Note de lecture: TALLET, Pierre, Les papyrus de la mer Rouge I. Le « journal de Merer » (Papyrus Jarf A et B), Le Caire, Institut français d’Archéologie Orientale, 2017, coll. « Mémoires publiés par les membres de l’Institut français d’archéologie orientale » n° 136, IX-164 p. et « Les ”ports intermittents” de la mer Rouge à l’époque pharaonique : caractéristiques et chronologie », Nehet, n° 3, p. 31-72

Krystle Pinard Ross (Maîtrise – Université du Québec à Montréal)

INTRODUCTION

Les papyrus de la mer Rouge I. Le « journal de Merer » (Papyrus Jarf A et B) et « Les ”ports intermittents” de la mer Rouge à l’époque pharaonique : caractéristiques et chronologie »

Ces deux publications s’insèrent dans une longue tradition d’études sur la Mer Rouge et les ports de l’Égypte ancienne, initiées à date ancienne par le Mémoire sur le lieu où les israélites traversèrent la mer Rouge d’Étienne Quatremère (1851) et qui ont par exemple donné lieu à date récente à l’exposition « Égypte ancienne : la navigation » du Musée Mer Marine de Bordeaux. Cependant, bien que les sujets centraux soient les mêmes, ils ne s’attardent pas sur les mêmes détails. Tallet parle bel et bien de la Mer rouge, mais durant la période antique, tandis que Quatremère l’étudie dans le contexte historique biblique. Le Musée Mer Marine parle en détail de tout ce qui touche à la navigation chez les Égyptiens de l’antiquité, sauf des ports, ce que Pierre Tallet met, quant à lui, de l’avant dans son étude.

Le sujet du livre, les papyrus site du Ouadi el-Jarf, apporte un éclairage nouveau sur l’État égyptien sous la IVe dynastie. Parce qu’il est écrit tout de suite après les fouilles archéologiques et au début de la période d’étude des résultats, cet ouvrage est le premier d’une série d’autres livres qui auront tous comme thème les papyrus du Ouadi el-Jarf. En ce qui concerne son article, P. Tallet y met en lumière le fait que la navigation était belle et bien importante durant l’antiquité égyptienne et démontre des liens entre trois sites archéologiques. Le texte semble proposer les conclusions des études effectuées sur les trois sites. Ces deux textes semblent dédiés aux étudiants avancés ou à des spécialistes de l’Antiquité,  mais leur diffusion se veut internationale.

Pierre Tallet

Pierre Tallet a écrit, en 1998, sa thèse en égyptologie: Le vin en Égypte à l’époque pharaonique, où il crée une étude complète sur le vin et la vigne en Égypte pharaonique. En 2007, il a obtenu son HDR (Habilitation à Diriger des Recherches) en publiant: Nouvelles données sur la zone minière du Sud-Sinaï à l’époque pharaonique. Pour ce qui est de ses expériences professionnelles, il est depuis 2011, directeur de la mission archéologique du Ouadi el-Jarf (une mission sur la Mer Rouge) et depuis 2016, professeur à l’Université Paris Sorbonne. Pierre Tallet est sans aucun doute un grand spécialiste de l’archéologie de l’Égypte ancienne et de la Mer Rouge.

Buts et plans

Dans son livre, Pierre Tallet a comme but de démontrer que la combinaison de tous les textes retrouvés dans les vestiges archéologiques du site de Jarf prouve que le site était un lieu important dès la période prédynastique, mais encore plus important pendant le règne de Chéops (IVe dynastie). Pour ce qui est de son article, il veut prouver l’idée que les voies maritimes de l’État pharaonique n’avaient pas joué un grand rôle et que les Égyptiens eux-mêmes étaient loin d’être des marins. Pour y arriver, l’auteur a utilisé, d’un côté, les données inscrites sur les papyrus de la Mer Rouge que l’on appelle papyrus JARF A et B92. Il a pris en photo et préservé des originaux pour ensuite faire un montage en recollant les bouts de texte et finalement faire une transcription qui se veut la plus complète possible et en déduire des conclusions qui pourront confirmer ou infirmer les résultats des différentes fouilles qui avaient été faites auparavant.  Sa démarche est la suivante : étudier les découvertes archéologiques faites sur les sites du golfe de Suez, d’Ayn Soukhna, et du Ouadi el-Jarf Mersa Gaouasis pour voir s’il n’y a ou non concordances entre elles, et en arriver à des résultats pouvant apporter de nouvelles connaissances historiques sur la présence des Égyptiens dans ces lieux.

