Introduction – Les mots de l’hospitalité autour de la Méditerranéenne antique : approches lexicales et réflexions méthodologiques

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon) et Marie-Adeline Le Guennec (EFR)

Après l’atelier préparatoire du 18 novembre 2015 qui s’est penché sur les sources et les enjeux d’une étude de l’hospitalité dans la Méditerranée antique, le premier atelier HospitAm de l’année 2016 s’est penché sur la question du lexique de l’hospitalité dans le contexte méditerranéen, de l’époque classique au Haut Moyen-Âge. Les quelques pistes de réflexion qui suivent justifieront sans doute qu’il nous ait paru essentiel de dédier une des premières étapes de notre projet à cette thématique de recherche.

Définitions lexicales et conceptuelles

L’objectif premier de cet atelier était de préciser par le prisme des mots la/les définition(s) du concept d’hospitalité autour du bassin méditerranéen antique. Dans ce contexte, la manière de désigner l’hospitalité apparaît en effet directement liée à la façon de concevoir les pratiques d’accueil qualifiées d’hospitalières, comme E. Benvéniste l’a plus largement montré au sujet des langues indo-européennes (Benvéniste 1969) On distinguera par exemple entre le latin, où à la période ancienne le lexique de l’hospitalité semble lié, du fait de sa dérivation du terme hostis, à l’idée de rééquilibrage d’une relation par essence inégale entre l’étranger et l’hôte qui le fait entrer dans la communauté1 et par exemple l’iranien moyen, qui s’appuie sur une racine *mei désignant l’échange pour marquer l’hospitalité comme un acte de réciprocité complète. Dans de nombreux cas, le lexique de l’hospitalité croise, voire recouvre directement celui de l’étranger, de l’extranéité : xenos en grec, ger en hébreu, désignent dans un état classique de la langue autant l’hôte que l’étranger. Ce phénomène lexical mériterait sans doute d’être étudié de manière plus systématique, car il peut nous aider à mieux cerner les liens entre définition de l’hospitalité et conception de l’ouverture à l’autre, à l’étranger, ce que l’on ramène généralement et peut-être de manière un peu réductrice, à une simple alternative philoxénie / xénophobie.

Old book (c)Molumen@Openclipart
Old book (c)Molumen@Openclipart

Dans cette perspective, on comprend qu’il soit essentiel de mettre en place une typologie des lexiques hospitaliers attestés d’une langue du bassin méditerranéen à l’autre pour les périodes anciennes. Un enjeu important réside d’abord dans les manières de désigner le couple hôte accueillant/hôte accueilli : a-t-on affaire à un terme unique, qualifiant indifféremment les deux partenaires de la relation d’accueil, à la manière de l’hôte français, du xenos grec, et dans un stade ultérieur de son développement, de l’hospes latin ? Ou au contraire à des couples de désignations distinctes, résultant éventuellement de processus de composition, à la manière d’ hospes/hostis en latin archaïque, de xenodochos/xenos en grec ancien (plus rare toutefois que le rapport de xenos à xenos), ou encore, en quittant l’espace méditerranéen au sens strict, d’atithi (hôte reçu)/atithi-pati (hôte qui reçoit) en sanskrit ? Dans ces exemples de composition, c’est d’autre part l’hôte reçu, dont la qualification donne la forme simple sur laquelle est ensuite construite la désignation de l’hôte accueillant, hospes, xenodochos ou atithi-pathi, qui semble au cœur de la relation d’ hospitalité : mais est-ce toujours le cas ? Et qu’est-ce qui est alors en jeu dans la construction lexicale du couple hospitalier ? : est-ce de la réception (grec xenodochos ; sanskrit atithi-pati) ? De la représentation (latin hospes) ? Etc. Enfin, au-delà de cet enjeu premier du couple des hôtes, certaines langues apparaissent-elles plus riches que d’autres en matière de lexique hospitalier et peut-on établir une relation entre étendue d’un lexique, définition de l’hospitalité et/ou diversité des pratiques hospitalières ?

