De l’ambivalence de la dexiosis à l’âge classique : l’exemple de la stèle de Samos

La stèle de Samos illustre la permanence dans l’iconographie et la rhétorique des rituels de la xénia mais en souligne l’ambiguïté dans un contexte historique troublé.

Date : 405/4 avant Jésus-Christ
Espace d’origine : Athènes
Langue : Grec
Typologie : Décret
Description : Stèle de marbre (0,28*0,10*0,64 m)
Lieu de conservation : Musée épigraphique d’Athènes
Référence : n° d’inventaire 1333 pour la stèle ; IG, I3, 127 pour le texte
Relief de marbre surplombant la stèle où figure le traité conclu entre Athènes et Samos en 405.
© WikiCommons : Marsyas

Texte1 :

Κηφισοφῶν Παιανιεὺς
vacat ἐγραμμάτευε vacat
Σαμίοις ὅσοι μετὰ το͂ δήμο το͂ Ἀθηναί-
ων ἐγένοντο vacat
5 ἔδοξεν τῆι βολῆι καὶ τῶι δήμωι· Κεκροπὶς ἐπρυτάνευε, Πόλυμνις Εὐωνυμεὺς
ἐγραμμάτευε, Ἀλεξίας ἦρχε, Νικοφῶν Ἀθμονεὺς ἐπεστάτει· γνώμη Κλεσόφο
καὶ συνπρυτάνεων· ἐπαινέσαι τοῖς πρέσβεσι τοῖς Σαμίοις τοῖς τε προτέρο-
ις ἥκοσι καὶ τοῖς νῦν καὶ τῆι βολῆι καὶ τοῖς στρατηγοῖς καὶ τοῖς ἄλλοις
Σαμίοις ὅτι ἐσὶν ἄνδρες ἀγαθοὶ καὶ πρόθυμοι ποιε͂ν ὅ τι δύνανται ἀγαθόν,
10καὶ τὰ πεπραγμένα αὐτοῖς ὅτι δοκο͂σιν ὀρθῶς ποιῆσαι Ἀθηναίοις καὶ Σαμί-
οις· καὶ ἀντὶ ὧν εὖ πεποιήκασιν Ἀθηναίοις καὶ νῦν περὶ πολλο͂ ποιο͂νται καὶ
ἐσηγο͂νται ἀγαθά· δεδόχθαι τῆι βολῆι καὶ τῶι δήμωι, Σαμίος Ἀθηναίος ἐ͂ναι,
πολιτευομένος ὅπως ἂν αὐτοὶ βόλωνται· καὶ ὅπως ταῦτα ἔσται ὡς ἐπιτηδειό-
τατα ἀμφοτέροις, καθάπερ αὐτοὶ λέγοσιν, ἐπειδὰν ἐρήνη γένηται τότε περὶ
15 τῶν ἄλλων κοινῆι βολεύεσθαι. τοῖς δὲ νόμοις χρῆσθαι τοῖς σφετέροις αὐτῶν
αὐτονόμος ὄντας, καὶ τἆλλα ποιε͂ν κατὰ τὸς ὅρκος καὶ τὰς συνθήκας καθάπερ
ξύνκειται Ἀθηναίοις καὶ Σαμίοις· καὶ περὶ τῶν ἐνκλημάτων ἃ ἂγ γίγνηται
πρὸς ἀλλήλος διδόναι καὶ δέχεσθαι τὰς δίκας κατὰ τὰς συμβολὰς τὰς ὄσας.
[ἐ]ὰν δέ τι ἀναγκαῖογ γίγνηται διὰ τὸν πόλεμον καὶ πρότερον περὶ τῆς πολι-
20 [τ]είας, ὥσπερ αὐτοὶ λέγοσιν οἱ πρέσβες, πρὸς τὰ παρόντα βολευομένος ποιε͂ν
[ἧ]ι ἂν δοκῆι βέλτιστον ἐ͂ναι. περὶ δὲ τῆς ἐρήνης, ἐὰγ γίγνηται, ἐ͂ναι κατὰ ταὐτὰ
[κ]αθάπερ Ἀθηναίοις, καὶ τοῖς νῦν οἰκο͂σιν Σάμον· ἐὰν δὲ πολεμε͂ν δέηι, παρασκ-
[ε]υάζεσθαι αὐτὸς ὡς ἂν δύνωνται ἄριστα πράττοντας μετὰ τῶν στρατηγῶν.
[ἐὰ]ν δὲ πρεσβείαν ποι πέμπωσιν Ἀθηναῖοι, συμπέμπεν καὶ τὸς ἐξάμο παρόντας,
25 [ἐά]ν τινα βόλωνται, καὶ συνβολεύεν ὅ τι ἂν ἔχωσιν ἀγαθόν. ταῖς δὲ τριήρεσι
[ταῖς] ὄσαις ἐς Σάμωι χρῆσθαι αὐτοῖς δο͂ναι ἐπισκευασαμένοις καθότι ἂν αὐ-
[τοῖς δ]οκῆι· τὰ δὲ ὀνόματα τῶν τριηράρχων, ὧν ἦσαν αὗται αἱ νῆες, ἀπογράψαι
[τὸς πρέσ]βες τῶι γραμματεῖ τῆς βολῆς καὶ τοῖς στρατηγοῖς, καὶ τούτων εἴ πο-
[θέν τί ἐστιν ἀ]ναγεγραμμένον ἐν τῶι δημοσίωι ὡς παρεληφότων τὰς τριήρες,
30 [ἅπαντα ἐξαλειψά]ντων οἱ νεωροὶ ἁπανταχόθεν, τὰ δὲ σκεύη τῶι δημοσίωι ἐσ-
[πραξάντων ὡς τάχιστα κα]ὶ ἐπαναγκασάντων ἀποδο͂ναι τὸς ἔχοντας τούτων
[τι ἐντελῆ· γνώμη Κλεσόφο καὶ] συνπρυτάνεων· τὰ μὲν ἄλλα καθάπερ τῆι βολῆι,
[κυρίαν δὲ ἐ͂ναι τὴν δωρειὰν τοῖς ἥ]κοσιν, καθάπερ αὐτοὶ αἰτο͂νται, καὶ νε͂μαι
[αὐτὸς αὐτίκα μάλα τὸς ἄρχοντας ἐς τὰ]ς φυλὰς δέκαχα· καὶ τὴν πορείαν παρα-
35 [σκευάσαι τοῖς πρέσβεσι τὸς στρατηγὸς ὡ]ς τάχιστα καὶ Εὐμάχωι καὶ τοῖς
[ἄλλοις Σαμίοις πᾶσι τοῖς μετὰ Εὐμάχο ἥκοσ]ι ἐπαινέσαι ὡς ὀ͂σιν ἀνδράσιν
[ἀγαθοῖς περὶ τὸς Ἀθηναίος· καλέσαι δ’ Εὔμ]αχον ἐ[πὶ δ]εῖπνον ἐς τὸ πρυτανέον
[ἐς αὔριον. ἀναγράψαι δὲ τὰ ἐψηφισμένα τ]ὸγ γραμμ[ατέα τῆς βο]λῆς μετὰ τῶν
[στρατηγῶν ἐστήληι λιθίνηι καὶ κατα]θε͂ναι ἐς πόλι[ν, τὸς δὲ ἑλλην]οταμίας
40 [δο͂ναι τὸ ἀργύριον· ἀναγράψαι δ’ ἐς Σά]μωι κατὰ ταὐτὰ τέ[λε]σι [τοῖς ἐκέ]νων.

