Note de lecture : TACOMA, Laurens E., Moving Romans: Migration to Rome in the Principate, Oxford, Oxford University Press, 2016, X-304 p. (chap. 1, 2, 3, 4, 7)

Florence Bilodeau-Mercier (Maîtrise – Université du Québec à Montréal)

L’ouvrage de Laurens E. Tacoma, Moving Romans : Migration to Rome in the Principate, est publié en 2016. Il s’agit d’une monographie composée de 8 chapitres : la recension portera sur les 4 premiers chapitres ainsi que sur le 7e chapitre de l’ouvrage. L’auteur, Laurens Ernst (Rens) Tacoma, est professeur d’histoire ancienne à l’université de Leyde, spécialisé dans l’histoire sociale romaine. À partir de 2010 jusqu’en 2014, il participe au projet « Moving Romans. Urbanisation, migration and labour in the Roman Principate » et il devient membre de l’Institut royal des Pays-Bas à Rome. Ses intérêts de recherche se rattachent à l’histoire sociale et économique du monde antique, tout en incluant la démographie, la ville, la mobilité et la migration, des trois premiers siècles de notre ère. De plus, il étend ses recherches jusqu’à l’histoire de l’Antiquité tardive.

L’ouvrage traite de la migration urbaine dans le monde romain. Plus précisément, l’auteur aborde son étude sur la ville de Rome sous le Principat qui se situe de 27 av. J.-C. à 284 apr. J.-C. Dans le contexte du livre, le terme de migration constitue principalement un mouvement des humains vers et hors de la ville de Rome (p. 31). Dans son introduction, Tacoma avertit que l’historiographie n’a pas été assez développée pour le cas romain et que très peu d’historiens s’y sont intéressés au profit de l’analyse des migrations à partir des années 1500 (p. 9). De plus, les migrations antiques ont souvent été étudiées de façon très globale, « comme [l]es migrations de peuplement, en les reliant souvent aux conflits militaires, faute de pouvoir en cerner finement les contours1 ». La migration n’est pas un objet d’étude restreint à l’Antiquité. La majorité des études sur le sujet se sont appuyées sur les époques modernes et contemporaines de l’histoire afin d’expliquer ce phénomène. Avec cet ouvrage, l’auteur veut créer un cadre conceptuel afin de comprendre la migration urbaine dans le monde romain en modélisant, à partir des connaissances disponibles, des formes significatives de migration vers la ville. Celles-ci sont identifiées par différents critères : elles ont une place permanente et temporaire dans l’histoire, elles sont mieux documentées, mais elles sont moins bien attestées dans les travaux des chercheurs. En prenant en compte ces formes de migration et ces caractéristiques, Tacoma se pose le questionnement suivant : comment la ville de Rome a-t-elle pu jouer un rôle au sein du système migratoire qui s’est développé durant le Principat (p. 26) ?

Dans cette étude, les sources anciennes utilisées font principalement mention la migration urbaine de Rome. Parmi ces sources, il est possible de retrouver des sources épigraphiques (épitaphes), de columbarium, archéologiques, juridiques et littéraires grecques et latines, ainsi que de la documentation écrite ancienne provenant des voyageurs de l’époque antique (p. 87). De plus, d’autres disciplines seront utilisées : l’histoire, la géographie, la sociologie, l’anthropologie, l’ethnologie et probablement la politique et l’économie, dans les chapitres suivants du livre.

Cette recension présente une synthèse des chapitres sélectionnés, suivie d’une analyse critique de ces chapitres en relevant certains éléments positifs dans le contenu de l’ouvrage, ainsi que certaines lacunes dans la démonstration de Tacoma.

