Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ?

Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome)

(c) Dietmar Rabich
(c) Dietmar Rabich

L’objectif de ce billet est d’approfondir la réflexion débutée lors d’un précédent atelier HospitAm, consacré aux approches lexicales de l’hospitalité dans le contexte de l’Antiquité méditerranéenne. J’avais alors proposé une communication intitulée « Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ? », dans laquelle j’avais commencé à évoquer, par le prisme du lexique, les liens complexes existant entre l’hospitium, désignation latine de l’hospitalité gratuite, et une forme particulière d’accueil pratiquée dans le monde romain antique, l’accueil mercantile.

Dans la documentation, cette modalité commerciale de séjour est régulièrement représentée comme une pratique qui, du fait de son caractère mercantile et anonyme, serait incompatible, voire en contradiction directe, avec les logiques de don et de contre-don, de réciprocité et de dépendance, d’amitié et de clientèle sur lesquelles étaient fondés, à Rome, les rapports politiques et sociaux, et dont l’hospitium constituait l’une des manifestations privilégiées. Cette référence à l’hospitalité se ressentait également dans la manière dont les professionnels de l’accueil donnaient à voir et sans doute concevaient leur métier, dans une perspective résolument inverse, comme une transposition de l’hospitalité privée dans le champ commercial. C’est donc sur ce lien complexe entre hospitalité et accueil mercantile, fait de distinction, de reproduction mais aussi de partage de valeurs communes que j’entends m’interroger ici, en mettant au centre de la réflexion la question des acteurs ; il s’agira en somme de se demander si les aubergistes romains constituaient des anti-acteurs ou des acteurs au sens propre de l’hospitalité, voire des praticiens d’une hospitalité d’un genre particulier, à savoir d’une hospitalité rétribuée.

L’aubergiste, un anti-acteur de l’hospitalité

Force est de constater que l’image générale qui se dégage du dossier documentaire est plutôt celles de l’aubergiste en anti-acteur de l’hospitalité. Ce point de vue est particulièrement sensible dans les sources littéraires, qui, selon une particularité propre à l’étude des realia antiques, constituent quantitativement l’essentiel du corpus textuel sur lequel je m’appuierai dans cette enquête. Ces sources émanaient en effet des milieux de l’élite, pour lesquels la fréquentation des établissements d’accueil durant un déplacement pouvait être le signe d’un réseau défaillant, et, conjointement, d’un manque de prestige social et politique, à l’exemple de Pison, de retour en 55 av. J.‑C. de Macédoine où ses armées n’avaient pas remporté les succès escomptés, qui est amené à séjourner dans des cauponae italiennes ; Cicéron fait alors de ce séjour, réel ou allégué, le symbole de l’isolement volontaire de son adversaire, qui, de honte, n’ose pas s’installer comme il le devrait chez des hôtes privés ou publics :

Habes reditum meum ; confer nunc uicissim tuum, quando quidem, amisso exercitu, nihil incolumne domum praeter os illud tuum pristinum rettulisti. Qui primum qua ueneris cum laureatis tuis lictoribus quis scit ? Quos tu maenandros, dum omnis solitudines persequeris, quae deuerticula flexionesque quaesisti ? Quod te municipium uidit, quis amicus inuitauit, quis hospes aspexit ? Nonne tibi nox erat pro die, solitudo pro frequentia, caupona pro oppido, non ut redire ex Macedonia nobilis imperator sed ut mortuus infamis referri uideretur ?

Tu connais mon retour ; compare le donc, à ton tour, avec le tien, quand, ton armée perdue, tu ne rapportas rien d’intact chez toi, si ce n’est ton visage d’autrefois. D’abord, qui connaît la route que tu as parcourue avec tes licteurs couronnés de lauriers ? Quelles voies tortueuses, quels détours et chemins de traverse as-tu choisis, t’obstinant à ne passer que par des endroits déserts ? Quel municipe t’a vu, quel ami t’a reçu, quel hôte t’a reconnu ? Est-ce que tu ne préférais pas la nuit au jour, le désert à la foule, l’auberge à la ville ? On eût cru voir, non un noble général qui rentrait de Macédoine mais le cadavre d’un infâme que l’on rapportait. (Cic., Pis., 53)

