L’anti-hospitalité spartiate en question : la xénélasie dans la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate (VI, 20)

Maguelonne de Solère-Tardy (ENS de Lyon, Master Mondes Anciens) et Manon Raison (Université Lyon 3, Master Mondes Anciens), stagiaires du projet HospitAm (ELAN-ERC, 2020)

Au livre VI de la Vie d’Apollonios de Tyane, récit retraçant les pérégrinations du philosophe grec aux confins du monde méditerranéen, celui-ci se rend au sud de l’Égypte pour rencontrer les Gymnosophistes, des sages dont la doctrine s’inspirerait des Brahmanes. Il engage alors avec le savant égyptien Thespésion une discussion sur les mérites respectifs de leurs deux cultures. Thespésion évoque à cette occasion le rituel de flagellation des jeunes Lacédémoniens en l’honneur d’Artémis Orthia ainsi que la xénélasie, l’exclusion des étrangers de Sparte, s’étonnant de ce que les Grecs admirent de telles pratiques. La cité lacédémonienne avait déjà été évoquée pour ses mœurs dans l’œuvre : dès le livre IV, Apollonios avait par exemple rejeté l’offre d’hospitalité d’ambassadeurs spartiates, ne trouvant pas leur tenue conforme à l’idéal du temps de Lycurgue (IV, 27). C’est toutefois dans l’extrait envisagé le propre rapport aux étrangers des Spartiates qui est interrogé à travers ce débat sur la xénélasie : Apollonios se fait alors le défenseur de cette pratique, qui soulève selon Thespésion des enjeux politiques, religieux et moraux. Pour autant, le texte semble véhiculer nombre de topoi sur Sparte et adopter une vue synchronique de la cité, ne tenant pas compte des évolutions historiques qu’elle a pu connaître depuis l’époque archaïque. Tandis que Thespésion insiste ainsi sur la décadence de Sparte depuis la guerre du Péloponnèse jusqu’à l’époque où est censé se dérouler cet entretien (Ier s. ap. J.-C.) et même le temps de Philostrate (IIIe siècle), Apollonios mobilise l’imaginaire de la cité tant à son âge d’or (deuxième moitié du Ve s. av. J.-C.) qu’à l’époque même de Lycurgue (autour du IXe s. av. J.-C.). C’est en ce sens que nous nous interrogerons sur l’intention qui animait Philostrate lorsqu’il inséra ce débat non seulement dans l’entretien d’Apollonios et Thespésion, mais aussi dans l’économie générale de l’œuvre

Auteur : Philostrate d’Athènes
Œuvre : Τὰ ἐς τὸν Τυανέα Ἀπολλώνιον
Date : Première moitié du IIIe siècle
Espace : Monde méditerranéen et Afrique
Langue : Grec          
Genre littéraire : Biographie encomiastique / Roman grec
Genre du passage : Controverse philosophique
Référence : Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, VI, 20
La discussion se déroule durant la visite d’Apollonios aux Gymnosophistes, des sages installés au sud de l’Égypte (M. de Solère, Google Earth Pro)

Une amplification rhétorique de la violence des xénélasies, présentées comme liées au culte d’Artémis Orthia

Deux perspectives sont mises en opposition dans cet extrait. Thespésion, philosophe égyptien, interroge de l’extérieur la société spartiate, au sens où il ne pourrait y séjourner en tant que non-Grec, alors qu’Apollonios, philosophe grec qui a séjourné à Sparte après avoir été invité par la cité, défend celle-ci. Débattent donc deux personnages qui entretiennent chacun un rapport différent avec Sparte, l’un ayant bénéficié de l’hospitalité de la cité, à laquelle l’autre ne pourrait en revanche prétendre.