Synthèse de la contribution

Le premier chapitre de l’ouvrage (« Introduction : Migration before Modernity », p. 1-29) expose l’intention de l’auteur de dé-moderniser les modèles déjà existants de la migration, constitués durant la période moderne et contemporaine. L’auteur veut nous faire comprendre que les modèles de migration sont adaptés à chaque société selon leurs caractéristiques et leurs modes de vie, d’où son intention d’utiliser l’exemple de la ville de Rome et les différents flux migratoires durant la période du Principat (p. 6). Comme introduit plus tôt dans cette recension, il fait comprendre que cette historiographie de la migration romaine a très peu été travaillée par les historiens et reste encore difficile à étudier encore aujourd’hui en raison du problème des sources : peu de récits de migration autobiographiques, absence de matériel statistique, présence importante des valeurs de l’élite dans les écrits masquant le processus de mobilité (p. 26), etc. Il termine ce chapitre en indiquant son objet d’étude et le plan de son ouvrage pour les huit chapitres et les concepts traités dans chacun.

Dans le deuxième chapitre (« Conceptualizing Migration », p. 30-74), comme indiqué plus tôt, Tacoma définit le concept de la migration comme étant un mouvement « trans-local » où un changement de résidence se déroule de façon permanente ou semi-permanente (p. 31), tout en indiquant les limites de cette définition et certaines caractéristiques de la migration, dont la géographie et la politique. Dans ce cas-ci, l’accent est mis sur les déplacements extérieurs et non sur les déplacements à l’intérieur de la ville ; le mouvement des soldats y est inclus (p. 34). Par la suite, Tacoma entame une explication de dix formes de migration. Comme l’explique Marie-Sophie Caruel, dans son compte rendu de l’ouvrage, celles-ci sont « fondées sur des critères socio-économiques et juridiques (élites, pauvres, esclaves) ou professionnels (formation, profession administrative, intellectuelle, artistique, saisonnière, commerciale ou militaire) 2 », afin de montrer la diversité de la migration romaine ainsi que la nature complexe de celle-ci. Tout cela montre que Rome était utilisée comme point de ralliement par les populations (p. 48). De plus, l’auteur revient sur la provenance de ces populations et la diversité migratoire qu’elles occasionnent au sein de l’Empire, par l’utilisation de l’analyse isotopique3.  Cette analyse permet d’acquérir une quantification des individus décédés afin de prouver que certains d’entre eux ne provenaient pas de Rome (p. 62).

Dans le troisième chapitre de l’ouvrage (« The Roman Migration Regime », p. 75-105), Tacoma analyse les mesures ayant amené les institutions juridiques romaines à favoriser, contrôler et entraver la mobilité des populations en plus d’analyser les liaisons existantes entre ces mêmes institutions (p. 76). Ce chapitre traite principalement des migrants volontaires, c’est-à-dire ceux ayant fait le choix de quitter Rome ou d’aller s’y installer de leur propre chef. Tout d’abord, l’auteur s’est concentré sur la question du statut juridique des migrants, puisque le statut possède des significations différentes selon les différents groupes de migrants. Ensuite, il explique la relation entre la mobilité et la citoyenneté romaine afin d’expliquer qu’il existe une influence de la citoyenneté sur la migration. Tacoma continue son analyse en exposant le comportement de l’État par rapport aux expulsions des populations de Rome et les formes de contrôle migratoire de l’époque (p. 93). À travers ce chapitre, on comprend qu’il n’existait pas de statut juridique pour les migrants, et par conséquent aucune immigration clandestine. La citoyenneté était distribuée parmi les provinces de l’Empire, sans discernement de l’origine de l’individu. Par contre, elle stimulait une mobilité pour certains individus désirant s’installer à Rome (p. 104). En ce qui concerne les formes de contrôle migratoire, elles étaient relativement faibles, car la liberté de mouvement était un droit romain fondamental. De plus, ces contrôles étaient centrés sur le statut des individus et non sur leurs origines. Par exemple, le statut des élites les amenait à recevoir un contrôle plus strict selon leur importance politique. Finalement, les expulsions survenues à Rome ne sont pas considérées comme une forme de contrôle de l’immigration, mais plutôt un acte symbolique afin d’expulser les « indésirables » de la communauté romaine (p. 104).