La distinction effectuée dans ce type de textes entre accueil mercantile et hospitalité ne se concentre toutefois pas seulement sur l’activité en elle-même ou ses bénéficiaires ; elle touche directement aux acteurs de l’accueil mercantile, à savoir les aubergistes. Leur représentation en anti-acteurs de l’hospitalité, particulièrement présente donc au sein des sources littéraires, se concentre en particulier sur la dimension marchande et censément impersonnelle de l’accueil qu’ils prodiguent à leurs clients.

Au sein des sources littéraires, en effet, l’existence d’un échange marchand à la base de la relation entre l’aubergiste et son client est mise en avant dans une perspective moins explicative que polémique : cette caractéristique participe de la dépréciation de l’accueil mercantile de la part de membres de l’élite qui portaient par ailleurs un regard souvent peu amène sur la quête du gain qui aurait animé artisans et commerçants. Le caractère payant des prestations des professionnels de l’accueil se trouve régulièrement mis en relief par contraste avec la gratuité et la personnalisation des logiques de don qui sous tendent, entre autre, l’hospitalité privée ou publique. C’est dans cette perspective qu’il est question de l’accueil mercantile, aux côtés d’autres activités artisanales et commerciales, dans un passage du De beneficiis qui constitue une théorisation particulièrement aboutie de cette idée1.

Dans ce passage, Sénèque entend démontrer qu’il faut exclure les services monnayés des hommes de métier de la liste des bienfaits. L’auteur justifie d’abord son point de vue dans une perspective générale en arguant du fait que ces services sont le résultat d’un accord préalable dont le but premier est, pour le professionnel qui les prodigue, l’obtention du gain escompté selon un calcul d’intérêt qui tranche avec les logiques du beneficium (Sen., benef., 6, 14, 3). Certes, reconnaît Sénèque, il est des métiers qui rendent des services dont la valeur dépasse le prix que l’on paie pour en bénéficier (il mentionne notamment les services du medicus et du praeceptor, Sen., benef., 6, 15, 1). ) ; mais, poursuit-il, ces services n’en restent pas moins mercantiles, et ne peuvent être qualifiés de bienfaits que dans la mesure où la relation, de marchande, devient personnelle, en donnant par exemple naissance à des rapports d’amitié, de don et de contre don entre les professionnels et leurs clients (Sen., benef., 6, 16, 1-4). Suivant la hiérarchie des métiers établie par Cicéron dans un célèbre passage du De Officiis (Cic., off., 1, 150), Sénèque exclut toutefois la possibilité d’une relation de ce type entre le marin, l’aubergiste, le charpentier ou l’ouvrier et leurs clients. Alors même que les prestations fournies par ces professionnels peuvent se révéler d’une aide inestimable dans certaines situations, leur valeur réelle se limite, selon le philosophe, au prix acquitté pour en bénéficier. La modicité de ce prix ne peut être interprétée comme un bienfait accordé par les professionnels en question mais simplement comme le fruit des fluctuations du marché et des calculs visant au gain  :

Quod tu pretium ponis traicienti maria et per medios fluctus, cum terra e conspectu recessit, certam secanti uiam et prospicienti futuras tempestates et securis omnibus subito iubenti uela substringi, armamenta demitti, paratos ad incursum procellae et repentinum impetum stare ? Huic tamen tantae rei praemium uectura persoluit. Quanti aestimas in solitudine hospitium, in imbre tectum, in frigore balneum aut ignem ? Scio tamen, quanti ista consecuturus deuersorium subeam. Quantum nobis praestat, qui labentem domum suscipit et agentem ex imo rimas insulam incredibili arte suspendit ! Certo tamen et leui pretio fultura conducitur. Murus nos ab hostibus tutos et a subitis latronum incursionibus praestat ; notum est tamen, illas turres pro securitate puplica propugnacula habituras excitaturus faber quid in diem mereat. Infinitum erit, si latius exempla conquiram, quibus appareat paruo magna constare.