Apollonios avait auparavant séjourné à Sparte (M. de Solère, Google Earth Pro)

C’est ainsi en étranger – et dans une démarche quasi socratique – que Thespésion feint de s’étonner de ce que les Spartiates, en lieu et place de la flagellation de jeunes éphèbes (« μάστιγος »), ne sacrifient pas, à la manière des Scythes, « un ou deux » étrangers (« ἕνα […] καὶ δύο ») pour rendre un culte à Artémis Orthia. De même que la xénélasie, ce culte aurait été instauré par Lycurgue : de jeunes éphèbes devaient s’emparer de fromages disposés sur un autel en bravant les coups de fouet. Ce rituel faisait partie de l’agôgè, l’éducation prodiguée aux jeunes spartiates en vue d’en faire des citoyens aptes à la vie politique et militaire de la cité (Richer, 2018). Il serait devenu à l’époque romaine un spectacle dans lequel triomphait celui qui était capable d’endurer le plus de coups : il n’est donc pas étonnant que Thespésion mentionne cette pratique qui faisait grand bruit parmi les étrangers (Bonnechère, 1993, p. 17).

            La violence du culte, qui aurait déjà été une atténuation du sacrifice humain originel, questionnait les historiens antiques, qui s’efforçaient de la justifier de diverses manières sans néanmoins qu’une seule ne fasse consensus (Roy, 2020). Or, en demandant d’un ton faussement ingénu s’il ne serait pas « plus humain », (« φιλανθρωπότεροι ») de la part des Spartiates de sacrifier des étrangers au lieu de tous les exclure, Thespésion fait un lien artificiel entre les deux pratiques : la violence du culte d’Artémis Orthia rejaillit ainsi sur la xénélasie. L’emploi ironique du comparatif « φιλανθρωπότεροι » met dès lors en exergue, par antiphrase, la misanthropie supposée des Spartiates. Toutefois, Apollonios ne réfute pas cette image : ce n’est en effet pas de l’idée de Sparte sacrifiant des étrangers en soi dont le sage grec s’offusque, mais de l’origine de cette pratique, scythe et donc « barbare » (« βάρβαρα »). L’idée que Sparte puisse exécuter des étrangers ne semble, en d’autres termes, pas incongrue dans le texte – au contraire de l’imitation de coutumes étrangères. En somme, Thespésion brosse le portrait d’une cité violente en associant, par jeu rhétorique, xénélasie et sacrifice humain. La problématisation du culte d’Artémis Orthia ne vise qu’à souligner, par comparaison, la violence des xénélasies telles qu’il les conçoit. Le gymnosophiste semble même accentuer l’ampleur de celles-ci, les présentant d’une part comme visant tous les étrangers (« ξενηλασίᾳ χρώμενοι ἐς πάντας »), d’autre part comme une pratique annuelle puisqu’il les lie artificiellement au culte d’Artémis Orthia.

Deux nuances pourraient être apportées aux propos de Thespésion si l’on en croit d’autres sources. En premier lieu, il semble que les xénélasies furent un procédé de circonstance : Thucydide fait ainsi état de l’expulsion des citoyens de toute cité de la ligue de Délos en 432-431 (1, 144, 2). Théopompe lie de même une xénélasie survenue dans les années 340 av. J.-C. à la famine  qui touchait alors la Laconie, (fragment livre 33) : autrement dit, les xénélasies semblent avoir été motivées par des crises (Figueira, 2003). Plus encore, l’idée d’une cité hostile à la présence de tout étranger semble aujourd’hui peu probable. Sparte accueillait ainsi chaque année des visiteurs de toute la Grèce à l’occasion de festivités religieuses, telles les Hyacinthies et les Gymnopédies, mentionnées par Apollonios peu avant notre extrait. De façon moins temporaire, certains citoyens de premier rang auraient entretenu des liens d’hospitalité privilégiés avec d’autres Grecs. S. Rebenich recense ainsi quelques dizaines d’hôtes célèbres de la cité entre 600 et 400 av. J.-C., notamment Anaximandre de Milet, Théognis de Mégare, Hérodote, Hippias ou encore Xénophon (Rebenich, 1998, p. 344-345). Apollonios de Tyane lui-même séjourne à Sparte dans l’œuvre (IV, 31-33). La cité avait également ses proxènes dans les autres cités, comme Alcibiade, qui se réfugia d’ailleurs à Sparte après l’affaire des Hermocopides en 415 av. J-C. (Plutarque, Vie d’Alciabiade, 23). Selon Hérodote, les rois spartiates auraient aussi désigné parmi les citoyens de Sparte des proxènes (Hérodote, Enquête, VI, 57). Enfin, la cité aurait accueilli plusieurs peuples grecs en Laconie aux VIIIe et VIIe siècles en tant que communautés de type périèque1 (Ruzé, Christien, 2007). Sous le roi Agis IV (265-241 av. J.-C.), Sparte aurait également intégré des xénoi aux côtés de périoikoi pour reconstituer le corps civique et donc l’armée (Plutarque, Vie d’Agis, VIII, 1-3). Il semble ainsi que la politique spartiate à l’égard des étrangers, loin d’être uniforme au fil des siècles, ne fut restrictive que dans la mesure où elle était motivée par des facteurs économiques ou militaires. Elle ne se résume pas aux xénélasies comme le laisse entendre Thespésion.

