Note de Lecture : ISAYEV, Elena, Migration, Mobility and Place in Ancient Italy , Cambridge, Cambridge University Press, 2017, 542p. (Introduction, chap. 1,2,3)

Étienne Poirier (Maîtrise, Université du Québec à Montréal)

Auteure et Introduction

Elena Isayev en visite en Turquie, 2008
Mitchank – wikipédia

Elena Isayev est une historienne britannique qui se spécialise dans l’histoire migratoire, se concentrant sur la Rome antique. L’histoire migratoire est un domaine historique encore peu développé aujourd’hui. Au cours de sa carrière, Isayev a grandement contribué à faire avancer ce sujet. Elle a notamment donné la conférence “The Sky is Hidden: on the Opening of Language and Borders” en 2017 comme sa première conférence à l’Université d’Exeter, où elle est actuellement professeure d’histoire au département d’histoire antique. Elle a également écrit des ouvrages tels que Making Ancient Mobility Visible’, Migration and Migrant Identities in the Near East from Antiquity to the Middle Ages publié en 2019 ou encore Polybius’s Global Moment and Human Mobility through Ancient Italy, publié en 2014.

Ce billet aura comme but d’analyser l’introduction ainsi que les chapitres un, deux et trois d’un autre ouvrage d’Elena Isayev : Migration, Mobility and Place in Ancient Italy . Dans ce livre de 2017, elle se penche sur les mouvements migratoires dans l’Italie ancienne, notamment avant la domination romaine sur la péninsule. Isayev essaie de prouver qu’il y avait un grand niveau de mobilité dans l’Italie antique (p.3).

Pour soutenir sa problématique, elle se tourne vers une grande variété de monographies. La plupart de ces ouvrages datent des quarante dernières années, avec seulement quelques monographies datant d’avant les années 1980. Une bonne partie des textes viennent du monde anglo-saxon, ce qui est normal vu qu’elle travaille dans le monde universitaire britannique. Elle a également une grande quantité d’ouvrages en italien, ce qui permet d’avoir un point de vue plus local. Finalement, elle s’est grandement basée sur l’archéologie, dont les avancées au cours des dernières décennies ont permis de faire progresser la recherche sur l’histoire de l’immigration.

Analyse de l’introduction : l’historiographie de la migration

L’introduction du livre est la première section à laquelle on est confronté. C’est ici que l’auteure décrit sa problématique, la présentant de façon claire et précise. Cette section est bien réalisée, malgré un léger manque de repères temporelles, ce qui pose problème quand on veut savoir la période qu’elle veut aborder dans l’ouvrage.

Un point sur lequel Isayev insiste énormément dans cette section est l’évolution de l’histoiriographie de la migration. Selon elle, notre perception du concept même de la migration est erronée, surtout quand on l’applique à l’Antiquité. Elle est convaincue que nos concepts de frontières, de migrations et de déplacements sont basés sur les états modernes, et donc ne sont pas applicables aux peuples de l’Antiquité et à leur situation (p.8).

Elle insiste beaucoup sur le verbe Migrare, mot latin qui est à l’origine du mot migration (p.8). Ce terme voulait dire la même chose que l’on parle de bouger à la maison en bas de la rue que de partir dans un pays étranger. Isayev apporte donc l’excellent point dans cette introduction que cette origine a souvent été ignorée par les historiens, comme par exemple Stephen et Castles (2003). C’est une position intéressante, qui montre surtout à quel point on regarde le passé avec nos yeux du présent. Elle admet d’ailleurs qu’elle n’est pas la seule à avoir remarqué le problème de la compréhension moderne de la migration, parlant notamment de Smith et Favell (2006), qui tout au moins mentionnent que la description actuelle de la migration n’est pas forcément appropriée (p.10).

En soi, son introduction sert donc beaucoup plus à critiquer la théorie migratoire basée sur la pensée moderne qu’à construire une réelle introduction du sujet.  Malgré cela, cette introduction donne une bonne image du domaine de l’histoire migratoire et de ce qui a précédé cet ouvrage et fait son travail d’expliquer les chapitres à venir.

Analyse du chapitre 1 : Problèmes de chiffres

Le premier chapitre du livre se tourne vers les données statistiques, un passage obligatoire pour tenter de quantifier les déplacements. Cependant, elle pointe dès le début les problèmes de ces statistiques. Les données sont rares et limitées (p.18). Encore pire, celles des sources primaires sont bien souvent douteuses et remises en question pas Isayev, qui se questionne quant à leur exactitude. Elle pointe notamment que la notion de « périodes de grandes migrations suivies de longues périodes sédentaires » (p.22) présentée par les anciens historiens est très probablement fausse et uniquement là à cause du fait que l’élite romaine ne s’intéressait probablement qu’aux efforts de migrations encouragés par l’État, en particulier l’établissement de colonies latines.