Dans le livre, l’auteur nous décrit d’abord la méthodologie de travail utilisée pour la mise en contexte de la découverte des papyrus. Ensuite, il nous renseigne sur les sources, leurs types et ce qu’elles renferment. Finalement, il revient sur ses conclusions de manière synthétique. Pour ce qui touche à l’article, il commence par un bilan de ce qu’on connaît des sites, afin de les examiner plus en détail et de façon plus précise par la suite pour arriver à créer une chronologie des lieux et une liste des différents rapports qui existent entre les trois sites.

LE LIVRE

Présentation générale

Le début du livre nous décrit en détail l’objet de son étude, en nous donnant les informations su rle lieu où les papyrus ont été retrouvés : c’est-à-dire où se trouve le site de Ouadi el-Jarf et plus précisément son système de galeries entrepôts et à quoi servait ce lieu. Il étudie un port où se retrouvaient les embarcations qui transportaient du cuivre et de la turquoise venant des mines du Sinaï. Pour ce faire, l’auteur étudie les rapports de fouilles faites sur le site de 1823 à nos jours. Il nous explique que les fouilles de 1823,1832 et 1950 n’avaient pas bien daté ce site, et n’avait pas compris sa nature et que grâce à des fouilles extérieures au site et aux artefacts découverts, ils ont prouvé que c’était un port et l’ont attribué au règne de Chéops, 2e souverain de la IVe dynastie.

Les papyrus et le « journal de Merer » 

La découverte des papyrus sur le site même, à l’intérieur d’un grand dépôt de fragments de textes (comptabilité, registres administratifs et journal de bord), a apporté son lot de questionnements. À savoir : pourquoi semblent-ils avoir été jetés? Quand? Tallet a donc décidé de les étudier et de voir quelles informations ils cachaient, mais aussi s’ils pouvaient aider à dater de façon plus précise le site. Certains portent des dates, d’autres portent des noms connus. Les journaux de bord, quant à eux, donnent des informations importantes sur les activités maritimes qui se passaient au port du site. Cette équipe était sous le commandement de l’inspecteur Merer et s’occupait de transférer des matériaux et d’entretenir des structures nautiques.

Dans cette partie on nous explique d’abord les caractéristiques des journaux de bord du Ouadi el-Jarf. Ils servaient d’abord à rapporter la nature des activités de l’équipe quotidiennement. Ces textes suivaient donc les travailleurs sans arrêt, du début jusqu’à leur dernière mission. L’auteur nous aide à distinguer les papyrus A et B par la mise page, le mode de présentation de la date et dans la présence de notes en marge. En tout 5 papyrus ont été retrouvés à la même place, mais les opérations décrites dans les papyrus C, D et E sont probablement postérieures à celles des papyrus A et B, car on y comprend que le niveau de l’eau du fleuve est à son plus bas, donc inutilisable pour le transfert de charges importantes.

L’écriture

Ensuite on nous parle de l’écriture, de la langue et de l’instance narrative de cette dcumentation. Ce qui est très intéressant dans les papyrus du Ouadi el-Jarf, c’est qu’ils sont écrits totalement en hiératique. Les autres textes, durant cette période, étaient presque tous écrits en hiéroglyphes. On y voit donc une évolution de l’écriture du hiéroglyphe vers le hiératique. Pour cette raison, Tallet pense que les deux papyrus ont été écrits par la même personne…l’inspecteur Merer. Il semble donner un compte rendu des activités de l’équipe qu’il dirige. Un des plus importants indices est le fait qu’il utilise le pronom « nous » ex : nous avons fait ceci, pour nous rapporter des vivres de là.

Le papyrus A 

Dans ce papyrus, on y voit des noms, dates, mois, saisons, et noms de nomes qui pourraient être vus comme des indices de l’origine géographique de l’équipage. On y décrit surtout des déplacements en bateaux entre Toura et Giza. Cependant, on ne parle pas de ce qu’ils transportaient contrairement au papyrus B. Mais tout semble pointer vers le transport de la main d’œuvre pour travailler sur le projet de Giza. Sur le fragment AII, le nom de Merer apparaît et on parle de la construction d’un barrage dont l’apport des recherches de John Cooper a permis de déterminer qu’il servait à garder l’eau haute pendant un moment plus long. Dans les autres fragments, il est question de l’aménagement et l’entretien de structures hydrauliques.