Une tentative de justification des xénélasies

            Pour défendre cette pratique face au sage égyptien, Apollonios invoque la figure de Lycurgue. Il explicite la pensée du législateur en ce sens : « […] il avait dans l’idée de ne pas laisser les étrangers prolonger leur séjour non pour s’isoler d’eux (ἀμιξία), mais pour garder les mœurs saines, ayant tout à craindre de la fréquentation (ἐνομιλούντων) d’hommes qui ne venaient pas de Sparte. » Cet argument rappelle la défense de la xénélasie de Lycurgue prononcée par Agis devant Léonidas, chez Plutarque : « il expulsa (ἤλαυνεν2 ) les étrangers non par hostilité envers leur personne, mais de peur que par leur mode de vie, ils ne fassent naître chez les citoyens, en déteignant sur eux, un désir de luxe, de mollesse et de possession » (Vie d’Agis, X, 3-5). On retrouve dans les deux propos la même contestation de misanthropie (par l’expression « οὐκ ἀμιξίας », « non par refus de se mélanger », chez Philostrate et celle d’« οὐ τοῖς σώμασι πολεμῶν », « non en se montrant hostile à leur personne », chez Plutarque) ainsi que la même crainte (marquée par la particule μὴ) à l’égard de l’introduction de mœurs étrangères dans la cité. Notons néanmoins que les raisons de cette méfiance ne sont pas explicitées par Apollonios. Le sage grec pourrait donc également faire référence aux deux arguments avancés par Plutarque dans la Vie de Lycurgue : le législateur aurait exclu les étrangers de peur que leur mode de pensée et leurs discours n’altèrent les jugements des Spartiates, qui n’auraient dès lors plus été en harmonie avec les lois de la cité (XXVII, 7-9). La première xénélasie aurait également visé les artisans qui produisaient des produits jugés frivoles, dont la consommation poussait à la pléonexie : Lycurgue aurait ainsi voulu réduire les inégalités entre les citoyens, nul n’ayant dès lors pu se distinguer par un train de vie luxueux (IX, 3-9).

            Notons ici le soin que met Apollonios à dédouaner Sparte de l’accusation d’amixia, qui montre bien l’ambiguïté de cette notion. Celle-ci donne en effet l’image d’une cité inhospitalière, conformément à la propagande athénienne du Ve siècle que Philostrate, ayant étudié à Athènes les grands orateurs classiques, n’aurait pu ignorer. L’amixia renvoie, dans la littérature antérieure à l’œuvre, à une absence de relation avec les autres peuples, par opposition à l’épimeixia, le commerce réciproque entre deux individus ou cités. Mais l’amixia n’est pas le simple antonyme de l’épimeixia, puisque lui est souvent associée une connotation négative, l’idée de sauvagerie. Décrivant par exemple la cité spartiate avant les réformes de Lycurgue, Hérodote explique : « Encore avant ces événements, ils étaient les moins civilisés (κακονομώτατοι) de presque tous les Grecs tout en n’entretenant aucune relation (ἀπρόσμικτοι) avec les étrangers » (I, 65, 2). À l’amixia se trouve donc intimement liée l’idée d’absence de civilisation. Or, c’est précisément cette image d’une cité asociale qu’Apollonios entend réfuter : ce ne serait pas par défaut de civilisation que les Spartiates excluraient les étrangers de la cité, mais bien au contraire par souci de protéger leur société, qui serait supérieure à celle des autres Grecs. En somme, selon Apollonios, qui reprend en cela l’argument en faveur de la xénélasie le plus répandu, les Spartiates pratiqueraient bien une forme d’amixia, puisqu’ils refusent de se mêler aux autres Grecs ; mais ce serait moins par peur ou haine de ceux-ci que par crainte pour leur propre mode de vie, que menacerait le séjour prolongé d’étrangers dans la cité. En d’autres termes, l’inhospitalité spartiate serait la preuve d’une civilisation harmonieuse.