Cette dernière question nous amène à envisager la question du lexique sous un angle inverse, en nous interrogeant sur la nature des phénomènes associés au lexique hospitalier. Une même terminologie peut-elle être ainsi convoquée pour désigner des pratiques et/ou des conceptions hospitalières relativement distinctes ? Aux côtés d’un lexique de l’hospitalité qui apparaîtrait spécialisé dans certaines formes de réception, privée ou non, d’autres champs se développent-ils pour désigner des formes d’accueil distinctes (par exemple stipendié, officiel, voire contraint etc.) ? Le latin nous livre des éléments de réponse intéressants dans cette perspective : le terme hospitium peut y désigner un pacte de réception entre particulier et/ou entités politiques (amenant dans ces deux derniers cas une précision au moyen des adjectifs privatum et publicum), une hospitalité plus informelle, voire l’accueil au sens large,  ; en revanche, ce lexique semble distingué, au moins en théorie, de celui réservé au système officiel de stations d’accueil qui se met en place au début du Haut Empire pour faciliter la circulation des officiels romains en mission (le fameux « cursus publicus ») ; ou dans une autre perspective, de celui de l’accueil mercantile prodigué par les aubergistes romains. Assiste-t-on à des distinctions similaires pour d’autres langues méditerranéennes anciennes ?

Tessère d'hospitalité entre la cité de Munigua et l'État romain, règne d'Auguste (AE 1962, 147 y 287 = AE 1972, 263) (c) domaine public
Tessère d’hospitalité entre la cité de Munigua et l’État romain, règne d’Auguste (AE 1962, 147 y 287 = AE 1972, 263) (c) domaine public

Outre le degré de spécialisation des champs lexicaux de l’accueil, se pose la question des chevauchements, des glissements voire des emprunts d’une terminologie à l’autre, avec au centre de notre réflexion, toujours, les mots de l’hospitalité : de nouveau, on pourra s’appuyer sur l’exemple latin d’hospitium, dont la sémantique s’étend progressivement de l’hospitalité gratuite à l’accueil mercantile lorsque le terme en vient à désigner l’auberge au Ier s. ap. J.-C.. Quels sont les processus, les acteurs et les enjeux de ces recours au lexique de l’hospitalité pour désigner des pratiques d’accueil habituellement considérées comme distinctes et le plus souvent déjà dotées d’un lexique qui leur est propre ? On citera à ce sujet, avec Alain Montandon (Montandon 2001, p. 23), l’exemple de l’allemand contemporain qui remplace régulièrement dans des formes composées l’idée de Fremd-étranger par celle de Gast-hôte accueilli, alors même que contrairement au grec xenos, ces deux termes ont en allemand des sens bien distincts : ainsi lorsque l’on parle, pour désigner une chambre d’hôtel, de Gastzimmer (de chambre d’hôte, il en va de même en français), il s’agit à l’évidence d’élever le rapport mercantile entre l’hôtelier et son client au rang de relation d’hospitalité, et l’on a donc affaire à un procédé commercial ; en revanche, parler de Gastarbeiter et non de travailleur étranger est une stratégie lexicale dont les enjeux politiques doivent être explorés (Benjamin Boudou nous avait d’ailleurs parlé lors de notre précédente rencontre d’un retour du lexique de l’hospitalité dans le discours médiatique et dans celui de la société civile à l’aune de la crise des migrants, en rupture justement avec l’encadrement politique coercitif des circulations en Méditerranée). Et qu’en est-il enfin lorsque ces recours impropres ou imagés au lexique de l’hospitalité atteignent un réel degré de lexicalisation, au point de s’élever, pour les termes concernés, au rang de sens secondaires spécialisés ? L’hospitalité stricto sensu s’en trouve-t-elle alors redéfinie, conceptuellement et lexicalement ?

Approche spatio-temporelle du lexique de l’hospitalité dans la Méditerranée antique

L’étude de ces différents phénomènes lexicaux doit naturellement être ancrée dans le temps et l’espace : c’est d’ailleurs tout l’enjeu du projet HospitAm que d’envisager l’hospitalité ou plutôt les hospitalités méditerranéennes antiques dans toute leur diversité synchronique et diachronique.