Le quatrième chapitre (« Migration and the Family », p.106-141) expose la question du genre dans la migration, à travers le modèle d’Hajnal et sa mise en application dans le monde romain. Tacoma veut montrer qu’il existe des liens entre la famille romaine et la migration. Il commence ce chapitre par l’explication du modèle de mariage d’Hajnal, un modèle général familial et démographique. Il expose le phénomène des mariages tardifs tant pour les femmes que pour les hommes ainsi que le phénomène des célibataires en Antiquité (p. 108). À partir de ce modèle de mariage, Tacoma veut expliquer les concepts de la famille romaine. Par contre, certaines caractéristiques de la famille antique ne sont pas prises en compte telles que la possibilité du mariage précoce des femmes, le mariage tardif des hommes, une migration familiale, etc. Cette réflexion sur le modèle d’Hajnal amène l’auteur à développer ses hypothèses de la migration à partir de trois groupes d’individus se déplaçant vers ou hors de Rome : les soldats, les immigrés volontaires et les esclaves. Avant tout, les migrants étaient de jeunes hommes adultes et célibataires, plutôt que des familles (p. 140). Il existait aussi une faible mobilité féminine, qui se produisait principalement dans le contexte du mariage. En faisant une distinction entre les immigrants militaires, esclaves et volontaires, Tacoma ajoute une nuance au modèle et permet de tracer d’autres possibilités quant à ce flux migratoire. Par ailleurs, il décèle des différences entre ces groupes au niveau de l’âge, du sexe-ratio et des modèles de retour montrant que les migrants pouvaient décider de revenir à Rome ou de retourner vers leur lieu d’origine.

Finalement, dans le septième et dernier chapitre recensé (« Migration and Acculturation », p. 204-240), Tacoma traite des questions de l’acculturation et de l’identité afin de montrer que les liens communautaires entre les migrants et les habitants de Rome étaient relativement faibles (p. 206). Il examine cette réflexion à travers l’identité ethnique des migrants, la langue utilisée, la pratique du culte et les associations. Pour l’identité ethnique, Tacoma explique qu’elle se construisait selon le contexte et l’environnement de l’habitat du migrant. Bien sûr, l’inclusion des étrangers s’est illustrée par l’extension de la citoyenneté romaine, dans l’Empire, comme présenté dans le troisième chapitre et a amené une nouvelle conceptualisation de l’« étranger » (p. 208). La langue est aussi vue comme un élément d’intégration, puisqu’il n’existait pas de « langues de migrants » à proprement parler. Le choix de la langue se limitait au latin et au grec (p. 215), mais certains migrants utilisaient fréquemment leur langue maternelle. L’auteur indique aussi que les migrants pratiquaient leurs propres cultes, les intégrant à la grande variété de cultes existante à Rome sous le Haut-Empire. Enfin, les migrants créaient leurs propres associations afin de développer leurs intérêts, tout en gardant un lien avec la société locale de Rome. Les liens communautaires étaient alors faibles, car ceux-ci étaient créés à partir de certains critères ethniques spécifiques et certains vecteurs sociaux tels que la profession, le statut juridique ou social, ou les relations de patronage (p. 240).

Analyse de la démonstration de Laurens E. Tacoma

Cet ouvrage porte sur un sujet d’étude ayant été très peu traité dans les dernières années. Même s’il s’agit d’un sujet en développement dans l’historiographie, la migration à l’époque romaine est bien définie à partir de plusieurs aspects différents dans l’ouvrage de Tacoma, ce qui a permis une bonne compréhension du sujet, lors de la lecture. Bien sûr, il faut tenir compte des nuances apportées par l’auteur au cours de sa recherche, puisque les concepts utilisés sont modernes et contemporains et ils ont dû être incorporés à la période antique à l’aide des sources retrouvées. À partir de celles-ci, il était toujours difficile d’arriver à des conclusions concrètes sur la période antique et des hypothèses sont développés pour expliquer ces concepts. L’auteur a fait un choix judicieux en précisant lui-même, dans son introduction, qu’il a construit sa problématique à partir de plusieurs hypothèses, et mis de l’avant qu’il peut y avoir des erreurs ainsi qu’un manque d’information à cause de la nature de la recherche et les difficultés qui accompagnent l’utilisation des sources. En outre, l’idée de centrer la recherche seulement sur la ville de Rome a permis à l’auteur de réfléchir davantage sur le sujet, car la ville elle-même constitue le centre de l’Empire, durant le Principat, ainsi que le meilleur endroit pour étudier la migration à la période antique et tester des hypothèses sur le sujet. Par ailleurs, en regardant la bibliographie de l’ouvrage, il est possible de constater que l’auteur a tout de même réussi à réunir une grande variété de travaux sur le sujet, en plus des sources, afin de construire son argumentation. Cela montre que le sujet se développe rapidement et attire les chercheurs cers l’étude de la mobilité et de la migration romaine.