Quel prix fixes-tu pour le pilote qui traverse la mer, qui, alors que l’on a perdu de vue la terre, trace une route sûre à travers les flots, qui prévoit les tempêtes à venir, et qui au milieu du sentiment de sécurité générale ordonne de plier les voiles, de baisser les agrès et de se tenir prêt à affronter l’arrivée et l’attaque soudaine du coup de tabac ? Le prix du passage que tu lui verses suffit à te garantir un si grand avantage. À quel prix estimes-tu un gîte dans un désert, un toit pendant une averse, un bain et du feu dans les frimas ? Je sais cependant combien tout cela me coûtera quand je rentre dans une auberge. Quel grand service nous rend celui qui étaie notre maison menaçant de choir et maintient un immeuble lézardé à sa base avec une maîtrise à nulle autre pareille ! Et pourtant, le prix fixé dans le contrat pour les travaux de soutènement reste modéré. Un rempart nous protège contre les ennemis et les incursions subites des brigands ; on sait pourtant ce que l’ouvrier qui sera capable de les élever obtiendra pour prix de ces tours qui tiendront lieu de fortification en vue de la sécurité de tous. Mon propos sera sans fin, si j’étends encore le champ des exemples où il apparaît que l’on obtient de grands services pour un prix modique. (Sen., benef., 6, 15, 6-16, 1)

Même si ce passage attribue une valeur positive à l’accueil prodigué par les aubergistes, la dimension mercantile de l’échange contractuel pousse donc Sénèque à dénier toute générosité à ces professionnels auxquels leurs clients ne sauraient témoigner de la reconnaissance. D’autres effets collatéraux de cette dimension marchande viennent creuser toujours davantage, dans l’esprit du philosophe et ses pairs, la distinction entre aubergistes et hôtes privés : d’abord, l’immédiateté, la simultanéité de l’échange marchand, qui se distingue de la réciprocité hospitalière, où la dette est conçue comme un phénomène ouvert vers le futur, permettant d’ancrer la relation entre hospites ou amici dans le temps, ce que Martin Degand nomme très justement « le temps du rendre » (Sen., benef., 4, 40, 5 et 6, 40, 2). L’échange marchand, ne laissant pas de temps libre à la dette, ne crée pas de liens entre les acteurs, de même que la créance marchande, une fois réglée, est effacée, contrairement à la dette du don, sans cesse réciproque (Sen., benef., 2, 18, 5).

Enfin, Sénèque oppose le caractère anonyme, indifférencié, impersonnel, qui serait celui de l’accueil de l’aubergiste, accueillant tout le monde pourvu qu’on le paie, à la personnalisation de l’hospitium romain. Cette idée amène le philosophe à la « formule choc » qui a donné son titre à ce billet et dans laquelle le contraste entre accueil mercantile et hospitalité privée, lu sous l’angle des acteurs, est de nouveau choisi par le philosophe pour incarner sa réflexion sur les bienfaits

Beneficium qui quibuslibet dat, nulli gratum est_; nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat.

Qui fait profiter d’un bienfait à n’importe qui ne s’en voit témoigner aucune reconnaissance_; personne ne se considère l’hôte d’un hôtelier ou d’un aubergiste.

(Sen., benef., 1, 14, 1)

Les professionnels de l’accueil se trouvent par conséquent exclus par Sénèque de cette chaîne des bienfaits réciproques, sous-tendue par des logiques de reconnaissance personnelles et d’endettement symbolique dans le temps, qui apparaît essentielle pour la définition des rapports sociaux dans le contexte culturel romain et qui est, notamment, un des fondements de l’hospitium. Si cette idée n’est pas l’apanage de l’accueil mercantile mais peut frapper toute activité stipendiée, comme l’a mis en lumière le passage du De beneficiis de Sénèque cité supra, la concurrence directe, dans ce cas précis, des logiques de l’hospitalité gratuite vient accentuer le poids rhétorique dévolu à ce motif dans les sources.

