Compte rendu de Table ronde – Les structures d’accueil et d’hébergement dans les monastères, du Haut Moyen Âge au XVIe siècle (Université Lumière Lyon 2 – 08/02/2013)

Table-ronde organisée par Nicolas Reveyron et Mathilde Gardeux (UMR 5138- CNRS)

aile ouest du cloître de l’abbaye de Jumièges (XIIe siècle, Seine-Maritime) vue du nord-est

Le 8 février 2013, une table ronde sur l’accueil dans les monastères s’est tenue à l’université Lumière Lyon 2. Cette journée d’étude fut organisée dans le cadre des recherches menées au sein de l’UMR 5138 Archéologie et archéométrie (Maison de l’Orient et de la Méditerranée) sur l’organisation de l’espace religieux, où les problématiques sur la gestion de l’accueil à l’intérieur des monastères sont souvent abordées.

En effet, l’hospitalité est un des devoirs majeurs de la vie religieuse régulière au Moyen Âge, et dès l’Antiquité tardive la notion d’accueil recouvre une réalité complexe : soin des malades, distribution d’aumônes, réception des pèlerins, des voyageurs mais aussi des riches donateurs. Les recherches sur ce domaine ont beaucoup avancé depuis plusieurs années, mais la question de l’hébergement des personnes extérieures dans les monastères au Moyen Âge demeure ouverte.

Le but de cette table-ronde fut de proposer un état des recherches et des connaissances sur les problématiques liées à l’accueil et à l’hébergement dans le monde monastique. Huit chercheurs, historiens et archéologues, ont abordé ce vaste sujet sous différents angles, selon un ordre chronologique, depuis le Haut Moyen Âge jusqu’à la fin de cette époque. On trouvera ici un compte rendu de ces interventions, précédé d’un avant-propos de Nicolas Reveyron, co-organisateur de la table ronde, qui vise à proposer un état de la recherche et des questionnements en présence.

Avant-propos par Nicolas Reveyron (UMR 5138 Archéométrie et archéologie, Université Lyon 2)

Espaces et bâtiments d’accueil dans le monachisme médiéval occidental : réflexions sur un thème de recherche

l’hôtellerie » de l’abbaye cistercienne de Barbery (milieu XIIIe siècle, Calvados), vu du nord

Cette table ronde est consacrée à l’organisation matérielle de l’hospitalité dans les monastères de l’Occident médiéval. La problématique appartient à celle, plus large, de l’organisation de l’espace religieux au Moyen Age, un des domaines privilégiés de recherche pour notre équipe au sein de l’UMR 51381. Le thème a d’ailleurs déjà suscité un ensemble de thèses (Université Lumière-Lyon 2/UMR 5138) qui en explorent divers aspects2. Il se décline en différents dossiers articulés sur des orientations spécifiques : organisation de l’espace ecclésial (qui fait intervenir les questions de liturgie)3, aménagement et structuration des sites monastiques (du défrichage du site à l’organisation spatiale de la première installation et aux reconstructions successives)4, utilisations spécifiques des lieux monastiques5, organisation spatiale des monastères féminins6. Les lieux et bâtiments d’hospitalité, sujet original pris en charge dans l’équipe de recherche par Mathilde Gardeux, constituent une problématique à part, ne disposant encore que d’une bibliographie relativement réduite7. Toutefois, cet objet d’étude déborde largement le domaine de la vie monastique. D’une part, l’hospitalité concerne au Moyen Âge toute l’Église, aussi bien les abbés que les évêques, et depuis le premier concile de Nicée (325), on le sait, obligation est faite à ces derniers d’assurer l’accueil des pauvres (canon LXX). D’autre part, quand il concerne le monde monastique, il est à la charnière de deux lieux : l’extérieur du monastère et l’intérieur de la clôture monastique. C’est pourquoi il n’est pas inutile d’ouvrir ce séminaire par une rapide réflexion sur les notions d’hospitalité et d’accueil.

« Il n’y a pas de monastère complet sans hostellerie », écrivait Dom Paul Delatte dans son Commentaire sur la règle de saint Benoît (Paris, 1913). L’affirmation de l’abbé de Solesmes (1890-1921) est sans ambiguïté : l’accueil de personnes extérieures doit trouver dans le monastère une traduction architecturale, c’est-à-dire un bâtiment spécialisé et un lieu spécifique qui leur permettent de bénéficier de l’hospitalité monastique, sans pour autant troubler la vie des moines. Mais dans une formulation lapidaire qui sous-entend par prétérition l’aspect marginal de l’acte, elle pointe d’emblée une autre problématique : devoir religieux et source d’un empressement ritualisé (Et omnibus congruus honor exhibeatur, maxime domesticis fidei et peregrinis. Vt ergo nuntiatus fuerit hospis, occurratur ei a priore vel a fratribus cum omni officio caritatis, RB, 53, 2-3), l’accueil ne se loge toutefois pas au cœur de la vocation monastique, tournée vers la prière et la méditation. De fait, la règle de saint Benoît place cette obligation dans une perspective spirituelle : Omnes supervenientes hospites tamquam Christus suscipiantur, quia ipse dicturus est : Hospis fui et suscepistis me ; et omnibus congruus honor exhibeatur, maxime domesticis fidei et peregrinis (RB, 53, 1-2). La contradiction entre le retrait du monde, qui est le propre de la vocation monastique, et l’intrusion du monde extérieur dans le monastère n’est qu’apparente. En stipulant Que les hôtes soient reçus comme le Christ8, la règle s’inscrit dans les traditions de l’évangile et de la culture de l’Antiquité. En insistant sur l’accueil des pauvres et des pélerins – Pauperum et peregrinorum maxime susceptioni cura sollicite exhibeatur, quia in ipsis magis Christus suscipitur; nam divitum terror ipse sibi exigit honorem (RB, 53, 15) –, elle place la charité au cœur de l’hospitalité.

L’hospitalité appartient à un ensemble de faits culturels et cultuels dont les ramifications s’étendent de l’Antiquité à notre époque9. Même si, dans l’Église primitive, l’accueil, consubstantiel à la charité, est marqué d’une profonde originalité, issue de son essence judéo-chrétienne, l’héritage antique y reste très prégnant. Non seulement les cultures sémitiques partagent avec le monde gréco-romain le souci de recevoir celui qui vient, mais les premiers siècles du christianisme sont aussi caractérisés par une forte inculturation dans le creuset de la Méditerranée romaine, inculturation autant spontanée qu’élaborée, qui a donné par exemple les figures du bon pasteur, du Christ philosophe, de Jonas mollement étendu sous son arbre comme Tityre sous son hêtre … À l’articulation du groupe et de l’étranger, l’hospitalité n’est pas illustrée par un bâtiment mais s’incarne dans un geste d’accueil : le lavement des pieds du voyageur, salis par la poussière de la route. Premier moment de l’hospitalité, l’accueil du voyageur est à ce point emblématique qu’il la résume tout entière. L’épisode où Euryclée, la vieille nourrice d’Ulysse, lavant les pieds d’un vieux mendiant, son maître enfin revenu à Ithaque et rendu méconnaissable par Athéna, l’identifie soudain à la blessure qu’il s’était faite jeune homme, concentre à la fois l’idéal d’hospitalité, le geste l’accueil et le rebondissement dramatique qui change le cours du récit.

Mutatis mutandis, le parallèle avec le lavement des pieds des apôtres par le Christ (Jn, 13, 4-17) est éclairant. Certes, l’événement apparaît d’emblée comme l’expression de la charité chrétienne (Jn, 13, 34) et la mise en scène de ce renversement des valeurs qui structure l’Ancien et le Nouveau Testament. Mais il prend concrètement la forme de l’antique geste de l’accueil10, dans cette maison de l’homme à la cruche qui reçoit le groupe (Lc, 22, 10 ; Mc, 14, 13). Dans le texte de Jean, le lavement des pieds est explicité par le Christ, qui le rattache à l’idée d’accueil, y mêlant devoir concret, orientation spirituelle et dimension eschatologique : « En vérité, en vérité, je vous le dis, recevoir celui que j’enverrai, c’est me recevoir moi-même, et me recevoir, c’est aussi recevoir Celui qui m’a envoyé » (Jn, 13, 20). Dans la tradition monastique médiévale, il a donné naissance à la cérémonie du lavement des pieds, attestée depuis le VIIe siècle11 et appelée mandatum d’après Jean 13, 3412. Cette cérémonie n’avait pas suscité d’architecture propre mais elle avait son lieu. Elle se déroulait souvent dans une galerie du cloître, la galerie dite du mandatum. Elle concernait à la fois l’intérieur – les moines – et l’extérieur – les pauvres – du monastère. Comme l’a montré E. Magnani (op. cit.), les coutumiers clunisiens font la distinction entre le mandatum fratrum, plus orienté vers la mémoire de l’événement historique, et le mandatum pauperum, plus orienté vers la notion d’accueil.

Parallèlement au mandatum, traduction liturgique de l’accueil, il convient de s’occuper concrètement des hommes qui cherchent un abri provisoire dans le monastère. La sociologie des demandeurs est très ouverte : prélats ou nobles en déplacement, pèlerins à pied, pauvres, indigents, malades … La qualité des personnes concernées détermine le lieu d’accueil, à l’intérieur de la clôture ou dans un bâtiment périphérique13; dans le plan de Saint-Gall (début Xe), par exemple, la maison des pèlerins est au sud-ouest de l’abbatiale, près de l’entrée de l’abbaye et séparée du cloître par un grand cellier, celle des hôtes de marque, confortable, se trouve au nord-ouest de l’abbatiale, près de la maison de l’abbé, mais séparée du cloître par l’église. Elle détermine aussi le type d’hospitalité. L’accueil monastique des voyageurs de marque s’inscrit dans une tradition antique de commensalité. Dans l’Empire romain, les opulentes villa occupées par l’élite économique et politique constituaient autant d’étapes ouvertes à la noblesse en déplacement. Au Moyen Âge, la circulation des prélats et des membres de la haute noblesse a semblablement bénéficié de l’accueil des monastères, dispersés dans l’emprise des grands itinéraires14.

