons diplomatiques obligeant, la cité s’appuie sur les réseaux personnels des élites pour mieux réorienter les pratiques d’hospitalité en sa faveur, dans le cadre de négociations politiques ou commerciales par exemple.

Cette interdépendance est un fait marquant du raisonnement de Xénophon qui rappelle alors « Un ami c’est un bien parce qu’il est utile ». L’étranger venu dans une autre cité peut être profitable à cette dernière et inversement. En outre, les biens offerts à l’hôte ne sont acceptés que si la cité elle-même les accepte. La notion de cité est très importante dans l’Antiquité grecque insiste Marie Durnerin ; elle forme un ensemble uni, dans lequel tous les habitants ont des intérêts communs auxquels nul ne doit nuire. C’est dans ce cadre que la proxenia fait son apparition pour essayer de réguler la situation d’une cité à une autre.

Au système politique romain visant la création d’un oikoumène romain unifié, diamétralement opposé au monde grec des cités, se retrouve par conséquent une insertion différente des pratiques d’hospitalité au cadre politique. Contrairement au monde grec classique, les étrangers des externae nationes arrivant à Rome ne sont pas bénéficiaires de l’hospitalité, réservée aux titulaires de la citoyenneté romaine, au moins « incomplète ». La mise en place d’un arsenal diplomatique, encadrant juridiquement les négociations avec les gens de passage dans l’Urbs, révèle toutefois l’existence d’une forme de prise en charge de l’accueil, au sens large, des étrangers à Rome.

Loin de dépeindre la cité grecque ou la ville de Rome comme les cadres idéaux d’une hospitalité acceptée et encouragée sans limite, Marie Durnerin et Virginie Hollard ne manquent pas de mentionner l’ambivalence de ces pratiques. Si d’aucuns considèrent l’hospitalité comme vecteur de paix, d’autres en revanche voient en elle un prétexte pour espionner la cité ennemie. L’étranger dans une cité était, en effet, à la fois un danger potentiel et une source de richesse pour la société. Si l’aspect public et l’aspect privé semblaient se compléter sans encombre, la concurrence entre les deux dimensions existe, source de tensions et d’ambiguïté dans le rapport entre l’hospitalité et les droits des étrangers.

L’hospitalité limitée : un rejet de l’Autre par la cité ?

Discours de rejet de l’Autre : un accueil controversé

Si les étrangers évoluent dans un cadre juridique qui leur est propre, distinct des citoyens romains, la posture des Romains quant à l’accueil d’étrangers dans leur cité est floue, nous rappelle Virginie Hollard. En effet, Cicéron dans le De officiis prône une politique d’accueil généreuse, s’insurgeant contre la proscription des étrangers (ici, peregrini), précisant que si la distinction de statut entre citoyen et non-citoyen est juste (Nam esse pro ciue, qui ciuis non sit, rectum est non licere, De off. III, 47), il est inhumain d’interdire aux étrangers le séjour d’une ville (usu uero urbis prohibere peregrinos sane inhumanum est, De off. III, 47).

Moins d’un siècle plus tard, Sénèque semble plus réticent quant à l’accueil, qu’il juge massif, de ces étrangers à Rome (Nulla [civitas] non magnam partem peregrinae multitudinis habet), qui quittent leur patrie pour venir profiter de Rome. S’il s’agit de lire la consolation de Sénèque à sa mère, Helvia, à la lumière de son exil en Corse, Virginie Hollard précise que la question de l’hospitalité à l’égard des étrangers a suscité des débats quant à leur encouragement ou leur limitation. Le regard porté par ces Romains sur la légitimité des étrangers à résider à Rome vient encore complexifier la lecture juridique de ce statut multiple.

Au regard de Xénophon, il semblerait qu’un accueil plus favorable lui ait été réservé par la communauté spartiate, précise Marie Durnerin, sans pour autant gagner la citoyenneté spartiate.