Des assassins et des sorcières

Au sein de la culture romaine, ce rapport polémique aux acteurs de l’accueil mercantile peut ensuite se constituer en modes de représentation plus généraux, confinant souvent au folklore, voire au fantasme : au sein du corpus littéraire, les professionnels de l’accueil sont ainsi régulièrement dépeints comme des assassins en puissance, et, pour les femmes, comme des sorcières criminelles. Le lien à l’hospitalité n’est pour autant peut-être pas si éloigné de ces motifs qu’il n’y paraît. Avant d’expliciter cette idée, quelques exemples fameux issus de la littérature de langue latine.

Il est question à plusieurs reprises, au sein des sources littéraires, de meurtres perpétrés par des aubergistes, qui plus est sur la personne de leurs clients. On évoquera en particulier un passage du De diuinatione de Cicéron, qui relate l’assassinat d’un client de passage par un copo et dont Valère-Maxime donne par la suite, une version à peu près identique.

Cum duo quidam Arcades familiares iter una facerent et Megaram uenissent, alterum ad cauponem deuertisse, ad hospitem alterum. Qui ut cenati quiescerent, concubia nocte uisum esse in somnis ei, qui erat in hospitio, illum alterum orare, ut subueniret, quod sibi a copone interitus pararetur ; eum primo, perterritum somnio, surrexisse ; dein cum se conlegisset idque uisum pro nihilo habendum esse duxisset, recubuisse ; tum ei dormienti eundem illum uisum esse rogare, ut, quoniam sibi uiuo non subuenisset, mortem suam ne inultam esse pateretur ; se interfectum in plaustrum a copone esse coniectum et supra stercus iniectum ; petere, ut mane ad portam adesset, prius quam plaustrum ex oppido exiret. Hoc uero eum somnio commotum mane bubulco praesto ad portam fuisse, quaesisse ex eo, quid esset in plaustro ; illum perterritum fugisse, mortuum erutum esse, coponem re patefacta poenas dedisse.

Deux Arcadiens, qui voyageaient de conserve, étaient parvenus à Mégare. L’un avait élu domicile chez un aubergiste, l’autre chez son hôte. Alors qu’ils prenaient du repos après avoir dîné, vers le milieu de la nuit, celui qui demeurait chez son hôte vit en songe le second protagoniste le prier d’accourir à son secours, parce que l’aubergiste projetait de le tuer ; le premier personnage, épouvanté par ce songe, s’était levé ; mais après avoir rassemblé ses esprits et s’être fait la réflexion qu’il ne fallait tenir aucun compte de cette vision, il s’était remis au lit ; alors, le même homme lui apparut pendant qu’il dormait, lui demandant, puisqu’il n’était pas venu à son secours pendant qu’il vivait encore, de ne pas souffrir de laisser sa mort invengée ; l’aubergiste, après l’avoir assassiné, l’avait jeté dans une charrette ; il lui demandait, de se rendre au matin à la porte, avant que la charrette ne sorte de la ville. Lui, troublé par ce songe, se trouva à la porte au matin en même temps que le charretier ; il lui demanda ce qu’il avait dans sa charrette ; lui, pris d’épouvante, s’enfuit, le mort fut descendu, et l’affaire ayant éclaté au grand jour l’aubergiste fut châtié. (Cic., diu., 1, 57)

Meurtres à l'auberge rouge (1019) (c) Domaine public
Meurtres à l’auberge rouge (1019) (c) Domaine public

Proximum somnium etsi paulo est longius, propter nimiam tamen euidentiam ne omittatur impetrat. Duo familiares Arcades iter una facientes Megaram uenerunt, quorum alter se ad hospitem contulit, alter in tabernam meritoriam deuertit. Is qui in hospitio erat, uidit in somnis comitem suum orantem, ut sibi cauponis insidiis circumuento subueniret ; posse enim celeri eius adcursu se imminenti periculo subtrahi. Quo uisu excitatus prosiluit tabernamque in qua in deuesabatur petere conatus est. Pestifero deinde fato eius humanissimum propositum tamquam superuacuum damnauit et lectum ac somnum repetit. Tunc idem ei saucius oblatus obsecrauit ut, quoniam uitae suae auxilium ferre neglexisset, neci saltem ultionem non negaret ; corpus enim suum a caupone trucidatum tum maxime plaustro ferri ad portam, stercore coopertum. Tam constantibus familiaris precibus compulsus protinus ad portam cucurrit et plaustrum quod in quiete demonstratum erat comprehendit cauponemque ad capitale supplicium perduxit.

