La perversion de l’hospitalité : Ulysse chez le Cyclope (Homère, Odyssée, IX)

Le cycle homérique, texte fondateur de l’hospitalité et du rapport à l’étranger, donne à voir, dans l’épisode du Cyclope, l’exemple par excellence d’une inhospitalité sacrilège.

Auteur : Homère
Œuvre : Ὀδύσσεια
Date : VIIIe siècle avant Jésus-Christ
Espace : Grèce
Langue : Grec
Genre littéraire : Épopée
Genre du passage : Apologue
Référence : Homère, Odyssée, IX, 105-556

Le texte et sa traduction peuvent être consultés ci-dessous.

Commentaire :

Chez Homère, le thème de l’hospitalité se rattache à ceux de l’humanité et de la civilisation. Dans un article publié en 1970, P.Vidal-Naquet montre qu’après son passage chez les Kikones, dernière terre cultivée où s’arrête Ulysse – l’agriculture constituant un indice essentiel de civilisation –, le héros ne fait halte que dans des lieux caractérisés par un défaut d’humanité. Or, ces lieux d’inhumanité sont aussi des lieux d’inhospitalité. Chez les Lotophages, les étrangers sont invités à manger des fleurs qui font perdre la mémoire, afin de leur faire oublier qui ils sont et d’où ils viennent. Les Cyclopes, pour leur part, se moquent des lois de l’hospitalité et dévorent tout cru leurs hôtes. Sur l’île d’Éole, les banquets se déroulent sans nul sacrifice, alors que les rituels de l’hospitalité mettent les hommes en relation avec les dieux, et on pratique l’inceste. Les Lestrygons, comme les Cyclopes, sont anthropophages. Circé, qui habite sur l’île d’Ééa, change ses hôtes en bêtes sauvages et en porcs. Enfin, Calypso, qui n’a d’humaine que l’apparence, car c’est une déesse, est symptomatique d’une hospitalité anormale qui offre à Ulysse, non pas le repas, le gîte ou l’amitié, mais l’immortalité. L’épisode chez les Cyclopes (IX, 105-556) permet précisément de réfléchir aux gestes qui corrompent volontairement l’hospitalité idéale. La description que fait Ulysse de ces êtres met en lumière leur manque de civilisation (IX, 105-115). En effet, « arrogants et scélérats » (ὑπερφιάλων ἀθεμίστων, IX, 106), ils ne connaissent pas l’âge de la justice. Il n’y pas parmi eux d’ordre ou d’institutions politiques, mais chacun, chez lui, dicte sa propre loi (IX, 112-115). D’ailleurs, la seule réunion des Cyclopes, en pleine nuit, heure indue pour une telle entreprise, constitue une tentative avortée d’assemblée qui illustre leur incapacité à s’organiser en cité (IX, 400-411). Malgré leur barbarie maintes fois soulignée, et donc leur propension à maltraiter les étrangers, Ulysse veut les éprouver, et en particulier savoir s’ils sont respectueux des conventions hospitalières (IX, 172-176) ; il attend même le retour de Polyphème, pour voir si celui-ci lui offre, selon la coutume, des présents d’hospitalité (εἴ μοι ξείνια δοίη, IX, 229).

Mais dès son retour, Polyphème s’empresse de mépriser les lois de l’hospitalité. Il commence en effet à interroger ses hôtes avant de les avoir nourris (IX, 252-255), ce qui s’oppose diamétralement à l’hospitalité idéale telle qu’illustrée par Télémaque au chant I de l’Odyssée :

Χαῖρε, ξεῖνε· παρ᾽ ἄμμι φιλήσεαι· αὐτὰρ ἔπειτα

δείπνου πασσάμενος μυθήσεαι ὅττεό σε χρή 1.

