Colloque international « Hospitalité et régulation sociale et politique dans l’Antiquité méditerranéenne : penser le singulier et le collectif » (Lyon, 5-7 septembre 2018) – Résumés des communications

Hospitalité et régulation sociale et politique dans l’Antiquité méditerranéenne :

penser le singulier et le collectif

Colloque international

École normale supérieure de Lyon – Université Lyon 2 – Université Lyon 3

5-7 septembre 2018

Résumés des communications

Le programme complet est consultable ici et .

5 septembre 2018

Session 1 : Hospitalité : loi des hommes, loi des dieux ?

F. Joannès (U. Paris 1 – Arscan UMR 7041) : Accueillir l’étranger en Mésopotamie : mythe et réalité de l’intégration

Babylone est vue, dans l’imaginaire historique, comme un lieu où se côtoient et se fondent une multiplicité de peuples. La Mésopotamie a en effet accueilli au cours de sa longue histoire nombre d’étrangers isolés ou en groupes, qui se sont peu à peu fondus dans son creuset civilisationnel.
Pourtant, le discours que tiennent les Sumériens, puis les Assyro-Babyloniens sur leur faculté d’intégration à travers leur documentation écrite apparaît assez différent de cette position intégratrice. L’insertion de l’étranger, qu’il le soit par son origine géographique ou par son mode de vie non-sédentaire, ne s’y présente jamais comme un fait acquis.
Pour saisir la réalité du processus de l’accueil, on partira de la représentation codifiée qu’en ont donné certains textes littéraires suméro-akkadiens (l’accueil d’Adapa chez les dieux ou l’arrivée d’Enkidu dans la ville d’Uruk dans l’Épopée de Gilgameš), pour la mettre en rapport avec la réalité des pratiques diplomatiques dans la Mésopotamie du début du IIe millénaire ou de l’implantation de la communauté judéenne en Babylonie au début du 6e siècle av. J.-C.
Sur la longue durée de la civilisation mésopotamienne, on voit ainsi que discours et pratiques furent loin d’être toujours en accord, mais posèrent toujours comme a priori la supériorité du mode de vie local.

P. Leroy (U. Lille – Halma UMR 8164) : L’hospitalité à la cour des rois de Mari au XVIIIème siècle avant notre ère

Le royaume de Mari compte parmi les grands États de l’époque amorrite (début du deuxième millénaire avant notre ère). Les milliers de textes cunéiformes trouvés à l’intérieur du palais permettent d’illustrer des thématiques variées, dont la diplomatie et les relations internationales.
L’époque amorrite est en effet marquée par une circulation intense de messagers et de marchands entre le royaume de Mari, dans la région du Moyen-Euphrate, et les royaumes de la côte méditerranéenne. Les échanges diplomatiques et commerciaux représentent les marques habituelles et indispensables de relations cordiales entre deux individus, deux royaumes ou deux groupes, comme les tribus nomades par exemple.
Répondant à des règles strictes, la réception d’ambassades étrangères est l’occasion, pour le roi de Mari, de faire preuve d’hospitalité envers ses invités. Après les salutations d’usage, les émissaires sont installés dans une résidence particulière, extérieure au palais. L’audience royale, le repas partagé, puis le trajet retour sont autant d’occasions d’échanges de cadeaux et de marques d’hospitalité. Le roi veille également à l’entretien quotidien des messagers à travers par exemple le versement de rations. L’accueil réservé aux hôtes étrangers diffère entre deux types d’ambassades bien distinguées dans les textes : les têhîtum, celles reçues officiellement par le roi de Mari, et les êtiqtum, celles qui ne font qu’étape à Mari avant de reprendre la route.
Le respect de l’usage protocolaire, avant, pendant, et après le séjour des ambassadeurs à Mari, est primordial car il détermine la qualité des relations entretenues par la suite entre le roi de Mari et ses homologues occidentaux.

G. Gorre (U. Rennes 2 – Tempora EA 7468 – Arscan UMR 7041) : Le Mont Garizim, la xénia, les Sidoniens de Sichem et Antiochos IV

