Note de lecture : E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e – 7e siècles, Paris, 1977.

Simon Lamson (M1 – ENS de Lyon)

E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e - 7e siècles, Paris, 1977
E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e – 7e siècles, Paris, 1977

E. Patlagean pose dans cette thèse l’enjeu essentiel qu’elle s’est efforcée de faire reconnaître durant sa carrière d’historienne, à savoir la spécificité du haut-empire byzantin en tant que moment historique à part entière. Elle contribue ainsi à un renouvellement de l’étude économique de la société byzantine en croisant des sources d’inspiration aussi variée qu’ A. Chastagnol et Cl. Lévi-Strauss.

Ce thème est développé à partir de ce que l’ouvrage se propose d’élucider, à savoir la pauvreté à Byzance, alors qu’entre le IVe et le VIIe siècles le critère économique tend à supplanter le critère civique.

C’est le chapitre 5 qui nous intéresse particulièrement, en ce qu’il traite de la ville comme symbole de cette transformation de la pauvreté, puisqu’elle est le lieu à la fois de l’évergétisme et de la charité chrétienne.

L’auteur appuie sa démonstration sur les sources classiques de l’historien, mais en y ajoutant les hagiographies.

Dans la ville byzantine, héritière de Rome, l’échange commercial ne suffit plus à la survie du pauvre, alors que la structure sociale byzantine est bouleversée par l’effacement du cadre de la cité ; c’est ainsi qu’apparaît le don. L’auteur s’interroge quant à son origine : est-il chrétien ou a-t-il une autre origine ? S’il était déjà connu dans la cité sous la forme de l’évergétisme, à partir du IVe siècle, c’est le critère économique et non plus le facteur civique qui prévaut, alors que Byzance est sujette à une paupérisation galopante. Parallèlement, l’évergétisme disparaît au profit du don public, pris en charge par l’État et organisé par des structures religieuses (notamment les diaconies) ; on n’offre plus des spectacles mais des biens de première nécessité à la figure nouvelle du nécessiteux.

Le don chrétien porte une valeur d’accueil, contrairement à l’évergétisme : on fournit de la nourriture, mais aussi un lit et un abri. Si le pourvoyeur du don change, c’est aussi que son contenu est profondément renouvelé. Survivance du don antique, la construction monumentale change elle aussi d’objet, puisque ce sont des structures d’accueil qui sont construites (du corps : hôpitaux, asiles ; de l’âme : églises).

Changent donc celui qui donne, celui qui reçoit, la justification du don et son contenu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.