Les visées de ce portrait de Sparte en cité inhospitalière

            Toutefois, réfutant l’argument d’autorité d’Apollonios, Thespésion soutient que les xénélasies n’auraient en rien empêché les mœurs spartiates de s’altérer. Lorsque le savant égyptien insiste sur l’adoption par les Spartiates, malgré leur victoire, des mœurs athéniennes, ce que marque l’antithèse entre les participes « νικῶντες » et « ἡττώμενοι » (« victorieux » et « défaits »), il inverse pour ainsi dire les faits historiques. De vainqueurs de la guerre du Péloponnèse, les Spartiates deviennent les vaincus. La réponse finale d’Apollonios, qui prend la forme d’une prétérition inversée, ne semble pas donner meilleure image de Sparte. Il est très probablement à exclure que la rhétorique de Thespésion, hostile à la cité grecque, soit motivée par un quelconque esprit de revanche, près de sept siècles après la guerre du Péloponnèse. Philostrate ne semble ainsi pas s’exprimer à travers le sage égyptien ; le texte se fait bien plutôt le reflet de ses sources historiques sur la cité, nourries par la propagande athénienne et les stéréotypes normatifs structurant la pensée antique.

Philostrate rédigea la Vie d’Apollonios sur commande de l’impératrice Julia Domna, femme de Septime Sévère. Il avait donc conscience que son œuvre serait lue par la cour : les voyages du sage grec et ses rencontres avec des dignitaires étrangers, qui sont l’occasion de dialogues et de réflexions tant religieuses que politiques, offrent à Philostrate une tribune pour adresser à ses destinataires des prescriptions parfois périlleuses. Dans notre extrait, il semble ainsi suggérer aux Romains, qui venaient en foule assister au culte d’Artémis Orthia au IIIe siècle, de ne pas juger les pratiques grecques. Cicéron mentionnait déjà ce culte dans les Tusculanes, en faisant un exemple d’endurance face à la douleur (II, 14). Dans les Esquisses pyrrhoniennes, Sextus Empiricus le présente pour sa part comme un exemple de relativité des coutumes (III, 208). Ces occurrences montrent en tout cas que la pratique suscitait des questionnements chez les Romains. Au terme de notre passage, Thespésion révèle ainsi vouloir moins miner les pratiques grecques, comme la xénélasie ou le culte d’Artémis Orthia, que montrer l’inanité qu’il y aurait à tenter de débattre, rationnellement, de pratiques anciennes, d’autant plus lorsqu’elles sont celles de sociétés étrangères. Son argumentation ne vise en somme qu’à critiquer les propos d’Apollonios qui précèdent notre extrait : le philosophe y raillait les représentations animales que faisaient les Égyptiens des dieux, au motif qu’elles donneraient d’eux une image dégradante. Thespésion, en montrant que toute coutume ancienne peut paraître absurde à qui les observe de l’extérieur, retire toute valeur aux critiques d’Apollonios sur l’art égyptien. De la même manière, Philostrate entend peut-être, par la mise en scène de ce débat, montrer l’illégitimité des Romains à juger des pratiques grecques.

La cité de Sparte est donc dépeinte ici en exemple de contre-hospitalité : par sa description pour ainsi dire hyperbolique des xénélasies, Philostrate fait de Sparte une cité refusant activement les pratiques d’hospitalité. Ce portrait, qui s’appuie vraisemblablement sur un précédent stéréotypé – les topoi associés à Sparte dans la propagande athénienne – viendrait de ce que la littérature sur la cité soit extérieure à celle-ci, ainsi que du ton polémique de l’extrait. En érigeant en effet une cité de Sparte inhospitalière, sortie d’un imaginaire intemporel, Thespésion ne cherche somme toute qu’à convaincre son interlocuteur par un procédé tout rhétorique.

