Le tʽamada d’Inašauri, ou l’art de porter un toast dans la Colchide antique

Nicolas Preud’homme (agrégé et docteur en histoire, diplômé de l’Inalco, ATER en histoire romaine à Sorbonne Université)

Le tʽamada d’Inašauri au Musée de Vani en Géorgie. Photographie de l’auteur.

Une petite figurine en bronze de 7,5 cm de haut fut trouvée par hasard en 1978, lors de travaux de terrassement dans le village d’Inašauri, non loin des vestiges de la cité antique de Vani, dans la région d’Imeretʽi, en Géorgie occidentale. Daté du VIIe ou VIe siècle av. J.-C., l’objet semble avoir été exhumé d’une tombe collective de l’ancienne Colchide, comportant trois squelettes humains, une céramique et plusieurs autres objets funéraires en bronze et en fer.

Date : VIIe-VIe siècle av. J.-C.
Espace d’origine : Inašauri, Géorgie
Typologie : figurine
Description : Statuette de bronze (7,5 cm de haut)
Lieu de conservation : Musée archéologique de Vani
Référence : Xarabaże 2006

Malheureusement, la figurine présentée ici constitue le seul artefact ayant été préservé à l’occasion de cette découverte effectuée dans des conditions apparemment chaotiques. Toutefois, d’autres découvertes archéologiques aléatoires effectuées dans la même localité d’Inašauri ont permis de collecter divers objets de la fin de l’Âge du Bronze et du début de l’Âge du Fer, notamment des récipients en bronze, un fragment d’arme ainsi qu’une houe1.

La statuette en bronze représente un homme vêtu d’une tunique courte, assis dans un fauteuil à dossier et accoudoirs, tenant dans sa main droite un rhyton ou une corne à boire, appelée qanci (ყანწი) en géorgien. La tête comporte des cheveux courts coiffés dans ce qui ressemble à une coupe au bol, tandis que le visage, aux traits simplifiés mais dans des proportions réalistes, dégage un air serein. Son bras gauche posé sur sa cuisse, sa tête légèrement inclinée vers le haut, ses pieds légèrement dressés sur leurs pointes, le personnage semble prêt à se lever afin de porter un toast. L’attitude de ce personnage est assez familière pour rappeler celle du tʽamada, ou chef de table en Géorgie, dont le rôle est de porter des toasts lors des banquets, festins et cérémonies impliquant la consommation de vin2.

Carte de localisation des trouvailles de statuettes anthropomorphes en bronze des VIIIe, VIIe et VIe siècles av. J.-C. en Géorgie occidentale (en brun). Carte conçue par Nicolas Preud’homme sur un fond de carte fourni par Joseph Cappelletti (homoalpinus.com) et d’après les données présentées par Xarabaże 2006.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le tʽamada d’Inašauri constitue aujourd’hui l’une des pièces les plus célèbres du Musée National de Géorgie et occupe une place de choix dans le Musée archéologique de Vani où cette statuette colche est conservée. Pourtant, nombreuses sont les figurines anthropomorphes en bronze retrouvées en contexte rituel ou funéraire dans les tombes et les sites cultuels de la Colchide antique. Malgré une apparente monotonie dans leurs dimensions et leur facture générale, ces silhouettes métalliques présentent nombre de variantes et de détails originaux en termes de forme, de gestuelle, de technique d’exécution et de disposition rituelle. La plupart de ces découvertes résultent de trouvailles accidentelles au sein de trésors déposés dans des tombes ainsi que des lieux de culte.

La figurine d’Inašauri ressemble dans sa pose à la statuette du « buveur de vin » du trésor de Bombora en Abkhazie, qui comprenait aussi une figurine de femme avec un enfant, formant un ensemble caractéristique des tombes collectives de la Colchide durant le Bronze Récent3.  Dans une moindre mesure, le tʽamada d’Inašauri peut être comparé à une figurine d’Ergeta datant de la seconde moitié du VIIe siècle ou du début du VIe siècle av. J.-C. ; à une autre statuette trouvée à Ureki, de la seconde moitié du VIIe siècle av. J.-C. ; à une statuette de Muxurčʽa datant du VIIe siècle av. J.-C. ; à une figurine du trésor de Qazbegi ; à une autre provenant de Gorisa dans le district de Sačʽxere, et une autre trouvée à Sairme dans la région de Lečʽxumi ; enfin à des statuettes trouvées à Balantʽa non loin de Borǰomi. Une certaine similitude peut être observée entre le siège du personnage d’Inašauri et les sièges des figurines d’Ergeta et de Muxurčʽa. Si la plupart des figures en bronze de la première moitié du Ier millénaire av. J.-C. sont nues, il existe aussi plus rarement des personnages vêtus d’habits4. La coupe au bol du tʽamada d’Inašauri rappelle quelque peu la coiffe en forme de calotte portée par une autre figurine de bronze trouvée à Axalgori, datée du VIIIe ou du VIIe siècle av. J.-C., et représentant un homme soulevant une coupe en forme de calice5. La statuette d’Inašauri semble être plus aboutie en matière de technique de fabrication, ce qui, selon Sulxan Xarabaże, ferait pencher pour une datation ultérieure aux autres figurines comparables6.

