Note de lecture : Cl. Moatti, Le contrôle des gens de passage à Rome aux trois premiers siècles de notre ère, dans Moatti Cl. et Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, 2007, p. 79-116

Moatti, Cl., Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l'Antiquité à l'époque moderne. Procédures de contrôle et d'identification, Paris, 2007.
Moatti, Cl., Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, 2007.

Adèle Arghyris (M1, ENS de Lyon)

L’ouvrage de Cl. Moatti et W. Kaiser pose la question de la liberté de circulation aux trois premiers siècles de notre ère et l’article de Cl. Moatti vise à rendre compte du contrôle des gens de passage – citoyens provinciaux, pérégrins, élites extérieures, caractérisés par la mobilité et la fluidité des déplacements – à Rome.

L’auteur s’appuie sur des sources égyptiennes et romaines et sur des documents littéraires, juridiques et épigraphiques. En remettant en cause l’idée de la libre circulation de la Pax Romana, elle pose la question suivante : « Le territoire de la capitale était-il pour autant sans contrôle ? ». Elle s’interroge ainsi sur les mesures prises pour contrôler les flux de personnes entrant et sortant de la cité, et sur son degré de surveillance. À propos des conditions d’entrée dans Rome, elle indique que celui qui est refusé n’est pas l’étranger, le différent, mais celui qui risque de bouleverser l’organisation sociale. De la même façon, la surveillance à l’intérieur la ville est relative à certaines personnes et les gouvernants politiques (le princeps, le préfet) mettent en œuvre différents moyens de contrôle : interdictions de séjours des affranchis ou citoyens de province, limitations de séjours des étudiant, expulsions – des Juifs en particulier, comme à Alexandrie ; ce qui pose problème n’est pas la différence de religion mais le trop grand nombre d’individus. L’hospitalité romaine est en outre intéressée : les migrants sont accueillis s’ils sont utiles à la cité, ce qui remet en cause l’idée d’hospitalité romaine traditionnelle.

L’auteur conclut sur une « éthique de l’hospitalité » bafouée, qui remet en cause la libre circulation dans l’Empire. En employant des termes contemporains (« réguler les flux migratoires »), elle montre que l’hospitalité antique ne concerne pas toute la population, ce qui nous pousse dans le contexte actuel à nous interroger sur les notions d’accueils des étrangers et d’hospitalité moderne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.