Bibliographie

Sources 

Cicéron, Tusculanes, in Tusculan Disputations, traduit par J. E. King, Cambridge (Mass.), Loeb Classical Library : II, XIV.

Hérodote, Histoires I : Clio, texte établi et traduit par E.-P. Legrand, Paris, Les Belles Lettres, 1946 : I, 65, 2.

Hérodote, Histoire VI : Erato, texte établi et traduit par E.-P. Legrand, Paris, Les Belles Lettres, 1963, VI, 57

Plutarque, Vies parallèles, traduit par A.-M. Ozanam, Paris, Quarto Gallimard, 2017 : Vie de Lycurgue, IX, 3-9 et XXVII, 7-9 ; Vie d’Alcibiade, XXIII ; Vie d’Agis, VIII, 1-3 et X, 3-5.

Sextus Empiricus, Esquisses pyrrhoniennes, traduit par P. Pellegrin, Paris, Points Essais, 1997 : III, 208.

Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, texte établi et traduit par J. de Romilly, Paris, Les Belles Lettres, 2ème tirage, 2014 : I, 77, 6 ; I, 144, 2 ; II, 39, 1.

Xénophon, Constitution des Lacédémoniens, traduit par M. Casevitz, Paris, Les Belles Lettres, 2008 : XIV, 4

Études

Bonnechere, P., « Orthia et la flagellation des éphèbes spartiates », Kernos [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 07 avril 2011, consulté le 14 septembre 2020.

Figueira, T. J., « Population Patterns in Late Archaic and Classical Sparta», Transactions of the American Philological Association (1974-), 116, 1986, p. 165-213.

Figueira, T. J. « Xenelasia and Social Control in Classical Sparta », The Classical Quarterly. Cambridge University Press, 2003, p. 44–74.

Hoffmann G., « Anaplèrôsis et agôgè au temps des rois Agis IV (244-241) et Cléomène III (235-222) », Dialogues d’histoire ancienne. Supplément n°11, 2014. Sparte hellénistique, IVe-IIIe siècles avant notre ère, Actes de la table ronde organisée à Paris les 6 et 7 avril 2012. p. 111-127.

Van Kooten, G. H. van Ruiten, J. Intolerance, Polemics, and Debate in Antiquity: Politico-Cultural, Philosophical, and Religious Forms of Critical Conversation, Leyde, Brill, 2019.

Lévy, E., Sparte. Histoire politique et sociale jusqu’à la conquête romaine, Paris, Seuil, 2003.

Rebenich, S., « Fremdenfeindlichkeit in Sparta ?  Überlegungen zur Tradition der spartanischen Xenelasie », Klio,80/2, 1998, p. 336–359.

Richer, N., Les éphores : étude sur l’histoire et sur l’image de Sparte, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998.

Richer, N., Sparte, cité des arts, des armes et des lois, Paris, Perrin, 2018.

Roy, R., « Pourquoi fouette-t-on les éphèbes à Sparte ? », Temporalités [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 23 juillet 2020, consulté le 11 septembre 2020.

Ruzé Fr., Christien J., Sparte : Histoire, mythes et géographieParis, Armand Colin, 2017.