Traduction (Thomas Humblin révisée) :

Kèphisophôn, du dème de Pæanie, était secrétaire.

[Honneurs accordés] à tous les Samiens qui ont pris parti pour le peuple des Athéniens.

Il a plu au conseil et au peuple. (La tribu) Kékropis exerçait la prytanie, Polymnis, du dème d’Euônymeia, était secrétaire, Alexias archonte, Nikophôn, du dème d’Athmonia, épistate. Sur proposition de Kleisophos et de ses collègues à la prytanie : qu’on fasse l’éloge des ambassadeurs samiens, autant ceux qui sont venus par le passé que ceux qui viennent aujourd’hui, de leur conseil, de leurs stratèges, et des autres Samiens, parce qu’ils se comportent en hommes de bien et qu’ils sont enclins à bien agir dans la mesure du possible et qu’on loue les actions qu’ils ont accomplies pour avoir été à bon droit accomplies dans l’intérêt des Athéniens et des Samiens. En reconnaissance des services qu’ils ont rendus aux Athéniens, et de ce qu’aujourd’hui, ils accordent une grande importance aux Athéniens et leur soumettent de bonnes propositions, plaise au conseil et au peuple que les Samiens soient citoyens athéniens, tout en se gouvernant comme ils l’entendent ; et, afin que la situation soit la plus favorable pour les deux parties, comme eux-mêmes le proposent, quand la paix sera établie, qu’alors nous délibérions ensemble sur les autres sujets. Qu’ils vivent sous leurs propres lois, car ils sont autonomes, et quant au reste, qu’ils se comportent conformément aux serments et aux traités, comme convenu entre les Athéniens et les Samiens. En ce qui concerne les griefs que les uns pourraient imputer aux autres, qu’on prononce et agrée les jugements conformément à toutes les conventions en vigueur. Si quelque nécessité survenait à cause de la guerre ou au préalable au sujet de la participation à la cité, comme le proposent eux-mêmes les ambassadeurs, que les Samiens, après avoir délibéré en fonction des circonstances présentes, agissent de la manière qui leur paraîtra la meilleure. En ce qui concerne la paix, si elle est conclue, qu’elle s’applique dans les mêmes termes que pour les Athéniens pour ceux aussi qui vivent alors à Samos. Mais s’il faut faire la guerre, que les Samiens se préparent du mieux qu’ils le peuvent, en opérant de concert avec les stratèges [athéniens]. Et si les Athéniens députent quelque part une ambassade, que les Samiens qui seront présents députent en même temps quelqu’un également, s’ils désirent le faire, et qu’ils donnent tout bon conseil qu’ils pourront fournir. Qu’on leur permette de faire usage de toutes les trières amarrées à Samos, après les avoir appareillées comme bon leur semble. Que les noms des triérarques qui étaient en charge de ces navires soient consignés par les ambassadeurs dans un registre destiné au secrétaire du conseil et aux stratèges ; et en outre, s’il est inscrit quelque part dans les archives de l’État qu’ils ont pris le commandement des trières, que les intendants de l’arsenal effacent tout de toutes ces archives ; mais qu’ils réclament l’équipement pour l’État le plus vite possible et qu’ils contraignent ceux qui en détiennent le moindre élément à les rendre en parfait état. Proposition de Kleisophos et de ses collègues à la prytanie : que, pour tout le reste, on fasse comme il a plu au Conseil, mais que l’octroi [de la citoyenneté] entre en vigueur pour les Samiens qui sont venus, comme eux-mêmes le demandent, et que les archontes les répartissent tout de suite en dix groupes dans les tribus. Que les stratèges préparent le voyage des ambassadeurs le plus vite possible. Et qu’on fasse l’éloge d’Eumachos et de tous les autres Samiens qui sont venus avec lui, en considérant qu’ils se comportent en hommes de bien à l’égard des Athéniens. Qu’on invite Eumachos à prendre un repas au prytanée demain. Que le secrétaire du conseil, avec l’aide des stratèges, fasse transcrire les décisions ratifiées par le vote sur une stèle de marbre et fasse ériger cette dernière sur l’acropole, et que les hellénotames fournissent l’argent ; que l’inscription soit reproduite à l’identique à Samos, aux frais de ses habitants. »