Le prochain songe, même s’il est un peu plus long, doit cependant à sa grande clarté le fait de ne pas être omis. Deux amis venus d’Arcadie avaient fait route ensemble jusqu’à Mégare, dont l’un s’était confié aux bons soins d’un hôte et l’autre était descendu dans un établissement hôtelier. Celui qui était chez son hôte vit dans un songe son compagnon qui le priait de venir à son secours, car il était tombé dans une embuscade de l’aubergiste ; il pouvait en effet en accourant bien vite le soustraire à un danger imminent. Réveillé par cette vision, il sauta sur ses pieds et entreprit de gagner l’établissement. Mais par l’action du funeste destin auquel le premier était voué, il renonça à ce projet plein d’humanité, le jugeant inutile, et retrouva son lit et le sommeil. Alors le même homme lui apparut, blessé et le suppliant, puisqu’il avait négligé de porter secours à sa vie, de ne pas refuser à son assassinat sa vengeance ; en effet, son corps, massacré par l’aubergiste, était alors en train d’être transporté sur une charrette vers la porte, couvert de fumier. Poussé par les prières si insistantes de son camarade, il accourt sur le champ vers la porte, fait arrêter la charrette qui lui avait été montrée durant son sommeil et fit condamner l’aubergiste à la peine capitale. (Val. Max., mem., 1, 7, ext. 10)

Ce récit est construit autour de la figure de l’aubergiste meurtrier, qui arrive à dissimuler son crime pour un temps plus ou moins restreint, avant que celui-ci ne soit révélé au grand jour et n’entraîne sa condamnation. La nature des œuvres dans lesquelles sont inclus ces récits – un traité philosophique consacré au surnaturel pour Cicéron, tandis que l’ouvrage de Valère-Maxime est une compilation d’exempla d’une historicité douteuse – pousse à identifier non la narration de meurtres réellement survenus mais des récits semi-légendaires, peut-être d’origine grecque. Cette image de l’« aubergiste rouge » était par ailleurs suffisamment répandue pour que ces professionnels aient pu être choisis à plusieurs reprises comme protagonistes de récits de meurtres dans la documentation disponible.

On peut de plus rapprocher ce motif d’un autre qui en apparaît comme le pendant direct dans une perspective féminine : celui de la réputation faite aux femmes d’auberge de s’adonner aux arts maléfiques et à la sorcellerie. Le personnage le plus achevé d’aubergiste sorcière est celui, construit par Apulée dans ses Métamorphoses, de la caupona Meroe, personnage particulièrement repoussant et redoutable. Ses agissements maléfiques constituent autant de manifestations de son fascinum, de la puissance magique que lui confère son envie destructrice et de son désir de vengeance ; ils sont longuement décrits dans le roman par Socrate à son camarade Aristomène, qui mettait en doute le pouvoir de nuisance du personnage. Socrate, son dernier amant en date, finit par être victime du pouvoir de la sorcière, qui s’introduit de nuit dans sa chambre d’hôtel pour y accomplir ses funestes maléfices : la liste de ses méfaits se clôt par la substitution du cœur de son ancien amant par une éponge, ce qui lui vaut une mort cruelle lorsque, assoiffé, il décide de boire l’eau d’une rivière.

