Note de lecture : É. Benveniste, Vocabulaire des institutions indo-européennes, vol. 1 Économie, parenté, société, Paris, 1969 (Section II « Donner et prendre »))

Lucie Buchère (M1, ENS de Lyon)

E. Benveniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. Vol. 1 Économie, parenté, société. Paris, 1969
E. Benveniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. Vol. 1 Économie, parenté, société. Paris, 1969.

Dans ce chapitre, l’auteur analyse plus spécifiquement les vocables portant sur les institutions qui existent par le truchement du don et de sa réception, ces derniers étant la condition de liens spécifiques d’individu à individu ou de la création d’un groupe.

Il souhaite rationaliser, à l’aide d’une démarche inductive et déductive, l’ensemble de ce vocabulaire spécifique. Nous retenons deux éléments de cette analyse. Tout d’abord, le terme de « don » se décline en cinq vocables indoeuropéens et ne recoupe que très peu la notion de gratuité qui lui est propre dans la langue française : le don est avant tout un vecteur d’organisation sociale, et structure de multiples domaines, à la fois religieux, judiciaire et économique. Le don nécessite donc un contre-don, à l’instar de l’hospitalité qui fait entrer l’étranger dans un système d’obligation. Cette relation contractuelle est le garant d’une relation pacifiée grâce à la compensation de la « perte » engendrée par le don. Le contrat prend alors la forme d’un engagement gestuel et verbal. L’hôte (*hosti-pet-), à savoir « celui qui personnifie éminemment l’hospitalité », est ainsi doté d’une certaine forme de pouvoir : si, théoriquement, la relation avec l’étranger se veut égalitaire, elle se meut, dans la pratique, en un rapport de domination.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.