La xenia homérique oblige donc d’abord le maître des lieux à nourrir son hôte avant de l’interroger sur les raisons de sa venue. Or Polyphème, en transgressant cette loi, exhibe son dédain à l’égard des devoirs de l’hospitalité, ce qui incite Ulysse à lui rappeler la crainte qu’il est juste d’entretenir envers Zeus Xénios (IX, 266-271). Mais la réplique de Polyphème montre que les Cyclopes sont gorgés d’hybris au point de se moquer non seulement du dieu des étrangers et des suppliants lui-même, mais de toute divinité en général, et qu’ils ne jugent que par leur propre force (IX, 273-278). La perversion des rites de l‘hospitalité allant s’aggravant, le Cyclope se livre alors à un festin au cours duquel il dévore deux des compagnons d’Ulysse (IX, 287-293), repas qu’il reproduit deux fois encore (IX, 311 et 344, où la quasi identité de ces vers souligne cette routine anthropophage). Lors de son récit du premier repas, Ulysse précise : οὐδ᾽ ἀπέλειπεν, / ἔγκατά τε σάρκάς τε καὶ ὀστέα μυελόεντα, « et il ne laissa rien, entrailles, chairs, os pleins de moelle » (IX, 292-293). Autrement dit, le monstre ne réserve même pas aux dieux la part qui leur revient, à savoir les os. Et son ignominie s’accroît lorsqu’il fait au héros un don – le manger en dernier – qui n’est qu’une parodie de présent d’hospitalité (τὸ δέ τοι ξεινήιον ἔσται, IX, 370), ou que, tout à la fin de l’épisode, il propose trompeusement des cadeaux (ξείνια, IX, 516) et d’intercéder en faveur d’Ulysse et de ses compagnons auprès de Poséidon, pour que celui-ci leur accorde le retour dans leur patrie (πομπήν, IX, 517).

Ainsi, la rencontre d’Ulysse avec Polyphème, être sauvage, impie et orgueilleux, permet de mettre en exergue ce qu’est, dans la pensée homérique, la transgression de l’hospitalité, et, par contrecoup, de faire percevoir ce que devrait être une hospitalité dignement observée. Cependant, une lecture qui se contenterait d’accabler Polyphème en le regardant comme le seul coupable ne saurait rendre compte de la complexité de l’épisode. En effet, l’opiniâtreté, la curiosité et la fourberie d’Ulysse révèlent que l’étranger peut représenter un risque et présager un malheur. Le héros aborde les îles cyclopéennes en portant un regard de colonisateur sur cette terre fertile et s’étonne à l’idée des merveilles qu’elle pourrait produire si les autochtones y avaient fondé une cité (IX, 125-135). Cette nature exubérante, propre à exciter l’appétence exotique d’Ulysse, peut constituer un reliquat de l’âge d’or hésiodique (IX, 108-111 et 116-124), ce qui explique la confiance que les Cyclopes placent dans les Immortels (θεοῖσι πεποιθότες ἀθανάτοισιν, IX, 107) ; cette confiance n’est pas sans représenter un certain paradoxe avec le comportement hautain dont ils font preuve à l’égard des mêmes dieux. En outre, quoiqu’il pressente un danger imminent (IX, 213-215), Ulysse s’obstine, et il semble alors animé de sentiments contraires : son θυμός est en effet dit ἀγήνωρ au vers 213, adjectif qui signifie « brave, héroïque », mais peut aussi signifier « arrogant, prétentieux ». Or, un peu plus loin, le vice semble l’emporter et la vaine curiosité d’Ulysse, mêlée à sa convoitise, scelle le destin de ses compagnons (ὄφρ᾽ αὐτόν τε ἴδοιμι, καὶ εἴ μοι ξείνια δοίη, IX, 229).