Isayev pense plutôt qu’il y avait de la migration constante à travers l’Italie et ce pendant toute l’Antiquité. Le seul problème est qu’elle ne s’appuie pas sur des données quantitatives pour fonder cette affirmation. Après tout, elle a elle-même reconnu qu’il y avait un manque de sources au niveau de ces informations. Il y a aussi le fait que ses informations limitées sont réparties sur plusieurs périodes. Par exemple, elle utilise autant des données de Polybe, le plus ancien historien possible pour le sujet, que des données de l’époque augustine venant des recherches de Scheidel (2006). Au lieu d’avoir des données solides pour une période précise, elle se retrouve avec des statistiques non fiables étalées sur des siècles.

Un exemple notable qui permet bien de résumer ce chapitre est quand elle parle des Latins migrant hors de la péninsule. Non seulement elle mentionne qu’il y a encore moins d’informations pour ces migrants externes comparées à ceux qui reste en Italie, mais qu’en plus le concept de « ghetto latin » dans d’autres villes est une erreur basée sur notre compréhension moderne. Ce chapitre apporte donc beaucoup plus de connaissance quant à ce qui est faux sur la migration antique que de faits vérifiés pour appuyer sa théorie.

Analyse du chapitre 2 : Comment se déplacer

Ce chapitre se tourne beaucoup moins vers les statistiques et le nombre de migrant et plutôt vers les moyens par lesquels les Italiens se déplaçaient. Elena Isayev y explique les routes et les autres moyens de navigation utilisées par les Italiens pour voyager.

Elle passe une partie du chapitre à se concentrer sur les différentes sortes de routes que les Italiens pouvaient emprunter, soit les routes créées pour connecter les villes, les routes pour l’accès aux ressources et les routes saisonnières employées par les animaux. (p.81) En plus de cela, elle explique l’utilisation des cours d’eau comme le Tibre, la rivière au centre de Rome, comme voie de transport (p.85). Cette section offre une bonne vision des différentes routes pour les migrants de l’Antiquité, malgré le fait que cette section ne dure que quelques pages. Il s’agit en soi d’une excellente section du chapitre.

Elle se tourne ensuite vers les vagues migratoires, soit les différents groupes qui selon Isayev vinrent coloniser l’Italie en vague successives (p.88). L’idée de vagues migratoires et de mélanges culturels n’est pas nouvelle et a été utiliséedans plusieurs autres pays, notamment pour expliquer les origines de l’Angleterre, avec les Saxons se mêlant aux Celtes. (Härke, 2011) Elle insiste sur le fait que ces mouvements sont souvent ignorés par les autres historiens de la migration antique quand on parle de l’Italie. Cependant, elle fait aussi une comparaison avec l’histoire grecque, sans pourtant avertir de la similitude suspicieuse entre les deux histoires.

Cet oubli est doublement troublant par le fait qu’elle pointe plus tard qu’il faut faire attention à l’influence grecque (p.106) Elle relève cela dans ses études de cas centrés sur des légendes et des récits italiens. Certes, la véracité de ces histoires est douteuse, mais Isayev réussie à les utiliser pour en apprendre plus sur les tendances migratoires de l’Italie antique. Il s’agit là d’une utilisation ingénieuse de sources rarement utilisées qui complète bien un chapitre en général très réussi.  

Analyse du chapitre 3 : Cités et migrations

Ce chapitre se concentre surtout sur la centralisation des communautés pour former des villes et les raisons qui poussent les populations italiennes de l’Antiquité à se rassembler. Il s’agit là d’un sujet important, l’évolution des cités étant liée aux mouvements migratoires.

Elena Isayev explique les changements et le développement des cités italiennes de façon chronologique, commençant avec l’ère de bronze et l’ère de fer et parlant des habitations qui s’agglomérèrent tout au long du VIIIe au VIe siècle avant J-C (p.140). Elle continue ensuite à parler du développement des cités, utilisant l’exemple de la région de Lucanie pour expliquer les changements démographiques qui entourent les cités. Et c’est bien là le point qu’Isayev essaie de présenter : les changements démographiques qui menèrent aux cités et les mouvements de populations qui se rassemblèrent pour former des villes. Dans son argumentation, elle se rend jusqu’au 1er siècle après J-C, couvrant une longue période pour expliquer ces changements démographiques. (p.184)

Le fait qu’elle utilise un endroit qu’elle a étudié personnellement (la Lucanie) aide, car on peut voir qu’elle sait de quoi elle parle quand elle se penche sur l’évolution de la région. Elle a d’ailleurs déjà écrit sur la région (Isayev, 2007), un travail précédent qu’elle utilise autant que possible dans ce chapitre. C’est dans son étude de la Lucanie que l’on voit le plus d’études archéologiques dans le livre, où l’archéologie vise à comprendre l’évolution des communautés de la région. Le savoir qu’apporte l’archéologie permet même d’affirmer que la situation en Lucanie est également applicable en Sicile (p.167).

