Hospitalité et alliance militaire : l’amicitia entre Énée et Évandre (Virgile, Énéide, VIII)

Au chant VIII de l’Énéide, Énée est amené à sceller avec le roi Évandre une alliance dont la sanction observe de près le cérémonial de l’hospitalité homérique.

Auteur : Virgile
Œuvre : Æneis
Date : Dernier tiers du Ier siècle avant Jésus-Christ
Espace : Rome
Langue : Latin
Genre littéraire : Épopée
Genre du passage : Scène d’hospitalité
Référence : Virgile, Énéide, VIII, 102-369

Le texte et la traduction peuvent être consultés ci-dessous .

Commentaire :

Après son arrivée dans le Latium au chant VII de l’Énéide, Énée doit faire face à l’hostilité de Turnus, roi des Rutules. Au début du chant VIII, Tibérinus, dieu du fleuve Tibre, lui apparaît en songe et lui ordonne d’aller trouver Évandre, roi d’Arcadiens installés dans la ville de Pallantée, pour conclure une alliance avec lui. Au vers 56, l’ordre est formulé en ces termes :  hos castris adhibe socios et foedera iunge1. On remarque que le traité est désigné en latin par le pluriel foedera. Or il ne s’agit pas là d’un simple pluriel poétique : le pluriel met en relief la réciprocité de la relation, qui doit donc être déjà lue non pas comme une simple alliance de circonstance mais à l’aune du concept d’amicitia. En effet, toute la rencontre entre Énée et Évandre se déroule conformément aux coutumes de l’hospitalité. Elle est à cet égard profondément marquée par la tradition de la xenia homérique.

Lorsque les Troyens approchent des Arcadiens, ces derniers sont en train de rendre le culte annuel à Hercule (VIII, 102-106). La scène d’hospitalité est ainsi placée sous le signe de la crainte des dieux, dont l’action bienfaitrice est soulignée dès le début du texte par l’adverbe forte qui montre que la fortune sourit aux Troyens. Chez Homère, la piété de l’hôte se mesure au traitement qu’il réserve aux étrangers. D’ailleurs, l’arrivée d’Énée et de ses compagnons par voie maritime rappelle celle de Télémaque débarquant à Pylos, où, sur la plage, Nestor et les siens offrent un sacrifice à Poséidon2.

Dans un deuxième temps, Pallas vient à la rencontre des Troyens pour les interroger sur les raisons de leur venue (VIII, 110-114). Ici, le protocole de l’hospitalité homérique3 ne semble pas respecté car l’hôte interroge les étrangers avant de les nourrir (faire un lien vers Polyphème). Mais Virgile récuse le blâme qu’on pourrait imputer à Pallas en mettant dans la bouche d’Énée lui-même (VIII, 146-147) le motif de la guerre : le Latium est, à cause de Turnus, en proie à l’injustice et les bonnes mœurs sont désormais bouleversées. C’est à Énée qu’il revient de rétablir leur harmonie. Pallas déclare rapidement Énée son hôte (VIII, 123) en une courte formule où la juxtaposition penatibus hospes est éloquente et où la position d’hospes en fin de vers marque l’acmé de cette déclaration d’hospitalité. Le geste qui suit est empreint d’une très grande émotion : Excepitque manu dextramque amplexus inhaesit. (« Il l’accueillit d’un geste de la main et, saisissant sa dextre, longuement la serra. », VIII, 124). Le vers est encadré par les verbes excepit et inhaesit qui marquent une gradation dans la ferveur du geste d’accueil. Le chiasme excepitmanu dextraminhaesit illustre peut-être en outre ce geste des mains qui se joignent. Il s’agit là bien sûr d’une représentation de la dexiosis archaïque.

À Évandre, Énée adresse des « paroles amicales » (dictisamicis, VIII, 126) et, en une formule qui frappe par sa concision (Accipe daque fidem, VIII, 150), demande au roi de ratifier l’amicitia qu’il propose. Les impératifs accipe et da expriment la réciprocité de cette relation nouvelle, fondée sur la fides, laquelle désigne « le lien qui unit ceux, quels qu’ils soient, qui luttent pour un même but politique. »4 Évandre répond chaleureusement à la demande d’Énée et, par une nouvelle poignée de main, scelle une alliance (iuncta est mihi foedere dextra, VIII, 169, où le parfait iuncta est montre que l’alliance est de facto déjà conclue). Le roi observe également le protocole homérique de l’hospitalité en offrant des ressources à l’étranger pour son départ (VIII, 170-171). Les Troyens sont alors invités à prendre part à un banquet au cours duquel ils sont confortablement installés et reçoivent les meilleures pièces du repas (VIII, 175-183).

