Un décret athénien de proxénie

Le décret accordant le titre de proxène à Oiniadès de Palaiskiathos constitue un exemple archétypal du style formulaire à la fois concis, général et rigide qu’ont adopté la plupart des décrets de proxénie.

Date : 408/7 avant Jésus-Christ
Espace d’origine : Athènes
Espace de conservation : Musée épigraphique d’Athènes
Langue : Grec
Typologie : Décret
Description : Stèle de marbre (0,28*0,10*0,64 m)
Lieu de conservation : Musée épigraphique d’Athènes
Référence : n° d’inv. 6796 pour la stèle; IG, I3, 110 pour le texte

Texte :

1θεοί·
ἔδοξεν τῆι βολῆι καὶ τῶι δήμ
ωι· Ἀντιοχὶς ἐπρυτάνευε, Εὐκ
λείδης ἐγραμμάτευε, Ἱεροκλ
5 ῆς ἐπεστάτε, Εὐκτήμων ἦρχε
Διειτρέφης εἶπε· ἐπειδὴ ἀνή
ρ ἐστι ἀγαθὸς Οἰνιάδης ὁ Παλ
αισκιάθιος περὶ τὴν πόλιν τ
ὴν Ἀθηναίων καὶ πρόθυμος πο
10 ιε͂ν ὅ τι δύναται ἀγαθόν, καὶ ε
ὖ ποιε͂ι τὸν ἀφικνόμενον Ἀθη
ναίων ἐσκίαθον, ἐπαινέσαι τ
ε αὐτῶι καὶ ἀναγράψαι αὐτὸν
πρόξενον καὶ εὐεργέτην Ἀθη
15 ναίων καὶ τὸς ἐκγόνος αὐτο͂, κ
αὶ ὅπως ἂν μὴ ἀδικῆται ἐπιμέ
λεσθαι τήν τε βολὴν τὴν ἀεὶ β
ολεύοσαν καὶ τοὺς στρατηγ
ὸς καὶ τὸν ἄρχοντα τὸν ἐν Σκι
20 άθωι ὃς ἂν ἦι ἑκάστοτε· τὸ δὲ ψ
ήφισμα τόδε ἀναγράψαι τὸν γ
ραμματέα τῆς βολῆς ἐν στήλη
ι λιθίνηι καὶ καταθε͂ναι ἐμ π
όλει. καλέσαι δὲ αὐτὸν καὶ ἐπ
25 ὶ ξένια ἐς τὸ πρυτανεῖον ἐς α
ὔριον. Ἀντιχάρης εἶπε· τὰ μὲ
ν ἄλλα καθάπερ τῆι βολῆι, ἐς δ
[ὲ τ]ὴν γνώμην μεταγράψαι ἀντ
[ὶ το͂ Σ]κιαθίο, ὅπως ἂν ἦι γεγρα
30 [μμένο]ν, Οἰνιάδην τὸν Παλαισ
[κιάθιον].

Traduction  (Thomas Humblin, révisée) :

Dieux.

Il a plu au conseil et au peuple. La tribu Antiochis exerçait la prytanie, Eukleidès était secrétaire, Hiéroklès épistate, Euktémon archonte, Dieitréphès a fait la proposition. Attendu qu’Oiniadès de Palaiskiathos se comporte en homme de bien enclin à bien agir dans la mesure de son possible envers la cité d’Athènes, et qu’il rend service à celui des Athéniens qui arrive à Skiathos, qu’on fasse son éloge qu’il reçoive un éloge et qu’on l’inscrive comme proxène et bienfaiteur des Athéniens, de même que ses descendants ; et que veillent à ce qu’il ne subisse aucun tort le conseil chaque année en fonction, les stratèges et l’archonte qui sera alors en fonction à Skiathos. Que le secrétaire du conseil fasse transcrire ce décret sur une stèle de marbre et fasse ériger cette dernière sur l’acropole. Qu’on l’invite également à un repas d’hospitalité au Prytanée le lendemain ; Anticharès a fait la proposition : « Que, pour tout le reste, il soit fait comme il a plu au Conseil ; , qu’on change cependant l’avis du Conseil la formule « de Skiathos », pour que soit écrit « Oiniadès de Palaiskiathos. » »

Commentaire :

Le texte présenté est un décret athénien datant de 408/7, inscrit en stoichédon sur une stèle de marbre, qui confère la proxénie à un certain Oiniadès de Palaiskiathos. La pratique de la proxénie s’est étendue dans le monde grec du VIIe siècle avant Jésus-Christ au IIe siècle de notre ère. Les décrets de proxénie respectaient un formulaire strict, qui contribuent à la construction de ce que W. Mack appelle « le paradigme du proxène1  », c’est-à-dire le stéréotype du comportement propre à la figure du proxène et dont l’adoption est requise pour quiconque brigue ce titre. Les individus honorés et leurs actions qui ont motivé la rédaction du décret sont ainsi décrits en de courtes formules qui soulignent l’adéquation entre l’attitude particulière de l’individu en question et le modèle normatif attendu par la cité.

Le texte est précédé d’une invocation aux dieux de la cité. Le décret à proprement parler commence par le verbe ἔδοξεν qui signifie l’approbation conjointe de la proposition, attestant du fonctionnement régulier des institutions démocratiques, par la βουλή et le δῆμος réuni en ἐκκλησία. Cette sanction est suivie d’indications sur les circonstances de rédaction du décret, qui montrent que la procédure a été suivie dans le respect des règles, et qui nous permettent de dater précisément la date d’émission du décret : à savoir l’année 408/7, d’après la mention de l’archonte éponyme, Euktémon.