L’appartenance des hôtes de marque et des abbés au même niveau social pousse parfois ceux-ci à magnifier les bâtiments d’accueil. Dans l’abbaye de Saint-Trond, l’abbé Rodolphe (1108-1118) fait construire, pour accueillir les voyageurs de marque, un somptueux bâtiment augmenté de deux ailes et doté d’une entrée discrète à l’église15. À Marmoutier, pour le confort et la tranquillité des hôtes de marque, un nouveau bâtiment, vaste et somptueux, est construit par l’abbé Hervé de Villepreux (1177-1187) à l’écart de la communauté16. Quant aux pèlerins, ils se répartissent sociologiquement entre deux groupes : les voyageurs à cheval, dont le moyen de locomotion trahit le niveau social, et les pélerins qui voyagent à pied, d’un niveau inférieur et qui, marqués physiquement par l’effort, peuvent avoir besoin de soins. L’accueil des uns et des autres dépend de deux charges monastiques différentes : les premiers sont  sous la responsabilité de l’hôtelier, les seconds, de l’aumônier17.

Pour ce qui est des malades et des indigents, qui exigent des soins, l’accueil monastique relève aussi de l’héritage antique. Dans l’Antiquité classique, cette activité dépendait de certaines charges édilitaires ou des prêtres de sanctuaires spécialisés dans le traitement de maladies, et dans une certaine mesure aussi des services de santé militaire. Dans le Proche-Orient de l’Antiquité tardive, l’Église a établi à son tour des fondations caritatives, soit dans la mouvance monastique, soit indépendamment des monastères18. On connaît à Rome un certain nombre de lieux d’hospitalité fondés aux Ve-VIe siècles19, pour lesquels d’ailleurs la dénomination et les fonctions exactes ne sont pas clairement établies20. Dans l’Occident médiéval, des hôpitaux stricto sensu sont attestés dans le monde monastique dès le XIe siècle21. Leur spécialisation – toute relative – et le succès de leur action entraînent parfois, pour l’hôpital et les desservants, un changement de statut. Ainsi, à Saint-Antoine-en-Viennois (Isère), les laïcs qui faisaient vivre l’hôpital à la porte du prieuré de Montmajour ont, à la fin du XIIIe siècle, acquis leur autonomie, renvoyé les moines en Provence et accédé au statut de chanoines augustiniens22.

Il faut faire une place à part aux établissements chargés de l’accueil des enfants trouvés23, principalement les enfants adultérins que leur situation sociale vouait à l’abandon, voire à la mort, et que leur état jugé peccamineux tenait à l’écart des monastères. Comme Saint-Antoine-en-Viennois ou l’hospice du grand Saint-Bernard, il s’agit d’institutions autonomes dont le plus connu, l’Ordre Hospitalier du Saint-Esprit24, était voué notamment aux enfants abandonnés et s’est rapidement développé à l’échelle de l’Europe25. Toutefois, les abbayes peuvent être concernées par l’accueil des enfants abandonnés : la protection que la charité les oblige à leur assurer en fait une solution pratique pour les mères célibataires. Dans le Lai du frêne, Marie de France, qui fait état de la situation sociale de la seconde moitié du XIIe siècle, décrit l’abandon d’un enfant par sa mère la porte de l’église abbatiale26 :

« La meschine vit le mustier, les turs, les murs e le clochier. Hastivement est la venue. Devant l’us s’est aresteüe. L’enfant mist jus qu’ele porta ; mult humblement s’agenuilla. Ele comence s’oreisun. ‘Deus,’ fait ele, ‘par tun seint nun, sire, se te vient a plaisir, cest enfant guarde de perir!’ Quant sa preiere aveit finee, ariere sei s’est reguardee. Un fraisne vit, le e branchu e mult espés e bien ramu ; en quatre furs esteit quarrez ; pur umbre faire i fu plantez. Entre ses braz a pris l’enfant, de si qu’al fraisne vint corant. Desus le mist; puis le laissa; a Deu le veir le comanda. La dameisele ariere vait ; sa dame cunte qu’ele a fait. En l’abeïe ot un portier ; ovrir suleit l’us del mustier, defors par unt la genz veneient ki le servise oïr voleient. Icele nuit par tens leva. Chandeiles, lampes aluma, les seins sona e l’us ovri. Sur le fraisne les dras choisi ; quida qu’alkuns les eüst pris en larrecin e iluec mis ; d’altre chose nen ot reguard. Plus tost qu’il pot vint cele part ; taste, si a l’enfant trové. Il en a Deu mult mercïé, e puis l’a pris, si ne l’i lait. A sun ostel od tut s’en vait. Une fille ot ki vedve esteit ; sis sire ert morz, enfant aveit petit en berz e alaitant. Li prozdum l’apela avant. ‘Fille’ fet il, ‘levez, levez! Fu e chandeile m’alumez! Un enfant ai ci aporté, la fors el fraisne l’ai trové. De vostre lait le m’alaitiez ; Eschalfez le e sil baigniez!’ Cele a fet sun comandement ».

Il est enfin un aspect de l’accueil monastique plus proprement médiéval, même s’il rappelle l’adventus impérial qui, dans l’Antiquité tardive, avait glissé de la personne de l’empereur sur des hauts magistrats, puis sur des évêques27 : le monastère comme espace d’accueil pour l’évêque avant son entrée dans sa ville épiscopale et sa prise de fonction dans la cathédrale (primum ingressus, jocundus adventus). Au Moyen Âge, l’insertion des abbayes dans le système politique et les réseaux de relations féodales a favorisé cette pratique religieuse, qui est attestée déjà au Xe siècle à Thérouanne28, et perdure parfois jusqu’au XVIIe siècle, voire encore au siècle suivant. Le schéma général du cérémoniel est globalement partout le même29. Venant d’une résidence où il a choisi d’attendre le premier moment de l’adventus, résidence située dans un lieu éloigné de l’abbaye d’accueil et plus éloigné encore du siège épiscopal, l’évêque élu arrive à la porte du monastère extra muros auquel la tradition incombe de recevoir l’impétrant. Celui-ci y effectue un court séjour et se prépare à la cérémonie de prise de fonction. Après l’accueil dans l’abbaye, le nouvel élu assiste avec les moines à une cérémonie religieuse, puis est habillé des vêtements propres à sa fonction, avant d’être nourri, puis de passer une nuit, au moins, dans l’abbaye. Par la suite, les moines le confient aux chanoines de la cathédrale. À Clermont, l’évêque séjourne dans l’abbaye de Saint-Alyre, qui conserve des tombes d’évêques de la ville30. À Paris, mais à une époque plus tardive, le nouvel évêque est abrité par deux monastères, l’un extra muros, l’autre intra muros : il passe la nuit dans l’abbaye de Saint-Victor mais il est habillé et reçoit les ornements pontificaux à Sainte-Geneviève, d’où il est accompagné jusqu’à la cathédrale et reçu par les chanoines. À Troyes, c’est chez les moniales de Notre-Dame-aux-Nonnains que l’évêque est reçu et hébergé, situation scabreuse qui a valu ce commentaire populaire, tourné en dicton : « Madame couche Monseigneur et Monseigneur monte Madame »31.


Un animal imaginaire (chimère?) peint dans « l’hôtellerie » de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée (vers 1280, Charente)

 Compte rendu des interventions  (Mathilde Gardeux, Université Lyon 2)

Pour commencer, il était important de définir le sujet depuis ses origines. Claire Fauchon (maître de conférences histoire antique, ENS Lyon) et Alain Dubreucq (prof. histoire médiévale, univ. Lyon 3) se sont concentrés sur la genèse de l’accueil, phénomène marqué par l’évolution des xenodocheia en Europe occidentale et en Orient.

En effet, les premières institutions chrétiennes orientales (cénobites et anachorètes entre autres) ne donnent pas directement naissance à un dispositif d’accueil spécifique à leurs institutions, et l’accueil pouvait se faire aussi bien en contexte laïc ou monastique. C’est ce que montre l’évolution sémantique du terme de xenodocheion. Dans les premiers temps de notre ère, il pouvait aussi bien désigner une auberge qu’une structure en lien avec l’Église. Et si le concile de Chalcédoine (451) marque le début de l’institutionnalisation de l’accueil, il faudra attendre le VIIe siècle avant de voir le terme de xenodocheion définitivement rattaché à une structure d’accueil propre à l’institution chrétienne. Cette évolution est à mettre en lien avec celle de l’architecture de ces lieux d’accueil. Les textes précisent que le xenodocheion doit être propre, pourvu de lits et que les bonnes mœurs doivent y être respectées.

En revanche, sa situation dans la topographie du monastère varie selon la région concernée et offre une grande variété de cas. En Syrie du Nord, à Qal’at Sem’an, dans le sanctuaire de Saint Siméon le Stylite, un vaste bâtiment rectangulaire subdivisé en plusieurs espaces, retrouvé à l’intérieur de la seconde enceinte du monastère, fut identifié comme lieu d’hébergement. En Palestine, le monastère de Khirbet Ed Deir possédait trois espaces dédiés à l’accueil et à l’hébergement selon la catégorie sociale des visiteurs : hôtes de marque et moines, les pèlerins et enfin les visiteurs ne restant qu’une nuit. Mais si cette disposition témoigne de l’institutionnalisation de l’accueil, il est difficile encore aujourd’hui de comprendre l’organisation et la situation de ces bâtiments au sein du monastère.

Les chercheurs sont confrontés au même problème lorsqu’il s’agit des lieux d’accueil situés en Europe occidentale, de part le manque de vestiges du Haut Moyen Âge. Cependant, les sources écrites permettent de mieux appréhender l’organisation de l’accueil à cette époque.

En Occident, les premières structures d’accueil liées à l’institution chrétienne arrivent dès l’Antiquité tardive, mais il faut attendre le VIe siècle pour voir apparaître les premières mentions de xenodochia dans les textes en Gaule. Parallèlement aux xenodochia, l’une des premières institutions mise en place est celle des matriculae. Cette institution n’offre pas d’hébergement mais uniquement le repas aux pauperes inscrits sur une liste. Comme l’a rappelé Alain Dubreucq, les pauperes ne sont pas nécessairement des personnes sans ressources économiques : cette catégorie peut désigner aussi bien des moines, des petits propriétaires, des agriculteurs que des femmes et des infirmes.

Progressivement, une distinction va s’effectuer au sein des pauperes, entre les personnes valides et les infirmes : les établissements religieux vont détourner l’institution des matriculae en ne proposant des repas, voire l’hébergement à l’époque carolingienne, qu’en échange de travaux réalisés pour la communauté religieuse. Pour les autres, un autre établissement va être créé : il s’agit de l’hospitale pauperum. Ces nouvelles institutions vont même accueillir une autre catégorie ne pouvant pas travailler pour le monastère, celle des voyageurs.

