Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ?

Marie-Adeline Le Guennec (EFR)

CIL, XIII, 10018, 7 (c) Epigraphik Datenbank ( Nutzung der Graphik nur für wissenschaftliche Zwecke erlaubt)
CIL, XIII, 10018, 7 (c) Epigraphik Datenbank ( Nutzung der Graphik nur für wissenschaftliche Zwecke erlaubt)

J’entends me pencher ici sur des questions lexicales liées à une forme particulière d’accueil pratiquée dans le monde romain antique, l‘accueil mercantile. Sous ce titre, je désigne plus précisément l’activité commerciale d’accueil qui fournissait à une clientèle, généralement de passage, un hébergement éventuellement assorti de prestations complémentaires (restauration et prise en charge des montures et des véhicules), contre paiement et pour une durée le plus souvent limitée. Cette activité, que l’on qualifierait aujourd’hui volontiers d’hôtelière, avait donné lieu à l’apparition progressive d’une terminologie étendue en latin – on retiendra en particulier un ensemble de termes qui désignaient ces établissements romains, ancêtres des auberges des périodes médiévale et moderne : caupona, deuersorium, hospitium, meritorium et stabulum. Dans les sources, et tout au long de l’Antiquité romaine, l’accueil mercantile est néanmoins le plus souvent rapporté au nom de métier caupo : en raison de son apparition précoce en latin et de son statut, affirmé dès l’origine, de vocable professionnel spécialisé, ce terme constitue la désignation par excellence de l’aubergiste romain.

L‘importance dévolue à la pratique de l’hospitalité privée ou publique dans le contexte culturel romain s’avère une donnée essentielle pour rendre compte de la place que pouvaient occuper au sein d’un monde romain en mouvement les établissements dédiés à l’accueil mercantile, les professionnels qui y travaillaient, et la clientèle qui les fréquentait. Je souhaite revenir dans cette perspective sur un phénomène lexical relativement surprenant, qui mettra pleinement en lumière l’influence, polémique ou archétypale, de l’hospitalité sur l’accueil mercantile romain : celui de l’entrée progressive dans le champ lexical latin de l’accueil mercantile de termes relevant originellement de l’hospitalité gratuite, en dépit de la distinction fréquemment opérée dans les sources entre ces deux modalités d’accueil. je m’intéresserai surtout ici aux termes les plus emblématiques de ce champ terminologique, hospes et hospitium, qui au terme d’une évolution sémantique complexe en viennent à désigner respectivement en latin l’aubergiste et l’auberge.

Quelques remarques préliminaires sur la terminologie latine de l’hospitalité

En latin, le substantif hospes et ses dérivés renvoient dès l’origine à la notion d’accueil hospitalier, aux manifestations concrètes de cette notion et aux discours qui l’accompagnaient. Je ne reviendrai pas ici sur la genèse complexe de ce lexique latin de l’hospitalité, et notamment sur son lien au terme hostis, qui désignait sans doute originellement l’étranger, puis au terme d’un glissement de sens, l’ennemi : il suffira pour notre propos de retenir l’existence dès une époque reculée d’une terminologie latine propre à qualifier des relations d’entraide et d’accueil réciproque, originellement formalisées, qui pourraient avoir été marquées, au moins à l’origine, par un certain déséquilibre entre les partenaires ; pour le reste, je vous renvoie entre autres à la célèbre étude d’E. Benveniste dans le premier volume du Vocabulaire des institutions indo-européennes1  .

À l’époque classique, hospes désigne autant l’étranger reçu (au sens large, sans implication par exemple de nationalité ou de statut) que celui qui reçoit cet étranger, car ainsi que le rappelle Servius dans son commentaire à l’Énéide, 8, 532, et qui suscipit et qui suscipitur hospes uocatur, « on appelle hospes (« hôte ») autant celui qui accueille que celui qui est accueilli » : ce constat vaut pour la plupart des dérivés d’hospes, même si par exemple pour hospitium, la réciprocité stricte se cantonne au contexte de la relation formelle d’hospitalité et que pris dans son sens large, le terme est généralement utilisé dans la perspective de l’hôte accueilli.