On peut d’abord s’interroger, dans une perspective qui prolonge les précédentes remarques, sur l’existence et le sens de transferts lexicaux et culturels à l’échelle du bassin méditerranéen ; le passage du couple latin hospes/hostis à un hospes indifférencié, qui se serait fait au contact du grec xenos, en correspondance avec une redéfinition de l’hospitalité romaine à la période médio-républicaine, constitue un exemple bien connu mais toujours débattu de phénomènes de ce type. De même, pourquoi a -t-on recours en syriaque à la translittération du grec xenia/aksenia pour désigner l’hospitalité ? S’agit-il uniquement de suggérer une hospitalité chrétienne « importée » du monde grec ou bien de construire un autre type d’hospitalité qui insisterait davantage sur le don et le contre-don qu’en araméen classique ? Les périodes clés de confrontations culturelles à l’échelle de l’histoire de la Méditerranée antique doivent alors retenir toute notre attention.

Inversement, nos réflexions nous amèneront peut-être à mettre en lumière des divergences lexicales, voire de réelles fractures terminologiques et conceptuelles à l’échelle de tout ou partie du bassin méditerranéen : à ce titre, la confrontation des contributions d’Emmanuelle Raga et de Bernadette Cabouret, fera sans nul doute émerger, pour le contexte culturel romain à la période tardive, les rapports complexes entre Occident latinophone et Orient hellénophone en matière de lexique hospitalier. L’étude de pratiques de bilinguisme (grec et latin ; latin et étrusque ; grec et hébreu ancien etc.) et de traductions (en particulier des textes chrétiens, de l’hébreu au grec, du grec au latin ou de l’araméen au grec) pourrait d’ailleurs s’avérer particulièrement intéressante dans cette optique ; de possibles variations dialectales ou régionales de vocabulaire ainsi que des différences d’ordre social en matière de terminologie et d’emplois à l’intérieur d’un contexte culturel donné sont également à envisager.

La dimension diachronique privilégiée par le projet HospitAm nous invite enfin à nous intéresser de près aux évolutions du vocabulaire de l’hospitalité à travers l’Antiquité. Dans cette étude sur le temps long, on se demandera s’il existait des périodes charnières dans l’histoire de ce lexique, correspondant éventuellement à des changements géo-politiques ou culturels en Méditerranée : qu’en est-il par exemple de l’emploi de xenos et de proxenia dans la transition entre cités grecques et royaumes hellénistiques ? de l’hospitium latin quand la diffusion du christianisme dans le monde romain fait de l’hospitalité un des devoirs du croyant ? Ces questionnements nous amènent à envisager des phénomènes d’évolution sémantique autant que des innovations lexicales, lorsque le lexique existant ne semble plus pertinent pour qualifier des pratiques et des conceptions renouvelées de l’accueil hospitalier : pensons ainsi, à partir du IVe s. ap. J.-C., au xenodocheion/xenodochium, qui désigne un lieu d’accueil chrétien, en rupture avec un champ lexical traditionnel de la philoxénia et de l’hospitium jugé pour un temps impropre par l’Église.

Autant de pistes fructueuses que nous ouvre donc ce prisme du lexique de l’hospitalité autour du bassin méditerranéen, entre Antiquité et Haut Moyen-Âge : mais les communications présentées lors de l’atelier des 24 et 25 mars ont fait émerger bien d’autres questionnements, qui permettent d’affiner et de problématiser toujours davantage notre connaissance des conceptions et des pratiques hospitalières en Méditerranée.

Ouvrages cités

Benvéniste, E., Vocabulaire des institutions indo-européennes, t. 1 Economie, parenté, société), chap. 7 L’hospitalité, 1969, p. 87-101.

Montandon, A., Lieux d’hospitalité, dans Id. (dir.), Lieux d’hospitalité : hospices, hôpital, hostellerie, Clermont-Ferrand, 2001, p. 14-25.

  1. Benvéniste parle alors d’égalité par compensation. Cf. la célèbre glose de Festus qui nous explique qu’hostire équivalait originellement à aequare, sens qui est encore attesté chez Plaute (voir par exemple Asin. 377, promitto hostire contra ut merueris, « je te promets de te rendre la pareille, comme tu le mérites ».) []

Une réflexion sur « Introduction – Les mots de l’hospitalité autour de la Méditerranéenne antique : approches lexicales et réflexions méthodologiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.