Sa voracité pour l’aventure pousse ainsi Ulysse à faire irruption chez le Cyclope sans y avoir été invité – or, il était d’usage que le suppliant se présentât devant les portes de la demeure dont il requérait l’hospitalité et attendît que le maître des lieux vînt le chercher2. Ulysse agit également comme un potentiel pillard : « une fois dans la caverne, nous passâmes tout ce qui s’y trouvait en revue » (ἐλθόντες δ᾽ εἰς ἄντρον ἐθηεύμεσθα ἕκαστα, IX, 218), et, avec ses compagnons, mange les fromages de Polyphème (τυρῶν φάγομεν, IX, 232), non sans avoir certes d’abord fait un sacrifice (ἐθύσαμεν, IX, 231). Il se présente donc lui-même en étranger malintentionné.

L’indignité d’Ulysse en tant qu’hôte reçu culmine dans le piège qu’il tend au Cyclope, en lui offrant du vin tout en contrefaisant l’ami (IX, 347-352), en mentant sur son identité (IX, 364-367), et en le mutilant. Pour finir, Ulysse s’enfuit après avoir volé au Cyclope « de nombreux moutons à la belle toison » (καλλίτριχα μῆλα / πόλλ᾽, IX, 469-470), et, à distance de l’île et du monstre, invective ce dernier dans un discours qui s’oppose aux habituels remerciements de l’étranger envers l’hôte qui l’a reçu (IX, 475-479).

La péripétie d’Ulysse chez Polyphème constitue en conclusion l’archétype d’une hospitalité corrompue ; mais la responsabilité de cette corruption est partagée entre les deux protagonistes. Étant Personne, Ulysse est celui qui peut incarner tous les dangers. Il est par excellence présage de menace et de péril.

Finalement, Ulysse n’obtient peut-être que le juste châtiment qu’il mérite : à sa gloutonnerie à l’égard de l’inconnu répond la gloutonnerie du Cyclope.

Bibliographie :

Newton Rick M., « Assembly and Hospitality in the Cyclôpeia », College Literature, 35, 4, Homer: Analysis & Influence, 2008, p. 1-44.

Reece Steve, The Stranger’s Welcome : Oral Theory and the Aesthetics of the Homeric Hospitality Scene, Ann Arbor, University of Michigan Press, coll. « Michigan Monographs in Classical Antiquity », 1993.

Schérer René, Zeus hospitalier. Éloge de l’hospitalité, Paris, La Table ronde, coll. « La petite vermillon », 2005. [Première parution en 1993].

Vidal-Naquet Pierre, « Valeurs religieuses et mythiques de la terre et du sacrifice dans l’Odyssée », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 25, 5, 1970, p. 1278-1297.

Texte3 :

Ἔνθεν δὲ προτέρω πλέομεν ἀκαχήμενοι ἦτορ,

Κυκλώπων δ᾽ ἐς γαῖαν ὑπερφιάλων ἀθεμίστων

ἱκόμεθ᾽, οἵ ῥα θεοῖσι πεποιθότες ἀθανάτοισιν

οὔτε φυτεύουσιν χερσὶν φυτὸν οὔτ᾽ ἀρόωσιν·

ἀλλὰ τά γ᾽ ἄσπαρτα καὶ ἀνήροτα πάντα φύονται,

πυροὶ καὶ κριθαὶ ἠδ᾽ ἄμπελοι, αἵ τε φέρουσι

οἶνον ἐριστάφυλον, καί σφιν Διὸς ὄμβρος ἀέξει.

τοῖσιν δ᾽ οὔτ᾽ ἀγοραὶ βουληφόροι οὔτε θέμιστες,

ἀλλ᾽ οἵ γ᾽ ὑψηλῶν ὀρέων ναίουσι κάρηνα

ἐν σπέσσι γλαφυροῖσι· θεμιστεύει δὲ ἕκαστος

παίδων ἠδ᾽ ἀλόχων· οὐδ᾽ ἀλλήλων ἀλέγουσιν.