Hospes peut ensuite renvoyer en latin à des degrés d’hospitalité distincts. Au sens le plus restreint et le plus précis, qui est sans doute celui d’origine, le titre d’hospes impliquait la conclusion d‘un pacte d’hospitalité, sacré, contraignant et héréditaire, entre deux individus et/ou groupes. Ces pactes hospitaliers pouvaient donner lieu, au moment de leur conclusion, à l’échange ou au partage de symbola, de tessères ou de tables d’hospitalité, qui permettaient par la suite aux hospites et à leurs descendants de s’identifier sans difficulté et de maintenir ainsi la relation d’hospitalité dans le temps, à l’échelle de plusieurs générations : Gilles Van Heems nous en a parlé lors de notre rencontre de novembre, en évoquant en particulier le célèbre passage du Poenulusc’est grâce à sa tessera hospitalis que le Carthaginois Hannon, parvenu à Calydon (Étolie), se fait reconnaître d’Agorastoclès, le fils adoptif de son hôte, qui avait été auparavant celui de son père (Plaut., Poen., 1039-1054).

Mais hospes peut également s’appliquer en latin à une hospitalité qui ne tirerait pas nécessairement son origine d’un pacte formel conclu par les partenaires et même s’affadir jusqu’à désigner l’accueil au sens large, ce qui transparaît surtout dans ses formes dérivées. Cette acception large semble toutefois plus tardive ; c’est par exemple la définition qu’en donne Cassiodore au Ve s. ap. J.‑C. :

Hospitem dicimus quemlibet domum nostram ad tempus habitantem, qui non nomine consanguinitatis, sed tamquam peregrinus excipitur.

Nous appelons hôte quiconque habite dans notre maison pour un temps limité, qui n’est pas reçu en raison d’un lien de parenté mais en tant qu’étranger. (Cassiod., in psalm., 68, 9)

Cette amplitude sémantique vaut également pour les dérivés d’hospes (à l’instar par exemple de l’adjectif hospitalis, des verbes hospitare et hospitari etc.). Je ne mentionnerai ici que le terme qui avec hospes, s’avère le plus essentiel pour notre étude, à savoir le substantif neutre hospitium. Selon Isidore de Séville (orig. 15, 3, 10), ce substantif renvoie à tout ce qui a trait à l’hospitalité, dans une acception que l’emploi du terme ius contribue malgré tout à formaliser : il y a en effet hospitium ubi quis ad tempus hospitali iure inhabitat, « quand/là où quelqu’un est logé pour un temps limité selon le droit de l’hospitalité ». Hospitium peut de nouveau désigner en latin tantôt des pactes formels d’hospitalité privés ou publics tantôt l’hospitalité au sens large, dans ses principes, pratiques et vertus. Par métonymie, le terme en vient à évoquer le lieu où l’hôte est accueilli : il renvoie alors stricto sensu à la maison de l’hôte privé mais peut revêtir une dimension officielle pour désigner le logement où soldats et magistrats élisent domicile ; dans une perspective métaphorique devenue topique, il qualifie un lieu de passage ; enfin, dans une acception très large apparue tardivement en latin, hospitium désigne une habitation, un lieu de résidence habituelle, selon tous les degrés de précision que peut parcourir cette notion.