Dans ce cas, le lien de ces motifs littéraires à l’hospitalité pourrait sembler plus lâche, et, de fait, en raison de son anonymat et de la mobilité continuelle de sa clientèle, l’auberge romaine était sans doute un espace propice aux méfaits en tous genres. Force est toutefois de constater que c’est la personne du professionnel plus que l’accueil mercantile au sens large qui concentre ici les soupçons et les fantasmes, que ce l’aubergiste soit un assassin en puissance ou une sorcière maléfique. De ce fait, ces représentations, peut-être d’essence populaire, se situaient malgré tout elles aussi, à mon sens, dans le prolongement de l’image de l’accueil mercantile en anti-hospitalité, et surtout de l’aubergiste en anti hôte, puisque la mise à mort de l’hôte privé était perçue comme le manquement le plus intolérable à la fides due en vertu de la relation d’hospitalité nouée. On se référera en particulier en ce sens au célèbre épisode narré en Liv., 23, 9-9, et évoqué par Mathieu Engerbeaut lors d’une précédente rencontre HospitAm, où l’hôte d’Hannibal à Capoue, Pacuvius Calavius, empêche son fils de mettre à mort Hannibal pendant le banquet donné chez lui, au nom de la fides, de la foi jurée et des lois sacrées de l’hospitalité. Dans un contexte qui, par ailleurs, fait de la perfidia un des traits caractéristiques de l’identité professionnelle des caupones romains, ce phénomène vient il me semble accentuer, certes d’une manière plus allusive, l’image de l’aubergiste en anti-hôte.

Ainsi, dans une perspective d’essence tant philosophique que folklorique, l’aubergiste romain peut être donné à voir dans les sources, en particulier de nature littéraire, comme un anti-acteur de l’hospitalité : soit du fait de la définition de leur activité, soit, et ce point est plus intéressant encore, en raison des comportements et mœurs personnels dont ils sont taxés par des observateurs, qui pour certains, du fait de leur statut social, n’avaient sans doute jamais mis les pieds dans une auberge.

L’hospitalité de l’aubergiste

Les aubergistes romains ne restent pour autant pas impassibles face à cette dévalorisation de leur activité mais aussi de leur statut de travail, voire de leur personne. De fait, on les voit développer des stratégies actives de mise en valeur de leur métier, à destination tant de leurs clients que de l’ensemble de la communauté. Et ici encore, l’importance fondamentale de l’hospitalité dans le contexte culturel romain se ressent dans la manière même dont les professionnels de l’accueil donnaient à voir, et sans doute concevaient, leur métier.

Outre la stratégie lexicale qui amène les aubergistes romains à avoir recours à la terminologie latine de l’hospitalité privée, (en particulier à hospes et à hospitium) pour désigner leurs clients, leurs établissements et eux-mêmes, évoquée dans mon précédent billet, les messages à caractère publicitaire, présents en façade des auberges, sur lesquels les professionnels de l’accueil ont pu s’appuyer pour vanter les mérites de leurs établissements, qui jouent avantageusement avec les codes de l’hospitalité privée.

Citons en ce sens deux inscriptions, l’un en provenance d’Antipolis, l’autre de Lyon :

Viator audi, si libet, intus ueni ; / tabula est aen<e>a quae te cuncta perdocet.

Voyageur écoute, et si tu le veux, entre. Elle est de bronze la table qui t’apprendra tout. (CIL, XII, 5732 ; CLE, 121 )

Mercurius hic lucrum / promittit, Apollo salutem / Septumanus hospitium / cum prandio ; qui uenerit / melius utetur post. / Hospes ubi maneas prospice.

Ici, Mercure promet le gain, Apollon la santé, Septumanus le gîte et le couvert. Qui s’y rend, s’en trouvera mieux par la suite. Hôte, fais bien attention à là où tu vas séjourner. (CIL XIII, 2031 = ILS, 6037 ; CLE, 1924)

Enseigne de Mézens (Tarn) (c) Collection Ch. Séguret-Lauque
Enseigne de Mézens (Tarn) (c) Collection Ch. Séguret-Lauque

Dans ces deux inscriptions, l’argument publicitaire n’est pas asséné de manière impérative mais se trouve transformé en une aimable invitation, qui n’est pas sans évoquer les pratiques de l’hospitalité privée. Ces inscriptions font d’ailleurs écho à l’habitude que les professionnels de l’accueil avaient de se précipiter à la rencontre de leurs clients pour les accueillir; dans des textes de portée souvent polémique, ce comportement est d’ailleurs interprété comme un pur artifice commercial visant à donner à un échange mercantile l’apparence d’une relation personnelle où le client se trouve placé en position de supériorité. Mais en négatif, et de manière plus objective, on pourrait lire dans de telles mentions une tentative de personnalisation des rapports entre les aubergistes et leurs futurs clients, contre justement l’anonymat pointé par Sénèque2.