Texte grec

  1. […] “διὰ τί οὖν” ἔφη “τοὺς ξένους οὐ καταθύουσι τῇ Ἀρτέμιδι, καθάπερ ἐδικαίουν ποτὲ οἱ Σκύθαι;” “ὅτι” εἶπεν “οὐδενὶ Ἑλλήνων πρὸς τρόπου βάρβαρα ἐξασκεῖν ἤθη.” “καὶ μὴν καὶ φιλανθρωπότεροι ἐδόκουν ἂν ἕνα που καὶ δύο θύοντες, ἢ ξενηλασίᾳ χρώμενοι ἐς πάντας.” “μὴ καθαπτώμεθα,” εἶπεν “ὦ Θεσπεσίων, τοῦ Λυκούργου, χρὴ γὰρ ξυνιέναι τοῦ ἀνδρός, καὶ ὅτι τὸ μὴ ἐνδιατρίβειν ἐᾶν τοὺς ξένους οὐκ ἀμιξίας αὐτῷ νοῦν εἶχεν, ἀλλὰ τοῦ ὑγιαίνειν τὰς ἐπιτηδεύσεις, μὴ ἐνομιλούντων τῇ Σπάρτῃ τῶν ἔξωθεν.”
  2. “Ἐγὼ δὲ ἄνδρας” ἔφη “Σπαρτιάτας ἡγούμην ἄν, οἷοι δοκεῖν ἀξιοῦσιν, εἰ συνδιαιτώμενοι τοῖς ξένοις μὴ μεθίσταντο τῶν οἴκοι, οὐ γὰρ τῷ ἀπόντων, ἀλλὰ καὶ τῷ παρόντων ὁμοίους ὁρᾶσθαι ἔδει, οἶμαι, τὰς ἀρετὰς κτᾶσθαι. οἱ δὲ καίτοι ξενηλασίαις χρώμενοι διεφθάρησαν τὰς ἐπιτηδεύσεις καὶ οἷς μάλιστα τῶν Ἑλλήνων ἀπήχθοντο, τούτοις ὅμοια πράττειν ἔδοξαν. τὰ γοῦν περὶ τὴν θάλατταν καὶ αἱ μετὰ ταῦτα ἐπιτάξεις τῶν φόρων ἀττικώτερον αὐτοῖς ἐβουλεύθη, καὶ ὑπὲρ ὧν πολεμητέα πρὸς Ἀθηναίους ᾤοντο αὐτοῖς εἶναι, ταῦτ᾿ ἐς τὸ καὶ αὐτοὶ δρᾶν κατέστησαν, τὰ μὲν πολέμια τοὺς Ἀθηναίους νικῶντες, ὧν δὲ ἐκείνοις ἐπιτηδεύειν ἔδοξεν ἡττώμενοι. […]
  3. “Ταῦτα οὐ πρὸς Λακεδαιμονίους εἴρηταί μοι, πρὸς δὲ σέ, Ἀπολλώνιε· εἰ γὰρ τὰ παλαιὰ νόμιμα καὶ πολιώτερα ἢ γιγνώσκειν αὐτὰ πικρῶς ἐξετάζοιμεν, ἐς ἔλεγχον καθιστάμενοι τοῦ θείου διότι αὐτοῖς χαίρουσι, πολλοὶ καὶ ἄτοποι λόγοι τῆς τοιᾶσδε φιλοσοφίας ἀναφύσονται. καὶ γὰρ ἂν καὶ τῆς Ἐλευσῖνι τελετῆς ἐπιλαβοίμεθα, δι᾿ ὅτι τό, ἀλλὰ μὴ τό, καὶ ὧν Σαμόθρᾳκες τελοῦσιν, ἐπεὶ μὴ τὸ δεῖνα, τὸ δεῖνα δὲ αὐτοῖς δρᾶται, καὶ Διονυσίων καὶ φαλλοῦ καὶ τοῦ ἐν Κυλλήνῃ εἴδους· καὶ οὐκ ἂν φθάνοιμεν συκοφαντοῦντες πάντα. ἴωμεν οὖν ἐφ᾿ ὅ τι βούλει ἕτερον, τιμῶντες καὶ τὸν Πυθαγόρου λόγον ἡμεδαπὸν ὄντα· καλὸν γάρ, εἰ καὶ μὴ περὶ πάντων, ἀλλ᾿ ὑπέρ γε τῶν τοιούτων σιωπᾶν.”
  4. Ὑπολαβὼν δ᾿ ὁ Ἀπολλώνιος “εἰ σπουδάσαι,” εἶπεν “ὦ Θεσπεσίων, ἐβούλου τὸν λόγον, πολλὰ ἄν σοι καὶ γενναῖα ἔδοξεν ἡ Λακεδαίμων λέγειν ὑπὲρ ὧν ὑγιῶς τε καὶ παρὰ πάντας ἐπιτηδεύει τοὺς Ἕλληνας, ἐπεὶ δὲ οὕτως ἀποσπουδάζεις αὐτόν, ὡς μηδὲ ὅσιον ἡγεῖσθαι τὸ ὑπὲρ τοιούτων λέγειν, ἴωμεν ἐφ᾿ ἕτερον λόγον πολλοῦ ἄξιον, ὡς ἐμαυτὸν πείθω· περὶ δικαιοσύνης γάρ τι ἐρήσομαι.”