Hospitalité ou cité : des pratiques parfois mutuellement excluantes

Une telle réticence peut s’expliquer du fait que les pratiques de l’hospitalité ne sont pas toujours favorables à la cité. Des amitiés qui sortent du cadre de la cité peuvent être suspectées de malveillance étrangère. Dans le monde grec, l’hospitalité étant un échange entre les cités, recevoir des biens ou de l’argent à titre personnel peut être mal perçu. Poussée à son paroxysme, l’hospitalité peut donc recouvrir un caractère corrupteur. Dans les Hellénistiques, la corruption entre cité est bien exprimée. Les Perses sachant qu’ils ne pouvaient corrompre Agésilas, passèrent par les hommes politiques comme Androcleidas, Isménias et Galaxidoros à Thébes, Timolaos et Polyanthés à Corinthe, Cylon. De plus, le choix de Xénophon d’accepter l’hospitalité des Spartiates n’est pas sans conséquence. Rejeté par les Grecs et refusant ainsi de choisir sa patrie, il se tourne vers Sparte ; il témoigne ici de pratiques mutuellement excluantes.

S’agissant de Rome, Virginie Hollard montre bien que la création par Auguste des 240 uici, dirigés par des uicomagistri, montre à la fois la prise en charge par la cité de l’accueil des étrangers, mais aussi d’une forme de rejet de l’accueil sans contrôle des étrangers au nom de la sécurité de l’Urbs. Une fois de plus, ces restrictions juridiques et politiques d’accès marquent une tendance à la méfiance de la part de Rome pour sa propre sécurité et son fonctionnement politique.

L’hospitalité : quelle acceptation pour le xenos ou l’hospes ?

Ne pas participer à l’hospitalité revient à s’exclure de la communauté aristocratique, politique et plus largement humaine, comme nous l’a rappelé Marie Durnerin pour le cas de la Grèce des cités. Toutefois, cette réflexion est menée au regard de la personne qui accueille ou du moins est membre de la cité d’accueil. Est-il possible de renverser le point de vue et d’appliquer un tel syllogisme pour le xenos accueilli ? Les éclairages de Virginie Hollard esquissent quelques réponses à cet égard. Précisions sémantiques et statutaires caractérisant le droit romain permettent, en fonction de la durée du séjour, d’établir une différenciation entre les hospites ; parmi eux, les aduentores ont un délai de séjour plus court que celui des consistentes, de passage mais pour une plus longue durée. Par ces différents degrés d’extranéité, l’étranger romain est donc accepté mais seulement pour une courte durée. Entre utilité du voyageur et menace d’un séjour prolongé, tant pour la cité d’origine ou d’accueil, renforcement des liens diplomatiques ou conflits d’intérêts, on voit dès lors que les droits accordés à l’étranger accueillis sont limités dans le temps. Cependant, ces degrés d’acceptation et d’extranéité de l’hospes semblent tout particulier au cas romain ; nulle mention de ce type s’agissant du cas grec d’après Marie Durnerin où l’hospitalité dépend moins de règles de fixes qu’elle ne fluctue au gré des relations diplomatiques, en témoigne le cas de Xénophon. Il convient dès lors d’analyser le cas romain en soi, afin de mieux éclairer les ressorts de son hospitalité.

Quelle hospitalité dans un cadre juridique qui intègre tout étranger ? L’exemple de Rome

Le ius migrandi : de l’étranger au pérégrin, première étape d’intégration

S’esquisse ici l’une des premières particularités propres au cas de Rome : l’existence d’un droit, qui vise, non seulement à contrôler les déplacements, mais également à faire progressivement entrer un étranger dans la citoyenneté. Au regard d’un Empire dont la politique d’assimilation à l’oikoumène romain a été la pierre angulaire, comme nous le rappelle Virginie Hollard, apparaît dès lors la spécificité d’un rapport à l’hospitalité, très éloigné de celui présent dans la Grèce des cités. Tantôt considéré comme un droit consubstantiel à l’histoire de la République romaine, aujourd’hui relu à la lumière des analyses de William Broadhead soulignant son apparition plus tardive au IIe siècle av. J-C, le ius migrandi nous éclaire toutefois quant aux mouvements à l’œuvre dans l’Antiquité romaine, et témoigne d’une volonté de les restreindre, nous précise l’intervenante.

