Tite-Live et l’hospitalité (Ab Vrbe condita, livres 1 à 10) : des choix lexicaux adaptés à un discours sur l’histoire ?

Mathieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

Tite-Live (c) domaine public
Tite-Live (c) domaine public

Au cours des dix premiers livres de son histoire de Rome, Tite-Live évoque à trente-trois reprises des situations d’hospitalités privées et publiques. Si ces occurrences sont décrites par l’auteur avec une précision lexicale inégale, leur analyse met en évidence l’existence d’une terminologie spécifique pour désigner l’hospitalité, à travers l’emploi de substantifs, d’adjectifs et de verbes. Cependant, les choix lexicaux de Tite-Live semblent s’adapter à sa démonstration historique, et changent selon qu’il juge positivement ou négativement l’action d’un individu ou d’un groupe, ou qu’il décrit des cas d’hospitalités privées ou publiques. En s’appuyant sur un relevé exhaustif des situations d’hospitalité décrites dans les dix premiers livres de l’Ab Vrbe condita, cette enquête a pour objectif d’identifier, dans un premier temps, le lexique spécifique employé par Tite-Live pour décrire cette pratique sociale et culturelle. Deuxièmement, cette étude montrera comment, à travers des choix lexicaux, l’historien met l’hospitalité au service d’une démonstration historique sur le rôle des étrangers dans l’histoire des premiers siècles de Rome.

Le relevé du lexique de l’hospitalité dans la première décade de l’Ab Vrbe condita : quelques précautions méthodologiques

L’interprétation du lexique de l’hospitalité collecté dans les dix premiers livres de l’Ab Vrbe condita est soumise à plusieurs limites. Premièrement, le vocabulaire relevé concerne uniquement une partie de l’œuvre de Tite-Live, la première décade, dont la cohérence peut être néanmoins soulignée. L’auteur y raconte les origines de la puissance romaine en Italie, de la fondation mythique de Rome jusqu’à la troisième guerre samnite. Selon Tite-Live, le caractère vertueux des premiers Romains explique l’hégémonie politique de la cité sur la péninsule italienne. Cette idéalisation du passé interprète le comportement des Romains comme des exempla, porteurs de leçons morales à l’usage des contemporains d’Auguste. Deuxièmement, l’interprétation historique du lexique doit être attentive au caractère littéraire de l’œuvre de Tite-Live, qui demeure un récit. Effectivement, le lexique sélectionné par l’auteur reflète tout autant des préoccupations narratives qu’historiques. Enfin, troisièmement, les conclusions de cette étude ne sauraient être généralisées à l’ensemble du genre historique et plus généralement à l’ensemble des pratiques lexicales romaines pour désigner l’hospitalité. En effet, cette analyse porte uniquement sur les pratiques lexicales d’un historien latin de l’époque augustéenne, dont le récit est suffisamment long pour effectuer un relevé significatif et pour permettre des comparaisons entre les différentes occurrences identifiées. La non conservation d’autres récits aussi longs produits à la même époque interdit de généraliser les conclusions de cette étude lexicale. Par conséquent, l’interprétation du lexique de l’hospitalité dans l’Ab Vrbe condita doit être prudente dans ses conclusions.

L’identification du lexique de l’hospitalité dans les dix premiers livres de l’Ab Vrbe condita

Le travail de relevé a abouti à la constitution d’une base de données qui regroupe trente-trois situations d’hospitalité dans la première décade1. Leur répartition entre les dix livres se révèle très inégale, car le premier d’entre eux regroupe à lui seul treize de ces occurrences. Dans la majorité des cas, Tite-Live désigne l’hospitalité à travers un terme issu étymologiquement d’hospitium, qu’il s’agisse de ce substantif lui-même (dix-huit fois), des adjectifs hospitus (trois fois) et hospitalis (deux fois), ou de l’adverbe hospitaliter (deux fois). Parfois, l’auteur décrit une situation d’hospitalité à travers la désignation de l’hôte (hospes, par ex. : 1.12.8), accompagnée ou non d’un verbe d’action (inuito ou excipio, par ex. : 1.9.9 ; 1.34.11). Si Tite-Live désigne l’hospitalité à partir d’hospitium ou de ses dérivés dans la majorité des cas, plusieurs occurrences échappent à cette logique. Parmi d’autres choix lexicaux, l’auteur emploie le substantif beneficium pour décrire l’hospitalité (par ex. : 1.39.5 ; 2.14.9). Par conséquent, il demeurait important de ne pas limiter le relevé au lexique pré-identifié de l’hospitalité. En effet, les contextes narratifs sont essentiels pour identifier une situation d’hospitalité et leur étude montre que Tite-Live n’emploie pas toujours hospitium et ses dérivés pour qualifier cette pratique. Ainsi, cette diversité lexicale montre que Tite-Live effectue des choix parmi différentes possibilités pour décrire des situations d’hospitalité.