Νῆσος ἔπειτ᾽ Ἐλάχεια παρὲκ λιμένος τετάνυσται,

γαίης Κυκλώπων οὔτε σχεδὸν οὔτ᾽ ἀπὸ τηλοῦ,

ὑλήεσσ᾽· ἐν δ᾽ αἶγες ἀπειρέσιαι γεγάασιν

ἄγριαι· οὐ μὲν γὰρ πάτος ἀνθρώπων ἀπερύκει·

οὐδέ μιν εἰσοιχνεῦσι κυνηγέται, οἵ τε καθ᾽ ὕλην

ἄλγεα πάσχουσιν κορυφὰς ὀρέων ἐφέποντες·

οὔτ᾽ ᾤ ἄρα ποίμνῃσιν καταΐσχεται οὔτ᾽ ἀρότοισιν,

ἀλλ᾽ ἥ γ᾽ ἄσπαρτος καὶ ἀνήροτος ἤματα πάντα

ἀνδρῶν χηρεύει, βόσκει δέ τε μηκάδας αἶγας.

οὐ γὰρ Κυκλώπεσσι νέες πάρα μιλτοπάρῃοι,

οὐδ᾽ ἄνδρες νηῶν ἔνι τέκτονες, οἵ κε κάμοιεν

νῆας ἐυσσέλμους, αἵ κεν τελέοιεν ἕκαστα

ἄστε᾽ ἐπ᾽ ἀνθρώπων ἱκνεύμεναι, οἷά τε πολλὰ

ἄνδρες ἐπ᾽ ἀλλήλους νηυσὶν περόωσι θάλασσαν·

οἵ κέ σφιν καὶ νῆσον ἐυκτιμένην ἐκάμοντο.

οὐ μὲν γάρ τι κακή γε, φέροι δέ κεν ὥρια πάντα.

ἐν μὲν γὰρ λειμῶνες ἁλὸς πολιοῖο παρ᾽ ὄχθας

ὑδρηλοὶ μαλακοί· μάλα κ᾽ ἄφθιτοι ἄμπελοι εἶεν.

ἐν δ᾽ ἄροσις λείη· μάλα κεν βαθὺ λήιον αἰεὶ

εἰς ὥρας ἀμῷεν, ἐπεὶ μάλα πῖαρ ὑπ᾽ οὖδας.

[…]

ΟΔΥ. – Ἄλλοι μὲν νῦν μίμνετ᾽, ἐμοὶ ἐρίηρες ἑταῖροι·

αὐτὰρ ἐγὼ σὺν νηί τ᾽ ἐμῇ καὶ ἐμοῖς ἑτάροισιν

ἐλθὼν τῶνδ᾽ ἀνδρῶν πειρήσομαι, οἵ τινές εἰσιν,

ἤ ῥ᾽ οἵ γ᾽ ὑβρισταί τε καὶ ἄγριοι οὐδὲ δίκαιοι,

ἦε φιλόξεινοι, καί σφιν νόος ἐστὶ θεουδής.

[…]

ἔνθα δ᾽ ἀνὴρ ἐνίαυε πελώριος, ὅς ῥα <ἃ> μῆλα

οἶος ποιμαίνεσκεν ἀπόπροθεν, οὐδὲ μετ᾽ ἄλλους

πωλεῖτ᾽, ἀλλ᾽ ἀπάνευθεν ἐὼν ἀθεμίστια ᾔδη.

[…]

τοῦ φέρον ἐμπλήσας ἀσκὸν μέγαν, ἐν δὲ καὶ ᾖα

κωρύκῳ· αὐτίκα γάρ μοι ὀίσατο θυμὸς ἀγήνωρ

ἄνδρ᾽ ἐπελεύσεσθαι μεγάλην ἐπιειμένον ἀλκήν,

ἄγριον, οὔτε δίκας ἐὺ εἰδότα οὔτε θέμιστας.

[…]

ἀλλ᾽ ἐγὼ οὐ πιθόμην, ἦ τ᾽ ἂν πολὺ κέρδιον ἦεν,

ὄφρ᾽ αὐτόν τε ἴδοιμι, καὶ εἴ μοι ξείνια δοίη.