Déplorant la fuite de leur concitoyens partis rejoindre la cité de Rome, ce sont notamment les alliés latins qui ont réclamé une loi visant à interdire les divers jeux de pouvoirs pour obtenir la citoyenneté romaine (Ab Urbe Condita, 41,8,9). Par ce récit, outre la libre mobilité de tous à l’œuvre au IIe siècle av. J-C., c’est la diversité des éléments juridiques à disposition de tout un chacun à son entrée à Rome, pour perdre ce statut d’étranger et devenir un pérégrin, qui est également révélée. On voit donc ici que l’accueil de l’étranger, en tant que tel, est rapidement relayé par les instances juridiques et parfois d’autres outils politiques, comme l’exercice d’honores. Rome apparaît dès lors comme un cas particulier quant à l’hospitalité. Alors que la préservation de l’isonomie de la cité en Grèce conduit celle-ci à prendre en charge officiellement les pratiques de xenia, l’Urbs au contraire tend à entériner cette extranéité et les pratiques officielles d’hospitalité.

Le droit romain et la citoyenneté : un outil d’accueil et d’intégration

Colonies ou municipes, de droit latin ou de droit romain, ces différents statuts juridiques et politiques n’avaient qu’un seul but : l’intégration au monde romain, effaçant tout caractère strictement étranger aux populations concernées. Le modèle politique romain, dominé par l’Urbs et dont la diffusion de la citoyenneté constitue le but ultime de la politique impériale, se situe presque aux antipodes du fonctionnement autonome des cités dans le monde grec. À l’aune de ces organisations politiques se dessinent donc les contours d’un accueil de l’étranger particulier, fortement conditionné pour le cas romain, par le système de la ciuitas.

Aux degrés d’extranéité précédemment évoqués, répondent aussi des degrés de citoyenneté, étapes conditionnant l’accès à la citoyenneté complète et donc à la parfaite intégration de l’étranger. Le Pro Archia en est une illustration. Aulus Licinius Archias, dont les tria nomina illustrent l’acquisition de la citoyenneté romaine, se voit, en 62 av. J-C, contester cette citoyenneté au prétexte que son appartenance à la cité d’Héraclée n’était pas prouvée. Conditionnalité d’une citoyenneté à une autre, être adscriptus d’une cité d’Italie, venir se déclarer dans les 60 jours suivant la déclaration du statut de municipe, tels sont les éléments qui constituent lex Plauta Papiria de 89 av. J-C, et dont certains n’ont pas été respectés dans le cas d’Archias. Si l’accueil de l’étranger peut être une « menace » pour la cité, reprenant ici le terme de Marie Durnerin, il rapidement relayé par les instances juridiques et parfois d’autres outils politiques.

La question des incolae : illustration du paradoxe entre intégration et hospitalité

Que devient l’hospitalité dans une telle situation juridico-politique ? Qu’est-ce qu’un étranger ? Virginie Hollard nous rappelle que, dans un premier temps, les incolae désignaient les habitants des colonies de droit latin, mais qui ne bénéficiaient pas du droit latin, considérés alors comme des étrangers. Malgré la transformation des colonies de droit latin en municipes de droit romain, les inégalités persistent ; les incolae restent étranger au droit romain, habitent sur le même territoire que ceux qui bénéficient du droit romain, mais n’en ont ni les droits, ni les devoirs. Mais, l’étude menée par Elle Ermon sur les incolae en Italie semble montrer que sous la terminologie d’incolae, se regroupent aussi des individus ayant la citoyenneté romaine ou latine, et désignés comme tels pour habiter dans un municipe ou une colonie. Les incolae sont-ils juridiquement des étrangers sur toute la période qui nous concerne ? Les considère-t-on, d’un point de vue culturel, comme des étrangers ? Cet exemple nous révèle toute l’ambiguïté du droit romain sur la question de l’étranger, rendant problématique la notion d’hospitalité à leur égard. On voit ainsi comment, face à un politique notoire d’intégration, marquées par des degrés d’extranéité, définis juridiquement avec plus ou moins de précision, les pratiques officielles d’hospitalité sont entérinées ou du moins problématiques.