Deux sources documentent le sort du Mont Garizim dans les années 160 avant notre ère : le livre des Macchabées et Flavius Joseph. Le récit relatif au Mont Garizim est bien plus bref que celui relatif au temple de Jérusalem et se concentre sur la question du changement de nom du temple sans évoquer l’attitude du dirigeant du Garizim vis-à-vis du pouvoir séleucide. Des différences peuvent être relevées dans les deux témoignages dont nous disposons : selon le livre des Macchabées, la demande émane des habitants du lieu qui ont choisi le nom de Zeus Xénios ; selon Flavius Joseph, la demande émane des Sidoniens de Sichem qui veulent donner le nom de Zeus Hellénios au temple construit par leurs ancêtres. Temple qui était, jusque là, « anônumon »,  « sans dédicace » ou « anonyme » selon les traductions usuelles, au moins francophones et anglophones de Flavius Joseph.
Les arguments en faveur du nom de Zeus Hellénios ont été récemment soulignés : il aurait permis aux Sidoniens de créer une « parenté mythique » entre eux et le roi. Dans la présente communication nous verrons quels sont les arguments en faveur du nom de Zeus Xénios : le choix de ce nom permet aux Sidoniens de prétendre s’inscrire dans la philia royale et ainsi justifier leur place aussi bien dans le sanctuaire que vis-à-vis des administrateurs royaux.

M. Attali (U. Rennes 2 – Tempora EA 7468) : L’évolution des règles de l’hospitalité dans le judaïsme depuis le début de l’époque romaine jusqu’à la fin de l’Antiquité : la mise en place progressive d’une nouvelle hiérarchie intracommunautaire

Dans le judaïsme, deux contraintes d’origine biblique sont à prendre en compte en ce qui concerne l’hospitalité. En premier lieu, la définition des modalités de transmission de l’impureté rituelle, laquelle varie selon les communautés et les périodes ; au début de l’époque romaine, les groupes partisans d’une interprétation très extensive de ce risque – esséniens, haberim – se distinguaient en ce qu’ils se devaient de refuser l’hospitalité offerte par ceux qui ne partageaient pas leurs vues, qu’il s’agisse de juifs ou de non-juifs ; ils mettaient également en place des mesures spécifiques destinées à garantir le respect de leur halakha lorsqu’ils accueillaient eux-mêmes des hôtes. Pour la majorité des juifs, l’élément déterminant restait celui des lois alimentaires, lesquelles conditionnent la commensalité. Or, celles-ci ont considérablement évolué au cours de la période : alors qu’à l’époque hellénistique, rien ne s’opposaient à ce que des juifs prennent un repas chez des non-juifs, les précurseurs du mouvement rabbinique introduisent, en 66 ap. J.-C., une série de mesures augmentant le nombre d’aliments soumis à la casherout afin de limiter les interactions entre juifs et non-juifs dans le contexte de l’éclatement de la première révolte juive contre Rome. Aux IIe -IIIe siècles, on assiste à une nouvelle étape de ce raidissement communautaire, puisque, d’après les sources rabbiniques, la seule présence de juifs à un banquet festif donné par des non-juifs les rend coupables d’idolâtrie. S’il n’est pas totalement interdit aux juifs de manger ou de boire chez des non-juifs, cette possibilité est considérablement réduite. Cette restriction, qui illustre la crainte de l’apostasie et d’une éventuelle disparition de la communauté juive, est par ailleurs différenciée selon le statut des individus concernés : celui qui prétend à l’autorité telle qu’elle est reconnue par le mouvement rabbinique ne peut être l’hôte de non-juifs, voire même de juifs jugés moins scrupuleux. En revanche, tant les sources rabbiniques que chrétiennes attestent que les juifs, y compris des rabbins, continuent d’inviter chez eux des non-juifs, l’hospitalité donnée apparaissant comme garante de rapports sociaux pacifiés.

S. Péré Noguès (U. Jean Jaurès Toulouse – TRACES UMR 5608) : De l’hospitalité en territoire « barbare » : pistes de réflexion autour d’une pratique celtique peu connue

Dans son œuvre, De Bello Gallico, César décrivait ainsi une coutume prêtée aux Germains : « Ne pas respecter un hôte (hospitem), c’est à leurs yeux commettre un sacrilège : ceux qui, pour une raison quelconque, viennent chez eux, ils les protègent, leur personne leur est sacrée » (VI, 23, 9). Bien que largement inspiré des voyageurs grecs qui parcouraient les contrées de la « Gaule chevelue » depuis le IIe siècle, son témoignage atteste l’existence d’une forme d’hospitalité que beaucoup de peuples de ces territoires éloignés, mais intégrés au monde méditerranéen, semblaient partager.
À travers les témoignages transmis par la littérature gréco-romaine, il s’agira d’abord de comprendre quel regard les Grecs et les Romains ont porté sur une pratique qu’ils percevaient pour ces peuples comme un marqueur d’altérité. Si leurs discours restent largement stéréotypés, ils peuvent être confrontés à des traces plus directes de cette pratique, telles qu’elles sont documentées par l’épigraphie ou l’onomastique, notamment gauloise. Cette mise en relation peut aider à analyser la place de l’hospitalité à l’intérieur de ces sociétés, et donner une image de leur propre rapport à l’Autre. Étudier cette pratique dans des contextes d’expression aussi différents reviendra enfin à s’interroger sur les multiples fonctions dont l’hospitalité fut investie au cœur de sociétés qui étaient ouvertes et multiculturelles.