De quelle manière la langue latine a-t-elle dès lors été amenée à avoir recours à une terminologie qui renvoyait initialement à l’hospitalité au sens plus ou moins strict, pour qualifier les réalités de l’accueil mercantile ? Ce choix lexical ne va nullement de soi si l’on considère les nombreux documents, en particulier de nature littéraire, où sont clairement différenciées, voire strictement opposées, la famille lexicale d’hospes ainsi que la notion d’hospitalité que ces termes désignaient, et l’activité professionnelle des aubergistes. La distinction se fait d’ailleurs souvent véritable antagonisme, comme par exemple dans ce passage où Sénèque voit dans l’accueil indifférencié et anonyme d’un stabularius ou d’un copo l’antithèse de la relation personnelle dhospitium, sans préjuger d’ailleurs de l’étendue bien réelle des services que les professionnels de l’accueil pouvaient rendre à leur clientèle :

Beneficium qui quibuslibet dat, nulli gratum est ; nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat.

Qui fait profiter d’un bienfait à n’importe qui ne s’en voit témoigner aucune reconnaissance ; personne ne se considère l’hôte d’un hôtelier ou d’un aubergiste. (Sen., benef., 1, 14, 1)

En dépit de ces séparations nettes qui sont autant conceptuelles que terminologiques, on assiste à partir au moins du Ier s. av. J.‑C. à l’entrée progressive d’hospes et de certains de ses dérivés dans le champ lexical de l’accueil commercial, pour désigner tant les professionnels qui pratiquaient cette activité que les clients qui y avaient recours et les établissement elle était implantée. Les premiers emplois de ce type s’expliquent, de la part des individus qui en font le choix, par une recherche stylistique consciente, dont je vais à présent analyser les manifestations et les buts. Ce n’est que dans un second temps que l’on assiste à l’émergence, pour les termes en question, de nouvelles acceptions renvoyant désormais de façon spécialisée et professionnelle au monde de l’auberge.

Des emplois lexicaux connotés

Autant que l’état actuel des sources disponibles nous permette d’en juger, la première attestation certaine du terme hospes pour désigner les réalités de l’accueil mercantile est issue dun passage du Pro Cluentio de Cicéron :

Atque etiam, ut nobis renuntiatur, hominem multorum hospitum, A. Biuium quendam, coponem de uia Latina, subornatis qui sibi a Cluentio seruisque eius in taberna sua manus adlatas esse dicat. Quo de homine nihil etiam nunc dicere nobis est necesse. Si inuitauerit, id quod solet, sic hominem accipiemus ut moleste ferat se de uia decessisse.

Mais voilà que vous subornez, à ce qu’on nous annonce, un homme aux nombreux hôtes, un certain A. Bivius, aubergiste sur la uia Latina, qui déclare avoir été molesté dans son établissement par Cluentius et ses serviteurs. De cet homme, nul besoin d’en dire plus pour le moment. S’il nous invite, comme c’est l’usage, nous le recevrons de telle sorte qu’il regrettera de s’être écarté du droit chemin. (Cic., Cluent., 163)

Hospes entre ici dans la composition de la périphrase homo multorum hospitum désignant le copo A. Bivius dont le témoignage, acheté par la partie adverse, mettait en cause A. Cluentius Habitus, que Cicéron défend en 66 av. J.-C. Hospes désigne alors les clients du copo ; à signaler toutefois que certains manuscrits portent la leçon hospitem, qui renverrait dans ce cas à l’aubergiste en personne. Quelle que soit sa forme réelle, du reste, l’expression apparaît profondément ironique dans le contexte de cette période oratoire, où elle confine à l’antiphrase.

Cicero denouncing Catiline, The Comic History of Rome by Gilbert Abbott A Beckett. Bradbury, Evans & Co, London, 1850s (c) domaine public
Cicero denouncing Catiline, The Comic History of Rome by Gilbert Abbott A Beckett. Bradbury, Evans & Co, London, 1850s (c) domaine public