Les xenodochia, quant à eux, constituent des établissements ayant des similitudes avec les xenodocheia d’Orient, car ils peuvent accueillir aussi bien des malades que des voyageurs. Ces édifices, commandités par des laïcs ou par des ecclésiastiques, vont peu à peu remplacer le système des matriculae.

Quant aux hospitalia pauperum, si le terme d’hospitale est rarement employé à l’époque mérovingienne contrairement aux xenodochia et aux matriculae, ils sont davantage mentionnés dans les textes à partir de l’époque carolingienne. Par ailleurs, les sources écrites de cette période font état d’une nouvelle gestion de l’accueil. Il ne s’agit plus uniquement de prendre en compte l’accueil des pauperes mais aussi des potentes, classe dirigeante dont les abbés et les membres de la hiérarchie ecclésiastique font souvent partie.

Ces témoignages écrits d’une transition dans l’organisation de l’accueil peuvent être illustrés par plusieurs exemples situés entre l’arc alpin et le centre de l’Italie. Cependant, il n’est pas toujours aisé d’associer la terminologie employée dans les sources écrites avec la réalité du terrain.

C’est par le biais de cette approche qu’Eleonora Destefanis (maître de conférences, univ. du Piémont oriental) aborde le sujet des espaces d’accueil dans les monastères, entre l’arc alpin et l’Italie centrale, durant le Haut Moyen Âge. Pour les établissements fondés au VIe siècle, aucune structure d’accueil n’a été reconnue. Cependant, les sources écrites utilisent parfois les termes de monasterium et xenodochium pour désigner, semble-t-il, le même ensemble. Ce rapport déjà complexe dans les textes l’est aussi sur le terrain, car il pose la question de la situation topographique du xenodochium vis-à-vis du monastère : est-il à l’intérieur ou à l’extérieur du monasterium ?

Sur le terrain, quelques exemples bien connus apportent des éclaircissements sur l’organisation de l’accueil. Le monastère féminin de Santa-Giulia à Brescia avait mis en place un complexe d’accueil avec xenodochium (une partie de celui-ci est ensuite qualifiée de palatium) et une chapelle. Ces bâtiments se trouvaient de l’autre côté de la rue, en face du monastère. À San Vincenzo al Volturno en revanche, les bâtiments dédiés à l’accueil connaissent une évolution assez particulière, puisqu’une église située au nord du réfectoire des moines, et séparée de celui-ci par un jardin, est reconvertie en maison pour les hôtes de marque : la nef est transformée en espace d’hébergement et séparée du chœur par un couloir, ce dernier étant réaménagé en chapelle. Dans le site de Fanano, situé dans les Appenins sur la route reliant Modène à Pistoia, les sources relatent la présence d’un monastère et d’un hospicium. Les deux structures semblent fonctionner ensemble, mais leur emplacement reste sujet à discussion : le lieu d’accueil pourrait en effet être situé tout près du monastère ou même à l’intérieur de celui-ci. Cependant, à 7 km plus au sud, un hospitale est mentionné au XIIIe siècle mais pourrait, d’après certaines études, avoir des origines plus anciennes. La reconstruction topographique de ce site est encore à l’étude, étant donné sa complexité.

L’abbaye de Nonantola, quant à elle, a créé un réseau lié à l’accueil sur la route passant à proximité de l’abbaye, en contrôlant les hôpitaux situés au bord de cette voie, et en possédant elle-même plusieurs bâtiments d’accueil et d’hébergement, dont un hospice pour les femmes. Ce dernier cas de figure n’est pas unique car, à la Novalese, une chapelle avec une domus situées à 200m de l’abbaye étaient réservées aux femmes.

Ces différents cas de figures soulèvent plusieurs problématiques, à commencer par la définition topographique du terme monasterium. Étant donné la distance, de quelques mètres à plusieurs kilomètres, séparant les structures d’accueil des bâtiments conventuels, il est difficile de cerner les limites du monasterium, donc de comprendre la place des bâtiments d’accueil vis à vis du claustrum. Ce questionnement rejoint celui posé initialement par l’emploi des termes de monasterium et xenodochium, qui reste encore à éclaircir, tout comme les expressions désignant d’autres structures d’accueil, comme le palatium de Santa-Giulia. A l’époque carolingienne une « spécialisation » progressive des bâtiments d’accueil est attestée : une différentiation entre l’hospitale pauperum et l’hospitale nobilium est clairement mise en évidence dans les sources écrites (Hildemare de Civate), ainsi qu’une pratique de l’accueil différenciée entre les deux catégories d’hôtes, témoignant à la fois d’une réorganisation de l’institution de l’accueil et d’une forte hiérarchisation de la société.

Le problème de l’identification des lieux d’accueil et d’hébergement en contexte monastique a fait l’objet des trois interventions suivantes. Deux sites bénédictins et un cas cistercien, tous appartenant au Moyen Âge central, ont été présentés. La terminologie de l’accueil, largement évoquée pour le Haut Moyen Âge, le sera moins pour cette période, car il s’agira surtout de présenter les problèmes d’identification par l’archéologie des bâtiments appelés aujourd’hui hôtellerie.

Dans le cas du monastère de Marmoutier (Gaël Simon, docteur en archéologie médiévale, univ. de Tours), ce sont les textes qui apportent la confirmation de la fonction d’hôtellerie pour un bâtiment actuellement en cours de fouilles, situé à l’ouest du portail de l’abbatiale et du cloître. D’après la chronique des abbés de Marmoutiers, une hôtellerie fut édifiée sous l’abbatiat d’Hervé de Villepreux (1179-1189) dans le but de libérer la cella des novices de la fonction d’accueil.

Cet édifice, dont il ne subsiste en élévation que le tiers occidental, était à l’origine long de 55m hors œuvre. Les fouilles de la partie orientale ont mis au jour des vestiges plus anciens, des Xe et XIe siècles dont la fonction demeure pour le moment inconnue. Pour le bâtiment du XIe siècle, un espace de stockage a été découvert au rez-de-chaussée, et une baie géminée détruite fut retrouvée ce qui indiquerait la présence d’un étage. À la fin du XIIe siècle, un édifice est construit à l’ouest prenant en partie appui sur l’édifice antérieur, qui pourrait correspondre à l’hôtellerie décrite par les textes et dont le bâtiment encore en élévation constitue le dernier témoignage. La présence d’un étage est confirmée par les élévations encore existantes. Un décor peint a également été retrouvé dans le niveau supérieur mais aussi au rez-de-chaussée. Au XIIIe siècle, un nouvel aménagement est effectué au rez-de-chaussée du bâtiment, où des colonnes à base trilobée sont posées. Dans l’état actuel des recherches, il n’est pas possible de relier ce remaniement avec un changement de fonction d’une partie du bâtiment. Il faut également souligner la présence d’un cimetière de laïcs le long du mur nord du bâtiment fouillé, attribué aux XIIe et XIIIe siècles, mais son association avec l’hôtellerie ou l’église n’est pas confirmée.

La situation topographique du bâtiment, les traces de décor soigné encore visible et les informations apportées par les sources écrites et l’archéologie permettent d’interpréter ce bâtiment comme l’hôtellerie de l’abbaye de Marmoutier à la fin du XIIe siècle. Mais quelles étaient les fonctions attribuées aux différents espaces internes de ce bâtiment ? Les traces de décor étant situées aussi bien au rez-de-chaussée qu’à l’étage, il est difficile d’en conclure qu’un espace a été privilégié par rapport à un autre. Le bâtiment subit de nombreuses transformations au XVe s. (passage de 2 à 3 niveaux, ouverture de nombreuses fenêtres …) qui correspondrait au changement de fonction de l’édifice mentionné au XVIIe s. comme maison du Grand Prieur.

L’hôtellerie de Marmoutier est souvent comparée aux « greniers Saint-Jean » d’Angers ou aux « grands greniers » de l’abbaye de la Trinité à Vendôme par son décor et son architecture. Par ailleurs, les sources écrites attestent que les « greniers Saint-Jean » auraient servi de structure d’accueil pour « les pauvres passants ». En revanche, il n’existe aucune mention de ce genre pour Vendôme, les archives signalant déjà les « greniers » au XIVe siècle. Pour les périodes antérieures, rien ne vient confirmer l’utilisation comme structure d’accueil des « greniers Saint-Jean ». Ces comparaisons soulignent les difficultés d’interprétations de ces édifices aux décors soignés mais qui ne peuvent être rattachés à une fonctionnalité bien précise.

En revanche, le problème de la reconnaissance des hôtelleries est plus difficile lorsque les sources n’apportent pas ou peu d’éléments. C’est le cas à l’abbaye de Jumièges, en Seine-Maritime (Mathilde Gardeux, doctorante archéologie médiévale, univ. Lyon 2) et à l’abbaye cistercienne de Barbery dans le Calvados (Jean-Baptiste Vincent, docteur en archéologie médiévale, univ. de Rouen, chercheur associé CRAHAM-UMR 6273).

À l’abbaye Saint-Pierre de Jumièges, établissement fondé vers 654 par saint Philibert, l’aile ouest du cloître pose de nombreuses questions quant à son utilisation originelle. Interprétée comme cellier ou comme « salle des Gardes » par les historiens et archéologues du XIXe et du début du XXe siècle, ce n’est qu’avec l’étude des bâtiments conventuels effectuée par Nathalie Manoury (mémoire de maîtrise d’histoire médiévale, université de Rouen, 1993) que la fonction d’hôtellerie fut attribuée à cet édifice accolé au sud de la tour méridionale de l’abbatiale Notre-Dame.

Cette aile, composée d’une grande salle de 36m de long pour 11m de large et haute de 8m sous voûte, venait s’appuyer contre le mur sud de la tour de l’abbatiale Notre-Dame. À l’ouest, deux porches (l’un au centre et l’autre au nord) permettent d’accéder à l’intérieur de la salle. De part et d’autre du porche central, deux maisons furent construites bien après la construction de la grande salle, estimée vers le XIIe siècle d’après l’étude des tuiles effectuée par Gilles Deshayes et l’analyse stylistique de N.Manoury. D’après cette étude, le grand volume de la salle principale, le décor particulièrement travaillé, la situation topographique de l’aile entre le cloître et la porte principale du monastère, font de cette grande salle une hôtellerie, permettant d’accueillir les très nombreux voyageurs et visiteurs qui se rendaient à l’abbaye. Malheureusement, les archives de l’abbaye, en grande partie perdues ou détruites, n’évoquent pas l’existence d’un tel bâtiment à l’ouest du cloître au XIIe siècle.