A. Ferlut (HiSoMA UMR 5189): Permanence et impermanence des règles d’hospitalité celtes dans les provinces septentrionales de l’Empire romain

Les Gaules et les Germanies ont été façonnées par l’empreinte des peuples celtes qui en occupaient les territoires avant la Conquête romaine. Les Celtes de ces régions interagissaient, au sein de sociétés fort cosmopolites, selon des règles et des coutumes spécifiques que nous connaissons le plus souvent par le prisme des auteurs grecs et latins, notamment César. Après la Conquête, nombre de pratiques issues du monde romain : épigraphie, sculpture anthropomorphe, rites religieux, architecture religieuse, architecture urbaine, valeurs de la romanitas et de l’urbanitas, ont été appropriées par les populations de ces provinces au fur et à mesure de la structuration de l’Empire romain. Pour autant, l’onomastique, la structure de certains ensembles architecturaux comme les fana, le nom d’origine celte de certaines divinités questionne la permanence de certaines formes de culture celte, probablement transformées, adaptées voire créées à l’époque romaine.
C’est dans ce contexte que nous proposons d’étudier la permanence ou l’impermanence des règles de l’hospitalité celte dans des provinces profondément marquées par l’empreinte de la culture impériale romaine, telle que G. Woolf l’a définie. Identifier les éléments qui perdurent, ceux qui ont été oubliés volontairement ou ceux qui se sont créés à l’époque romaine en « souvenir » d’une époque celte parfois reconstruite par les protagonistes eux=mêmes est une autre clé de lecture que nous aborderons.

Session 2 : Les acteurs de l’hospitalité I : autorité et expertise

S. Destephen (U. Paris Nanterre – Arscan UMR 7041) : L’hospitium militare : un aperçu égyptien

L’hospitium militare a peu de chose à voir avec l’hospitalité au sens strict du mot. Il s’agit en réalité d’un devoir de cantonnement des troupes, des officiers et des membres des administrations civiles qui incombe à tous les particuliers et à toutes les communautés, à l’origine sans distinction de statut ni de fortune. Si cette corvée existe depuis les débuts de l’Empire romain, elle est surtout connue dans l’Antiquité tardive en raison d’une documentation plus importante, de nature juridique et papyrologique surtout. Exceptionnelle par leur riche diversité, leur dimension locale et leur précision factuelle, les sources égyptiennes offrent une série de cas qui permettent de comprendre et de préciser le statut des bénéficiaires, la nature des prestations requises et les écarts, sous la forme d’exemptions accordées ou d’abus commis, à la règle générale ainsi esquissée.

E. Nechaeva (U. Tübingen) : Political hospitality in Late Antiquity : between Asylum and Extradition

Late Antique period was in many ways determined by population migrations, as well as group and individual displacements. Mobility across the borders was an important part of this phenomenon. Commercial exchanges, military actions, diplomatic negotiations, learning and religious activities prompted across-the-border traffic. Though political entities tended to control and limit this mobility, state frontiers and political boundaries were often permeable, in particular, for individuals.
Some of the movers crossing borders between the Roman empire and Persia, as well as the boundaries between the empire and the ‘Barbaricum’, sought, for various reasons, to remain abroad. The newcomers were often welcome on territories of their arrival. The receiving sides could be interested in accepting the runaways, especially the high-profile ones, to utilize their expertise and influence. The status of these ‘refugees’ was, however, threatened by international agreements that prohibited the sides to accept fugitives and forced them to extradite deserters and refugees.
The talk will examine cases of high profile across-the-border mobility and the problem of remaining on a foreign territory. It will specifically focus on the conflict between the protection-granting obligations of the receiving side towards the asylum seeker and the necessity to abide by the rules of diplomacy. 

6 septembre 2018

Session 2 : Les acteurs de l’hospitalité II : action individuelle, action collective

R. Baudry (U. Paris Nanterre – Arscan UMR 7041) : Les relations d’hospitalité entre aristocrates romains et notables locaux à la fin de la République : valeurs et normes

Nous souhaitons étudier la place de l’hospitalité dans le système de valeurs et dans les normes de conduite des aristocrates romains, à travers l’exemple des relations entre ces derniers et les notables provinciaux. À partir d’un examen du corpus cicéronien (discours et correspondance), qui abonde en discours de justification et propose des portraits de bons et de mauvais hôtes (Verrès, en particulier), nous essaierons de montrer dans quelle mesure et à quelles conditions l’hospitalité était conçue par les aristocrates romains comme un moyen de régulation sociale et politique, permettant de faire accepter la domination de Rome sur les provinciaux et contribuant au maintien de l’équilibre aristocratique sur lequel reposait le système politique républicain. La comparaison entre les pratiques et le système normatif qui était censé les encadrer permettra de mettre au jour les limites de cette capacité régulatrice de l’hospitalité.

