Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive. L’exemple de katagôgè : la multiplicité des sens

Bernadette Cabouret-Laurioux (Université Lyon 3)

L’hospitalité est une pratique à la fois ordinaire et complexe, qui relève d’une démarche sociale autant qu’individuelle. On peut l’aborder sous les angles historique, sociologique et anthropologique, ou encore lexical. En sachant néanmoins que les mots sont trompeurs et que d’une région à l’autre, d’un groupe social à l’autre ils peuvent porter des sens différents, a fortiori d’une civilisation à l’autre… Que voulaient dire les Anciens quand ils parlaient d’hospitalité, en évoquaient le concept ou en décrivaient les pratiques ?

L’Antiquité tardive ajoute un nouveau défi puisqu’elle hérite de siècles d’expériences individuelles et collectives d’hospitalité. Elle apporte cependant encore du nouveau au bout de la chaîne de transmission des usages lexicaux, adaptant la terminologie à ses propres exigences. Porteur de ces valeurs nouvelles, le christianisme opère une véritable révolution de l’accueil et suscite un vocabulaire riche et très diversifié, adapté à l’universalité de l’offre d’hospitalité et d’entraide. À partir des sources littéraires et des sources lexicographiques, on a pu constater que le terme xenia, entendu à la fois comme vertu et comme pratique, était désormais moins employé que celui de philoxenia (très nombreuses occurrences, par exemple, chez Jean Chrysostome) ; d’autre part l’expression de l’accueil est souvent véhiculée par une locution : le substantif hupodochè précisé par un génitif (par exemple tôn xenôn). Dans le panorama du vocabulaire concret des lieux et des pratiques d’hospitalité, on choisira de présenter ici le dossier du terme katagôgè, complété par celui de xenodocheion et pandocheion, qui deviennent les maîtres mots de l’accueil à l’époque tardive.

La katagôgè  (καταγωγή) est littéralement le « lieu où l’on descend » ; mais ces lieux d’accueil se déclinent en différentes structures : diverses acceptions sont à préciser en fonction du contexte. Souvent les katagôgai désignent des résidences, en particulier de prestige. Parmi les 28 occurrences du mot katagôgè signalées dans l’œuvre du rhéteur antiochien Libanios, citons le Discours 4, Pour montrer qu’il ne radote pas, où il s’adresse au gouverneur de Syrie, Eutropios :

Tu pourrais toujours prétendre que notre Daphné, si belle, avec ses arbres, ses jardins, ses sources, ses résidences [katagôgais], est un lieu désagréable, tu ne triompheras pas de la vérité, τῆς Δάφνης πηγῶν, τιθέντι δὲ πρὸ τῶν δένδρων τῶν καλῶν καὶ μεγάλων, τιθέντι δὲ πρὸ τοῦ κάλλους τῶν καταγωγίων. (§12, trad. J. Martin)

La description que fait Libanios, dans son Eloge d’Antioche (Or. 11), du célèbre faubourg de Daphné, inscrit au nombre des atouts du site les jardins, les sources et les « résidences de charme » :

aussitôt qu’on a franchi les portes, c’est sur la gauche la bigarrure des jardins, les charmes des résidences, l’abondance des sources, des maisons cachées par des arbres…, εὐθὺς μὲν ὑπερβάλλοντι τὰς πύλας ἐν εὐωνύμοις κήπων τε ποικιλία καὶ καταγωγῶν χάριτες καὶ κρηνῶν ἀφθονία καὶ δένδρεσιν οἰκίαι κρυπτόμεναι (§ 234).

Dans ce passage, le mot katagôgè peut renvoyer aux lieux de résidence et de détente des riches notables d’Antioche ou des fonctionnaires qui se trouvent en poste dans la capitale syrienne.

Daphné. Maison « de Dionysos ivre », mosaïques de Bios, La vie et Tryphè, la Bonne vie
Daphné. Maison « de Dionysos ivre », mosaïques de Bios, La vie et Tryphè, la Bonne vie (c) http://vrc.princeton.edu/archives/items/browse?collection=7

Certaines de ces luxueuses villégiatures péri-urbaines ont été repérées par l’archéologie et ont livré notamment les célèbres mosaïques dites « d’Antioche »1 .

C’est aussi le sens de « résidence » que porte le terme dans le titre du Discours 52 du même Libanios, qui traite des abus de visites aux gouverneurs : ΚΑΤΑ ΤΩΝ ΕΙΣΙΟΝΤΩΝ ΕΙΣ ΤΑΣ ΤΩΝ ΑΡΧΟΝΤΩΝ ΚΑΤΑΓΩΓΑΣ, Contre ceux qui assaillent les demeures des gouverneurs (ou les gouverneurs en leurs demeures). On le note également en Or. 51, 4 : τὰς τῶν ἀρχόντων καταγωγάς.