L’étude du bâti menée en 2012 sur l’aile ouest a permis de réactualiser ces données à la lumière des nouvelles connaissances sur les structures d’hébergement dans les monastères. En premier lieu, l’absence d’étage a pu être constaté à l’intérieur de la grande salle, du moins dans son premier état. Ensuite, trois portes, contemporaines de la construction du bâtiment, ont été relevées, une dans le mur sud, deux dans le mur ouest, ouvertes vers l’extérieur des bâtiments claustraux. Une quatrième porte pourrait dater elle aussi de la première phase de construction. Située dans la dernière travée nord, son état actuel n’a pas permis de déterminer si elle était bien contemporaine de la grande salle ou si elle fut aménagée dans une seconde phase. Si c’était le cas, la travée nord constituerait un lieu de passage privilégié puisqu’elle permettrait d’accéder à l’intérieur de la grande salle mais aussi à l’intérieur de l’abbatiale, voire du cloître car les plans du XVIIe siècle font état de la présence d’une porte permettant d’accéder à l’extérieur des bâtiments conventuels, en passant par la travée nord de la grande salle. Cet accès, aujourd’hui rebouché, n’est plus visible actuellement.

En comparant l’aile ouest avec d’autres bâtiments reconnus comme hôtellerie, plusieurs différences peuvent être constatées. Tout d’abord, l’absence d’étage de l’aile ouest, contrairement aux hôtelleries comme celle de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée, qui en possède un. Ensuite, la situation de ce bâtiment par rapport au carré claustral est inhabituelle pour un bâtiment d’hébergement. En effet, ces édifices n’intègrent presque jamais les bâtiments claustraux du fait de leur fonction d’accueil des laïcs, et sont souvent séparés des autres bâtiments conventuels. C’est le cas également à Nanteuil-en-Vallée. En revanche, il faut constater la présence d’un décor très soigné dans l’aile ouest de Jumièges, encore visible sur le mur ouest et dans le porche nord, qui aurait pu servir de parloir, étant donné la présence des bancs placés de chaque côté du passage. Mais aucun élément de confort, tel une cheminée ou des coussièges, n’est visible dans l’aile ouest.

Dès lors, la fonction d’hôtellerie pour ce bâtiment doit être remise en question. La disposition de ses ouvertures, notamment dans la travée nord qui permet une circulation entre l’extérieur de l’aile ouest, l’église, la grande salle et peut-être le cloître, semble indiquer le rôle d’espace intermédiaire joué par ce bâtiment placé entre la zone extérieure au carré claustral (dans laquelle peuvent circuler les laïcs) et le cloître. De plus, il faut souligner la place qu’occupe le porche central. Construit dans la même phase que la grande salle, embellie par des frises au décor géométrique et des chapiteaux sculptés, cette entrée monumentale était tournée vers l’ouest, là où se trouvait probablement l’accès principal au monastère. Cette disposition topographique pourrait correspondre à celle d’un bâtiment tourné vers l’accueil des visiteurs.

L’hypothèse aujourd’hui avancée est de voir dans cet édifice une grande salle de réception, qui aurait pu accueillir les visites aussi bien de l’aristocratie locale comme celles des ducs et des rois, dont les archives de Jumièges ont gardé certaines traces. Son décor monumental et son grand volume interne, sa situation au sein du carré claustral comme interface entre le cloître et la porterie sont peut-être des indices témoignant de la place occupée par cette salle dans la vie conventuelle : un lieu fait à l’image des édifices civils laïcs, où les affaires politiques et économiques avec l’extérieur étaient peut-être traitées.

Le cas de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Barbery (Calvados) pose des problématiques différentes. Fondée en 1131, elle est d’abord rattachée à l’ordre de Savigny (département de la Manche), puis à Cîteaux en 1147. Une grande partie des bâtiments a disparu, mais les élévations encore subsistantes, ainsi que l’étude des vestiges topographiques et hydrauliques ont permis d’envisager une restitution du site, et surtout de mieux appréhender la fonction des bâtiments selon leur implantation. L’étude des sources écrites a également permis d’apporter quelques indications supplémentaires à la compréhension des bâtiments.

L’édifice qui fait l’objet de cette intervention est situé à une centaine de mètres au sud-ouest du carré claustral dans le secteur de la porterie et fut certainement édifié au milieu du XIIIe siècle. D’une longueur de 32m et large de 16m hors-œuvre, cet édifice doit sa sauvegarde partielle à une réutilisation comme bâtiment agricole. Toutes les élévations sont conservées, mais les voûtes en croisée d’ogives séparant le rez-de-chaussée de l’étage, ainsi que la couverture, ont disparu. Un mur de refend central, toujours en place, divise le rez-de-chaussée et l’étage en deux pièces. Une salle, voûtée en berceau et possédant un étage, est accolée au mur sud. Elle s’étend sur toute la longueur de l’édifice. Dans l’état actuel des recherches, et étant donné le mauvais état de conservation du bâtiment, l’évolution du bâtiment n’a pu être établie précisément. Cependant, un phasage architectural a permis de déterminer les phases principales de l’évolution du bâti. Viennent en premier les murs pignons et les murs gouttereaux, puis le mur de refend divisant l’intérieur de l’édifice en deux. Les voûtes sont ensuite posées, et les cheminées, que l’on retrouve dans les quatre pièces principales, viennent dans une dernière phase. Concernant l’accès à l’étage, il semblerait qu’un système de double escalier, indépendant l’un à l’autre, parte du bas-côté, séparant ainsi cet espace en deux parties parallèlement à l’organisation interne des pièces d’accueil.

Enfin, comme dans d’autres bâtiments d’accueil, de nombreux éléments de décor sont à relever : fenêtres à remplage, modillons moulurés sous la corniche, chapiteaux prismatiques dans les angles… Des traces d’enduits peints en faux appareil rouge ont même été observées. Quant aux matériaux employés pour les élévations, un moyen appareil calcaire a été utilisé pour les baies, les contreforts et les chaînages d’angle, tandis que des moellons schisteux et de grès constituent les murs.

Si la disposition interne du bâtiment a pu être identifiée, il n’en est pas de même pour la fonction des différentes pièces. Une organisation topographique se dégage entre l’ensemble ouest (rez-de-chaussée et étage), où les niveaux de sol sont volontairement plus hauts, et l’ensemble oriental. Est-ce la volonté de marquer une hiérarchie liée à l’accueil de personnes issues de différents milieux sociaux ? Ou faut-il y voir un espace dédié à la réception des hôtes et aux repas situé au rez-de-chaussée, en lien avec la salle du bas-côté sud qui pourrait servir de lieu de stockage et de préparation des repas, et un espace d’hébergement à l’étage. Ces suggestions demeurent toujours des hypothèses de travail, d’autant plus que très peu d’hôtelleries cisterciennes médiévales sont encore conservées en France. Néanmoins, il faut noter la présence, d’après la chronique du cartulaire de l’abbaye de Mortemer (Eure), de deux infirmeries disparues dans cet établissement, une pour les pauvres et une autre pour les nobles. Mais l’absence de vestiges archéologiques et d’informations dans les archives ne permettent pas de préciser si ces bâtiments servaient également de lieu d’hébergement et d’accueil pour les laïcs, voire même s’ils ont été construits.

Marmoutiers, Jumièges, Barbery : trois sites différents et autant de situations distinctes. Néanmoins, des caractéristiques architecturales communes se dégagent de ces trois lieux d’accueil : un volume important avec un étage (hormis Jumièges, mais sa fonction diffère des deux autres sites) et la présence d’un décor sculpté et peint. Cependant, les fonctions attribuées à chaque pièce du bâtiment d’accueil restent toujours incertaines, ce qui pose la question des fonctions réelles de ces édifices : les hôtelleries sont-elles destinées uniquement à l’accueil et à l’hébergement de la noblesse ? Y avait-il des espaces réservés à la distribution d’aumônes pour les pauvres ? Autant de question qui alimentent les nouvelles recherches sur l’organisation de l’hébergement et de la réception des hôtes dans les monastères ruraux entre le XIIe et le XIVe siècles.

Cette première approche de l’accueil et de l’hébergement dans les établissements religieux a été complétée par la présentation de plusieurs cas dans le contexte urbain.

François Comte, archéologue de la Ville d’Angers, présente les résultats d’une étude menée sur quatre des cinq établissements bénédictins (trois abbayes et un prieuré) que comptait la ville. Les structures d’accueil de ces monastères ont disparu à l’heure actuelle, mais il a été possible de restituer en partie leur organisation grâce à une documentation iconographique fournie et aux recherches archéologiques qui furent menées sur Saint-Aubin.

Saint-Aubin est la seule abbaye qui bénéficia de fouilles sur une partie de ses anciens bâtiments conventuels. Cet établissement se trouvait à l’intérieur de l’enceinte urbaine de Saint Louis, tandis que Saint-Serge, Saint-Nicolas (construit de l’autre côté du Maine) et la Trinité de l’Esvière se situaient dans les faubourgs de la ville. D’après les Vitae des évêques d’Angers (auteurs anonymes, IXe et Xe siècles), deux anciens monastères devenus chapitres séculiers (Saint-Lézin et Saint-Saturnin) possédaient un xenodochium au VIIe siècle. Dans les trois abbayes bénédictines la présence d’offices dédiés à l’accueil est confirmée par des textes du XIIe jusqu’au XVIIIe siècle : des pouillés (XVe-XVIIe siècles) attestent ainsi de la présence d’un hôtelier, d’un aumônier et d’un infirmier dans ces établissements. Cependant, une évolution dans l’organisation des offices est à prendre en compte, notamment pour Saint-Aubin et Saint-Serge. Dans ces établissements, ce sont des laïcs, des famuli, qui détiennent ces fonctions jusque dans la première moitié du XIIe siècle. Par la suite, ces offices seront tenus par des moines. Dès le XIIIe siècle, ces officiers claustraux vont posséder des revenus associés à leur charge, ainsi que des logements particuliers, qu’ils occupent ou arrentent.