Qu’il choisisse ou non d’employer hospitium ou ses dérivés, Tite-Live emploie presque dans chacune des situations décrites un même groupe d’adjectifs et d’adverbes pour enrichir sa description. Les choix lexicaux de l’auteur apparaissent répétitifs et centrés principalement autour de l’utilisation de trois adverbes (comiter, blande, benigne) et de deux adjectifs (comitas, comis). Le substantif amicitia, quant à lui, n’est employé qu’une seule fois par Tite-Live pour qualifier une situation d’hospitalité (1.45.2). L’emploi de ces termes lui permet non seulement d’enrichir sa description mais aussi de formuler un jugement moral. Parfois, Tite-Live semble pratiquer une forme de surenchère et il emploie dans une même phrase des noms, des adjectifs et des adverbes issus du champ lexical de la gentillesse et de la bienveillance. Par exemple, l’auteur emploie ce type de tournure lorsqu’il décrit, dans le livre 1, la réception des legati Albains par Tullus Hostilius, alors que Rome et Albe traversent une crise diplomatique : Excepti hospitio ab Tullo blande ac benigne, comiter regis conuiuium celebrant  (« Reçus chez Tullius de manière conciliante et avec bienveillance, ils honorent avec joie le banquet du roi », 1.22.5). Cette surenchère lui permet d’établir un effet de contraste avec la réception concomitante des legati romains à Albe, qui prononcent au même moment la déclaration de guerre au nom de Rome (1.22.5). Ce premier exemple montre que Tite-Live adapte la richesse de son lexique à des fins narratives, pour créer un contraste entre deux situations et ainsi rythmer son récit. De surcroît, plusieurs choix lexicaux de l’auteur semblent constituer des marqueurs de son jugement historique sur des figures emblématiques du passé romain.

Le lexique de l’hospitalité : un marqueur du jugement historique de Tite-Live sur les Tarquins ?

La comparaison, pour chacune des occurrences relevées, entre le lexique et son contexte narratif permet d’aboutir à deux constats. Premièrement, Tite-Live emploie le substantif hospitium et ses dérivés lexicaux uniquement lorsque l’hospitalité s’exerce entre un Romain et un étranger. Dans la première décade, l’auteur n’emploie jamais ce type de vocabulaire lorsqu’il décrit une relation d’hospitalité entre des individus étrangers à Rome et lorsqu’il évoque un lien d’hospitalité entre deux citoyens romains. Cette désignation reflète une vision subjective et restrictive de l’hospitalité, qui valorise la relation idéalisée avec l’étranger du point de vue de Rome. Deuxièmement, la majorité des situations d’hospitalité qui concernent les Tarquins apparaissent comme des exceptions au niveau lexical. Leur analyse semble révéler que Tite-Live présente ces rois d’origine étrusque à ses lecteurs comme des Romains ou comme des étrangers en fonction des situations narratives.