E. Deniaux (U. Paris Nanterre – Arscan UMR 7041) : Sthenius de Thermes, hôte exemplaire des Romains dans la Sicile du Ier siècle av. J. -C.

L’histoire de Sthenius, hôte des officiels romains dans la ville de Thermes , peut être considérée comme une sorte d’exemplum. Ce grand personnage, que les officiels romains choisirent comme hôte, assuma un rôle public dans plusieurs circonstances et d’abord, devant Pompée, comme responsable de l’attitude de sa communauté civique qui avait soutenu Marius. Il se fit aussi le défenseur des intérêts de ses concitoyens en protégeant leur patrimoine culturel menacé par le gouverneur Verrès. Mais son histoire est exemplaire aussi par le soutien que lui apportèrent ses hôtes romains quand Verrès, lui-même hôte de Sthenius, le menaça dans sa personne et dans ses biens. Les stratégies qui furent alors mises en œuvre à Rome pour le protéger de l’arbitraire du gouverneur sont exceptionnellement décrites par Cicéron et témoignent de la force du lien d’hospitalité au Ier siècle av. J.-C.

N. Zwingmann (Tübingen) : Sauve qui peut ! Les tentatives de contourner la loi de l’hospitalité

Dans les sociétés grecques et romaines, les citoyens les plus riches assuraient une partie importante des tâches de la vie commune dans le cadre de l’évergétisme / des munera. Une de ces obligations était l’hospitalité officielle envers les magistrats romains et leur important cortège, et elle était lourde car elle servait de moyen de distinction en démontrant le statut social à la fois de l’accueilli et de l’accueillant. De nombreux textes littéraires et épigraphiques témoignent des tentatives des hôtes d’éluder ce devoir d’hospitalité. Pour évoquer trois exemples pertinents : selon une histoire transmise par Pline l’Ancien et son neveu Pline le Jeune, la commune maritime d’Hippo Diarryte a tué un dauphin docile parce qu’il attirait trop de magistrats que la commune devait loger et nourrir. Le sophiste Polémon, propriétaire de la plus belle maison de Smyrne, avait trouvé celle-ci occupée par le proconsul d’Asie et futur empereur Antoninus Pius lorsqu’il rentrait en pleine nuit d’un voyage. Il a forcé l’intrus à partir aussitôt. À l’inverse, comme nous le rapporte Cicéron, un certain Philodamus, citoyen de Lampsakos, a du payer de sa vie sa tentative de refus d’hospitalité envers Verrès, légat du préteur Dolabella à ce moment, qui n’avait pourtant pas de légitimité à y prétendre. Cette communication cherchera à examiner les conditions dans lesquelles les accueillants essayaient de contourner leur obligation, les moyens auxquels ils pouvaient recourir et les cas dans lesquels ils ne pouvaient pas se dégager de leur responsabilité.

Session 3 : Construction idéologique et matérielle de l’hospitalité : la christianisation de l’accueil en question

J. Cornillon (U. Paris Sorbonne – Orient et Méditerranée UMR 8167) : L’hospitalité chrétienne envers les prédicateurs itinérants aux Ier et IIe siècles : la construction d’un sentiment d’appartenance communautaire chrétien entre rejet et intégration

L’accueil des prédicateurs fut l’un des piliers de l’enracinement de la foi chrétienne dans l’Empire romain aux deux premiers siècles. Pourtant, l’activité de ces prédicateurs a posé de nombreux problèmes au sein des communautés : alors même que ces prédicateurs affichaient une foi commune avec ceux qui les recevaient, leur accueil ou leur rejet s’est largement construit comme un rapport à l’autre, tant la question de leur authenticité et de leur légitimité fut posée. Mêlant des enjeux économiques, liés à l’entretien des prédicateurs itinérants et à l’intégrité d’un modèle communautaire de solidarité matérielle (dans la Didachè), des enjeux politiques, liés notamment aux rivalités entre itinérants et ministres locaux (par exemple dans la Troisième épître de Jean), et des enjeux religieux et culturels, liés à la diversité des méthodes de prédication, voire des contenus doctrinaux, (que l’on retrouve dans la correspondance de Paul avec les Corinthiens), l’hospitalité réservée aux prédicateurs extérieurs aux communautés locales qui les recevaient ne s’est pas faite sans heurts. Qu’elle donne lieu à un accueil ponctuel ou à une intégration durable, cette hospitalité, à la fois nécessaire à la construction d’un sentiment d’appartenance communautaire qui dépasse le cadre local et susceptible de créer de nombreuses tensions, constitue une question essentielle à la compréhension du mode de vie communautaire chrétien que nous nous proposons d’étudier.