Pour ce qui est de l’organisation des bâtiments dédiés à l’accueil, plusieurs aménagements ont été observés. À Saint-Aubin, les archives mentionnent la signature d’un acte « in palatium » à l’époque carolingienne. Malheureusement, aucune précision n’est apportée sur la situation ni sur la fonction exacte du « palatium ». Plus récemment, les fouilles effectuées en 2001 sur le logis de l’hôtelier ont apporté de nouvelles informations sur la gestion de l’accueil à Saint-Aubin. Situé en extrémité d’enclos à l’ouest, ce bâtiment au sol carrelé fut reconstruit au XIVe siècle. À une distance proche, un petit site funéraire fut retrouvé : serait-ce un témoignage de l’inhumation de pauvres passants hébergés, et peut-être soignés au monastère ? La question reste ouverte, car les archives attestent également de la présence de laïcs vivant à l’intérieur de Saint-Aubin, et travaillant pour le monastère. Sur les plans mauristes, le bâtiment fouillé en 2001 est à une grande distance du carré claustral mais surtout de l’hôtellerie. Celle-ci, dénommée « ancienne hôtellerie » sur l’un de ces plans, se situait au sud-ouest de l’abbatiale, proche de la porterie et séparée du cloître et de l’abbatiale par un mur.

Autre aménagement lié à l’accueil : l’infirmerie. Celle-ci, située à l’est du carré claustral, présente la particularité d’être placée à l’une des entrées du monastère. Cette position lui permet d’assurer un accueil pour les pauvres et les personnes de passages, tout en conservant son statut d’infirmerie pour les moines de Saint-Aubin. Le statut de ce bâtiment demeure encore aujourd’hui complexe à appréhender : est-ce toujours une infirmerie ou bien est-il possible qu’un bâtiment puisse cumuler la fonction d’hospice et d’infirmerie monastique ?

L’infirmerie de Saint-Serge présente les mêmes dispositions que celle de Saint-Aubin : sur un plan de 1656, cet édifice est représenté avec une entrée donnant directement sur la rue. Ce même plan, effectué avant la réforme de Saint-Maur, représente l’hôtellerie en communication avec une aula de l’abbé, mais pourtant bien différenciée de la résidence abbatiale. Cette disposition dans la topographie du monastère serait à rapprocher de celle de l’hôtellerie et de la résidence de son officier à Saint-Aubin. Or, d’après les actes du chapitre des bénédictins qui s’est tenu à Angers en 1220, et le concile de la province de Tours en 1236, il est explicitement demandé que les ecclésiastiques et les évêques soient logés dans les abbayes. Il serait tentant de définir ce terme d’aula comme un espace lié à l’accueil des hôtes, mais aucun texte antérieur au plan de 1656 ne mentionne un tel dispositif. Et l’emploi de cette expression n’est pas suffisant pour confirmer la présence d’un édifice plus ancien. Enfin, il faut mentionner la liaison entre l’hôtellerie et la tour dépendante de la maison de l’abbé à l’abbaye de Saint-Aubin, liaison visible jusqu’au XVIIIe siècle. Ces deux dispositifs d’accueil de Saint-Aubin et Saint-Serge sont à rapprocher, même si la définition de l’aula reste incertaine pour Saint-Serge.

Pour Saint-Nicolas, l’hôtellerie et l’infirmerie sont représentées côte à côte sur les plans modernes. Tous deux possèdent une entrée particulière débouchant directement sur la route de Nantes, soit à l’opposé de la porte principale du monastère. Cette organisation est elle aussi à rapprocher des dispositifs d’accueil de Saint-Aubin et Saint-Serge.

Enfin, le dernier établissement présenté, le prieuré de la Trinité de l’Esvière, est à replacer dans un contexte particulier. Situé au sud-ouest de l’enceinte urbaine, la Trinité est considéré comme un prieuré au service de la dynastie ducale, notamment sous le roi René (1409-1480). Sous son règne, des tournois furent organisés à Angers, et le prieuré fut probablement mis à contribution pour héberger les officiers du roi : l’hôtellerie et le logis du prieur, qui se jouxtent et sont à proximité immédiate de l’infirmerie, ont peut-être servis de lieux d’hébergements particuliers lors de ces grandes occasions. Cependant, tous les officiers des souverains d’Anjou ne fréquentèrent pas aussi assidûment le prieuré que les officiers du roi René, même si la Trinité continua d’héberger des membres de la royauté au fil de son histoire.

La dernière intervention de cette journée porta sur l’accueil et l’hébergement dans une autre catégorie d’établissement : celle des chanoines. Pour illustrer ce nouvel aperçu, Hervé Chopin, (doctorant histoire médiévale, univ. Lyon 2), présenta les dispositifs d’accueil dans quelques établissements du diocèse de Lyon.

L’organisation de l’accueil est un aspect de la vie quotidienne des chanoines qui est abordé dès la création des premiers textes normatifs. La première règle adoptée par les chanoines est celle de Chrodegang de Metz, à l’origine rédigée vers 755-757 pour le clergé de sa cathédrale. Tout en se référant à la règle bénédictine et à saint Augustin, cette règle affirme que les hôtes peuvent venir déjeuner dans le chapitre, ainsi que les ouvriers. Mais il est précisé que les femmes ne sont pas admises à l’intérieur. Dans l’Institutio canonicorum, rédigé à la suite du concile d’Aix-la-Chapelle (816), un frère est chargé d’accueillir les pauvres et les voyageurs. L’hospitale pauperum doit être situé à proximité du quartier canonial, mais à l’extérieur. Il est toujours précisé que les femmes ne peuvent entrer à l’intérieur du chapitre, mais il est possible de leur offrir une aumône à l’extérieur de l’enclos. La réforme grégorienne voit se confirmer la distinction entre chanoines réguliers et séculiers mais aussi le devoir d’assistance aux pauvres et aux malades.

C’est pourquoi certaines communautés ont la responsabilité de certains lieux d’accueil, notamment des hôpitaux. Ils peuvent y accueillir des pauvres, des pèlerins et des malades. Ces hôpitaux sont principalement situés en dehors de l’enclos canonial, lorsque celui-ci existe. Mais si la communauté canoniale gère l’hôpital, ce ne sont pas toujours les chanoines eux-mêmes qui s’occupent des malades et des pauvres. Ainsi, à l’hôpital de Belleville, attesté au XVe siècle, l’abbé et les religieux nomment les gestionnaires, en accord avec les syndics de la ville. Il s’agit ici d’un homme et d’une femme (en 1438), tout comme à l’hôpital Saint-Eloi. Les textes précisent que, dans cet établissement de la fin du XVe siècle, les pèlerins y sont aussi hébergés. Cependant, les chapitres réguliers comme séculiers peuvent aussi accueillir les pauvres à l’intérieur de l’enclos, notamment dans le réfectoire pour la distribution d’aumônes.

Dans trois grands chapitres séculiers lyonnais, les chanoines avaient également l’obligation d’héberger les prêtres et clercs du bas chœur, comme c’est le cas à Fourvière, à Saint-Just, à Saint-Paul ou au chapitre cathédral. Des structures peuvent aussi être mises en place pour accueillir les jeunes clercs (les clergeons).

Cependant, H. Chopin n’a décelé la présence d’aucune hôtellerie ni aucune autre structure d’hébergement à l’intérieur des enclos canoniaux, contrairement à d’autres établissements urbains comme c’était le cas à Angers. Pourtant, les textes attestent bien de la présence de laïcs hébergés à l’intérieur de l’enclos. Cela se confirme surtout chez les séculiers, où les nobles peuvent être accueillis dans une salle qui leur est spécialement dédiée, voire même dans les résidences des chanoines. La seule mention d’un bâtiment qui pourrait être dévolu spécialement à l’accueil a été relevée à Saint-Just, dans un texte relatant le passage du pape Innocent IV entre 1244 et 1251, et appelé domus papalis. Mais a-t-elle été construite pour la venue du pape, ou bien s’agissait-il d’une structure antérieure à la venue du pontife ?En réalité, il est probable que cette maison appartienne au chef de chapitre, l’obéancier, mais les textes ne le précisent pas. L’absence d’hôtellerie explicitement nommée et la présence de nobles laïcs et ecclésiastiques à l’intérieur de l’enclos canonial semble suggérer à nouveau une autre organisation de l’accueil, différente de l’organisation des monastères urbains d’Angers.


 Conclusions (Eleonora Destefanis, Université du Piémont oriental)

 Les « remarques conclusives », telles qu’elle furent nommées, ont été présentées par Eleonora Destefanis. En effet, plutôt que de conclure sur un sujet aussi vaste et dont la synthèse est, à l’heure actuelle, en pleine construction, Mme Destefanis souhaita exposer les pistes de réflexions qui sont apparues tout au long de cette journée d’étude.

I) Définir l’accueil et les espaces d’accueil

La question principale qui ressort de cette journée pourrait être « de quoi parlons-nous ? » Cette formulation renvoie à la définition même de l’objet « espace d’accueil » et aux problèmes de terminologie qui se sont régulièrement posés aujourd’hui. D’un côté, les sources écrites nous fournissent une grande variété de termes différents (xenodochium, nosocomium, brephotrophium, orphanotrophium, gerontocomium, mais aussi diaconia, hospitium, hospitale …), en suggérant une définition précise pour chacune de ces expressions : un lieu pour une catégorie d’usager. Mais lorsque le chercheur tente de raccorder une expression au terrain (dans les vestiges archéologiques ou dans les sources écrites), la réalité paraît plus ambiguë. C’est ce que C. Fauchon souligna avec le terme de xenodocheion : il n’indique pas seulement le lieu d’accueil pour les étrangers (comme son étymologie le suggère) mais recouvre plusieurs sens différents, donc plusieurs utilisations différentes (hébergement pour les pèlerins, hôpital).

Cette diversité des termes liés à l’accueil se recoupe avec la polysémie du terme monasterium, qui peut aussi bien s’appliquer à un contexte érémitique que cénobitique, mais aussi à une communauté de moines ou de chanoines. De plus, il est toujours difficile de délimiter les espaces qui peuvent être définis comme « espaces monastiques », et dans lesquels naturellement se pratique l’accueil. Ce n’est pas tant une question de topographie que de représentation mentale des différents espaces d’un monastère, et notamment de l’espace « frontière » qui n’est pas seulement un espace physique situé entre le claustrum et l’extérieur, mais également un « entre-deux » : la limite physique et mentale du monasterium n’est pas toujours si évidente à cerner. Le même problème se retrouve pour la situation de l’espace d’accueil.

