AAC – Charité et action humanitaire au Proche-Orient, de l’Antiquité à nos jours (IFPO, Amman, 17-18 novembre 2019)

« Soigner les malades, les indigents et les victimes au sens large et alléger leurs souffrances sont des gestes de solidarité vieux comme l’humanité », rappelle le politiste Michel Maietta. Vieux comme l’humanité ? C’est ce que ce colloque tentera en partie de préciser. Les vestiges matériels et les textes qui mentionnent l’existence, depuis l’époque byzantine, d’établissements charitables, les ptôcheia (asiles pour les pauvres) et les xenodocheia (asiles pour les étrangers) pour ne citer que les plus connus, puis les imaret (soupes populaires) et les jama’iyat khayriyya (fondations de bienfaisance) médiévales et modernes, témoignent de l’ancienneté de cette pratique. Retracer l’histoire et la sociogenèse de l’action caritative et humanitaire dans un temps long, depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine, est l’objectif de ce colloque international spécifiquement centré sur le Proche-Orient, qui se tiendra à Amman, les 17 et 18 novembre 2019. Cette région constitue un laboratoire particulièrement pertinent à plusieurs égards. Berceau des trois religions monothéistes, elle a vu émerger des réseaux de pèlerinage étendus, le long desquels ont été élevées, dans l’Antiquité puis aux époques médiévale et moderne, de nombreuses structures d’accueil et d’assistance charitable. Depuis sa reconfiguration au début du xxe siècle, le Proche-Orient, théâtre de multiples conflits et d’importants déplacements de populations, est de fait particulièrement investi par l’action humanitaire qui donne une nouvelle forme à ce système d’assistance. 

Organisé par l’Institut français du Proche-Orient à Amman, le 17-18 novembre 2019, le colloque “Charité et action humanitaire au Proche-Orient, de l’Antiquité à nos jours” associe les trois départements scientifiques de l’Ifpo (DAHA, DEAMM, DEC) dans le but d’aborder la question de l’assistance de manière diachronique (Antiquité, périodes islamique, médiévale, ottomane et contemporaine). Il réunira des chercheurs issus d’horizons disciplinaires différents (archéologues, architectes, historiens, sociologues, géographes et politistes) autour de trois axes de réflexion principaux : 1. Histoire sociale, concepts et catégories 2. Dispositifs d’accueil, espaces de confinements et transformation des villes 3. Religions et pouvoirs.

Les propositions de communication (résumé de 250 mots maximum) sont à envoyer avant le 7 octobre 2019 aux organisatrices, Falestin Naïli, Valentina Napolitano et Pauline Piraud-Fournet (Ifpo Jordanie)

f.naili@ifporient.org / v.napolitano@ifporient.org / p.piraudfournet@ifporient.org

L’appel à communications peut également être téléchargé ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.