[…]

ΠΟΛ. – Ὦ ξεῖνοι, τίνες ἐστέ ; πόθεν πλεῖθ᾽ ὑγρὰ κέλευθα ;

ἦ τι κατὰ πρῆξιν ἦ μαψιδίως ἀλάλησθε

οἷά τε ληιστῆρες, ὑπὲρ ἅλα, τοί τ᾽ ἀλόωνται

ψυχὰς παρθέμενοι, κακὸν ἀλλοδαποῖσι φέροντες ;

Ὣς ἔφαθ᾽· ἡμῖν δ᾽ αὖτε κατεκλάσθη φίλον ἦτορ

δεισάντων φθόγγόν τε βαρὺν αὐτόν τε πέλωρον·

ἀλλὰ καὶ ὧς μιν ἔπεσσιν ἀμειϐόμενος προσέειπον·

ΟΔΥ. – Ἡμεῖς τοι Τροίηθεν ἀποπλαγχθέντες Ἀχαιοὶ

παντοίοισ᾽ ἀνέμοισιν ὑπὲρ μέγα λαῖτμα θαλάσσης,

οἴκαδε ἱέμενοι, ἄλλην ὁδὸν, ἄλλα κέλευθα

ἤλθομεν· οὕτω που Ζεὺς ἤθελε μητίσασθαι.

λαοὶ δ᾽ Ἀτρεΐδεω Ἀγαμέμνονος εὐχόμεθ᾽ εἶναι,

τοῦ δὴ νῦν γε μέγιστον ὑπουράνιον κλέος ἐστί·

τόσσην γὰρ διέπερσε πόλιν καὶ ἀπώλεσε λαοὺς

πολλούς. ἡμεῖς δ᾽ αὖτε κιχανόμενοι τὰ σὰ γοῦνα

ἱκόμεθ᾽, εἴ τι πόροις ξεινήιον ἠὲ καὶ ἄλλως

δοίης δωτίνην, ἥ τε ξείνων θέμις ἐστίν.

ἀλλ᾽ αἰδεῖο, φέριστε, θεούς· ἱκέται δέ τοί εἰμεν·

Ζεὺς δ᾽ ἐπιτιμήτωρ ἱκετάων τε ξείνων τε

ξείνιος, ὃς ξείνοισιν ἅμ᾽ αἰδοίοισιν ὀπηδεῖ.

Ὤς ἐφάμην· ὁ δέ μ᾽ αὐτίκ᾽ ἀμείβετο νηλέι θυμῷ·

ΠΟΛ. – Νήπιός εἰς, ὦ ξεῖν᾽, ἢ τηλόθεν εἰλήλουθας,

ὅς με θεοὺς κέλεαι ἢ δειδίμεν ἦ᾽ ἀλέασθαι.

οὐ γὰρ Κύκλωπες Διὸς αἰγιόχου ἀλέγουσιν

οὐδὲ θεῶν μακάρων, ἐπεὶ ἦ πολὺ φέρτεροί εἰμεν.

οὐδ᾽ ἂν ἐγὼ Διὸς ἔχθος ἀλευάμενος πεφιδοίμην

οὔτε σεῦ οὔθ᾽ ἑτάρων, εἰ μὴ θυμός με κελεύοι.

[…]

ΟΔΥ. – Κύκλωψ, τῆ πίε οἶνον, ἐπεὶ φάγες ἀνδρόμεα κρέα,

ὄφρ᾽ εἰδῇς οἷόν τι ποτὸν τόδε νηῦς ἐκεκεύθει

ἡμετέρη· σοὶ δ᾽ αὖ λοιβὴν φέρον, εἴ μ᾽ ἐλεήσας

οἴκαδε πέμψειας· σὺ δὲ μαίνεαι οὐκέτ᾽ ἀνεκτῶς,

σχέτλιε· πῶς κέν τίς σε καὶ ὕστερον ἄλλος ἵκοιτο

ἀνθρώπων πολέων ; ἐπεὶ οὐ κατὰ μοῖραν ἔρεξας.