Revenons aux inscriptions. La première sollicite la bonne volonté du consommateur, en usant, pour cela, d’une formule de politesse (si libet), qui peut renvoyer tant au fait de prêter l’oreille qu’à celui d’entrer dans l’établissement. La seconde, d’une façon plus subtile encore, semble avoir à cœur de laisser le client parfaitement maître de sa décision. Le texte introduit en effet l’argumentaire publicitaire de manière distanciée, en faisant appel à l’intercession d’un énonciateur anonyme : qui uenerit, melius utetur post. Ce n’est que dans un second temps que l’inscription se tourne vers le client qu’elle veut atteindre. La formulation choisie, hospes ubi maneas prospice, fait ainsi mine de ne pas tenter d’influencer ce dernier ; elle en appelle simplement à son intelligence, qui, s’il est sage, le poussera tout naturellement à fréquenter l’établissement de Septumanus. Ces différentes formes de captatio beneuolentiae permettent, ainsi, de donner au client potentiel, qualifié dans le premier cas de uiator et dans le second du titre plus honorable encore d’hospes, l’impression d’avoir intégré de son plein gré une relation d’accueil et non d’avoir cédé aux sollicitations d’un commerçant à la recherche de profits, contre les conceptions dont Sénèque se faisait l’interprète dans le De Beneficiis.

Mais c’est surtout lorsqu’elle apparaît dans un contexte public, en particulier au sein d’inscriptions funéraires, que la référence à l’hospitalité prend tout son sens comme élément d’autodéfinition du statut de travail et du statut personnel des aubergistes romains. Ainsi, les propos de Sénèque se trouvent comme directement démentis par l’épitaphe du copo P. Umidius Strato, qui entend mettre en lumière la manière dont ce professionnel s’est efforcé de convertir les gains acquis dans l’exercice de son métier en libéralités et en avait fait bénéficier des clients que le texte qualifie dhospites :

P(ublius) Vmidius P(ublii) l(ibertus) Strato / fide qum magna uixit bonus / atque benignus copo. Rem quaesiuit, ea / re usus est qum hospitibus atque et ami/cis, tamen et quum mors obiet (sic) rem quaesi/ta<m> reliquit, il<l>e homo fecit qua<m> ob rem hospites et amici benedicere po<s>si<n>t.

 Publius Umidius Strato, affranchi de Publius, a vécu en faisant preuve d’une grande honnêteté, en aubergiste bon et généreux. Il a cherché à faire de l’argent ; il a usé de cet argent au bénéfice de ses hôtes et de ses amis, et quand la mort est arrivée, il a légué l’argent gagné, cet homme a agi de telle sorte que pour cette raison ses hôtes et amis peuvent célébrer sa mémoire. (AE, 1969/70, 121)

