Les femmes à Rome, actrices de l’hospitalité ? (Ier – IVeme s. ap. J.-C.)

Adèle Arghyris (ENS de Lyon)

Malgré l’absence de synthèse sur le rôle des femmes dans l’hospitalité romaine pour la période impériale et le début de la période tardive, diverses situations invitent à parler d’hospitalité féminine à propos de Rome. Les femmes participent aux banquets publics, revêtent un rôle d’hôtesse dans la domus et participent aux rituels sacrificiels comme aux fêtes d’intégration des nouveaux membres dans la communauté de la cité (mariages, naissances). Elles prennent part dans ce cadre aux fêtes de sociabilité, qui, selon Florence Gherchanoc (Gherchanoc 2006), créent un espace intermédiaire entre le privé et le public et un art de vivre ensemble.

Entre le Ier et le IVème s. ap. J.-C., divers types de sources représentent des scènes de la vie païenne de la période impériale. Malgré l’extension de l’empire, Rome reste la capitale dans laquelle vivent beaucoup de grandes familles, ce qui implique des pratiques de sociabilité importantes. D’une part, les sources littéraires nous donnent des renseignements sur la place des femmes dans les réceptions privées au sein de la domus. D’autre part, divers types de reliefs, de monuments funéraires et de peintures domestiques représentant des banquets publics ou privés invitent à questionner les rôles des femmes dans l’hospitalité romaine, en partie héritée des mondes grecs et orientaux étudiés par Jean-Marie Dentzer dans son ouvrage sur le banquet couché (Dentzer 1982).

Une bibliographie conséquente sur l’hospitalité tout au long de la période nous permet d’étudier, à partir des sources antiques, les différentes situations dans lesquelles les femmes sont actrices de l’hospitalité ainsi que les types et les statuts de ces femmes, c’est-à-dire en majorité les courtisanes, les prêtresses et les matrones. Les études récentes sur l’hospitalité dans l’Antiquité invitent également à questionner les rôles féminins par rapport aux rôles masculins, pour poser la question de l’existence d’une hospitalité féminine à Rome.

Continuer la lecture de « Les femmes à Rome, actrices de l’hospitalité ? (Ier – IVeme s. ap. J.-C.) »

Note de lecture : K. M. D. Dunbabin, The Roman Banquet. Images of Conviviality, Cambridge, 2003

Adèle Arghyris (M2, ENS de Lyon)

L’ouvrage de Katherine Dunbabin, The Roman Banquet, Images of Conviviality, aborde la question de la signification des banquets romains, conçus comme des réunions sociales primordiales à la période classique. Professeur émérite du département d’Antiquité de l’Université de McMaster et spécialiste de l’art romain, Katherine Dunbabin s’appuie sur différents types de sources qui représentent des scènes de banquets diverses, telles que les représentations picturales, les mosaïques domestiques, les tombes et les sarcophages. Elle se fonde également sur les sources littéraires, rédigées par Cicéron, Pline le Jeune, Sidoine Appolinaire, Juvénal et Martial. Reprenant les réflexions de Jean-Marie Dentzer issues de son ouvrage Le motif du banquet couché, l’auteur poursuit un double but : « to explore how art can be used as evidence for social and cultural history, while giving due weight to the conventions and pressures that governed the production of images themselves » (p. XV).

Continuer la lecture de « Note de lecture : K. M. D. Dunbabin, The Roman Banquet. Images of Conviviality, Cambridge, 2003 »

Note de lecture : Fl. Gerchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilités en Grèce ancienne, Paris, 2012

Adèle Arghyris (M2, ENS de Lyon)

L’ouvrage de Florence Gherchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilité en Grèce ancienne, est issu d’une thèse doctorale, soutenue en décembre 1998 sous la direction de Pauline Schmitt-Pantel. Les travaux de l’auteur portent sur les rituels familiaux et la sociabilité : son but est d’étudier « l’ensemble des gestes accomplis par ou au nom d’un individu ou d’une collectivité (en l’occurrence loikos) qui sert à organiser l’espace et le temps familiaux, à définir les rapports entre les hommes et les dieux, à mettre en place les catégories humaines, les liens qui les unissent » (p. 13) ; l’auteur étudie donc l’art de vivre ensemble et les célébrations festives qui en découlent et qui marquent les moments importants de la vie familiale – mariages, naissances, décès, ce que l’auteur appelle une « rupture à l’intérieur du groupe familal » (p. 14). Elle insiste en outre sur la variété du vocabulaire utilisé chez les Grecs pour désigner la famille (oikos, genos, anchisteia). L’ouvrage est ambitieux, dans la mesure où la famille n’a que rarement été étudiée pour elle-même et où les sources littéraires et épigraphiques restent fragmentaires et sont issues d’époques différentes. Les sources littéraires sont également à prendre avec précaution, puisque certaines ne sont que des « discours » et des « mises en scènes » des pratiques grecques (p. 20). La réflexion de l’auteur se construit donc par déduction, et elle prend soin d’en avertir son lecteur.

Continuer la lecture de « Note de lecture : Fl. Gerchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilités en Grèce ancienne, Paris, 2012 »

Note de lecture : Cl. Moatti, Le contrôle des gens de passage à Rome aux trois premiers siècles de notre ère, dans Moatti Cl. et Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, 2007, p. 79-116

Moatti, Cl., Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l'Antiquité à l'époque moderne. Procédures de contrôle et d'identification, Paris, 2007.
Moatti, Cl., Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, 2007.

Adèle Arghyris (M1, ENS de Lyon)

L’ouvrage de Cl. Moatti et W. Kaiser pose la question de la liberté de circulation aux trois premiers siècles de notre ère et l’article de Cl. Moatti vise à rendre compte du contrôle des gens de passage – citoyens provinciaux, pérégrins, élites extérieures, caractérisés par la mobilité et la fluidité des déplacements – à Rome.

Continuer la lecture de « Note de lecture : Cl. Moatti, Le contrôle des gens de passage à Rome aux trois premiers siècles de notre ère, dans Moatti Cl. et Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, 2007, p. 79-116 »