Dans l’ouvrage, il est évident que certains concepts de la migration ne sont pas traités en détail, comparé à ce qu’il est possible de retrouver dans les recherches récentes. L’auteur utilise différentes catégories de personne dans son ouvrage afin de montrer la diversité de migrants parmi les voyageurs : soldats, esclaves, élites, etc. Il n’a pas fait allusion au terme de réfugié, qui est devenu un concept dominant en Europe dans les dernières années4. Par ailleurs, aujourd’hui, les études sur la migration moderne amènent les chercheurs à enquêter sur le terrain et à interroger les migrants, ce qui n’est évidemment pas possible avec les études sur l’Antiquité. Dans ce contexte, Tacoma s’est concentré sur des migrants anonymes à partir des sources romaines et a tenté d’amener une discussion « imaginative », ce qui peut amener à une meilleure compréhension de la vie de ces migrants. Pour cela, son analyse isotopique montre que l’archéologie est une discipline importante dans ce genre d’étude, ainsi que plusieurs autres disciplines utilisées par Tacoma pour la construction de son objet d’étude.

Au niveau de la mise en forme de l’ouvrage, Tacoma a divisé son ouvrage en huit chapitres principaux. Dans ces chapitres, il y intègre des sous-titres divisant le chapitre en différentes sous-sections. Il offre ainsi au lecteur un aperçu des concepts discutés dans le chapitre, une structure ordonnée du contenu traité, en plus d’une meilleure lecture. L’ouvrage contient aussi de nombreux tableaux regroupant des statistiques concernant différents concepts liés à la quantification de la migration. Par exemple, certains tableaux indiquent le nombre d’immigrants découverts par l’analyse isotopique (p. 63) ou encore, exposent l’âge des citoyens et des soldats romains à leur mort pour la mobilité familiale (p. 116). Ces tableaux sont utiles à l’auteur afin de confirmer ses hypothèses demandant des statistiques. Par contre, il faut continuer à nuancer certaines informations de ces tableaux, puisqu’il est difficile, voire impossible, d’obtenir les données précises de l’époque à partir des sources, qui peuvent être incomplètes et incertaines.

Bilan

La migration urbaine romaine a été étudiée à travers différents concepts modernes afin de comprendre leur sens dans la période antique : l’importance des institutions, le statut des migrants arrivés à Rome ou quittant la ville, l’implication de la structure familiale romaine lors de la migration et enfin, l’idée de l’intégration et de l’identité des migrants à travers différents aspects culturels. Les sources limitent en partie la recherche, puisqu’elles n’amènent pas de réponses précises sur la mobilité des voyageurs sur le territoire romain ainsi que sur les autres concepts traités dans l’ouvrage. De plus, il existe des limites au sein des groupes sociaux traités dans l’ouvrage, car l’auteur se focalise sur les groupes les plus cités et les plus susceptibles de se trouver parmi les migrants et les voyageurs (élites, soldats, esclaves, volontaires, etc.).

Cet ouvrage de Laurens E. Tacoma suscite une réflexion sur l’importance de l’étude de la migration, en général, dont la recherche se déroule dans le contexte social de l’époque. Cela va de soi, car les aspects sociaux et culturels sont indispensables dans le développement et la compréhension de la migration romaine. Cette étude peut encourager les chercheurs à travailler davantage sur les différents groupes sociaux de l’époque romaine (femmes, familles, travailleurs, etc.) ainsi que sur la démographie romaine, en se concentrant davantage sur les régions aux alentours de la ville de Rome. De plus, l’ouvrage peut convaincre les chercheurs de développer les études sur la migration à travers d’autres villes ou d’autres régions à l’époque de l’Antiquité.