Le papyrus B 

Le papyrus B est le plus long fragment retrouvé sur le site. Il évoque dès le début  l’activité de l’équipe qui est dirigée par l’inspecteur Merer. Un des détails intéressants est la présence du nom du bassin de Chéops. Ce dernier pourrait être un siège de l’administration en rapport avec le chantier de la pyramide. Ce papyrus démontre que les journaux de bord enregistraient les informations sur plusieurs mois et qu’on changeait de document en même temps que les années administratives. Sur certains fragments, on y voit des détails sur des déplacements de pierre vers Giza, mais rien ne prouve encore qu’ils fassent partie du papyrus B.

Synthèse des informations.

Ces deux journaux ont une valeur inestimable quand on pense aux informations qu’ils nous donnent par rapport à la construction de la grande pyramide de Chéops et tout ce qui l’entoure. On comprend que lorsque ses journaux ont été écrits, cette dernière était encore en chantier. Cependant, on ne dit rien sur les techniques de construction. Les papyrus de Merer donnent des informations sur le territoire durant cette période très éloignée de la nôtre et par le fait même un aperçu sur la vie d’un groupe de travailleurs royaux. Bref, les papyrus retrouvés sur le site de Ouadi el-Jarf nous renseignent sur l’organisation du chantier royal de la grande pyramide de Giza. Le papyrus A, étant le plus ancien, a enregistré le déplacement d’une main-d’œuvre importante vers le plateau de Giza. Tandis que le papyrus B, plus récent, a gardé en note de façon très précise, les allers-retours de l’équipe de Merer.

L’ARTICLE

Nouvelles connaissances

Carte de la mer Rouge; localisations des trois sites à l’étude; par Eric Gaba (Sting – fr:Sting); licence sous CC BY-SA 4.0 (retravaillé)

Ce texte nous informe sur la découverte et l’étude de trois ports ayant été utilisés pendant la période antique, et vient changer ce que nous pensions de la navigation chez les Égyptiens de l’antiquité. Il n’y a plus de doute que dès le début de la IVe dynastie, les Égyptiens avaient déjà une grande connaissance des voies maritimes praticables et que ces voies avaient eu une importance dans le commerce et le transport de matières premières. Pour bien comprendre les objets d’études, l’auteur nous donne plusieurs informations pour chacun de ces ports.

 

Mersa Gaouasis

Les fouilles sur ce site se sont faites en 2001. On y a retrouvé une série de petits monuments votifs qui se situaient sur de petites structures constituées de petites pierres placées en cercle. Parfois, on y retrouvait des ancres de bateaux. Ces petites chapelles renfermaient des informations importantes sur la raison d’être de ce lieu. Un texte parle d’une expédition vers le pays de Pount, un autre décrit comment les embarcations étaient construites, etc. De plus, on a retrouvé dans les galeries du site du matériel nautique comme des pièces de bateaux ou des ancres. Bref, les archéologues ont pu comprendre que les galeries du site étaient utilisées par les bateaux pour pénétrer dans les terres, et se protéger du vent dominant du nord.

Ayn Soukhna

Ce site a aussi été fouillé en 2001 et on y retrouve la présence d’une source d’eau chaude et d’une oasis qui ont sûrement aidé à faire de ce lieu un point de relais pour les expéditions minières. Ce qui est très intéressant sur ce site, ce sont les inscriptions se retrouvant sur les parois rocheuses qui datent de l’Ancien Empire jusqu’à l’époque byzantine. On peut y lire des comptes rendus d’expéditions, les buts de certaines missions, le passage de fonctionnaires, etc. Ici aussi, il y avaient des cavités dans le sol qui ont sans doute servi d’entrepôts pour le matériel maritime entre deux opérations, mais aussi comme hangars à bateaux démontés. Mais on voit un  changement dans l’utilisation du site vers le début du Moyen Empire où on l’utilise comme atelier métallurgique pour le traitement des minerais de cuivre.