[…]

ΠΟΛ. – Δός μοι ἔτι πρόφρων καί μοι τεὸν οὔνομα εἰπὲ

αὐτίκα νῦν, ἵνα τοι δῶ ξείνιον, ᾧ κε σὺ χαίρῃς.

[…]

ΟΔΥ. – Κύκλωψ, εἰρωτᾷς μ᾽ ὄνομα κλυτόν ; αὐτὰρ ἐγώ τοι

ἐξερέω· σὺ δέ μοι δὸς ξείνιον, ὥς περ ὑπέστης.

Οὖτις ἐμοί γ᾽ ὄνομ᾽ ἔστ᾽· Οὖτιν δέ με κικλήσκουσι

μήτηρ ἠδὲ πατὴρ ἠδ᾽ ἄλλοι πάντες ἑταῖροι.

Ὥς ἐφάμην· ὁ δέ μ᾽ αὐτίκ᾽ ἀμείβετο νηλέι θυμῷ·

ΠΟΛ. – Οὖτιν ἐγὼ πύματον ἔδομαι μετὰ οἷς ἑτάροισιν,

τοὺς δ᾽ ἄλλους πρόσθεν· τὸ δέ τοι ξεινήιον ἔσται.

[…]

οἱ δὲ βοῆς ἀίοντες ἐφοίτων ἄλλοθεν ἄλλος,

ἱστάμενοι δ᾽ εἴροντο περὶ σπέος ὅττι ἑ κήδοι·

ΧΟΡ. – Τίπτε τόσον, Πολύφημ᾽, ἀρημένος ὧδ᾽ ἐβόησας

νύκτα δι᾽ ἀμβροσίην καὶ ἀύπνους ἄμμε τίθησθα ;

ἦ μή τίς σευ μῆλα βροτῶν ἀέκοντος ἐλαύνει ;

ἦ μή τίς σ᾽ αὐτὸν κτείνει δόλῳ ἠὲ βίηφιν ;

Τοὺς δ᾽ αὖτ᾽ ἐξ ἄντρου προσέφη κρατερὸς Πολύφημος·

ΠΟΛ. – Ὦ φίλοι, Οὖτίς με κτείνει δόλῳ οὐδὲ βίηφιν.

Οἱ δ᾽ ἀπαμειβόμενοι ἔπεα πτερόεντ᾽ ἀγόρευον·

ΧΟΡ. – Εἰ μὲν δὴ μή τίς σε βιάζεται οἶον ἐόντα,

νοῦσον γ᾽ οὔ πως ἔστι Διὸς μεγάλου ἀλέασθαι·

ἀλλὰ σύ γ᾽ εὔχεο πατρὶ Ποσειδάωνι ἄνακτι.

[…]

ΟΔΥ. – Κύκλωψ, οὐκ ἄρ᾽ ἔμελλες ἀνάλκιδος ἀνδρὸς ἑταίρους

ἔδμεναι ἐν σπῆι γλαφυρῷ κρατερῆφι βίηφι.

καὶ λίην σέ γ᾽ ἔμελλε κιχήσεσθαι κακὰ ἔργα,

σχέτλι᾽, ἐπεὶ ξείνους οὐχ ἅζεο σῷ ἐνὶ οἴκῳ

ἐσθέμεναι· τῷ σε Ζεὺς τίσατο καὶ θεοὶ ἄλλοι.

[…]

ἀλλ᾽ ἄγε δεῦρ᾽, Ὀδυσεῦ, ἵνα τοι πὰρ ξείνια θείω

πομπήν τ᾽ ὀτρύνω δόμεναι κλυτὸν Ἐννοσίγαιον.