Sont alors énoncés les considérants qui justifient l’octroi du titre de proxène et de bienfaiteur. Ils sont ici au nombre de trois : Oiniadès de Palaiskiathos est attaché à la cité d’Athènes (ἀνήρ ἐστι ἀγαθὸς περὶ τὴν πόλιν τὴν Ἀθηναίων) ; il fait à tous égards preuve de dévotion ardente (πρόθυμος ποιε͂ν ὅ τι δύναται ἀγαθόν) ; et en particulier il vient en aide à tout Athénien en visite à Skiathos (εὖ ποιε͂ι τὸν ἀφικνόμενον Ἀθηναίων ἐσκίαθον). On peut cependant remarquer qu’Oiniadès n’est loué que dans sa relation à Athènes. La cité en effet ne cherche à pas valoriser l’éthique exemplaire dont l’individu ferait preuve en général dans sa vie, mais seulement sa conduite particulière et son zèle partial à l’égard des Athéniens. Le choix du présent de vérité générale confère, comme le montre W. Mack2, une valeur à la fois rétrospective et prospective au décret , de sorte que la justification fonctionne aussi comme l’énoncé du comportement attendu à l’avenir. La conjonction ἐπειδή qui introduit les considérants revêt non seulement un sens logique, mais aussi une valeur jussive. Notons également que ces trois motifs sont les mêmes que ceux invoqués plus tard pour l’octroi du titre de proxène à Théogénès de Naukratis. La généricité volontaire du lexique et du phrasé participe ainsi du « paradigme du proxène »3 : seule la mention du nom de l’individu gratifié d’honneurs montre que nous avons affaire à un paradigme en acte.

C’est en vertu de ce comportement qu’Oiniadès reçoit le double titre de proxène (πρόξενος) et de bienfaiteur (εὐεργέτης). Les deux titres sont souvent attribués ensemble, et il est très rare que seul soit octroyé le second. De ce fait, la proxénie était aussi pensée comme une institution évergétique, de telle sorte qu’on attendait que le proxène répandît en retour ses bienfaits sur la cité qui lui avait accordé le titre de πρόξενος, en reconnaissance de cet octroi. Toutefois, il existe une différence de portée géographique entre les deux termes, à savoir que l’individu honoré était εὐεργέτης au sein de la cité qui le gratifiait de ce titre, et πρόξενος à l’égard des citoyens de cette cité lorsque ceux-ci voyageaient à l’étranger. Concernant l’octroi de la proxénie, on peut également relever que celle-ci se transmet à la descendance d’Oiniadès (καὶ τὸς ἐκγόνος αὐτο͂) : un tel caractère héréditaire n’étant bien sûr pas sans rappeler l’hérédité de la xénia.

L’octroi de la proxénie s’accompagne d’un certain nombre d’honneurs qui, là encore, reparaissent régulièrement dans les sources épigraphiques. Le premier privilège, le plus développé dans le texte, vise à assurer qu’Oiniadès ne souffre aucun préjudice. En effet, face au mécontentement croissant des membres de la Ligue de Délos en raison de l’impérialisme toujours plus écrasant d’Athènes, et eu égard à l’importance donnée par Athènes aux proxènes dans le fonctionnement de la Ligue, il était impérieux que l’archonte qui siégeait dans la cité du proxène assurât la protection de ce dernier au sein de sa propre cité4. Quant à l’invitation au repas au Prytanée et l’érection du décret sur l’acropole, ces mesures sont récurrentes, mais constituent des honneurs très importants. Le décret se termine sur la mention d’un amendement, d’ailleurs séparé du reste du texte par un espace sur la stèle, relatif au gentilé d’Oiniadès.

Ces textes, malgré une phraséologie réutilisable à l’envi, étaient avant tout des décrets nominatifs qui fondaient une entente entre la communauté prise comme entité singulière et un étranger clairement identifié. La gratification du titre honorifique de πρόξενος obligeait son destinataire à rendre un ensemble de services et bienfaits dont le « paradigme du proxène » spécifiait la nature. L’emphase sur la continuité du dévouement confère une valeur prospective au présent et devient, en quelque sorte, un moyen de pression pour s’assurer des bons égards du proxène envers la cité dont il est désormais tout autant l’obligé, afin de garantir les intérêts individuels des ressortissants de cette cité dans sa cité d’appartenance.

Bibliographie :

Cinalli Angela, Τὰ ξένια. La cerimonia di ospitalità cittadina, Rome, Sapienza Università Editrice, coll. « Studi e Ricerche, 27. Studi umanistici – Antichistica », 2015.

Herman Gabriel, Ritualised Friendship and the Greek City, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

Mack William, Proxeny and Polis. Institutional Networks in the Ancient Greek World, Oxford, Oxford University Press, coll. « Oxford Studies in Ancient Documents », 2015.

Santiago Álvarez Rosa-Araceli, « De hospitalidad a extranjería », Faventia, Supplementa 2, 2013, p. 89-111.

  1. Proxenos-paradigm en anglais. Cette notion apparaît dans Mack 2015, p. 81-89. []
  2. Mack 2015, p. 28. []
  3. Notons par exemple que ces trois motifs sont les mêmes que ceux invoqués plus tard pour l’octroi du titre de proxène à Théogénès de Naukratis, cf. IG II3 294 7-13, 349/8 avant Jésus-Christ. []
  4. Voir à ce propos Santiago Álvarez 2013, p. 110-111, qui cite IG I3 156, où une telle protection est également promise à un citoyen d’Halicarnasse. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.