Lorsque Évandre conduit Énée en son humble logis, il lui rappelle qu’Hercule lui-même a déjà été reçu en ce lieu (VIII, 363). Le motif de la théoxénie offre une voie d’ennoblissement à Énée, exhorté par le roi arcadien à se comporter comme le dieu, en rejetant les richesses – la frugalité étant un trait caractéristique du vir Romanus.

Le thème de l’hospitalité imprègne l’ensemble du chant VIII de l’Énéide. Il y a une forte continuité entre l’hospitalité telle que présentée dans l’Odyssée et telle qu’elle est illustrée dans ce passage de Virgile. Évandre se conduit en parfait hôte homérique et devient même pour Énée une figure paternelle, un exemplum. L’hospitalité, même en contexte militaire, demeure un acte de piété, récompensée par les dieux. L’épyllion d’Hercule et de Cacus constitue ainsi un détour théoxénique visant à dresser une analogie entre le fils d’Amphitryon et Énée : de même que le premier a sauvé les Arcadiens en vainquant Cacus – dont le nom, translittération latine de κακός, signifie « le Mauvais » –, de même le héros troyen rétablira la paix dans le Latium en venant à bout de Turnus. Au-delà de cette lecture poétique, il ne faut pour autant pas oublier le contexte dans lequel écrit Virgile : cette exigence d’hospitalité et d’harmonie doit aussi être lue dans le contexte troublé de la fin de la République et du rétablissement de la concorde et de la pax deorum dont Octave se fait le garant.

Bibliographie :

Freyburger Gérard, Fides : étude sémantique et religieuse depuis les origines jusqu’à l’époque augustéenne, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Collection d’études anciennes », 1986.

Gibson Roy K., « Aeneas as hospes in Vergil, Aeneid 1 and 4 », The Classical Quarterly, 49, 1, 1999, p. 184-202.

Hellegouarc’h Joseph, Le Vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Collection d’études anciennes », 1972.

Mommsen Theodor, « Das römische Gastrecht und die römische Clientel », dans Römische Forschungen, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung, 1864, vol. I, p. 326-390.

Papaioannou Sophia, « Founder, civilizer and leader: Vergil’s Evander and his role in the origins of Rome », Mnemosyne, vol. 56, no 6, 2003, p. 680-702.

Reece Steve, The Stranger’s Welcome : Oral Theory and the Aesthetics of the Homeric Hospitality Scene, Ann Arbor, University of Michigan Press, coll. « Michigan Monographs in Classical Antiquity », 1993.

Wiltshire Susan Ford, Public and Private in Vergil’s Aeneid, Amherst, University of Massachusetts Press, 1989.

Texte 5 :

Vers 102-133

Forte die sollemnem illo rex Arcas honorem

Amphitryoniadae magno diuisque ferebat

ante urbem in luco. Pallas huic filius una,

una omnes iuuenum primi pauperque senatus

tura dabant tepidusque cruor fumabat ad aras.

Vt celsas uidere rates atque inter opacum

adlabi nemus et tacitos incumbere remis,

terrentur uisu subito cunctique relictis

consurgunt mensis. Audax quos rumpere Pallas

sacra uetat raptoque uolat telo obuius ipse

et procul e tumulo : « Iuuenes, quae causa subegit

ignotas temptare uias ? quo tenditis ? » inquit.

« Qui genus ? unde domo ? pacemne huc fertis an arma ? »

Tum pater Aeneas puppi sic fatur ab alta

paciferaeque manu ramum praetendit oliuae :

« Troiugenas ac tela uides inimica Latinis,

quos illi bello profugos egere superbo.

Euandrum petimus. Ferte haec et dicite lectos

Dardaniae uenisse duces socia arma rogantis. »

Obstipuit tanto percussus nomine Pallas :

« Egredere, o quicumque es », ait, « coramque parentem

adloquere ac nostris succede penatibus hospes. »

Excepitque manu dextramque amplexus inhaesit.