Autre problème terminologique : la désignation des bénéficiaires de l’accueil, ceux pour qui ces espaces sont construits et aménagés. Tout comme le xenodocheion, le terme de peregrini recouvre de multiples nuances. Cette polysémie est encore plus évidente pour le terme de pauperes, comme l’a souligné A.Dubreucq : par cette expression, sont désignés aussi bien les pèlerins que les malades, les femmes etc… Ces multiples nuances posent question quant à l’organisation matérielle de l’accueil et à la gestion de ces différents groupes, notamment lorsqu’il s’agit de la réception des malades.

Si l’attention envers les malades est un des aspects de la caritas, la permanence des pauperes dans l’ « hôpital » de l’abbaye est un autre aspect de l’accueil à prendre en compte : certains peuvent y rester uniquement quelques jours, d’autres y demeurent plusieurs années. C’est le cas pour les matriculaires, qui seront intégrés progressivement au sein du personnel vivant et travaillant dans l’abbaye.

Enfin, les hôtes de marque, qualifiés à la fois de nobiles ou de divites (avec des nuances mises en exergue par les sources), n’apparaissent pas non plus comme une catégorie homogène. Néanmoins, l’hospitale divitum, espace d’accueil progressivement mis en place à leur intention à l’époque carolingienne, ne semble faire aucune distinction au sein de cette catégorie, du moins d’après les sources écrites.

Mais est-ce-que les établissements religieux sont toujours en condition d’exercer l’hospitalitas envers toutes les différentes catégories de personnes qui peuvent se présenter à la porte des monastères ? En effet, la gestion d’un flux plus ou moins important de pèlerins, malades, voyageurs, ou de membres de l’aristocratie représente une contrainte très forte pour la vie monastique. Dans l’état actuel des recherches, il est toujours difficile de comprendre l’organisation de cette activité. L’aspect topographique de l’accueil pose, en d’autres termes, les mêmes questions : jusqu’à quel point les fonctions et les « usagers » de l’hospitalité monastique partagent-ils les mêmes espaces ? se situe ces espaces par rapport au carré claustral ? Les cas de Saint-Aubin et de Saint-Nicolas dAngers, présentés par Fr. Comte, montrent des situations particulières, qui attestent, dans un cas, la contiguïté de linfirmerie et de lhôtellerie, de lautre le fait que linfirmerie monastique était parfois ouverte à la population de la ville.

Troisième aspect : le personnel dédié à l’accueil. Pour les périodes les plus anciennes, les sources écrites ne nous renseignent guère sur les formes de l’accueil et sur le statut des personnes chargées de les recevoir : moines ? Personnel laïc ? Cette question se pose surtout pour les grands sanctuaires, fréquentés par de très nombreux pèlerins, mais dont l’organisation de l’accueil reste peu connue. À partir de la fin du haut Moyen Âge, les sources écrites délivrent d’avantage de renseignements sur la gestion de l’accueil et nomment explicitement les moines chargés de l’accueil : hôtelier, aumônier et portier. Néanmoins, étant donné la diversité de statut des personnes accueillies, les sources écrites semblent suggérer, dans certains cas, l’implication d’autres membres de la communauté, tel que l’abbé ou l’infirmier, comme Fr. Comte l’a démontré pour les différentes abbayes et prieurés d’Angers. L’accueil des nobles et des ecclésiastiques par l’abbé dans son propre logis est d’ailleurs une piste qui reste toujours à explorer, tant les textes font allusions, plus ou moins explicitement, à cette pratique. Le rôle des famuli reste lui aussi à préciser dans la gestion de l’hospitalité : le cas des abbayes Saint-Aubin ou Saint-Serge, la présence des famuli est clairement mentionnée dans les textes, demeure un excellent exemple de cette problématique.

Enfin, la relation avec les fondateurs et donateurs est un autre aspect à analyser. Si les évêques jouent un rôle essentiel dans la fondation de structures hospitalières durant le Haut Moyen Âge, qu’en est-il des structures d’hébergements à l’intérieur des monastères ? L’influence des nobles laïcs et ecclésiastiques sur l’organisation de leur accueil dans les établissements religieux reste encore à déterminer.

II) Architecture et topographie de l’accueil : comprendre les fonctions des différents espaces

Avec l’organisation et la gestion de l’accueil par la communauté, les communications abordèrent également les thématiques de l’architecture et de la topographie des espaces d’accueil et d’hébergement.

Comme cela a régulièrement été signalé dans les communications, les vestiges font souvent défaut. En raison de leur position à la lisière des monastère, les bâtiments d’accueil ont fait l’objet de transformations ou de destructions : l’exemple des bâtiments situés dans le secteur de la porterie de l’abbaye de Barbery présenté par J-B. Vincent illustre parfaitement ce problème. Second obstacle : le manque d’études archéologiques. En effet, jusqu’à aujourd’hui, les fouilles et études du bâti se sont principalement concentrées sur les églises et les cloîtres, s’étendant parfois sur les bâtiments du carré claustral, mais rarement au-delà. Plus généralement, il faut constater le manque de perception globale de l’espace monastique, ce qui rend plus difficile encore la perception des possibles lieux d’accueil et de leur chronologie de construction par rapport aux bâtiment conventuels. La possibilité de saisir les changements et les développements des espaces et des édifices d’accueil au sein d’un monastère à travers les siècles permettrait d’obtenir de précieux renseignements sur les rapports de l’établissement avec son contexte (en milieu urbain et rural), mais aussi sur les changements qui touchent à l’idée même de l’hospitalité et à sa pratique dans le milieu monastique. La contribution de l’archéologie est donc un aspect essentiel pour la compréhension de lhistoire de l’hospitalité.

Deux problématiques principales sous-tendent l’étude archéologique des bâtiments dédiés à l’accueil et à l’hébergement. En premier lieu, la compréhension des phases de construction de ces édifices est capital pour bien appréhender l’évolution d’un bâtiment et de ses fonctions. Le second aspect, directement lié au premier, est la question de l’identification des fonctions d’un espace d’accueil.

Le lien entre les sources écrites et les données archéologiques n’est pas toujours évident, comme cela a été plusieurs fois souligné lors de cette journée d’étude, et le problème de l’identification même de l’espace d’accueil par l’archéologie est récurrent. Cependant, à partir des différentes études de terrain présentées, plusieurs critères topographiques et archéologiques ont pu être dégagés en vue de l’identification de ces espaces.

Le premier aspect a être examiné est celui de l’emplacement du bâtiment et de sa situation par rapport aux autres bâtiments conventuels mais aussi vis-à-vis des espaces de circulation entre l’intérieur et l’extérieur du monastère. Les trois sites de Barbery, Jumièges et Marmoutier sont à ce titre très révélateur, puisqu’ils présentent des configurations distinctes mais avec des particularités communes : l’emplacement à l’ouest (dans l’aile occidentale à Jumièges, au sud-ouest du carré claustral pour Barbery et directement à l’ouest de l’abbatiale pour Marmoutier) et la situation à proximité de la porterie. Les édifices présentés ici sont tous à l’intérieur de l’enceinte monastique, mais d’autres peuvent être aussi à l’extérieur : c’est la cas à Brescia. Autre critère, en lien avec la topographie monastique : la position des accès au bâtiment d’accueil. Les exemples présentés plus haut, et d’autres encore, font état de l’aménagement de plusieurs portes dans chaque hôtellerie ou édifice de réception. Y avait-il des accès pour le service et pour les hôtes ? Ou existait-il une « hiérarchie d’accès », des entrées différentes pour des hôtes différents ? Les recherches actuelles ne donnent pour l’instant pas de réponse précise. La problématique des accès à l’hôtellerie est en lien avec la question des abords directs de ces édifices. À Barbery, J-B.Vincent a proposé de voir dans l’espace situé au sud des salles principales une cuisine et un cellier. En l’absence de preuve, il n’est pas possible de confirmer cette hypothèse, mais il est nécessaire de mentionner les nombreux aménagements réalisés autour des bâtiments d’accueil et d’hébergement, et qui se retrouvent dans tous les cas de figure rencontrés.

Second point : l’association avec les édifices environnants. Tout au long de cette journée, la diversité des situations topographiques des édifices d’hébergement et de réception a été soulignée. En effet, le positionnement d’un bâtiment et la disposition de ces accès peuvent être des éléments clés quant à son interprétation, comme la démontré le cas de l’aile ouest de Jumièges. L’accès direct à un lieu de culte extérieur (comme à Jumièges ou à San Vincenzo al Volturno) ou la présence d’une chapelle à l’intérieur, aménagement plus rarement retrouvé, semble également indiquer la présence d’un lieu intermédiaire entre l’extérieur et l’intérieur du monastère, un espace de rencontre entre les laïcs et les moines.

Enfin, dernier point nécessaire à la reconnaissance des édifices d’accueil : l’architecture du bâtiment. Des dimensions importantes ont été relevés pour chaque hôtellerie (30 à 50m de long, 10 à 15m de large). À l’intérieur, des aménagements de conforts, tel que des cheminées, des coussièges (Nanteuil-en-Vallée), de fenêtres de grandes dimensions (Barbery), peuvent être aussi observés. Autre aménagement récurrent : la présence d’un étage et la division, pour les deux niveaux, en plusieurs pièces. Les conclusions de toutes les communications s’accordent pour souligner la difficulté d’identification des fonctions de ces différentes salles : zone de service (cuisine, cellier, voir distribution d’aumône) au rez-de-chaussée et espace d’hébergement et de réception à l’étage ? Dans quelques rares cas, l’aménagement d’une écurie a pu être démontrée, comme à San Vincenzo al Volturno. Mais la présence de décor peint au rez-de-chaussée de certaines hôtelleries, comme à Nanteuil-en-Vallée, semble contredire cette hypothèse. Le problème de l’eau et des latrines a également été soulevés à Marmoutier et à Barbery. Ces différents aménagements amènent aussi à penser que l’hôtellerie pourrait être un espace réservé principalement, voir exclusivement, aux hôtes de marque. Si l’agencement de certaines hôtelleries sont proches des résidences aristocratiques, cette fonction, plusieurs fois suggérées au cours de cette journée, reste encore à préciser par des recherches plus approfondies.