Traduction (Philippe Jaccottet)4 :

Nous reprîmes alors la mer avec tristesse.

Nous atteignîmes un pays de hors-la-loi,

les Cyclopes ; ceux-ci, faisant confiance aux Immortels,

ne plantent pas de plantes de leurs mains ni ne labourent

tout pousse sans labour et sans semailles dans leur terre,

l’orge comme le blé, et la vigne portant le vin,

de lourdes grappes que grossit la pluie de Zeus.

Ils n’ont pas d’assemblée pour les conseils et pas de lois ;

ils habitent le haut des plus hautes montagnes

en des antres profonds, chacun y fait la loi

dans sa famille, et reste insoucieux des autres.

Il est une île assez petite en face de leur port,

ni trop près, ni trop loin du pays des Cyclopes,

avec des bois ; des chèvres en grand nombre y vivent,

sauvages ; le pas de l’homme ne les effarouche pas ;

et les chasseurs n’y viennent point qui, par les bois,

à grand-peine, gravissent les flancs des montagnes.

Cette île ne connaît ni le bétail ni la charrue,

mais, sans semailles, sans labours toute l’année,

par l’homme désertée, elle paît les chèvres bêlantes.

Les Cyclopes n’ont point de vaisseaux rubiconds

ni de ces constructeurs de navires pour leur bâtir

des vaisseaux bien pontés, prompts à toutes besognes,

qui vous mènent de ville en ville comme font

souvent les hommes, franchissant les vastes mers.

Ils auraient pu ainsi développer cette île !

Elle n’est pas ingrate, et pourrait donner tous les fruits ;

il y a des herbages sur le bord de la mer grise,

tendres et arrosés ; les vignes seraient éternelles,

le labourage aisé ; les moissons seraient hautes

chaque été, car la terre est grasse sous les mottes.

[…]

« Restez ici pour le moment, fidèles compagnons !

Moi, avec mon bateau et mes seuls compagnons,

j’irai sonder ces gens, apprendre qui ils sont,

si ce sont des violents et des sauvages sans justice

ou des hommes hospitaliers, craignant les dieux. »

[…]

Là vivait un géant, un solitaire qui menait

paître au loin ses troupeaux ; il ne fréquentait pas

les autres, mais vivait à l’écart, hors-la-loi.

[…]

J’en emportai une grande outre pleine avec des vivres

en ma besace : mon cœur fier avait deviné tout de suite

que nous aurions affaire à quelqu’un de grande vigueur,

sauvage et méprisant la justice comme les lois.

[…]

Mais je ne cédai pas, alors qu’il eût bien mieux valu,

car je voulais le voir, et s’il me ferait des cadeaux !

[…]

« Qui êtes-vous ? D’où venez-vous par les routes humides ?

Êtes-vous des marchands ou errez-vous à l’aventure,

tels les pirates sur les eaux qui vont rôdant,

risquant leur vie en attaquant les nations d’autre langue ? »

À ces mots, notre cœur éclata de nouveau,

effrayés par sa voix profonde et par sa grande taille.

Néanmoins, je lui dis en guise de réponse :

« Nous sommes, oui, des Achéens venant de Troie, chassés

par tous les vents du ciel sur le grand gouffre de la mer ;

regagnant nos maisons, d’autres routes, d’autres chemins

nous ont conduits ici ; sans doute Zeus l’aura voulu.

Et nous nous honorons d’être soldats d’Agamemnon,

l’Atride dont la gloire de nos jours emplit le monde,

si vaste fut la ville qu’il pilla, et si nombreux

les guerriers qu’il tua ; nous voici donc à tes genoux

dans l’espoir que tu nous accueilles et que, de plus,

tu nous fasses un don, selon la coutume des hôtes.

Crains les dieux, bon seigneur : car nous sommes tes suppliants.