E. Morvillez (U. Avignon – ANHIMA UMR 8210) : Louer l’hospitalité des évêques dans l’Antiquité tardive : entre traditions et nouvelles exigences chrétiennes

Les lois et les devoirs de l’hospitalité, hérités de la longue tradition méditerranéenne gréco-romaine, sont relativement bien identifiés pour les élites politiques de l’Antiquité tardive, grâce à leur correspondance. Hébergements ou invitations au banquet sont parés encore des principes et usages des siècles précédents. Mais avec la christianisation progressive de la société, on note un ajustement de conduite de la part des riches, pour adapter leur mode de vie aux exigences commandées par l’Église. Les évêques se trouvent eux aussi confrontés à de nouvelles situations, parfois contradictoires. D’un côté, ils se doivent d’afficher leur nouveau pouvoir à travers un faste réel, en utilisant les marqueurs sociaux de leur temps (constructions de palais, invitations à des banquets, utilisation de l’argenterie de table par exemple). Mais de l’autre, dans le cadre de leur sacerdoce, ils sont considérés comme les guides de leur communauté et doivent à ce titre être des modèles de renoncement au monde, d’hospitalité aux pauvres et aux étrangers. Un vocabulaire et des images se mettent en place pour désigner les qualités nouvelles de l’évêque. Nous souhaitons étudier ces aménagements du discours à travers la correspondance de Sidoine Apollinaire ou la poésie de Venance Fortunat : la question de la louange de la villa et du domaine épiscopal où l’on est reçu, la qualité de la table et la conduite au banquet, la recommandation des voyageurs et enfin le discours ultime des épitaphes où doivent transparaître, aux yeux de la communauté, les qualités d’hospitalité du bon évêque.

N. Mc Lynn (U. Oxford – Corpus Christi) :  Jerome’s Missing Mansiones: Christian Perspectives on the Cursus Publicus

Modern scholarship on the communications network of the later Roman empire, and in particular on the public/private partnership through which the infrastructure was operated, has concentrated (understandably) on the mechanics that drove the system.

This paper sets out to explore instead the imaginative impact of the system; literary sources which have previously been used as evidence for the operation of the highways and for the housing available of travellers, might instead serve to illuminate the assumptions made about the transport network, and to indicate areas where the role of the state was made explicit—comparative points of reference include Ruth Livesey, Writing the Stage Coach Nation: Locality on the Move in Nineteenth-Century British Literature (Oxford, 2016); and Wolfgang Schivelbusch, The Railway Journey: The Industrialization of Time and Space (Berkeley, U. of California Press, 1986).

Christian authors provide a particularly interesting starting-point, given their inherent distrust of the Roman State; and Jerome is exceptional among them, as someone who ran his own hospitality operation. A review of Jerome’s references to the system of regularly established stopping places will reveal unexpected, selective inclusions and above all omissions.

The paper will reflect both upon what is included and also what is omitted.

M. Whiting (U. Amsterdam) : Holy Men and Lay Women: Rules of Hospitality and Piety in the Late Antique Near East

The issue of monastic hospitality has received a great deal of attention recently, particularly the rhetorical tension between the requirements of monastic seclusion and Christian hospitality (“the monastic paradox”). One issue that requires investigation is how the rules for negotiating monastic hospitality extended to women. One the one hand, women were in theory excluded from entering monastic enclosures intended for men. On the other hand, women recur frequently in hagiographies as petitioners of holy men, who often resided in monasteries.

The aim of this paper is to explore the “rules” of hospitality of holy men towards women in the Late Antique Near East. I will examine written sources concerning the visits of women to holy men, i.e., pilgrim accounts (like those of Egeria, Paula and the two Melanias), hagiographies (e.g. the Lives of the Monks of Palestine, the Life of St Symeon Stylites, the Life of Theodore of Sykeon), and the collected stories of desert fathers (e.g., the Lausiac History and the Spiritual Meadow). I will address the ways in which women had access to and interacted with holy men. For example, I will discuss the extent to which women had direct access to the saint instead of relying on a male family member as an intermediary. I will also consider the role of indirect encounters – visions, prayers or invocations, relics – as part of women’s experience. I will also consider the difference between the treatment of women in the religious life and lay women. I will examine texts from Palestine, Syria, and Asia Minor to understand what are regional trends in the phenomenon.