L‘ensemble du texte vise en effet à discréditer le témoignage de l’aubergiste, que Cicéron déclare suscité par les adversaires de son client. Aux côtés d’autres procédés lexicaux et stylistiques, ce passage peut alors être interprété comme la parodie pleine de fiel d’un topos de la rhétorique judiciaire, que vient servir la référence à l’hospitalité qui retient notre attention. Habituellement, dans un contexte oratoire, et en particulier au tribunal, la mention des amis, clients et hôtes multiples d’un individu, témoin ou partie intéressée, sert en effet à exalter le crédit de ce dernier (voir par exemple Cic., S. Rosc., 15). Dans le Pro Cluentio, l’effet d’attente que construit l’orateur en faisant allusion à des liens d’hospitalité (hominem multorum hospitum) avant de livrer la profession réelle du témoin (copo de uia Latina) accentue le contraste entre la périphrase utilisée et son sens réel et creuse de ce fait l’ironie du propos  ; multorum revêt en effet un sens fort éloigné de celui attendu dans un premier temps lorsque l’auditeur ou le lecteur se rend compte que l‘adjectif désigne non les nombreuses relations d’hospitalité du témoin mais ses multiples clients anonymes, unis à l’aubergiste A. Bivius par un simple rapport mercantile. Cicéron appuie d’ailleurs le trait dans les lignes qui suivent, en filant la métaphore antiphrastique de l’hospitalité : il joue notamment sur le double sens d’inuitare, qui pourrait désigner autant l’invitation désintéressée d’un hôte que l’invite publicitaire d’un professionnel à ses clients ; l’expression de uia decessisse est également à interpréter comme un double sens, qui évoque tant le mouvement que fait l’aubergiste en direction du client qu’il tente d’attirer dans son établissement que la fausseté du témoignage d’Aulus Bivius, accusé de s’être écarté de la voie de la vérité.

L’apparition progressive de sens secondaires techniques

Les premiers emplois d’hospes à la période tardo-républicaine pour qualifier les réalités de l’accueil mercantile (aubergiste ou client) confinent par conséquent à l’oxymore ou à l’antiphrase caustique2. Quelques siècles plus tard, hospes est en revanche devenu une des multiples désignations latines de l’aubergiste, et donc un nom de métier au même titre que caupo ou stabularius, comme en témoigne par exemple ce passage de Firmicus Maternus  :

Si uero in deiectis locis et in pigris fuerit inuenta, faciet hospites, popinarios, tabernarios, myropolas et qui coronas ex florum uarietate compositas festis ac sacris diebus distrahere consuerint et quacumque ad laetitiam uel ad delectationem sunt necessaria.

Mais si [Vénus] se trouve dans des lieux bas et paresseux, elle donnera des hôteliers, des restaurateurs, des bistrotiers, des parfumeurs, ainsi que ceux dont l’activité consiste à vendre, pour les jours de fêtes et de cérémonies religieuses, des couronnes de fleurs de toutes sortes et tout ce qui est nécessaire à la joie et au plaisir. (Firm., math., 4, 21, 6)

Les trois désignations énumérées par l’astrologue qualifient différents professionnels associés à l’accueil mercantile en fonction de leur activité de référence : le popinarius, exploitant d’une popina, c’est à dire d’un établissement de restauration ; le tabernarius, terme qu’il faut comprendre ici dans son sens tardif d’« exploitant d’un débit de boisson » ; et l’hospes, que l’on peut interpréter par défaut comme l’exploitant d’un établissement destiné en priorité à l’hébergement de la clientèle, ou à l’accueil au sens large. Dans la mesure où popinarius et tabernarius relèvent de manière littérale de la terminologie latine des métiers, on ne voit en effet pas pourquoi il en irait différemment ici pour hospes ; au regard de l’ensemble du dossier, une évolution semble bien s’être produite dans la sémantique du terme entre l’époque de Cicéron et celle de Firmicus Maternus.