On peut cependant hésiter sur le sens et la traduction : le terme katagôgè est aussi associé aux auberges et lieux d’accueil plus ou moins luxueux. Le terme désigne alors des lieux de repos. Ces hôtels « de charme » étaient proposés aux hôtes de passage ou adeptes de la truphè, cette bonne vie que Daphné avait la réputation d’honorer.

Paysage actuel : la fraicheur des ombrages et l'agrément des sources dans le vallon d'Harbiye (Daphné), (c) Photo G. Poccardi
Paysage actuel : la fraicheur des ombrages et l’agrément des sources dans le vallon d’Harbiye (Daphné), (c) Photo G.Poccardi

 

Plus loin, dans un passage très évocateur, le rhéteur associe les katagogai et les andrônes ; les « résidences » sont qualifiées de semnai, charmantes :

καταγωγαὶ σεμναί, ἡμερίδες εἰς ἀνδρῶνας ἕρπουσαι, Ἀλκίνου κῆποι, τράπεζα Σικελική, κέρας Ἀμαλθείας, πανδαισία, Σύβαρις, résidences de charme, vignes cultivées qui envahissent les salles de banquet, jardins d’Alkinoos, table de Sicile, corne d’Amalthée, Sybaris (§ 236).

Les andrônes (pièces de réception pour banquets, mais pas uniquement « pièces des hommes » comme dans la tradition grecque) se situent donc sous les vignes cultivées, des treilles, ce qui suggère des espaces de repas extérieurs, des triclinia aestiva. Toute la conclusion du passage, soulignée par l’emphase rhétorique et les topoi, dresse le décor d’une hospitalité paradisiaque et luxueuse ; la quadruple référence aux jardins d’Alkinoos (les Phéaciens, hôtes d’Ulysse), à la corne d’Amalthée, à la table de Sicile et à Sybaris renvoie à la fois à un imaginaire merveilleux et à une réalité que les Antiochiens identifient parfaitement.

Une autre occurrence de katagôgé se trouve dans la lettre 1110 de Libanios à Aristainetos II, à propos du préfet du prétoire Rufin (datée de 393) :

Qu’il soit permis de plaisanter au préfet de tous les préfets qui règne sur toutes choses et qui dans ses discours me place avant les sources de Daphné, me place avant ses arbres beaux et grands et me place avant la beauté de ses résidences ! Ἐξέστω παίζειν ὑπάρχῳ πάντων ὑπάρχων διὰ πάντων κεκρατηκότι καὶ τοῖς αὑτοῦ λόγοις τιθέντι μέν με πρὸ τῶν τῆς Δάφνης πηγῶν, τιθέντι δὲ πρὸ τῶν δένδρων τῶν καλῶν καὶ μεγάλων, τιθέντι δὲ πρὸ τοῦ κάλλους τῶν καταγωγίων.

Dans cette lettre, on peut hésiter sur le sens de katagôgè, qui désigne à la fois les luxueuses villégiatures des élites et les auberges de charme s’offrant aux visiteurs de passage. Le sens est en tout cas mélioratif comme le souligne la tournure, déjà repérée Or. 11, 234, subordonnant le lieu qualifié à un substantif abstrait (« la beauté des résidences »).

Évagre le Scholastique (HE VI, 18) évoque encore à propos d’Antioche les résidences des hauts fonctionnaires, les katagôgai tôn archontôn, « les demeures des gouverneurs ». Le terme est ici précisé par les bénéficiaires du cadre d’accueil.

En revanche, dans le discours 46 de Libanios, la katagôgé décrite est clairement un deversorium, un lieu d’étape. Cette auberge apparaît comme un service public organisé sur un modèle proche de celui des stationes du cursus publicus. Le responsable d’une mansio, praepositus ou manceps ou conductor pour l’Orient était un liturge désigné au sein de sa curie. Le personnel d’une mansio, comprenait un tabularius, un vétérinaire, des cavaliers-messagers, qui constituaient une familia, une collectivité (J.-M. Carrié) :

ἀπεδείχθη καταγωγὴ τοῖς ἰοῦσιν ἐφ’ ἵππων ὁδὸν ἢ πολλὴν ἢ οὐ πολλήν. τῇ δ’, οἶμαι, καταγωγῇ ταύτῃ δεῖ κλινῶν ἐστρωμένων, τραπεζῶν, τῶν ἐπὶ τούτων ἐκπωμάτων,  ὀψοποιῶν, τῶν ὑπολυσόντων, τῶν ἀπονιψόντων, τῶν πόρνας ἀξόντων, τῶν ἰατρούς, εἰ δεήσειε, qu’un lieu d’étape accueille ceux qui parcourent la route à cheval, qu’elle soit longue ou courte ; à cette auberge il faut, à mon avis, des lits dressés, des tables et, sur ces tables, des coupes, des cuisiniers, des serviteurs pour déchausser (hupoluô : délier à quelqu’un ses chaussures) et pour faire la toilette, d’autres pour amener des filles, d’autres des médecins, si besoin est… (§ 19).