Un détour par une anecdote personnelle devrait permettre de mieux cerner ce lien ayant traversé les siècles entre cette figure du tʽamada portant un toast et la cérémonie funéraire qui formait le contexte de dépôt de cet artefact. Au printemps 2019, alors que je me trouvais à Kobuletʽi, localité balnéaire située non loin de Batʽumi, j’ai été invité par la gérante de l’hôtel où je logeais à me rendre avec elle et sa famille dans un cimetière à proximité de cette ville, lors d’un repas en l’honneur des morts à l’occasion des Pâques orthodoxes, en vertu de ces trésors d’hospitalité que savent accorder nombre de Géorgiens à leurs hôtes de passage. Je me suis retrouvé à partager un véritable festin sur l’une des différentes tables aménagées parmi les tombes du cimetière de la ville. Autour de nous, les ballets des voitures amenaient les différentes familles à ce moment de la mi-journée si important pour la vie communautaire. À notre table officiait un tʽamada ; ce rôle était tenu comme de coutume par un homme de la famille, qui, debout et levant son verre de vin, portait différents toasts en l’honneur des ancêtres, de la santé des membres de la famille et y compris, comme cela m’a été signalé, en l’honneur de l’invité et de ses parents.

Le cimetière à proximité de Kobuletʽi muni de ses tables à pique-nique pour les cérémonies funéraires. Photographie de l’auteur prise lors des Pâques orthodoxes de 2019.

Un rituel syncrétique amalgamant les traditions préchrétiennes et orthodoxes amena aussi les convives à jeter des œufs de Pâques peints en rouge et à verser du vin en traçant sur le sol un signe de croix, devant les pierres tombales de la sépulture familiale, afin de nourrir symboliquement les défunts et de les faire participer à cette cérémonie censée réunir, dans un moment de communion, l’ici-bas et l’au-delà.

Ainsi, le dépôt d’une figurine de chef de table au sein d’une sépulture visait-il à rappeler, pour les vivants, leur devoir périodique de commémoration des morts à travers cette représentation rituelle du toast accompagnant les libations en l’honneur des individus défunts. L’étymologie du mot géorgien désignant le toast, sadğegrżelo (სადღეგრძელო), qui signifie littéralement « ce qui doit prolonger aujourd’hui », suggère bien la dimension existentielle attachée à cette pratique. En tant que symbole concrétisé par l’art, le geste de ce tʽamada levant sa corne à boire, perpétuellement figé dans le bronze, devait fixer pour l’éternité ce geste de célébration conviviale dont on ne saurait guère dire s’il était davantage adressé des vivants aux morts, ou bien des morts aux vivants.

Bibliographie

Darejan Kacharava et Guram Kvirkvelia, « Viticulture and Dionysos in Hellenistic Vani », dans Wine, Worship and Sacrifice: the Golden Graves of Ancient Vani, New York, Institute for the Study of the Ancient World ; Princeton (N.J.), Princeton University Press, 2008, p. 112-125.

David Lordkipanidze éd., Georgia. The Cradle of Viticulture, Tbilisi, Georgian National Museum, 2017.

Merab Mikʽelaże, Vazisa da ğvinis ğvtʽaebrivi arsi, Tʽbilisi, Sakʽartʽvelos erovnuli muzeumi / Georgian National Museum, 2021.

Sulxan Xarabaże, « „Ğvinis msmelis“ pʽigura sopʽel inašauridan (vanis r-ni) », Żiebani Sakʽartʽvelos arkʽeologiaši, n°17-18, 2006, p. 145-150.

 



Citer ce billet
Nicolas Preud’homme (2023, 29 septembre). Le tʽamada d’Inašauri, ou l’art de porter un toast dans la Colchide antique. HospitAm. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pp9p

  1. Xarabaże 2006, p. 145 et planche I p. 149. Kacharava & Kvirkvelia 2008, p. 115. []
  2. Lordkipanidze éd. 2017, p. 42. []
  3. Xarabaże 2006, p. 146 et p. 150, planche II.2. []
  4. Xarabaże 2006, p. 146. []
  5. Mikʽelaże 2021, p. 172. []
  6. Xarabaże 2006, p. 146.  []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search