Les choix lexicaux de l’auteur en matière d’hospitalité semblent constituer des marqueurs d’un jugement historique, qui légitime puis désavoue l’action politique des Tarquins. Dans son récit, lorsque Lucumon s’installe à Rome et qu’il tisse des liens d’hospitalité avec des notables Romains, Tite-Live n’emploie pas le substantif hospitium comme à son habitude lorsqu’il décrit l’accueil d’un étranger par des Romains. De la même manière, l’historien ne désigne pas ces Romains comme les hospites du futur roi de Rome. Sa description de l’acte d’hospitalité se limite à l’emploi d’inuito et de comitas. Ce verbe et cet adjectif sont pourtant couramment employés par Tite-Live en complément d’hospitium pour désigner l’hospitalité (par ex. : 1.9.9 ; 4.35.4). L’absence de ce substantif et de ses dérivés pour décrire l’accueil de Lucumon constitue une première exception liée à la mise en scène des Tarquins par Tite-Live. Alors que Lucumon est toujours un étranger à Rome, l’historien semble anticiper sa future élection à la royauté et le bilan de son règne jugé positivement par l’historiographie antique. L’absence d’hospitium semble refléter cette anticipation et pourrait être un premier marqueur du jugement de l’historien : à ce stade du récit, Lucumon partage avec les Romains des vertus idéalisées, et il est donc présenté aux lecteurs comme un Romain. Tarquin l’Ancien est dès lors considéré comme un Romain par Tite-Live, tout comme son successeur, ce qui est confirmé dans la suite du récit par l’emploi d’hospitium lorsque Servius Tullius reçoit des aristocrates latins (1.45.2).

Sextus Tarquin et Lucrèce, Titien, vers 1570 (c) domaine public
Sextus Tarquin et Lucrèce, Titien, vers 1570 (c) domaine public

Cependant, de la même manière qu’il avait anticipé l’accès de Lucumon à la citoyenneté romaine, l’étude du lexique de l’hospitalité montre que Tite-Live considère précocement Tarquin le Superbe et son fils Sextus comme des étrangers dans leur propre cité. En effet, l’historien cesse d’employer hospitium et ses dérivés pour désigner l’hospitalité entre les membres de la famille royale et les étrangers de Rome avant la fin du règne de Tarquin le Superbe. Premièrement, lorsque le fils du roi, Sextus Tarquin, est accueilli à Gabii par ses habitants (1.53.10), Tite-Live n’emploie pas le substantif hospitium. Néanmoins, il décrit cette action avec des termes qu’il emploie habituellement pour désigner des situations d’hospitalité entre des Romains et des étrangers (benigne). Deuxièmement, et à l’inverse, l’auteur emploie hospitalis pour qualifier l’accueil de Sextus Tarquin dans une maison romaine, qui est, de surcroît, celle de son cousin Tarquin Collatin (1.58.2). L’historiographie antique attribue à ces deux Romains des valeurs contradictoires : si Collatin, mari de Lucrèce, bénéficie de l’image positive de co-fondateur de la res publica avec Brutus, Sextus, en tant que fils du roi tyrannique, demeure un individu criminel et responsable de la déchéance de la royauté. Les choix lexicaux de Tite-Live semblent refléter l’opprobre de l’historiographie antique envers cet individu : puisque son comportement reflète l’antithèse des vertus romaines idéalisées, Sextus Tarquin est présenté par l’historien comme étranger à la cité des Romains. Cette illégitimité des Tarquins, décrite de manière rétroactive, est confirmée par les choix lexicaux de Tite-Live pour décrire l’accueil de Tarquin le Superbe à l’extérieur de Rome lors de sa fuite et de ses tentatives pour reconquérir son trône. Lorsqu’il évoque l’accueil de Tarquin par les Latins, Tite-Live n’emploie pas hospitium et ses dérivés (par ex. : 2.19.4), tout comme il ne décrit pas comme un acte d’hospitalité le refuge qu’il obtient auprès du tyran Aristodème de Cumes (2.21.5). Ainsi, dès que les Romains prennent la décision de fermer les portes de leur ville au roi, Tite-Live considère que Tarquin est devenu de facto un étranger, alors que le souverain tente de reconquérir son trône et de faire valoir sa légitimité. Cette mise en scène apparaît encore plus précoce pour son fils Sextus Tarquin.