Il est intéressant de voir que Libanios énumère les services principaux, les lits dressés, les tables garnies de coupes à boire, les cuisiniers (littéralement « ceux qui apprêtent les plats » ), et enfin des prestations comme l’aide à l’habillement (ou déshabillage) et à la toilette, voire la fourniture de médecins et même de prostituées !

Il faut terminer par le sens figuré de katagôgè : celui-ci évoque le refuge, l’abri, l’asile. Thémistios (Or. pour l’empereur Jovien) évoque les voies qui mènent à la divinité et qui toutes convergent vers cette même katagôgè. Ou encore il qualifie le domaine rural de son père (Oraison funèbre pour son père, 237) « d’asile idéal pour un philosophe, πρέπουσαν φιλοσόφῳ καταγωγήν »

On trouve également le mot katagôgè au sens de refuge, asile, dans le Discours 12, 72 de Libanios : « ἐθεραπεύοντό τε καὶ καὶ καταγωγὰς ὑπισχνοῦντο, ils étaient l’objet d’attentions et se voyaient promettre des refuges ».

Enfin, l’ultime katagôgè (ou son équivalent kataluma) est … la mort ; ainsi Basile, Ep. V, 2 : « πρὸς τὸ αὐτὸ κατάλυμα, vers le même refuge ».

 "Cette auberge a été construite au mois d'Hyperbérétaios, le 15, la 3e indiction, en l'an 528. Santé à ses propriétaires, et profit !" (traduction Denis Feissel) Auberge située dans le village de Telanissos. Celui-ci s'est développé à proximité du sanctuaire de saint Syméon stylite l'Ancien, grand lieu de pélerinage. La construction de l'auberge (pantodocheion) est datée du 15 octobre 479.

« Cette auberge a été construite au mois d’Hyperbérétaios, le 15, la 3e indiction, en l’an 528.
Santé à ses propriétaires, et profit ! » (traduction Denis Feissel)
Auberge située dans le village de Telanissos. Celui-ci s’est développé à proximité du sanctuaire de saint Syméon stylite l’Ancien, grand lieu de pélerinage. La construction de l’auberge (pantodocheion) est datée du 15 octobre 479.

L’avatar postérieur du terme est la forme légèrement modifiée de katagôgeion, comme on la voit répandue dans des inscriptions tardives. Le terme désigne soit le lieu d’accueil à vocation mercantile (auberge) en contexte collectif, soit l’espace d’hospitalité ouvert à tous, expression de la charité, en contexte chrétien. Ainsi Évagre le Scholastique, HE IV, 3 : « ἐν τῷ τῶν νοσούντων καταγωγίῳ ἀνὰ τὸ προάστειον Δάφνην, dans la résidence des malades, en haut du faubourg de Daphné ».

Le mot katagôgeion devient l’équivalent de pandocheion, ou xenodocheion, si fréquent dans le contexte chrétien. Formé sur le verbe δέχομαι, recevoir, le premier signale l’universalité de l’accueil (pan), le second sa vocation d’hébergement de l’étranger (xenon). C’est le mot même que le grec moderne a conservé pour désigner … l’hôtel : τ ξενοδοχείο !

On peut citer, pour conclure, le poème rédigé par Théodore Stoudite, Pour le xénodocheion, et qui résume en ce lieu d’accueil de l’étranger les symboles de l’hospitalité, que l’auteur appelle le φιλόξενος τρόπος :

Venez, approchez de ce toit hospitalier, voyageurs accablés de fatigue. Recevez les offrandes de l’hospitalité : un pain désiré qui nourrira votre cœur, un agréable breuvage et qui coule abondamment, un vêtement qui vous préservera du froid. (Carmen 29 = PG 99, col. 1792).

Bibliographie indicative

Cabouret, B., Élites de l’Orient romain à la campagne dans l’Antiquité tardive, dans Villes et campagnes aux rives de la Méditerranée ancienne, Hommages à Georges Tate, TOPOI, suppl. 12, 2014, p. 421-457.

Casella, M., Storie di ordinaria elle corruzione. Libanio, Orazioni LVI, LVII, XLVI, Messina, 2010, p. 300-301.

DACL, s.v. hôpitaux, hospices, hôtelleries.

Gauvin, L., L’Hérault, P., Montandon, A. (éd.), Le dire de l’hospitalité, Clermont-Ferrand 2004.

Gotman, A., Le sens de l’hospitalité. Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre, Paris, 2001.

Montandon, A., Désirs d’hospitalité. De Homère à Kafka, Paris, 2002.

Montandon, A. (dir), Le livre de l’hospitalité, accueil de l’étranger dans l’histoire et les cultures, Paris, 2004.

  1. voir le colloque de Lyon « Daphné, faubourg d’Antioche sur l’Oronte », tenu les 7 et 8 juin 2016 ; sur les archives photographiques du Committee for the Excavations of Antioch-on-the-Orontes 1932-39, voir http://vrc.princeton.edu/archives/items/browse?collection=7 []

Une réflexion sur « Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive. L’exemple de katagôgè : la multiplicité des sens »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.