P. Horden (University of London) : Mobility and institutional hospitality in the Eastern Mediterranean in Late Antiquity

This paper will be asking if it is time once again to take seriously the xeno– in xenodocheion, the common Greek term for hospital in Asia Minor from the fourth century on. Was this the migrants’ crisis of the age, or should ‘stranger’ here be taken in theological terms?

P. Piraud-Fournet (IFPO) : L’architecture des établissements d’assistance et d’accueil de la fin de l’Antiquité au Proche-Orient

Entre le IVe et le VIIe siècle après J.-C., l’Église encouragea la construction de nombreux hospices destinés à accueillir, abriter et soigner une partie de la population, sédentaire ou mobile, dont la survie dépendait de la charité. Les sources textuelles et épigraphiques évoquent abondamment ces différentes catégories d’hospices désignés par des termes qui se rapportent à leurs bénéficiaires, le plus souvent les pauvres, les malades, les étrangers et les pèlerins, les personnes âgées. Pourtant, les données textuelles relatives aux caractéristiques architecturales et à l’organisation de ces établissements sont rares et ponctuelles, de même que les tentatives menées jusqu’à maintenant pour les identifier archéologiquement. Cette communication a pour but d’esquisser quelques-unes de ces caractéristiques, relatives à leur situation dans les villes et les campagnes, aux bâtiments auxquels ils sont associés, à leurs formes et à leur organisation, aux aménagements spécifiques qui permettraient de préciser la nature du public accueilli et des actions exercées. Des indices qui permettront de les rechercher de façon plus systématique et approfondie sur le terrain, aux abords des sanctuaires de pèlerinage et de la Terre Sainte en particulier, et d’établir progressivement une typologie propre à chaque catégorie d’hospices et de bénéficiaires.

E. Destefanis (Università del Piemonte Orientale) : Structures d’accueil et système routier dans l’Italie du haut Moyen Âge

Très souvent, la présence des structures d’accueil a été associée dans l’historiographie à leur position sur les routes principales, surtout celles dites « de pèlerinage », dans une perspective de recherche qui lie ces institutions au service des voyageurs, notamment ceux qui voyagent pour des raisons de dévotion.
Ce rapport, toutefois, n’apparaît pas si automatique et en même temps, il semble être bien plus complexe, touchant également à l’assistance sociale à l’échelle locale, ainsi qu’aux questions économiques et à la gestion du territoire, au sein duquel le système routier, à des niveaux différents, est un des protagonistes du paysage. Bien que diversifiés par leurs statut, dimension institutionnelle, importance des fondateurs, fonctions, placement sur des routes plus ou moins importantes, les xenodochia jouent un rôle tout à fait dynamique dans le rapport avec les routes, à la fois dans l’espace – s’insérant dans des parcours d’envergure internationale comme dans des réseaux plus locaux – et également dans le temps, en pouvant aussi participer au changement des hiérarchies des routes, dans une perspective diachronique.

7 septembre 2018

Session 4 : De l’hôte accueillant à l’hôte accueilli : diversité, altérité, identité

M. Durnerin (ENS de Lyon – HiSoMA UMR 5189) : La régulation des liens d’hospitalité entre Grecs et Perses au début du IVe siècle a. C. d’après Xénophon

Les liens d’hospitalité (ξενία) dans le monde grec sont traditionnellement noués entre deux individus, généralement des personnages en vue dans leurs cités, et se transmettent de génération en génération, créant ainsi des réseaux familiaux puissants. Avec l’avènement de la cité isonomique à Athènes l’hospitalité devient ambiguë : établie entre des grandes familles de différentes cités, ou avec des barbares, elle donne aux hôtes (ξένοι) une influence qui va à l’encontre de l’égalité de pouvoir entre les citoyens, que ce soit à Athènes ou dans d’autres cités comme Sparte. L’œuvre de Xénophon écrite au début du IVe siècle met particulièrement bien en lumière ce rôle ambivalent de l’hospitalité et les différentes stratégies individuelles employées pour la justifier. En effet, la ξενία n’est pas supprimée même après les coups de force oligarchiques et la restauration démocratique mais utilisée comme outil diplomatique par la cité. Un subtil équilibre s’établit donc entre liens communautaires et individuels mais il est sans cesse menacé par les conflits incessants que connaissent les Grecs et les peuples qui les entourent dans la première moitié du IVe siècle. On s’interrogera particulièrement dans cette communication sur la nature des relations d’hospitalité entre Grecs et Perses qui posent un certain nombre de problèmes aux cités des protagonistes grecs de ces relations puisqu’elles donnent à ces Grecs un pouvoir politique très supérieur à leurs concitoyens. En même temps, les cités ne peuvent pas se passer de ces individus capables de nouer des relations avec l’élite perse. Ainsi étant donné la tension observée dans l’œuvre de Xénophon entre la xenia aristocratique et la répartition égale des pouvoirs entre citoyens, nous allons donner quelques pistes pour essayer de mettre en lumière le fonctionnement de ces relations entre Grecs et Perses, en montrant qu’elles sortent du cadre mis progressivement en place par la cité. Nous verrons ensuite les difficultés de la cité pour réguler ces relations, en analysant les moyens de contrôle qu’a la cité sur ces elles, avant de voir jusqu’à quel point les cités s’accommodent de ces relations avec les Perses qui leur sont nécessaires.