Commentaire :

La stèle de Samos est un document composé d’un relief en marbre et d’une série de trois décrets, promulgués en 405/4 pour le premier (celui qui nous intéresse) puis en 403/2 pour les deux autres. Ces textes surviennent donc dans une période trouble, alors qu’en 404 s’achève la guerre du Péloponnèse avec la victoire de Sparte et qu’à Athènes s’installe la tyrannie des Trente, chassés par Thrasybule en 403. Comme le rappelle P. Brun dans son commentaire de la stèle, un conflit entre Samos et Milet avait détérioré les relations entre Athènes et Samos, autrefois alliée libre de la cité dans le cadre de la ligue de Délos. Dans les années 410, Athènes était intervenue pour renverser l’oligarchie samienne au profit des démocrates ; menacés à leur tour, ceux-ci, par pragmatisme, voire nécessité, tentent, en se rangeant aux côtés d’Athènes, de « chercher à sauver ce qui peut être encore sauvé, leur avenir dans leur cité, et même leur vie tout court » (P. Brun).

Les trois décrets empruntent aux décrets de proxénie leur style formulaire et leur rhétorique encomiastique, demandant expressément qu’un éloge soit décerné aux Samiens en raison de leur bonté envers les Athéniens, et plus précisément, comme l’indique l’en-tête du premier décret, parce qu’ils sont demeurés fidèles aux Athéniens dans la guerre. Cependant, s’ils reproduisent la technique discursive de tels décrets, ils ne confèrent le titre de proxène à aucun des Samiens. Le texte mentionne dans des termes consacrés (notamment à la ligne 9, ὅτι ἐσὶν ἄνδρες ἀγαθοὶ καὶ πρόθυμοι ποιε͂ν ὅ τι δύνανται ἀγαθόν) le dévouement des Samiens à l’égard des Athéniens, ainsi que des honneurs accordés aux premiers qui sont parmi les attendus des décrets de proxénie, comme l’invitation au repas au Prytanée, l’érection de la stèle sur l’acropole et l’attribution d’éloges. Par ailleurs, ces récompenses sont précédées de propositions relatives aux évènements de la guerre qui montrent que ce décret, derrière la rhétorique propre aux décrets de proxénie, contribue à surmonter une crise politique. Le texte atteste en effet de l’attente de la paix (ἐπειδὰν ἐρήνη γένηται à la ligne 14) et prévoit déjà, avec la proposition des lignes 21 et 22, qu’elle sera la même pour les Athéniens et les Samiens. Il est également envisagé de délibérer et de négocier mutuellement (κοινῆι βολεύεσθαι à ligne 15 ; συμπέμπεν καὶ τὸς ἐξάμο παρόντας à la ligne 24), ainsi que de mener conjointement des opérations militaires (πράττοντας μετὰ τῶν στρατηγῶν à la ligne 23). La guerre et la paix sont présentes sur le relief, qui montre une Athéna armée, mais dont le bouclier repose au pied d’une souche d’arbre et dont la lance, lâchement tenue, est dirigée vers le sol. Surtout, le relief montre les deux divinités poliades de Samos et Athènes, Héra et Athéna, en train d’accomplir le rituel de la dexiosis, poignée de main qui scellait, depuis l’époque archaïque, un pacte de xenia. Ce geste fait des deux cités des ξέναι mutuelles. Une telle homologie entre le discours du décret et le message pictural peut être lue comme la volonté doublement énoncée de consacrer une entente et de la placer sous la protection des dieux. On en arrive même à considérer que le relief, remarquablement solidaire du texte, se substitue au vocatif θεοί traditionnellement placé en tête des décrets de proxénie.