Cependant, ce chapitre à deux sérieux problèmes. Premièrement, quand Isayev explique les causes de ces changements démographiques et l’évolution des cités, elle passe beaucoup de temps à expliquer ces causes avant d’affirmer qu’elles ne sont pas aussi importantes que les mouvements migratoires, mettant sa théorie au-dessus de toutes les autres causes. L’autre problème, qui est probablement le cas dans le reste de l’ouvrage, est l’assomption que la situation de la Lucanie peut être appliquée au reste de l’Italie. Certes, elle est similaire à celle de la Sicile, mais cela ne garantit pas que les choses soient pareilles dans le reste de l’Italie. Malgré cette généralisation, il faut admettre que ce chapitre contient d’importantes informations archéologiques pour le sujet.

Conclusion

Au final, les chapitres que j’ai analysé étaient majoritairement très bien détaillés et apportaient de nouvelles connaissances intéressantes. Les chapitres à l’étude étaient de bonnes sources d’information sur les déplacements des Italiens, le chapitre 2 en particulier était bien structuré et plein d’informations utiles à tous ceux qui veulent comprendre les mouvements en Italie. Je trouvais cependant que les chapitres 1 et 3 avaient  quelques faiblesses, le premier à cause du manque de données (un fait admis par Isayev elle-même) et le troisième à cause d’assomptions de la part de l’auteure. Malgré cela, je ne peux pas nié que ces chapitres étaient également de bonnes sources d’information. Malgré quelques faiblesses ici et là, il est donc difficile de douter de l’apport que ces chapitres ont à notre compréhension de l’histoire de la migration antique.

Pourquoi cet ouvrage?

Il y a plusieurs raisons qui m’ont poussé à choisir cet ouvrage pour cette recension. Déjà, la compréhension des migrations, ne serait-ce que dans l’Antiquité en général, est une connaissance importante pour la réalisation de mon mémoire de maîtrise. Vu que mon mémoire parle d’individus barbares qui ont migré dans l’empire romain, cet ouvrage peut me permettre de comprendre les déplacements vers l’empire. Certes, l’ouvrage ne traite pas de la même période (mon sujet portant sur la période de l’empire tardif), mais il s’agit tout de mêmes d’informations utiles.

Ensuite, je suis intéressé par l’utilisation de l’archéologie dans son ouvrage. Il s’agit d’un champ de recherche que je connais mal et dont j’ai de la difficulté à me servir. De le voir utilisé pour apporter de nouvelles données à la recherche de l’histoire de l’immigration me permet de comprendre un peu mieux comment on peut l’utiliser.

Enfin, j’ai un intérêt pour tout ce qui touche à la civilisation romaine et à l’Italie antique. Un ouvrage qui permet d’expliquer la migration en Italie fait donc partie de ce que je peux considérer comme dans mon champ d’intérêt. Certes, l’ouvrage ne couvre pas ma période de prédilection et ne se concentre pas seulement sur les Romains, mais aussi sur les autres peuples Italiens.

Bibliographie

  • BAKER, Brenda J., et TSUDA, Takeyushi, Migration and Disruptions: Toward a Unifying Theory of Ancient and Contemporary Migrations, Gainesville, University Press of Florida, 2015, 336p.
  • CABALLOS RUFNO, Antonio, et DEMOUGIN, Ségolène, Migrare : La formation des élites dans l’Hispanie romaine, Pessac, Ausonius Éditions, 2006, 389p.
  • CASTLES, Stephen et MILLER, Mark J., The Age of Migration: International Population Movements in the Modern World, New York, Guilford Press, 2003, 338p.
  • FAVELL, Adrian et SMITH, M.P., The Human Face of Global Mobility, New Brunswick NJ, Routledge, 2006, 332p.
  • HÄRKE, Heinrich, «Anglo-Saxon Immigration and Ethnogenesis », Medieval Archeology, vol. 50, no. 1, 2011, p.1-28
  • ISAYEV, Elena, « Inside Ancient Lucania : Dialogues in History and Archaeology », Bulletin of the Institute of Classical Studies. Supplement, no. 90, 2007, p. iii-284
  • LAURENCE, Ray, Roman Archaeology for Historians, Routledge, 2012, 192p.
  • SCHEIDEL, Walter, «Human Mobility in Roman Italy, I: The Free Population», The Journal of Roman Studies, vol.94, 2004, p.1-26

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.