V. Hollard (U. Lyon 2 – HiSoMA UMR 5189) : Rome a-t-elle posé les bases d’un droit international ?

Pour qu’il y ait du droit, il faut qu’il y ait une tierce entité capable d’évaluer la conformité au droit de deux parties opposées. Or, cette tierce partie n’existe pas dans le monde romain, toutes les règles régulant les liens entre les peuples appartenant ou étant en lien avec le monde romain ayant été édictées par Rome elle-même et cette dernière étant la seule à pouvoir juger de la conformité à ces règles.
Toutefois, la capitale de l’empire romain a bien créé des règles juridiques permettant d’organiser les liens qui l’unissaient aux autres peuples : les notions de traités, les relations clientélaires, les statuts d’amicus et de fratres populi Romani, le ius migrandi, les théories sur le principe de double citoyenneté, sont autant de cadres juridiques permettant de hiérarchiser et d’inscrire dans la norme, voire la loi, les différentes types de relations entre Rome et les peuples étrangers qui existaient au sein du monde romain. Comment est ce que ces règles de droit s’appuyaient sur les idéaux antiques d’hospitalité et de relations entre élites ? Comment ont-elles évolué dans le cours de l’histoire de l’empire romain et ont-elles fini par donner un cadre juridique à ce que l’on nomme traditionnellement le pragmatisme romain ? Quel fut enfin l’héritage de ces éléments du droit romain dans la création d’un droit international contemporain qui maîtrisait, en effet, ces principes du droit romain pour établir les règles supranationales régulant les liens entre les peuples ?

P. Balbin Chamorro (U. Complutense de Madrid – Archivo Epigráfico de Hispania) : Eadem condicione esset : una fórmula jurídica clave en los pactos de hospitalidad de Hispania

Las tabulae y tesserae de Hispania constituyen uno de los conjuntos epigráficos más numerosos del Imperio en relación con la institución de la hospitalidad, y a esta abundancia numérica hay que añadir las peculiaridades de sus textos y formularios: por un lado, muchas están redactadas en lengua indígena; por otro, a menudo reflejan usos distintos a lo conocido en la práctica institucional romana. Entre toda la documentación disponible destaca una inscripción procedente de Herrera de Pisuerga (HEp 2012, 412), donde se registra la concesión a un individuo –y a todo el grupo al que representa– de derechos en la civitas que lo recibe como hospes. La semejanza entre las fórmulas jurídicas consignadas tanto en el documento de Herrera de Pisuerga como en otros dos hallados en la misma zona (AE 1953, 267; HEp 9, 1999, 478) y algunas expresiones usadas por los gromáticos permite plantear la hipótesis de que los acuerdos de hospitalidad sirvieron en ocasiones para facilitar el acceso de los hospites a los bienes comunales de las comunidades de acogida. En este sentido, el hospitium debió de tener un papel tan importante en la cobertura legal de las relaciones intercomunitarias que su práctica se perpetuó en instituciones posteriores.

Eadem condicione esset: A Key Legal Formula in the Hospitality Agreements of Hispania

The tabulae and tesserae from Hispania make one of the largest documentary collections on the hospitality of the Roman Empire in which we must highlight the peculiarities of its texts and forms: not only many are written in the indigenous language, but they also often reflect legal uses different from what is known in Roman institutional practice. Among all the available documentation an inscription from Herrera de Pisuerga (HEp 2012, 412) stands out; it contains the concession to an individual –and to the entire group he represents– of rights in the civitas that receives him as a hospes. The similarities between the legal formulas consigned both in the document of Herrera de Pisuerga and in two other documents from the same area (AE 1953, 267; HEp 9, 1999, 478), and some of the expressions present in the gromatic texts, allow for hypothesizing that the hospitality agreements were occasionally used to give the hospites access to the communal goods of the host communities. In this regard, hospitium played such an important role in the legal coverage of intercommunity relations that its practice was perpetuated in later institutions.

