Table ronde « Les lois de l’hospitalité » (Lyon, Maison Internationale des Langues et des Cultures, 6 septembre 2018, 17h30-19h)

Table ronde : « Les lois de l’hospitalité »

17h30-19h00, U. Lyon 3, Amphithéâtre MILC

Modération : B. Cabouret (U. Lyon 3 – HiSoMA UMR 5189)

Animation : M.-L. Basilien-Gainche (U. Lyon 3 – EA 666 Droit public – Institut Convergences Migrations) ; A. Gotman (CNRS – Cerlis UMR 8070) ; Cl. Moatti (U.Paris 8 – USC – HISPOSS EA 1571 – Institut Convergences Migrations) ; P. Schmitt-Pantel (U. Paris 1 – ANHIMA UMR 8210) ; J.-Cl. Zancarini (ENS de Lyon–Triangle UMR 5206)

Dans le cadre du colloque international Hospitalité et régulation sociale et politique dans l’Antiquité méditerranéenne : penser le singulier et le collectif, une table ronde grand public, modérée par l’historienne B. Cabouret, sera l’occasion de dialoguer avec des chercheurs internationalement reconnus, représentant différentes approches du phénomène social et culturel de l’hospitalité : M.-L. Basilien-Gainche (juriste) A. Gotman (sociologue), C. Moatti et P. Schmitt Pantel (historiennes spécialistes de l’Antiquité), et J.-C. Zancarini (spécialiste de l’histoire des idées). Les participants débattront autour de la question, éminemment complexe et actuelle, des « lois de l’hospitalité », en s’interrogeant sur la nature de ces lois, sur leur champ d’action, sur leur application mais aussi sur les tensions que ne manque pas de faire émerger l’institutionnalisation de l’hospitalité par la loi. Une période d’échanges avec le public viendra clore la table ronde.

L’hospitalité, pratique d’accueil gratuite, le plus souvent réciproque et prodiguée à titre individuel ou collectif, relève éminemment de la culture (il n’est pas forcément inné chez l’homme d’accueillir l’autre) ; elle se module donc selon les spécificités culturelles, linguistiques, sociales de chaque communauté ou société considérée. Pratique sociale, mais aussi éminemment politique, puisqu’elle constitue une des manières dont une communauté peut gérer l’arrivée de l’étranger, elle engendre des règles qui normalisent cette rencontre et en jalonnent le déroulé. Ces normes d’accueil peuvent être respectées en vertu de traditions ou des codes sociaux propres à un groupe ou à une société, ou être érigées en lois, c’est-à- dire en règles générales impératives émanant d’une autorité souveraine dans une société donnée, ce qui semble dès lors impliquer une institutionnalisation de l’hospitalité. Cette institutionnalisation de l’hospitalité par le passage par la loi n’est toutefois pas sans poser problème, comme le rappelait par exemple le démographe H. Le Bras, qui voyait dans ce processus une transformation de l’hospitalité en un « dispositif de contrôle cohérent » de l’hôte accueilli, à identifier le plus souvent avec l’étranger , ou R. Schérer, selon qui la fusion de l’hospitalité dans l’institution de la loi n’était pas pas sans pervertir sa nature première, en gommant les motifs religieux et éthiques qui présidaient à l’accueil hospitalier. Dans le cadre de cette table ronde, nous souhaiterions dès lors interroger les intervenants sur cette notion de lois de l’hospitalité, notamment dans leur rapport complexe à une Loi de l’hospitalité qui semble prôner un accueil absolu et universel de l’autre.

On prendra donc en compte les processus de normalisation et d’institutionnalisation de l’hospitalité, en s’interrogeant sur les résonances contemporaines de cette question complexe. Qu’en est-il aujourd’hui des lois encadrant ou restreignant l’accueil (traité de Rome, etc…), de l’articulation entre le droit international et les droits nationaux, des tensions entre exigences de l’État souverain et règles universelles et, surtout, de la place conférée à l’hospitalité dans les pratiques et les discours politiques contemporains ?

Les intervenants :

Marie-Laure Basilien-Gainche, membre de l’Institut Universitaire de France (2012), est Professeur de Droit public à l’Université Lyon 3 et membre de l’Institut Convergences Migrations. Spécialiste des enjeux juridiques des migrations et des circulations, en particulier à l’échelle européenne, elle s’intéresse notamment, dans le cadre du projet IUF « La finis et le limes – Réflexions sur l’identité constitutionnelle de l’UE au regard de la politique d’immigration et d’asile », aux tensions entre les composantes politiques et géographiques de l’identité européenne, à partir d’une approche critique des politiques d’asile et d’immigration de l’Union Européenne.

Bernadette Cabouret est Professeur d’Histoire romaine à l’Université Lyon 3. Spécialiste de l’histoire sociale et culturelle du Proche-Orient romain tardif, elle est notamment l’auteur d’études de référence sur les pratiques d’hospitalité et de sociabilité des élites de l’Antiquité tardive en Orient. Après avoir édité la correspondance du rhéteur Libanios (anthologie de lettres, Les Belles Lettres 2000, elle prépare actuellement la publication de l’ouvrage La société de l’Orient romain tardif, à paraître en 2018.

Anne Gotman, directrice de recherche émérite au CNRS, au sein du laboratoire CERLIS, est sociologue. Ses recherches portent sur l’habitat, la famille et l’étude des liens sociaux ; ses travaux sur la sociologie de l’hospitalité, publique, privée ou religieuse, qui ont notamment donné naissance aux ouvrages Villes et Hospitalité: les municipalités et leurs « étrangers » (Paris, 2004 dir.) et Le sens de l’hospitalité. Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre (Paris, 2001) sont internationalement reconnus.

Claudia Moatti, Professeur d’Histoire romaine à l’Université Paris 8, Professor of Classics à l’University of Southern California, est membre de l’Institut Universitaire de France (1993) et de l’Institut Convergences Migrations. Elle a co-dirigé, avec W. Kaiser, le programme « La mobilité des personnes en Méditerranée », dont sont issus trois ouvrages collectifs. Ses travaux renouvellent notre connaissance du contrôle des mobilités et des politiques migratoires dans le monde romain (République et Haut-Empire).

Pauline Schmitt-Pantel est Professeur émérite d’Histoire grecque à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Ses travaux sur les banquets publics dans les cités grecques (notamment développés dans La cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques, 1992) sont une référence en matière d’histoire des institutions et des sociabilités dans la Grèce classique. Elle est également l’auteur d’études majeures en histoire des femmes et de la religion grecques.

Jean-Claude Zancarini est Professeur émérite d’Italien à l’ENS de Lyon et responsable de l’axe 3 du Labex COMOD. Ses travaux portent sur les théories et la langue politiques du XVIe siècle. Il est notamment spécialiste des écrits politiques de Savonarole, Francesco Guicciardini,  et Machiavel, dont il a conduit d’importants traductions et commentaires. Membre du comité scientifiques de nombreuses revues françaises et italiennes (parmi lesquelles Mots. Les langages du politique, Laboratoire italien ou encore Il Pensiero politico, Rivista di storia delle idee politiche e sociali), il dirige la collection « Constitution de la modernité » des Classiques Garnier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.