Progressi subeunt luco fluuiumque relinquont.

Tum regem Aeneas dictis adfatur amicis :

« Optume Graiugenum, cui me Fortuna precari

et uitta comptos uoluit praetendere ramos,

non equidem extimui Danaum quod ductor et Arcas

quodque a stirpe fores geminis coniunctus Atridis,

sed mea me uirtus et sancta oracula diuom

cognatique patres, tua terris didita fama,

coniunxere tibi et fatis egere uolentem.

[…] Vers 142-156

Sic genus amborum scindit se sanguine ab uno.

His fretus non legatos neque prima per artem

temptamenta tui pepigi ; me, me ipse meumque

obieci caput et supplex ad limina ueni.

Gens eadem, quae te, crudeli Daunia bello

insequitur ; nos si pellant, nihil afore credunt

quin omnem Hesperiam penitus sua sub iuga mittant

et mare quod supra teneant quodque adluit infra.

Accipe daque fidem. Sunt nobis fortia bello

pectora, sunt animi et rebus spectata iuuentus. »

Dixerat Aeneas. Ille os oculosque loquentis

iamdudum et totum lustrabat lumine corpus.

Tum sic pauca refert : « Vt te, fortissime Teucrum,

accipio agnoscoque libens ! ut uerba parentis

et uocem Anchisae magni uoltumque recordor !

[…] Vers 169-183

Ergo et, quam petitis, iuncta est mihi foedere dextra,

et, lux cum primum terris se crastina reddet,

auxilio laetos dimittam opibusque iuuabo.

Interea sacra haec, quando huc uenistis amici,

annua, quae differre nefas, celebrate fauentes

nobiscum, et iam nunc sociorum adsuescite mensis. »

Haec ubi dicta, dapes iubet et sublata reponi

pocula gramineoque uiros locat ipse sedili,

praecipuumque toro et uillosi pelle leonis

accipit Aenean solioque inuitat acerno.

Tum lecti iuuenes certatim araeque sacerdos

uiscera tosta ferunt taurorum onerantque canistris

dona laboratae Cereris Bacchumque ministrant.

Vescitur Aeneas simul et Troiana iuuentus

perpetui tergo bouis et lustralibus extis.

[…] Vers 362-369

Vt uentum ad sedes : « Haec » inquit « limina uictor

Alcides subiit, haec illum regia cepit.

Aude, hospes, contemnere opes et te quoque dignum

finge deo rebusque ueni non asper egenis. »

Dixit et angusti subter fastigia tecti

ingentem Aenean duxit stratisque locauit

effultum foliis et pelle Libystidis ursae.

Nox ruit et fuscis tellurem amplectitur alis.

Traduction (Paul Veyne)6 :

Vers 102-133, 142-156 et 169-183

Or, ce jour-là, le roi arcadien célébrait dans un bois sacré, à l’entrée de la ville, le sacrifice annuel au magnanime fils d’Amphitryon et aux dieux. Avec lui offraient l’encens son fils Pallas, avec lui tous les notables parmi les citoyens et un modeste sénat ; le sang tiède fumait devant les autels. Quand ils aperçurent de grands navires qui glissaient vers eux à travers l’ombreuse forêt et que des matelots faisaient force de rame sans mot dire, cette subite apparition les terrifia, ils se lèvent tous et quittent les tables. Mais le hardi Pallas leur défend d’interrompre le sacrifice, saisit une arme et vole, lui, à la rencontre des étrangers. Du plus loin, il leur dit, du haut d’un tertre : « Messieurs, quelle raison vous a poussés à tenter des routes inconnues ? Où voulez-vous aller ? Quelle est votre nation ? De quelle cité venez-vous ? Apportez-vous ici la paix ou la guerre ? »

Alors, du haut de la poupe, le vénérable Énée lui dit, en lui tendant de sa main un rameau d’olivier en signe de paix : « Tu vois ici des fils de Troie, des armes qui ne sont dirigées que contre les Latins ; ceux-ci nous ont expulsés en une guerre injuste et insolente. Nous venons voir Évandre. Rapportez-le-lui et dites-lui que l’élite des chefs dardaniens est venue lui demander l’alliance de ses armes. » Frappé d’un si grand nom, Pallas resta interdit : « Descends à terre, toi dont j’ignore le nom, dit-il, va parler toi-même à mon père et entre en hôte dans nos pénates. » Il le reçut en lui prenant la main entre les siennes et la retint longuement. Ils se mettent en marche, quittent le fleuve et arrivent dans le bois.