Cette évolution s’explique peut-être par l’usage fréquent que les professionnels de l’accueil pouvaient faire dhospes dans des perspectives d’auto-représentation, en raison du caractère éminemment positif que lui conférait son lien originel aux pratiques d’hospitalité gratuite ; devenue courante, cette désignation aurait fini par donner naissance à un sens secondaire d’hospes réservé à l’accueil mercantile. De fait, un certain nombre d’inscriptions émanant directement des aubergistes romains ou de leurs clients ont recours à hospes et à son féminin hospita pour désigner des individus officiant dans les auberges romaines, et surtout les exploitants de ces dernières. Citons par exemple l’inscription suivante, figurant sur une cruche en provenance de Germanie, la mention conjointe d’un copo invite à interpréter dans le même sens hospita comme une désignation professionnelle spécialisée, utilisée à la place de caupona ou de copa pour éviter une redondance : <h>ospita reple lagona(m) ceruesa. « Hôtesse, remplis ma coupe de cervoise. » (CIL, XIII, 10018, 7 = ILS, 8609l). On trouve de même, dans une inscription en provenance de Narbonnaise, l’emploi d’hospitalis dans comme titre professionnel, là où d’autres inscriptions de teneur semblable font le choix de copo (CIL, XII, 4377 = ILS, 7476).

CIL, XIII, 10018, 7 (c) Epigraphik Datenbank ( Nutzung der Graphik nur für wissenschaftliche Zwecke erlaubt)
CIL, XIII, 10018, 7 (c) Epigraphik Datenbank ( Nutzung der Graphik nur für wissenschaftliche Zwecke erlaubt)

L’utilisation d’hospes pour qualifier, cette fois, le client qui séjourne dans une auberge est également bien présent dans les sources du Haut Empire. Toutefois, contrairement à ce qu’il en est pour hospes dans son sens actif, il n’existe pas ici d’attestation certaine d’un sens secondaire, spécialisé, de « client d’une auberge ». Il est en effet toujours possible de restituer en contexte le sens large d’« individu accueilli » ( voir par exemple Apul., met., 1, 17, 2). Hospes peut d’ailleurs être également employé pour désigner le client d’un établissement de bains, ce qui ne plaide pas pour la naissance d’un sens réservé au monde de l’auberge. Quoi qu’il en soit, les professionnels de l’accueil ont largement recours à ce terme en contexte épigraphique pour évoquer leurs clients, soit en référence à ce sens large de « personne accueillie », soit plus vraisemblablement, en raison des connotations flatteuses du terme qui évoque une relation d’hospitalité personnelleLorsque hospes désigne un client d’auberge, ce n’est en revanche jamais dans un sens ironique, si ce n’est dans le passage du Pro Cluentio de Cicéron évoqué précédemment, si l’on conserve la leçon homo multorum hospitum ; le commentaire ironique vise d’ailleurs moins dans ce cas les clients de l’auberge que l’aubergiste désigné par cette périphrase.

L‘évolution du terme hospitium apparaît relativement similaire à celle d’hospes, à ceci près que c’est dans son acception concrète, déjà présente dans sa signification de « lieu d’accueil », que le mot entre dans le champ lexical latin de l’accueil mercantile, en en venant à désigner une auberge. De nouveau, cette évolution sémantique devait sans doute beaucoup à l’initiative des professionnels de l’accueil en personne. Ce sens distinct d’hospitiumauberge semble présent dès le milieu du Ier s. ap. J.-C. sur les murs de Pompéi3. Cette acception commerciale apparaît complètement lexicalisée dans un passage de Pline le Jeune, où le terme est devenu le synonyme strict de stabulum, autre désignation spécialisée de l’auberge en latin :

Occurrit ; nam sumptus candidatorum, foedos illos et infames, ambitus lege restrinxit ; eosdem patrimonii tertiam partem conferre iussit in ea quae solo continerentur, deforme arbitratus (et erat) honorem petituros urbem Italiamque non pro patria, sed pro hospitio aut stabulo quasi peregrinantes habere.