Conclusion

Riche en enseignement, cette journée nous a permis de redécouvrir l’hospitalité dans sa dimension politique et juridique dans l’Antiquité. Si dans la première intervention, l’exemple de Xénophon, plus éloquent que d’autres à l’égard de l’hospitalité, met en exergue les problèmes qu’elle a pu générer, et notamment son départ d’Athènes pour Sparte. L’intervention de Virginie Hollard quant à elle, nous entraîne dans une réflexion sur l’hospitalité et les droits de l’étranger dans la cité romaine. Ainsi, Rome offre tout une procédure politique et juridique destinée à l’accueil et au statut de l’étranger dans la cité.

Dans cette perspective, des interrogations ont été soulevées lors de cette première journée de séminaire sur l’hospitalité. À travers l’histoire de Xénophon, Marie Durnerin a expliqué l’hospitalité dans l’aristocratie grecque. Une des questions était de savoir s’il y avait une différence entre l’hospitalité envers les Grecs et celle des non Grecs. La différence était effectivement bien réelle car les Grecs considéraient les Perses comme des barbares. Par conséquent, ces derniers ne pouvaient pas recevoir le même accueil qu’un Grec. Cependant, l’hospitalité était paradoxale et pouvait être source de problème et de confusion entre les Grecs et non Grecs.

Suite à cet exposé, nous avons cru comprendre que Xénophon avait fui sa patrie pour des raisons économiques parce qu’il avait été dépouillé de ses richesses à Athènes. Les faveurs obtenues à Sparte étaient de loin supérieures à celles offertes par sa cité. Mais Marie Durnerin précise que les raisons qui ont poussé Xénophon à l’exil ne sont pas seulement économiques mais aussi politiques. Le contexte de guerre entre Sparte et Athènes ne lui était pas favorable. En outre, Xénophon critique la démocratie athénienne, ainsi que ceux qui ont mis à mort Socrate, son maître. Ses préférences vont à l’aristocratie qui exclut tout travail lucratif comme à Sparte.

Toujours dans cette perspective, une question a été soulevée quant à la reconnaissance, s’il n’y a pas définition, de l’étranger par un Romain autour de valeurs partagées ou non. Virginie Hollard a dès lors mentionné une fois de plus la paradoxale attitude romaine face à l’étranger, dont l’extranéité juridique ne conditionne pas nécessairement l’extranéité culturelle aux yeux des Romains, et inversement. Quant à la question sur l’absence d’hospitalité à Rome, Virginie Hollard ne manque pas de nous rappeler l’effet de sources induit par la puissance de ce système juridique. Les pratiques d’hospitalité ont toujours servi de dialogues entre les groupes sociaux, notamment pour l’intégration des élites. Ainsi, Virginie Hollard nous offre une réflexion sur l’hospitalité et ses limites, non en tant que telles, mais par rapport à d’autres processus de contrôle juridiques qui en auraient de fait limité les effets. C’est alors un autre aspect de la réflexion sur l’hospitalité qui est présenté. Loin des marques de l’hospitalité, des pratiques de réception ou des déplacements et des lieux d’accueil, Virginie Hollard insiste sur les éléments normatifs et juridiques qui ont endigué l’extranéité et hypertrophié de fait l’existence de l’hospitalité, par la quête d’une identité romaine unique.

Les deux interventions très complémentaires ont donc révélé les points communs et les divergences quant à l’hospitalité et aux droits des étrangers dans les cités d’accueil, et notamment toute la difficulté d’accepter et d’endiguer parfois, les démarches individuelles ou familiales d’hospitalité dans un cadre politique, aux intérêts parfois contraires aux intérêts privés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.