F. R. Stasolla (Sapienza – Università di Roma) : Identità ed alterità: le forme dell’ospitalità a Roma nella tarda antichità

La città di Roma in età imperiale si caratterizza per una grande vocazione all’ospitalità e alla ricettività che si manifesta nella presenza di moteplici strutture destinate ai poveri e ai viaggiatori, due categorie diverse, ma ugualmente tutelate dalla normativa ed oggetto dalla munificenza imperiale. In età tardoantica, due eventi come il trasferimento del centro del potere imperiale a Costantinopoli e la presenza stabile e progressivamente più incisiva del vescovo di Roma determinarono nuovi assetti ella gestione dell’ospitalità. La presenza ecclesiastica in questo ambito dei servizi urbani diventa sempre più evidente, fino a diventare dominante, con la costruzione e la gestione di strutture apposite: xenodochi, diaconie, ospizi, ospedali, ecc., tutti dotati di infrastrutture, quali bagni e magazzini per derrate. Si intende analizzare le forme dell’ospitalità in questo momento di passaggio fra gestione pubblica e gestione ecclesiastica, evidenziano le modalità di convivenza e di reciproco rapporto delle diverse istituzioni. Attraverso la lettura integrata delle fonti scritte e dei dati archeologici si intende ricostruire il sistema dell’accoglienza a Roma delle diverse categorie dei bisognosi poveri, la plebe urbana, ma anche i viaggiatori ed i pellegrini attratti dai nuovi poli martiriali cristiani. Quest’ultima nuova categoria, portatrice di culture di ogni parte dell’Impero, rappresenta un elemento nuovo nella cultura della recettività romana, e finisce col promuovere una organizzazione dell’ospitalità che si muove lungo assi diversi dai consuetudinari, che ingloba anche il suburbio nella concezione di spazio urbano. Conteporaneamente, i concetto stesso di accoglienza cristiana si materializza in percorrenze e strutture che uniscono aspetti pratici a forti valenze rituali e che per questo facilità la codificazione di aree specificamente destinate alla recettività.

Identité et altérité : les formes de l’hospitalité à Rome pendant l’Antiquité tardive

La ville de Rome se caractérise, à l’époque impériale, par une forte pratique de l’hospitalité et de l’accueil, qui se manifeste dans la présence de multiples structures destinées aux pauvres et aux voyageurs, deux catégories distinctes mais toutes deux encadrées par la norme et objets de la générosité impériale. À l’époque tardo-antique, deux circonstances, à savoir le transfert à Constantinople du centre du pouvoir impérial et la présence stable et progressivement plus marquée de l’évêque de Rome, entraînent de nouveaux modes de fonctionnement pour la gestion de l’hospitalité. La présence ecclésiastique au sein de ce secteur des services urbains se fait de plus en plus visible, jusqu’à devenir dominante, avec la construction et la gestion de structures dédiées, xenodochia, diaconies, hospices, hôpitaux etc., tous dotés d’infrastructures, parmi lesquelles des bains et des espaces de stockage. Cette communication entend analyser les formes de l’hospitalité durant cette période de transition entre gestion publique et gestion ecclésiastique, en mettant en lumière les modalités de cohabitation et de rapports réciproques entre les différentes institutions. En croisant sources écrites et données archéologiques, il s’agira de reconstruire le système romain de l’accueil des différentes catégories d’indigents, plèbe urbaine, mais aussi voyageurs et pèlerins attirés par les nouveaux centres du martyre chrétien. Cette dernière catégorie, amenant avec elle les cultures de toutes les régions de l’Empire, représente un élément nouveau dans la culture de l’accueil romain, et aboutit à une organisation de l’hospitalité qui suit des chemins distincts de ceux qui étaient traditionnels, en englobant également le suburbium dans la conception de l’espace urbain. Dans le même temps, le concept même d’accueil chrétien s’incarne dans des parcours et des structures qui unissent des aspects pratiques à de fortes dimensions rituelles et favorise de ce fait l’organisation de zones spécifiquement dédiées à l’accueil.

C. Corsi (Università di Cassino) : Strangers on the way : Hospitality, identity and challenges during journeys at the end of Antiquity

A wide range of sources reports about journeys undertaken by leading intellectuals, high-rank members of the Imperial administration and eminent churchmen.
A series of elements can be collected to describe not only the practical aspects of the transfer but also some clues about the nature of the relationship established between the traveller and the host(s) and the conditions of welcoming.
This relationship was mainly modulated on social convention and in most cases implied an interaction between “peers”. However, considering the peculiar status of the traveller, a stranger suspended in the condition of no longer being in his environment and not having reached his destination yet, several factors would play a decisive role in the construction of the identities of the guest and of the host.
Furthermore, given the eminence of most of these travellers, the journey was undertaken with a support of a large entourage. Somehow, then, these transfers turned into confrontations of groups, raising the issue of otherness and acceptance, and the challenge of forced proximity to each other.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.