Cette journée d’étude a permis de « défricher » ce vaste sujet qu’est l’accueil dans les monastères. De nombreuses problématiques ont été posées, enrichissant des aspects du sujet déjà connus et ouvrant de nouvelles pistes de recherches tel que le rapport entre les espaces d’accueil et les espaces funéraires, la question de la chronologie de construction des espaces d’accueil par rapport aux autres bâtiments conventuels, l’étude des aménagements de leurs abords (arrivée d’eau, bâtiment « de service ») et des modifications sur la topographie qu’ils entraînent, ou encore le rôle de l’abbé et du logis abbatial dans l’accueil et l’hébergement des hôtes de marque.

Ce très vaste travail de synthèse sur l’accueil se poursuivra tout en prenant en compte la diversité des communautés religieuses (moines et chanoines, hommes et femmes, établissements urbains et ruraux) et leur évolution dans le temps. Une pluralité des domaines dont les nombreuses interactions ont été soulignées tout au long de cette journée d’étude.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Unité Mixte de Recherche 5138 Archéologie et archéométrie, Équipe 3 : Territoire, architecture, représentation. Créé en janvier 2001, l’UMR 5138 Archéométrie et Archéologie est devenue aujourd’hui Arar – Archéologie et Archéométrie (CNRS, Université Lyon 1, Université Lyon 2, Ministère de la Culture, Institut National de Recherche Archéologique Préventive). []
  2. G. Rollier, Implantation et hydraulique monastiques : le cas de Cluny, (dir. N. Reveyron, co-dir. J.-F. Reynaud), 2010 ; E. Bouvard, Empreintes monastiques en moyenne montagne du XIIe siècle à l’Actuel. Archéologie des espaces cisterciens dans les anciens diocèses de Clermont et du Puy, thèse en cours (dir. N. Reveyron, co-dir. B. Phalip) ; F. Chaléat, Genèse et développement des bourgs castraux et monastiques en Bourgogne du sud (Charolais et Brionnais), thèse en cours (dir. N. Reveyron, co-dir. C. Sapin) ; C. Gaillard, L’abbaye de l’Île-Barbe, à Lyon : étude archéologique et histoire de l’art, thèse en cours (dir. N. Reveyron) ; M. Gardeux, Organisation et fonctions des structures de réception et d’hébergement dans les abbayes au Moyen Age, thèse en cours (dir. N. Reveyron) ; F. Margo, L’abbaye du Mont Saint-Michel à l’époque Ducale; étude historique et archéologique des bâtiments monastiques et chapelles inférieures, thèse en cours (dir. N. Reveyron) ; A. Nicolier, La construction d’un paysage monumental religieux en Brionnais à l’époque romane, thèse en cours (dir. N. Reveyron)  ; O. Puel, Saint-Martin de Savigny : archéologie d’un monastère lyonnais. Histoire monumentale et organisation spatiale des édifices cultuels et conventuels (IXe – XIIIe siècle), thèse en cours (dir. N. Reveyron). []
  3. Voir par exemple : N. Reveyron, « Parti architectural et tradition religieuse dans la région lyonnaise à l’époque romane », Chevets et sanctuaires à l’époque romane, actes du colloque d’Issoire (14-16 novembre 1997), Revue d’Auvergne, 2001, p. 13-30 ; idem, « Architecture, liturgie et organisation de l’espace ecclésial », Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, XXXIV, 2003, p. 161-177 ; G. Rollier, « Aménagements des sols et installations liturgiques », in J.-N. Barnoud, N. Reveyron, G. Rollier, Paray-Le-Monial, Paris, éditions Zodiaque-Desclée de Brouwer, 2004, p. 151-173 ; N. Reveyron, « Esthétique et symbolique de la lumière dans l’aménagement du sanctuaire médiéval », Le sanctuaire et ses aménagements, Hortus Artium Medievalium, 2009, p. 241-156 ; Sainte-Marie d’Aulps, une abbaye cistercienne en pays Savoyard, dir. A. Baud, J. Tardieu., Lyon, ALPARA, 2010 ; F. Margo, « Les cryptes romanes du Mont Saint-Michel : ordonnance des espaces », in Espace ecclésial et liturgie au Moyen Âge, actes du colloque international de Nantua (2006), dir. A. Baud, Lyon, MOM, 2010, p. 369-378 ; N. Reveyron, « Marcigny, Paray-le-Monial et la question de la chapelle mariale dans l’organisation spatiale des prieurés clunisiens au XIe-XIIe siècle », Viator, University of California, vol. 41, 2010, p. 63-94 ; A. Baud, « Cluny, Saint-Maïeul : une chapelle clunisienne de l’an Mil », 1004-2004, un millénaire à Paray-le-Monial, Actes des Rendez-vous d’Automne à Paray-le-Monial de 2001 et 2004, édit. N. Reveyron, M. Rocher et M.-Th. Engel, Paray-le-Monial, Paray-le-Monial, 2006, p. 123-131 ; A. Nicolier, « Les églises romanes du Brionnais au XIXe siècle ou comment allier sacralité et fonctionnalité », in Le patrimoine du XIXe siècle. Du mépris à la reconnaissance, Actes des 5e journées d’études de Saint-Christophe-en- Brionnais (19-20 novembre 2011), Saint-Christophe-en-Brionnais, Les éditions du CEP, 2012, p. 9-15 ; N. Reveyron, « Hugues de Semur et l’architecture clunisienne, Influences de la liturgie et des coutumes monastiques sur les programmes architecturaux dans l’ecclesia cluniacensis », Monuments et mémoires de la Fondation Piot, 2012, p. 91-147 ; idem, « Le prieuré clunisien de Nantua, Analyse morpho-spatiale et organisation de l’espace ecclésial », Architecture, décor, organisation de l’espace : les enjeux de l’archéologie médiévale. Mélanges Reynaud, éd. N. Reveyron, Ch. Gaillard et O. Puel, Lyon, Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes-Auvergne, 2013, p. 203-213. []
  4. Voir par exemple : N. Reveyron, « La priorale du XIIe siècle : le chantier », in J.-N. Barnoud, N. Reveyron, G. Rollier, Paray-Le-Monial, Paris, éditions Zodiaque-Desclée de Brouwer, 2004, p. 115-149 ; E. Bouvard, « L’aménagement hydraulique des sites cisterciens d’Auvergne et du Velay : des procédés vernaculaires audacieux », in Archéopages n° 32, avril 2011, Paris, INRAP, p. 62- 71 ; C. Gaillard, « L’ancienne abbaye de l’Île-Barbe (Rhône) à la lumière des nouvelles recherches archéologiques », Architecture, décor, organisation de l’espace : les enjeux de l’archéologie médiévale. Mélanges Reynaud, éd. N. Reveyron, Ch. Gaillard et O. Puel, Lyon, Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes-Auvergne, 2013, p. 143-152. []
  5. Voir par exemple : A. Baud, G. Rollier, « Liturgie et espace monastique à Cluny à la lecture du Liber tramitis, Descriptione monasterii et données archéologiques », in Espace ecclésial et liturgie au Moyen Âge, actes du colloque international de Nantua (2006), dir. A. Baud, Lyon, MOM, 2010, p. 27-42 ; O. Puel, « Les processions monastiques à Savigny (Moyen Âge-époque moderne) », in Fêtes et célébrations à l’époque romane, actes du colloque d’Issoire (8-10 oct. 2010), 2013, p. 113-134 ; O. Puel, P. Ganivet, « La géographie des morts dans l’abbaye de Savigny (Xe-XVIIIe) », Architecture, décor, organisation de l’espace : les enjeux de l’archéologie médiévale. Mélanges Reynaud, éd. N. Reveyron, Ch. Gaillard et O. Puel, Lyon, Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes-Auvergne, 2013, p. 131-142. []
  6. Voir par exemple : E. Bouvard, « L’abbatiale de Mègemont : fortune d’un édifice auvergnat. Histoire, architecture, archéologie », in Dossier d’archéologie Abbayes cisterciennes, Dijon, éditions Faton, Juillet 2010, p. 70-75 ; N. Reveyron, « Aménagements et décors tardo-médiévaux dans la priorale clunisienne de Marcigny », Revue Mabillon, t. 23 (= t. 84), 2012, p. 223-244. []
  7. Pour une bibliographie sur l’accueil monastique, voir E. Destefanis, Ad portam monasterii. Accessi e spazi liminari nei monasteri dell’Occidente altomedievale (secoli VI-IX), in Per diversa temporum spatia. Scritti in onore di Gisella Cantino Wataghin, a cura di E. Destefanis e C. Lambert (Studi Umanistici, 23), Vercelli 2011, p. 51-84 ; eadem, « Le monastère face aux laïques au haut Moyen Âge : lieux de culte secondaires et accueil aux limites de l’espace monastique dans le contexte italien  », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 8 | 2015. []
  8. E. Destefanis, « “Que les hôtes soient reçus comme le Christ” : espaces d’accueil dans les monastères du haut Moyen Âge », Tableaux de la vie monastique : « les travaux et les heures », Rendez-vous d’Automne de Paray-le-Monial 2012 (29-30 septembre 2012 – non publié). []
  9. Voir par exemple : De la charité médiévale à la sécurité sociale, Économie de la protection sociale du Moyen Âge à l’époque contemporaine, dir. A. Gueslin et P. Guillaume, Paris, Éditions Ouvrières, 1992 ; Archéologie et architecture hospitalières de l’Antiquité tardive à l’aube des Temps modernes, dir. Fr.-O. Touati, Paris 2004. []
  10. De la même manière, le refus d’accueillir est sanctionné par un geste apparenté : « Et lorsqu’on ne vous recevra pas et n’écoutera pas vos paroles, en sortant de cette maison ou de cette ville, dit Jésus aux apôtres partant évangéliser, secouez la poussière de vos pieds. Je vous le dis en vérité : au jour du jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins rigoureusement que cette ville-là » (Mt, 10, 14-15) ; les apôtres sont incités à ne rien accepter de cette maison ou de cette ville, pas même la poussière de leur sol. []
  11. E. Magnani, « Le pauvre, le Christ et le moine : la correspondance de rôles et les cérémonies du mandatum à travers les coutumiers clunisiens du XIe siècle », Les clercs, les fidèles et les saints en Bourgogne médiévale, éd. Vincent Tabbagh, Dijon, EUD, 2005, p. 11-26. []
  12. Mandatum novum do vobis, ut diligatis invicem, sicut dilexi vos, dicit Dominus (« Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres »). []
  13. B. Saint-Jean Vitus, “Palais des hôtes” ou bâtiments laïcs aux marges des abbayes, VIIIe-Xe siècle. Comparaisons et évolutions des sites jusqu’aux XIe-XIIe siècles. À propos de la fouille au 12 rue Saint-Genest à Nevers, in « Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre », 11 (2007), p. 135-144 []
  14. À cause du nombre d’hommes et de chevaux à recevoir, les monastères devaient accumuler des provisions suffisantes et, parfois, se trouvaient ruinés par une hospitalité trop généreuse ou trop longue. []
  15. Quae prius cellarium fuerat, fecit pulchram et amplam sibi et majoribus hospitibus caminatam, habentem ab utroque latere duas alias usibus hospitantium necessarias, ex quibus aptus et secretus in monasterium est introitus, interclusa manica a monasterio, factoque in ea ad titulum sancti Lamberti martyris oratorio, hospitibus volentibus missam audire vel dicere congruo. Gesta abbatum Trudonensis, continuatio prima, lib. X, cap. 13. V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes au moyen-âge (XIIème-XIIIème siècle), Paris, 1929, p. 8. []
  16. Cum in cella novitiorum episcopi, alii prelati, abbates et nobiles viri hospitio recepti, conventum omnino inquietarent, ita ut aliquis monachus ire vel redire ad lavatorium absque obviatione servientium vix posset, ubi magni cordis Herveus ad tumultum illum tranquillandum, pro bono et quiete conventus, intra triennum ordinationis suae, aulam novam speciosissimam ante ecclesiam cum granariis subtus, multae valentiae et sumptibus XXIII millium solidorum disposuit. Chronicon abbatum Majoris monasterii. Voir : V. Mortet, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes au moyen-âge (XIIème-XIIIème siècle), Paris, 1911, p. 325. []
  17. Dom An. Davril, E. Palazzo, La vie des moines au temps des grandes abbayes, Xe-XIIIe, Paris 2000, p. 57. []
  18. C. Thirard, Hôtelleries et infirmeries dans les monastères paléochrétiens du patriarcat de Jérusalem, in Archéologie et architecture hospitalières de l’Antiquité tardive à l’aube des Temps modernes, dir. Fr.-O. Touati, Paris 2004, p. 27-34. []
  19. S. Ball Platner, A Topographical Dictionary of Ancient Rome, Oxford University Press, 1929. []
  20. H. W. Dey, « Diaconae, xenodochia, hospitalia and monasteries: ‘social security’ and the meaning of monasticism in early medieval Rom », Early Medieval Europe, 16-4, 2008, p. 398-422. []
  21. Fr.-O. Touati cite des « lieux d’accueil hospitaliers dotés de personnels médicaux comme au monastère de Cormery en Touraine où, dès 1026-1047, un hospitalarius est régulièrement cité aux côtés d’un médecin, Gérard ; s’y ajoute la considération durable dont jouissent cette fonction et son titulaire, second derrière l’abbé tout au long du XIIe siècle ». Fr.-O. Touati, De l’infirmerie monastique à l’hôpital moderne : lieux, édifices et formes de l’assistance dans la France de l’Ouest, in Archéologie et architecture hospitalières de l’Antiquité tardive à l’aube des Temps modernes, dir. Fr.-O. Touati, Paris 2004, p. 391-437 (396). []
  22. A. Mischlewski, Un ordre hospitalier au Moyen Âge. Les chanoines réguliers de Saint-Antoine en Viennois, Presses universitaires de Grenoble, 1995 (2e édition). []
  23. J.-F. Terme et J.-B. Monfalcon, qui ont brossé un large tableau de la question pour l’Antiquité et le Moyen Âge (p.27-95), font remonter l’origine des établissements chargés de l’accueil des enfants trouvés à la fondation à Milan, à la fin du VIIIe siècle, par le prêtre Datheus d’un hospice destiné à recueillir les enfants adultérins. J.-F. Terme, J.-B. Monfalcon, Histoire statistique et morale des enfants trouvés, Paris, J.-B. Baillière, 1837, p. 85-86. L’intérêt pour l’accueil des enfants trouvés au Moyen Âge est apparu tôt dans le XIXe siècle, en relation avec la lutte contre la pauvreté et pour la morale publique. Voir par exemple : Vicomte Alban de Villeneuve-Bargemont, Économie politique chrétienne, ou Recherches sur la nature et les causes du paupérisme en France et en Europe et sur les moyens de les soulager, Bruxelles, 1837 (historique des origines, p. 383) ; Abbé A.-H. Gaillard, Recherches administratives, statistiques et morales sur les enfants trouvés, les enfants naturels et les orphelins en France et dans plusieurs autres pays de l’Europe, Paris, 1837. Mais l’épopée de saint Vincent de Paul a focalisé l’attention des historiens sur l’époque moderne et le volet médiéval de la problématique est encore trop peu étudié. En dernier lieu, voir : Enfance abandonnée et société en Europe. XIVe-XXe siècles, Rome, École française de Rome, 1991. []
  24. Les origines de l’Ordre Hospitalier du Saint-Esprit sont encore encombrées de légendes. Ce serait pour sauver les enfants naturels de la mort qu’au début du XIIIe siècle Innocent III aurait développé l’hôpital du Saint-Esprit de Rome (église Santa Maria in Sassia, devenue Santo Spirito in Sassia). Chanoine P. Brune, Histoire de l’Ordre Hospitalier du Saint-Esprit, Lons-le-Saunier et Paris, C. Martin, 1892. L’auteur s’est appuyé sur l’ouvrage de Pierre Saulnier (De capite sacri ordinis Sancti Spiritus dissertatio, Lyon, Guillaume Barbier, 1649), jugé peu fiable par Marcel Poëte (« Histoire de l’Ordre Hospitalier du Saint-Esprit par l’abbé P. Brune », in Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 1893, tome 54, p. 381-382). []
  25. L’ordre se répand rapidement en Provence et en Bourgogne (Dijon en 1204), avant de s’étendre à l’Europe. Voir : S. Lazard, « L’ospedale di Santo Spirito à Rome : vers une spécialisation des lieux d’accueil ? », in Lieux d’hospitalité, hospices, hôpital, hostellerie, Études réunies par A. Montaudon, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2001, p. 183-208 ; C. Raynaud, « Le pape, le duc et l’hôpital du Saint-Esprit de Dijon », Médiévales, n°22-23, 1992, p. 71-90 ; R. Locatelli, Sur les chemins de la perfection : moines et chanoines dans le diocèse de Besançon (vers 1060-1220), Saint-Etienne, CERCOR, 1984 ; N. Brocard, Soins, secours et exclusion: établissements hospitaliers et assistance dans le diocèse de Besançon, XIVe et XVe siècles, Presses Universitaires de Franche-Comté, 1998. []
  26. Fresne, in : Lais de Marie de France, traduit par A. Micha, Paris 1994, p. 106-110 (v. 155-204). Sur la question, voir : J. Wathelet-Willem, « L’enfant dans les lais de Marie de France », in L’Enfant au Moyen Âge, Actes du colloque du CUER MA, Senefiance, n° 9, Aix, 1980, p. 299-314. []
  27. V. Julerot, La première entrée de l’évêque : réflexion sur son origine, in « Revue historique » (2006/3), n° 639, p. 635-675. []
  28. J. Théry, Les entrées épiscopales à Thérouanne (Xe-XVIe siècles), in « Publication électronique, halshs-0201577 », 31 décembre 2007. Avant son entrée dans la ville, qui se déroule un dimanche, l’évêque reçoit d’abord l’hommage des grands vassaux dans le cimetière de l’église paroissiale de Saint-Martin-au-Mont, souvenir du statut exceptionnel du cimetière dans l’organisation territoriale du royaume à la charnière du haut Moyen Age et du Moyen Age. Sur le rôle socio-politique du cimetière, voir M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris 2005. À Bordeaux, le rituel est attesté par des textes du XIe-XIIe siècle qui en attribue l’invention à saint Amand au Ve siècle, mais il concerne le nouveau comte qui passe par Saint-Seurin, comme une réinterprétation du sacre du roi de France à Saint-Denis. F. Boutouille, L’investiture au comté de Bordeaux à Saint-Seurin : un rite sans précédent locaux, in Autour de Saint-Seurin : lieu, mémoire, pouvoir, Actes du colloque de Bordeaux (12-14 octobre 2006), Bordeaux 2009, p. 255-265. []
  29. V. Julerot, op. cit., 2006. Le rituel est documenté essentiellement pour la fin du Moyen Age, mais il est plus ancien. []
  30. Voir : B. Phalip, Des terres médiévales en friche. Pour une étude des techniques de construction et des productions artistiques montagnardes. L’exemple de l’ancien diocèse de Clermont, Mémoire d’HDR, dir. A. Courtillé, Clermont-Ferrand II, 2001. Je remercie B. Phalip d’avoir attiré mon attention sur ce cas remarquable. []
  31. A. Provost, L’abbesse, l’évêque et le palefroi, Note sur une enquête à Troyes au temps de Philippe le Bel, in Au cloître et dans le monde, Mélanges en l’honneur de Paulette L’Hermitte-Leclercq, éd. P. Henriet et A.-M. Legras, Paris 2000, p. 281-292. []