Traduction (Maguelonne de Solère-Tardy)     

  1. […] « Pourquoi donc, s’enquit alors Thespésion, ne sacrifient-t-ils pas sur l’autel les étrangers à Artémis, comme le jugeaient autrefois légitime les Scythes ? — Parce que, répondit Apollonios, les coutumes grecques n’empruntent en rien aux usages barbares. — Cependant, ils auraient semblé plus humains en en sacrifiant un ou deux, peut-être, qu’en excluant tous les étrangers. — Thespésion, le reprit Apollonios, ne nous en prenons pas à Lycurgue, il faut en effet comprendre l’homme : il avait dans l’idée de ne pas laisser les étrangers prolonger leur séjour non pour s’isoler d’eux, mais pour garder les mœurs saines, ayant tout à craindre de la fréquentation prolongée d’hommes qui ne venaient pas de Sparte. »
  2. « Pour moi, déclara Thespésion, j’estimerais les Spartiates à la valeur qu’eux-mêmes se prêtent si, tout en vivant aux côtés d’étrangers, ils ne changeaient rien de leurs pratiques habituelles : ce n’est pas en l’absence des étrangers, mais en leur présence qu’il leur faut être vus comme égaux à eux-mêmes et acquérir leurs vertus. Cependant, malgré l’exclusion des étrangers, ils ont corrompu leurs mœurs et, celles qu’ils haïssaient le plus parmi les peuples grecs, ils les ont manifestement imitées. Ainsi, leurs actions en mer et les levées d’impôts qui s’ensuivirent ont été décidées par eux de façon plus athénienne que les Athéniens. Quant aux pratiques qui leur semblaient justifier une guerre contre Athènes, ils les ont adoptées à leur tour, vainqueurs des Athéniens par les armes, mais vaincus par les usages que ceux-ci avaient décidé de suivre. » […]
  3. « Ces critiques, je ne les adresse pas aux Lacédémoniens, mais à toi, Apollonios : si en effet nous soumettons à un examen sévère les usages antiques, trop anciens pour que nous les comprenions, tout en blâmant les dieux pour le plaisir qu’ils y prennent, nombre de conclusions absurdes seront tirées de spéculations de cette espèce. Et en effet, nous pourrions également nous en prendre aux mystères d’Éleusis, parce qu’on y fait ceci et non cela, ou aux mystères qu’organisent les habitants de Samothrace, parce qu’ils n’y pratiquent pas tels rites mais tels autres rites, ou aux Dionysies, ou aux représentations de phallus à Cyllène : nous ne tarderions pas à tout dénoncer. Passons donc à un autre débat, celui que tu veux, en l’honneur de la doctrine de notre pays qui est aussi celle de Pythagore. Il est beau en effet de garder le silence sinon à propos de tout, du moins sur des sujets de cette envergure. »
  4. Prenant la parole, Apollonios répondit : « Si tu avais voulu approfondir le sujet, Thespésion, les Spartiates t’auraient semble-t-il opposé une foule de nobles raisons à ces pratiques qu’ils exercent sainement et mieux que tous les Grecs ; mais puisque tu t’en désintéresses au point de croire qu’il est impie de débattre de tels problèmes, passons à un autre débat, d’une grande importance, à mon avis : j’ai une question sur la justice. »
  1. Les périèques sont les habitants libres de la Laconie qui ne bénéficient pas de la citoyenneté spartiate. []
  2. Le substantif ξενηλασία est composé du nom ξένος, l’étranger, et du verbe ἐλαύνω. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.