Cependant, à contrepied de l’interprétation ordinaire de la dexiosis comme allégorie d’une sociabilité irénique, l’hypothèse formulée par J. Elsner (2015) dans son article « Visual Culture and Ancient History: Issues of Empiricism and Ideology in the Samos Stele at Athens » offre une lecture plus complexe de cette stèle. Se fondant sur la récurrence iconographique de la dexiosis sur les stèles funéraires, l’auteur montre en effet que le relief signifierait la prise de distance d’Athènes vis-à-vis d’un allié devenu comme un fardeau au fil du temps, le relief se chargeant ainsi d’un message à rebours de celui du décret. De plus, on peut également relever quelques détails sur le relief qui remettent en cause la prétendue harmonie confirmée par le pacte de xenia. Athéna, dont les traits du visage paraissent masculins, est seule armée, tandis qu’Héra – s’il s’agit bien de cette déesse – est vêtue d’un simple péplos. La force est d’autant plus du côté d’Athènes que c’est Athéna Polias qui s’avance et tend la main, comme le montrent le mouvement de sa jambe et son bras droit tendu qui suggèrent que l’initiative de l’accord revient à Athènes et que, même dans l’égalité, elle continue de dominer. Le texte lui-même illustre par endroits cette sujétion des Samiens aux Athéniens : dans les opérations militaires, ces premiers doivent suivre les ordres des seconds (μετὰ τῶν στρατηγῶν, ligne 23), et dans les ambassades, s’ils envoient un représentant, c’est seulement conjointement aux députés athéniens (συμπέμπεν, ligne 24), et à condition qu’ils se rendent utiles par leurs conseils (συνβολεύεν ὅ τι ἂν ἔχωσιν ἀγαθόν, ligne 25). De tels passages interrogent sur la viabilité de la citoyenneté et de l’autonomie accordées à Samos, pour reprendre l’ interprétation de P. Brun, selon lequel la demande des Samiens était avant tout motivée par la volonté de garantir leurs intérêts dans la guerre encore en cours. Le cadre du relief qui délimite l’espace pictural de façon assez contraignante semble-t-il – qu’il suffise de regarder le casque d’Athéna, qui s’enfonce dans la bordure supérieure, ou le péplos d’Héra qui effleure la bordure gauche – ne rend-il pas malgré tout prisonnière une Héra forcée de se tourner vers Athéna ?

Par la tension interprétative entre supériorité, égalité et abandon qu’elle instaure, la dexiosis représentée sur ce relief illustre l’ambiguïté des transformations qu’a subies la xenia à l’heure de la proxénie et conduit à s’interroger plus largement sur la relation qu’entretiennent texte et image.

Bibliographie :

Brun Patrice, « La guerre du Péloponnèse (431-403) », Impérialisme et démocratie à Athènes, Paris, Armand Colin, 2015, p. 48-78

Elsner Jaś, « Visual Culture and Ancient History: Issues of Empiricism and Ideology in the Samos Stele at Athens », Classical Antiquity, vol. 34, no 1, 2015, p. 33-73.

Herman Gabriel, Ritualised Friendship and the Greek City, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

Mack William, Proxeny and Polis. Institutional Networks in the Ancient Greek World, Oxford, Oxford University Press, coll. « Oxford Studies in Ancient Documents », 2015.

  1. Nous reproduisons le texte tel qu’édité par P. J. Rhodes and R. Osborne. Nous ne mettons que le premier décret. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.