Le deversorium dans les villae occidentales tardives : comment l’identifier ?

Jean-Philippe Carrié (Université de Limoges)

Résumé

Depuis le début du XXe siècle, il est admis que la villa aristocratique romaine était équipée d’appartements pour recevoir les invités et les visiteurs. Les témoignages, depuis Vitruve jusqu’à Isidore de Séville, permettent de comprendre que ces appartements aménagés pour les visiteurs représentent l’application d’un concept assez ancien et sont connus, dès le Ier siècle ap. J.-C., sous le nom de domunculae ou d’hospitalia.

Pendant l’Antiquité tardive, ces structures deviennent des deversoria et, à la différence des hospitalia, elles sont désormais réservées aux visiteurs de rang aristocratique et remplissent une fonction importante dans la stratégie d’autoreprésentation de leurs propriétaires.

Malgré ces précisions nouvelles, l’identification archéologique de ces appartements d’hôtes se heurte toujours à des problèmes méthodologiques.

Cette intervention s’est proposé de discuter autour d’une méthode d’identification fondée sur le rapprochement des textes anciens et des données de l’archéologie, issues d’un corpus de 432 villae réparties en Occident. Le croisement des données ainsi obtenues permet d’envisager quatre manières d’isoler le deversorium dans l’ensemble plus grand de la villa. Finalement, les exemples isolés permettent de proposer une typologie des appartements d’hôtes dans la villa tardive ainsi qu’une tentative de distribution chrono-géographique du phénomène entre les Ier et VIIe siècles après J.-C.1.

 

  1. Cf. également Carrié, J.-Ph., Le deversorium dans les villae occidentales tardives : éléments pour une identification archéologique, Antiquité tardive, 18, 2010, p. 277-296. []

Une réflexion sur « Le deversorium dans les villae occidentales tardives : comment l’identifier ? »

  1. La communication de Jean-Philippe Carrié a donné lieu à plusieurs questions. Tout d’abord, Nicola Zwingmann remarque que ces deversoria de deux pièces ne paraissent pas grands, eu égard au cortège qui accompagnait d’ordinaire la personnalité, un consul se déplaçant avec une centaine de personnes. Jean-Philippe Carrié précise que Sidoine Apollinaire avait probablement avec lui une suite, estimée à une quinzaine de personnes. Cependant, rien ne nous dit que cette suite demeurait sans discontinuité aux côtés de Sidoine. De manière générale, ces suites aristocratiques étaient assez réduites par rapport à une époque plus ancienne, probablement autour d’une dizaine de personnes. De plus, Jean-Philippe Carrié a pu préciser que les espaces de certaines villae étaient modulables, comme le suggère la découverte de trous de poteaux. L’espace pouvait donc être compartimenter selon l’événement et le nombre de personnes reçues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.