Ouadi el-Jarf

Contrairement aux deux autres, ce site n’a été fouillé qu’en 2011, soit 10 ans après les deux premiers. Cependant, les chercheurs savaient déjà qu’ils avaient affaire à un port égyptien, car les installations étaient très semblables à ceux de nos deux autres sites. Ils y ont retrouvé plusieurs fragments de bois et de cordages ce qui pointait vers l’idée de bateaux ayant été démontés.  Ils y ont aussi découvert des papyrus renfermant des informations sur les archives d’une équipe de bateliers. Il y est question de livraison de denrées, des journaux de bord et des activités des hommes, et ce pour plusieurs mois. Cela fait de ce site le plus ancien aménagement en pleine mer du monde, on parle ici d’un lieu datant de 2550 av. J.C.

Fonctionnement des ports

Ce qui ressort de ces trois ports est la structure galeries-magasin-entrepôts que l’on retrouve sur les trois sites. On y déposait matériaux, denrées ou même bateau le temps d’une pause entre deux voyages. Toujours situés près des cours d’eau, ces sites étaient parfaits autant pour entreposer des choses que l’on voulait garder pour de prochaines expéditions, mais aussi pour se relaxer et peut-être même faire du commerce. Le site était très fréquenté entre le printemps et le début de l’été, car les vents de la mer Rouge étaient forts durant ce moment de l’année et les voyageurs en profitaient.

Les questionnements continus

Bien que les chercheurs sachent maintenant ce que chaque site était, ils se demandent maintenant quel type de relations ces trois ports entretenaient les uns envers les autres. À partir d’un corpus de texte qui contient les enregistrements de 101 opérations, les chercheurs ont pu recréer une certaine chronologie des expéditions qui s’étalent de la IVe à la XVIIIe dynastie. Ils ont pu comprendre que le site de Ouadi el-Jarf n’avait été utilisé que brièvement lors de la IVe dynastie et qu’on aurait transité par le site de Ayn Soukhna. Cette idée est aussi prouvée par les vestiges matériels retrouvés sur place comme de la céramique de Ouadi el-Jarf. Vers la fin de la XIe dynastie, le site de Ayn el-Jarf connaît une destruction brutale, ce qui pousse les rois à expérimenter un point d’ancrage plus au sud. Ce lieu pourrait être le site de Mersa Gaouasis et aurait été utilisé pendant la plus grande partie de la XIIe dynastie. Bref, ces trois sites ont eu une importance capitale dans l’histoire de la navigation égyptienne et ils ont joué leur rôle…à tour de rôle!

CONCLUSION

Critiques constructives

Les deux œuvres de Pierre Tallet s’intéressent au sujet de la navigation égyptienne, mais plus précisément à l’utilisation de différents ports maritimes. Cependant, dans son livre, l’auteur semble vouloir mettre de l’avant les informations des papyrus retrouvés sur le site de Ouadi el-Jarf. Ces derniers donneraient des renseignements concernant le chantier des pyramides royales et des équipes d’hommes qui ont extrait les pierres des carrières pour les acheminer vers le site de Giza. Tandis que l’article met de l’avant à quel moment un port a été utilisé et pour quelle raison, mais surtout les différentes utilisations possibles de ces lieux. Les deux publications comportent des points forts avec quelques petits manques. Par exemple, les deux ont de multiples notes en bas de pages et une grande bibliographie (92 entrées pour le livre et 55 pour l’article) et ce en plus de 5 langues différentes. Cependant, plusieurs termes nous ne sont pas définis dans le livre, tels que nome (ville) ou phylé (équipe), tandis que l’article ne contient aucun index qui aurait pu nous aider à la compréhension du texte.

Projets présents et futurs de l’auteur

J’ai eu la chance d’avoir une petite discussion par messagerie électronique avec Pierre Tallet qui a été assez gentil pour répondre aux questions que je lui ai posées, sur ses projets présents et futurs. Voici sa réponse :

« Je suis en train de publier la fouille archéologique du ouadi el-Jarf dont deux volumes seront remis pour publication à la fin de l’année (vol. 1 sur les installations maritimes; vol. 2 sur les galeries magasins du site). L’étude des papyrus a continué, et un 2e volume consacré à des journaux de bord plus fragmentaires est en cours de publication à l’Institut d’archéologie français du Caire, on peut espérer qu’il sera publié en 2021. La fouille du site du ouadi el-Jarf doit se poursuivre ces prochaines années (en principe dès mars avril prochain, si la situation sanitaire le permet) et je dois reprendre la prospection du Sud-Sinaï que j’avais mené entre 2002 et 2012, mais qui avait été interrompue pour des raisons de sécurité en 2013. J’ai eu beaucoup de chance de trouver ces papyrus du ouadi el-Jarf, qui apportent un éclairage nouveau sur l’État égyptien sous la IVe dynastie; parmi les découvertes dont je suis le plus heureux, il y a aussi les inscriptions du ouadi Ameyra, qui datent entre la période de Nagada III et la 2e dynastie (publiées en 215); cela a fait moins de bruit que les papyrus de Chéops, mais elles sont aussi importantes pour l’histoire de l’Égypte, car elles comptent parmi les textes les plus anciens retrouvés et permettent de faire remonter de 5 siècles la présence des Égyptiens au Sinaï. » (Pierre Tallet, communication personnelle)