La fides était une des principes essentiels de la vie commerciale romaine ; ainsi convoquée au sujet d’un copo, elle pourrait avoir constitué une réponse voilée aux accusations de perfidia et de malhonnêteté commerciale dont cette profession faisait tout particulièrement l’objet. Mais il s’agit également, je le rappelle, d’un des principes fondamentaux de l’hospitium romain, garantissant le respect de la protection réciproque entre hôtes et de la réciprocité dans l’avenir de la relation d’accueil. L’épithète bonus peut, quant à elle, renvoyer à ses aptitudes professionnelles, et benignus à sa générosité en affaires. Quant aux expressions rem quaesiuit et rem quaesitam, elles évoquent, bien entendu, l’esprit entrepreneurial et la recherche du lucrum d’un professionnel dynamique et prospère. Toutefois, dans cette inscription, ces qualités professionnelles sont comme étendues à l’ensemble de la personnalité du défunt et comme transposées du terrain commercial au domaine privé : c’est en particulier ce vers quoi tend l’emploi qui est fait dans cette inscription du terme hospites. Par hospites, il faut bien entendu entendre d’abord les clients du copo, puisque c’était une pratique courante des professionnels de l’accueil, comme les inscriptions évoquées plus haut nous en donnaient déjà un aperçu, que de désigner leurs consommateurs par ce titre aux connotations flatteuses. Mais la manière dont ils sont ici évoqués aux côtés des amici n’est pas sans rappeler, dans le même temps, les codes de l’épigraphie strictement privée et surtout officielle, au sein de laquelle l’expression hospites et amici renvoie à deux des types de relations entre groupes et individus, plus ou moins formelles en fonction des contextes. Cette expression contribue à élever ici l’échange commercial entre aubergiste et clients au rang de relation d’hospitalité ; de manière plus significative encore, elle brouille la frontière entre sphère commerciale et sphère privée dans cette épitaphe, où le monde du métier disparaît pour partie au profit du portrait plus universel des vertus d’un Romain accompli. Même si le gain se trouve au centre de l’éthique des petits commerçants et artisans, la concurrence de l’hospitalité gratuite dans le cas particulier de l’accueil mercantile pourrait expliquer ce qui apparaît dans cette épitaphe comme une tentative de requalification de l’argent gagné, même si cette mention témoigne peut-être davantage des codes de l’éloge funèbre que d’agissements réellement imputables au personnage. L’ambiguïté des termes utilisés, dont le sens variait en fonction de la grille de lecture adoptée, devait demeurer suffisamment visible pour que les lecteurs de cette inscription d’un genre particulier en apprécient à leur juste mesure la richesse d’évocation et l’humour discret.

Pour conclure, ces quelques documents ne donnent qu’un aperçu nécessairement superficiel de la richesse des relations entre hospitalité et accueil mercantile, lue ici par le prisme des acteurs. L’hospitalité fait en effet figure de référence, polémique ou paradigmatique, dans les tentatives de définition ou d’autodéfinition de l’accueil mercantile. Pour les aubergistes, cela signifie soit d’être représentés en anti-acteurs de l’hospitalité, soit de se donner à voir comme des praticiens de l’hospitalité. Pour autant, on peine à découvrir au sein de la documentation le développement de codes propres à cette hospitalité stipendiée qui serait celle des professionnels de l’accueil : ces derniers adoptent plus souvent les valeurs génériques associées à l’hospitium romain (gratuité, réciprocité etc.), ce qui ne peut se faire alors qu’en gommant pour partie les spécificités de leur identité professionnelle. Les aubergistes romains ne souhaitaient dès lors sans doute pas se donner à voir comme des professionnels de l’hospitalité mais bien plutôt comme des acteurs de l’hospitium, malgré et contre le caractère professionnel et stipendié de leur accueil.

 

 

  1. On renverra ici à l’ouvrage particulièrement stimulant de Martin Degand, Sénèque au risque du don. Une éthique oblative à la croisée des disciplines. Turnhout, 2015 (Antiquité et sciences humaines, la traversée des frontières, 2), en particulier p. 292-304 pour les extraits qui nous intéressent ici. []
  2. Cf. le Syrophénicien décrit par Juvénal, que l’on voit courir hors de sa popina pour saluer « avec la courtoisie d’un hôte, des noms de maître et de roi », le légat Lateranus (hospitis adfectu dominum regemque salutat, Iuv., 8, 160-161). De même, selon Cicéron, le copo A. Bivius a pour habitude de venir à la rencontre de ses futurs clients pour les inviter à pénétrer dans son établissement, singeant en cela, selon l’auteur, le comportement d’un hôte (Cic., Cluent., 163). []

Une réflexion sur « Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ? »

  1. Pour Richard Bouchon, l’anecdote de Mégare chez Cicéron apparaît comme un exemple d’« Auberge rouge » de l’Antiquité. Marie-Adeline Le Guennec relève qu’il serait en effet intéressant d’étudier d’où vient ce fantasme d’effroi et comment a pu se construire l’image d’auberges de mauvaise réputation en Grèce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.