Le choix de cet ouvrage pour une recension s’est surtout porté sur le contexte historique dont il traite, puisqu’il fait part de l’époque de l’Antiquité romaine, qui est aussi la période de mon mémoire de maîtrise, et de la période du Principat, qui est une période où l’on retrouve de nombreux changements importants au sein de l’Empire romain. De plus, au fur et à mesure de la lecture, l’ouvrage décrit en partie la mobilité des esclaves et des soldats à travers différents concepts de la migration. Dans le cadre de mon mémoire de maîtrise, je travaille sur le rôle des esclaves dans l’armée romaine au temps de la période républicaine au IIIe siècle av. J.-C. Ces deux groupes montrent qu’il existait toujours une certaine relation à l’époque du Principat. Cela signifie tout simplement que certains esclaves accompagnaient les ménages de l’élite à l’extérieur de Rome. Les mouvements migratoires des esclaves peuvent s’avérer un sujet intéressant à traiter davantage, dans ce contexte. 

Bibliographie

Articles

Fabrice Demeter, « L’utilisation des isotopes en archéologie et en anthropologie », Technè – La science au service de l’histoire de l’art et de la préservation des biens culturels, nᵒ44, 2016, p. 71-73, [en ligne] https://journals.openedition.org/techne/1090

ROSENTAL, Paul-André, « Une histoire longue des migrations », Regards croisés sur l’économie, 2010, vol. 2, n° 8, p. 74-80, [en ligne] https://www.cairn.info/revue-regards-croises-sur-l-economie-2010-2-page-74.htm

Comptes rendus

CARUEL, Marie-Sophie, compte rendu de l’ouvrage de Laurens E. Tacoma, Moving Romans : Migration to Rome in the Principate, Clio. Femmes, Genres, Histoire, nᵒ51, janvier 2020, p. 309-312, [En ligne] http://journals.openedition.org/clio/17881

NOY, David, compte rendu de l’ouvrage de Laurens E. Tacoma, Moving Romans : Migration to Rome in the Principate, The American Historical Review, Vol.123, nᵒ1, Février 2018, p. 280–281, [En ligne] https://academic.oup.com/ahr/article-abstract/123/1/280/4840355

Monographie

TACOMA, Laurens E., Moving Romans: Migration to Rome in the Principate, Oxford, Oxford University Press, 2016, X-304 p.

Site web

Page professionnel : UNIVERSITEIT LEIDEN, « Rens Tacoma, University lecturer », https://www.universiteitleiden.nl/en/staffmembers/rens-tacoma/publications#tab-2 (Consultée le 9 octobre 2020)

  1. Paul-André Rosental, « Une histoire longue des migrations », Regards croisés sur l’économie, 2010, vol. 2, n° 8, p. 74. []
  2. Marie-Sophie Caruel, compte rendu de l’ouvrage de Laurens E. Tacoma, Moving Romans : Migration to Rome in the Principate, Clio. Femmes, Genres, Histoire, nᵒ51, janvier 2020, p. 310.  []
  3. L’analyse isotopique est un procédé scientifique permettant d’analyser des isotopes présents dans l’environnement, dont les tissus animaux, et donc celui des hommes. Cette technique scientifique est utilisée afin de déterminer certaines habitudes du sujet et l’environnement dans lequel cette personne aurait « grandi ou vécu les 20 à 25 dernières années de sa vie ». []
  4. David Noy, compte rendu de l’ouvrage de Laurens E. Tacoma, Moving Romans: Migration to Rome in the Principate, The American Historical Review, Vol.123, nᵒ1, Février 2018, p. 280. []

Florence Bilodeau-Mercier

Étudiante à la maîtrise en histoire à l'Université du Québec à Montréal (UQAM)

More Posts


Auteur/autrice : Florence Bilodeau-Mercier

Étudiante à la maîtrise en histoire à l'Université du Québec à Montréal (UQAM)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.