BIBLIOGRAPHIE

ÉTUDES

LIVRES

TALLET, Pierre, Les papyrus de la mer Rouge I. Le « journal de Merer » (Papyrus Jarf A et B), Le Caire, Institut français d’Archéologie Orientale, 2017, coll. « Mémoires publiés par les membres de l’Institut français d’archéologie orientale » n° 136, IX-164 p.

THÈSES ET MÉMOIRES

TALLET, Pierre, Le vin en Égypte à l’époque pharaonique, thèse de Ph.D (égyptologie), 1998, 672 p., [en ligne] https://www.academia.edu/28025818/Pierre_Tallet_Le_vin_en_Egypte_a_le_poque_pharaonique_pdf (page consultée le 6 octobre 2020)

PÉRIODIQUES

ARTICLES

QUATREMÈRE, Étienne. « Mémoire sur le lieu où les israélites traversèrent la mer Rouge. », dans : Mémoires de l’Institut national de France, tome 19, 1ᵉ partie, 1851. pp. 457-488[en ligne], https://www.persee.fr/doc/minf_0398-3609_1851_num_19_1_1031 (page consultée le 9 novembre 2020)

SOMAGLINO, Claire, « La navigation sur le Nil. Quelques réflexions autour de l’ouvrage de J.P Cooper, The médieval Nile. Route, navigation, and landscape in islamic Egypt », dans : Halshs.archives-ouvertes.fr, 2014, p. 122 à 161, [en ligne], https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01719588/document (page consultée le 6 octobre 2020)

TALLET, Pierre, « Les ’’ports intermittents’’ de la mer Rouge à l’époque pharaonique : caractéristiques et chronologie », Nehet, n° 3, p. 31-72, [en ligne], https://www.academia.edu/19576535/Les_ports_intermittents_de_la_mer_Rouge_%C3%A0_l%C3%A9poque_pharaonique_caract%C3%A9ristiques_et_chronologie_Nehet_3_2015_ (page consultée le 5 octobre 2020)

NOTES DE RECHERCHES

TALLET, Pierre « Notes sur la zone minière du Sud-Sinaï au Nouvel Empire », 2003, 28p. [en ligne], https://amers.hypotheses.org/files/2015/02/0304_Tallet.pdf (page consultée le 6 octobre 2020)

COMPTE RENDU

BOREUX, Chaules, notes critique de l’ouvrage de Carlini A., Vivielle Jean-Baptiste Adolphe, La navigation dans l’Égypte antique, dans le Journal des savants, novembre 1927. p. 385-393, [en ligne], https://www.persee.fr/doc/jds_0021-8103_1927_num_9_1_2828 (page consultée le 6 octobre 2020)

SITES INTERNET

ANONYME, « Égypte ancienne : la navigation » Musée Mer Marine, https://www.mmmbordeaux.com/2020/05/01/la-navigation-au-coeur-de-la-vie-et-de-la-mort-dans-legypte-ancienne/ (page consultée le 10 novembre 2020)

TALLET, Pierre, « Annuaire », Orient & Méditerranée, 17 mai 2020, https://www.orient-mediterranee.com/spip.php?article1395 (page consultée le 6 octobre 2020)

TALLET, Pierre, « Mission du Ouadi el-Jarf (Égypte), Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2019, https://www.aibl.fr/fouilles-archeologiques/labels-archeologie-2018-2019/article/mission-du-ouadi-el-jarf-egypte (page consultée le 6 octobre 2020)

Krystle Pinard Ross

Je suis une étudiante de l'UQAM et je suis en train de faire une maîtrise en histoire.

More Posts


Auteur/autrice : Krystle Pinard Ross

Je suis une étudiante de l'UQAM et je suis en train de faire une maîtrise en histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.