Énée adresse alors au roi ces paroles amicales : « Ô le meilleur fils des Grecs, toi à qui la Fortune a voulu que j’adresse mes prières et tende des rameaux parés de bandelettes, non, je ne me suis pas effrayé à l’idée que tu étais un chef des Danaens, un Arcadien, et que des liens familiaux t’unissaient aux deux Atrides : ma vaillance, les révérés oracles divins, nos ancêtres communs, la réputation que tu as partout sur terre m’ont lié à toi, amené par le destin, mais de bon gré. […] Ainsi un seul et même sang se partage entre nos deux familles. Fort de ces titres, je n’ai point procédé par voie d’ambassadeurs, je n’ai point commencé par sonder adroitement tes dispositions : c’est moi, c’est ma propre tête que j’ai risquée, c’est comme suppliant que je suis venu à ta porte. La même nation daunienne qui te poursuit nous faire une guerre cruelle ; ils croient que, s’ils peuvent nous chasser, rien ne les empêchera plus de mettre sous leur joug la totalité de l’Hespérie, d’être les maîtres des deux mers qui baignent ses rivages en haut et en bas. Donne-moi ta foi et reçois la mienne. Nous avons chez nous des combattants courageux, de l’ardeur guerrière et des hommes qui ont fait leurs preuves. »

Énée se tut ; depuis qu’il avait commencé à parler, le roi n’avait fait qu’observer son visage, ses yeux, toute sa personne. Il lui répond alors ces quelques mots : « Combien je suis heureux de t’accueillir, de te reconnaître, ô le plus vaillant des Troyens ! Comme je retrouve en toi la parole de ton père, la voix du grand Anchise et son visage ! […] Ainsi donc, la dextre que vous me demandez, je viens de la joindre à la vôtre en un traité. Demain, dès que le jour sera rendu à la terre, je vous laisserai repartir contents de mon appui et je vous aiderai de mes ressources. En attendant, puisque que vous êtes venus ici en amis, célébrez à nos côtés avec recueillement cette cérémonie annuelle qu’il serait impie d’ajourner et soyez désormais les habitués des tables de vos alliés. »

Ayant dit, il fait rapporter les mets et les coupes qu’on avait enlevés ; lui-même place les Troyens sur une banquette de gazon et fait à Énée un accueil particulier : une peau de lion velu recouvre le siège d’érable sur lequel il l’invite à prendre place. Alors le prêtre du Grand Autel et une jeunesse choisie s’empressent d’apporter les chairs grillées des taureaux, chargent les tables de corbeilles pleines des dons travaillés de Cérès et servent la liqueur de Bacchus. Énée et les guerriers troyens mangent leur part de viande sacrificielle : un dos de bœuf tout entier.

Vers 362-369

Lorsqu’on fut arrivé à la demeure : « Voici, dit le roi, une porte qu’a franchie Hercule vainqueur, voici le palais qui l’a reçu. Prends sur toi, ô mon hôte, de mépriser toi aussi les richesses, fais-toi digne du dieu et ne sois pas sévère envers la pauvreté. » Il dit et, sous le plafond de l’étroite demeure, il guida Énée à la stature imposante et le plaça sur un lit de feuillage couvert de la peau d’une ourse de Libye.

  1. « Fais d’eux les alliés de ton camp, va conclure un pacte avec eux » (trad. Paul Veyne). []
  2. Homère, Odyssée, III, 5-6. []
  3. À ce sujet, voir Reece 1993. []
  4. Hellegouarc’h 1972, p. 23 ; voir aussi Freyburger 1986. Dans le contexte dans lequel écrit Virgile, cette notion renvoie également aux idéaux aristocratiques de la fin de la République et des premiers temps du Principat. []
  5. Nous reproduisons le texte tel qu’édité dans Virgile, Énéide. Tome II : Livres V-VIII, Perret Jacques (éd.), Paris, Les Belles Lettres, coll. « Collection des Universités de France », Série latine, 89, 1978. []
  6. Virgile, L’Énéide, Perret Jacques (éd.), Veyne Paul (trad.), Paris, Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », nᵒ 112, 2013, 2 vol. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.