Zeus défend l’étranger comme le suppliant,

il est l’hospitalier, l’ami des hôtes respectables ! »

À ces mots, aussitôt, il repartit d’un cœur cruel :

« Es-tu sot, inconnu, ou viens-tu de fort loin,

pour m’inviter à craindre, à respecter les dieux ?

Les Cyclopes n’ont pas souci du Porte-égide

ni des dieux bienheureux : nous sommes les plus forts.

Et ce n’est pas la peur de la haine de Zeus

qui me ferait vous épargner, si je n’y songe ! »

[…]

« Tiens, Cyclope, bois ça pour arroser ces chairs humaines,

que tu saches quelle boisson notre vaisseau

dissimulait ; c’était ma libation, si ta pitié

nous avait reconduits ; mais ta rage passe les bornes.

Malheureux ! quel mortel viendrait encor te voir

en suppliant, maintenant que tu fis cela ? »

[…]

« Sois gentil, donne-m’en encore, et puis dis-moi ton nom,

tout de suite, que je te fasse un cadeau qui te plaise ! […] »

[…]

« Cyclope, tu t’enquiers de mon illustre nom. Eh bien,

je répondrai : mais tu n’oublieras pas le don promis !

Je m’appelle Personne, et Personne est le nom

que mes parents et tous mes autres compagnons me donnent. »

À ces mots, aussitôt, il repartit d’un cœur cruel :

« Eh bien, je mangerai Personne le dernier

et les autres d’abord. Voilà le don que je te fais ! »

[…]

En entendant ces cris, ils accourent de partout

et, demeurés dehors, lui demandèrent ses ennuis :

« Quel mal t’accable, Polyphème, pour que tu cries ainsi

dans la céleste nuit, et nous empêches de dormir ?

Serait-ce qu’un mortel emmène malgré toi tes bêtes ?

Serait-ce qu’on te tue par la ruse ou la force ? »

Du fond de l’antre, le grand Polyphème répondit :

« Par ruse, et non par force, amis ! Mais qui me tue ? Personne ! »

En réponse, on lui dit ces paroles ailées :

« Si tu es seul et si nul ne te fait violence,

contre la maladie qui vient de Zeus, on ne peut rien.

Implore donc plutôt le seigneur Poséidon, ton père ! »

[…]

« Ce n’était pas les compagnons d’un lâche, Polyphème !

que tu mangeas dans ton antre profond par violence !

Tu n’auras pas tardé à payer le prix de tes crimes,

cruel qui ne crains pas de dévorer des hôtes

en ta maison ! Zeus et les autres dieux t’en ont châtié ! »

[…]

« Mais viens un peu, ami, que je te fasse mon cadeau !

Je demanderai ton retour au Maître de la terre […] »

  1. « Salut, étranger ! Chez nous, tu seras accueilli en ami. Plus tard, lorsque tu auras pris ton repas, tu nous diras ce dont tu as besoin. » Homère, Odyssée, I, 123-124. Traduction Thomas Humblin. []
  2. Au chant I, 119 de l’Odyssée, Télémaque va à la rencontre d’Athéna qui se trouve au πρόθυρον, « la porte extérieure de la maison » et par extension, « le vestibule, le porche ». Ce motif se retrouve par la suite dans la littérature grecque d’époque classique : par exemple, dans les Choéphores d’Eschyle, aux vers 653-656, Oreste frappe trois fois à la porte du palais d’Égisthe avant qu’on ne lui ouvre enfin, mais à aucun moment il n’entre de son propre chef. []
  3. Nous reproduisons le texte tel qu’établi dans Homère, L’Odyssée. Tome II : Chants VIII-XV, Bérard Victor (éd.), Paris, Les Belles Lettres, coll. « Collection des Universités de France », Série grecque, 24, 1924. []
  4. Homère, L’Odyssée, Jaccottet Philippe (trad.), Paris, La Découverte, coll. « Littérature et voyages », nᵒ 87, 2004. [Suivi de Des lieux et des hommes par François Hartog]. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.