Mathilde Gardeux

Doctorante depuis 2010 à l'université Lyon 2 (UMR5138 Arar Archéologie et archéométrie), j'effectue des recherches sur l'organisation de la réception et de l'hébergement des hôtes de l'abbaye à travers l'étude des vestiges archéologiques et des sources écrites, du XIIème au XIVème siècle. Mes investigations portent sur le quart nord-ouest de la France avec la Normandie ducale comme "laboratoire" de recherches approfondies. Ces travaux sur une région ayant une cohérence géographique et historique m'ont permis d'aborder la question de l'hospitalité religieuse sur un territoire précis et de mieux cerner le rôle des établissements bénédictins masculins dans cette organisation.

More Posts - Website


Auteur : Mathilde Gardeux

Doctorante depuis 2010 à l'université Lyon 2 (UMR5138 Arar Archéologie et archéométrie), j'effectue des recherches sur l'organisation de la réception et de l'hébergement des hôtes de l'abbaye à travers l'étude des vestiges archéologiques et des sources écrites, du XIIème au XIVème siècle. Mes investigations portent sur le quart nord-ouest de la France avec la Normandie ducale comme "laboratoire" de recherches approfondies. Ces travaux sur une région ayant une cohérence géographique et historique m'ont permis d'aborder la question de l'hospitalité religieuse sur un territoire précis et de mieux cerner le rôle des établissements bénédictins masculins dans cette organisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.