L’abus a été réprimé ; une loi contre la brigue a réduit les dépenses des candidats, honteuses et infâmes ; Trajan leur a ordonné de placer le tiers de leur patrimoine en biens fonciers, car il jugeait (et ça l’était réellement) indigne de considérer, quand on briguait les honneurs, Rome et l’Italie non comme une patrie mais comme un hôtel ou une auberge où l’on ne ferait que passer, à la manière d’étrangers. (Plin., epist., 6, 19, 4)

Peut-être enfin ce sens commercial d’hospitium existait-il dès la fin du Ier s. av. J.‑C. : il est en effet question, au début du Voyage à Brindes d’Horace, de l’hospitium modicum qu’offre au poète la ville d’Aricie (Hor., sat., 1, 5, 1-2). Il serait tentant d‘identifier dans cet hospitium modicum une auberge : en effet, lorsque Horace et ses compagnons ont recours à l’hospitalité d‘un hôte privé durant leur voyage, le poète ne manque pas de remercier nommément ce dernier. L’expression ne serait d’ailleurs guère obligeante pour celui qui aurait mis ainsi sa demeure à la disposition des voyageurs. Toutefois, hospitium pourrait à la rigueur revêtir ici son sens large de logis provisoire, voire son sens abstrait d’« hospitalité », que l’accueil ainsi désigné ait été mercantile ou non. Si j’insiste sur ce point, c’est que l’on retrouve ce type d’hésitations dans la plupart des occurrences où hospitium apparaît en contexte commercial ; il s’agit d’ailleurs le plus souvent d’une ambiguïté délibérément recherchée : ainsi, dans l’inscription lyonnaise CIL, XIII, 2031= ILS, 6037 (CLE, 1924 ), l’aubergiste Septumanus joue à plein de cette polysémie : si l’on considère le début de l’inscription, le terme semble pris dans son sens abstrait, mélioratif, d’hospitalité, à l’égal du lucrum et de la salus ; mais on se rend compte rapidement, en poursuivant la lecture de l’inscription, que joint au très matériel prandium et au contexte général du texte, le terme désigne en réalité une auberge.

En somme, si hospes et ses dérivés apparaissent bien en contexte commercial pour qualifier les réalités de l’accueil mercantile, ces choix lexicaux obéissent à des modalités variées. Initialement, ce type d’emploi est connoté et les premières occurrences constituent de véritables oxymores à caractère polémique, surtout lorsqu’elles visent les aubergistes ; mais cette terminologie est rapidement utilisée en première personne par les professionnels de l’accueil pour désigner leurs clients, leurs établissements et eux-mêmes, en raison du sens large de ces termes et sans doute, plus profondément encore, de la connotation positive que leur procurait leur association privilégiée à la pratique de l’hospitalité privée. Progressivement, ce type d’emploi donne naissance, pour hospes et pour hospitium, à des acceptions spécialisées réservées au champ de l’accueil mercantile, qui en font des synonymes plus ou moins stricts des couples caupo/caupona, stabularius/stabulum et deuersitor/deuersorium. En dépit de cette évolution sémantique, les sources continuent de distinguer, voire d’opposer, hospitalité privée et accueil commercial ; mais l’évolution du vocabulaire témoigne de la volonté de donner à voir l’accueil mercantile comme le versant commercial de l’hospitalité romaine, dans le champ de laquelle cette activité professionnelle entendait être rangée. Par le biais d’inscriptions à caractère publicitaire ou funéraire, les professionnels concernés en première instance, les aubergistes, ont joué dans ce processus une part active qui s’inscrit dans le sens d’une réhabilitation lexicale de leur activité.

 

  1. Voir la note de lecture de Lucie Buchère proposée sur le carnet d’HospitAm. []
  2. voir dans le même sens, Hor., sat., 1, 5, 71-76, où le comique du passage se nourrit du contraste entre la solennité du titre d’hospes et le grotesque de cette scène de début d’incendie dans une auberge de Bénévent, qui constitue comme une parodie des banquets hospitaliers antiques []
  3. voir par exemple l’avis de mise en location d’un établissement commercial où étaient pratiqués la restauration et peut-être également l’hébergement, sous le titre d’hospitium (CIL, IV, 807=ILS, 6036) []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.