Par conséquent, l’étude du vocabulaire de l’hospitalité montre que Tite-Live a effectué volontairement ou involontairement des choix lexicaux pour mettre en exergue deux leçons morales et historiques liées aux étrangers. L’une, positive, valorise l’étranger comme un agent de la construction de la puissance romaine (Tarquin l’Ancien), et l’autre, négative, discrédite la tyrannie comme un régime politique étranger à Rome. À travers ce jugement, les individus qui l’exercent deviennent eux-mêmes des étrangers de manière symbolique (Tarquin le Superbe et Sextus Tarquin). Tite-Live établit ainsi une analogie entre le barbare/étranger et l’exercice tyrannique du pouvoir, une comparaison attestée également dans l’historiographie grecque au sujet des Perses et de la tyrannie. Ce jugement porté sur ce régime politique et sur ceux qui l’exercent reflète, d’une part, la dimension moralisatrice du récit livien, et, d’autre part, les lacunes documentaires auxquelles sont confrontés les historiens antiques au sujet des Tarquins. Puisqu’ils ne peuvent pas déterminer précisément à partir de quel moment les Tarquins deviennent Romains et cessent formellement de l’être, les critères de la citoyenneté reposent non pas sur des fondements juridiques pour l’historien, mais sur des critères moraux. Tite-Live présente à son lecteur les Tarquins comme des Romains uniquement lorsque leurs comportements reflètent des vertus romaines, qui, paradoxalement, ont été définies plus tardivement à l’époque républicaine en opposition à l’exercice tyrannique du pouvoir par Tarquin le Superbe. Par conséquent, les choix lexicaux de Tite-Live pour désigner l’hospitalité semblent révéler ce qui constitue, pour cet auteur, des limites morales et symboliques entre le citoyen romain et l’étranger. L’étude de ce lexique constitue dès lors un point de départ possible pour étudier l’imaginaire de l’hospitalité et les valeurs que Tite-Live lui associe.

Bibliographie :

Chaplin, J.D., Livy’s Use of Exempla, dans Mineo, B. (dir.), A Companion to Livy, Oxford, 2015, p. 102-113.

Forsythe, G., Livy and Early Rome. A Study in Historical Method and Judgment, Stuttgart, 1999.

Mineo, B., Tite-Live et l’histoire de Rome, Paris, 2006.

Mineo, B., Livy’s Historical Philosophy, dans Mineo, B. (dir.), A Companion to Livy, Oxford, 2015, p. 139-152.

Briquel, D., Mythe et révolution. La fabrication d’un récit. La naissance de la République à Rome, Paris, 2007.

Martin, P.-M., L’idée de royauté à Rome. T.1. De la Rome royale au consensus républicain, Clermont-Ferrand, 1982.

Mastrocinque, A., Tarquin the Superb and the Proclamation of the Roman Republic, dans Mineo, B. (dir.), A Companion to Livy, Oxford, 2015, p. 301-313.

Miles, G.B., Livy. Reconstructing Early Rome, Ithaca, 1995.

Ogilvie, R.M., A commentary on Livy. Books 1-5, Oxford, 1965.

  1. Cette base de données sera mise en ligne dans une prochaine étape du projet HospitAm. Voir, en attendant : 1.1.1 ; 1.1.9 ; 1.9.9 ; 1.9.13 ; 1.12.8 ; 1.22.5 ; 1.34,11 ; 1.39.5 ; 1.45.2 ; 1.49.8 ; 1.53.10 ; 1.57.10 et 1.58.2 ; 1.58.8 ; 2.14,8-9 ; 2.22.7 ; 2.35.7 ; 2.37.9 ; 2.39.11 ; 3.16.5 ; 3.42.5 ; 4.13.2 ; 4.35.4 ; 5.13.7 ; 5.28.4 ; 5.28.5 ; 5.50.3 ; 6.26.3 ; 7.20.4 ; 8.3.3 ; 9.6.7 ; 9.34.19 ; 9.36.3 ; 9.36.8 []

Mathieu Engerbeaud

Docteur en histoire romaine de l'Université de Poitiers, ATER à Aix-Marseille Université

More Posts - Website

Auteur : Mathieu Engerbeaud

Docteur en histoire romaine de l'Université de Poitiers, ATER à Aix-Marseille Université

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.