Identifier les structures d’hospitalité dans et près des sanctuaires de Gaule et des Germanies : questions méthodologiques et problèmes de sources

Audrey Ferlut (Université Lyon 3)

L’hospitalité près des sanctuaires, en particulier ceux éloignés des grandes centres urbains – sanctuaires des sources et des eaux, sanctuaires guérisseurs, sanctuaires à une divinité topique liée à une particularité géographique du terrain, sanctuaire aux confins de deux cités (cas du sanctuaire de Bourbonne-les-Bains) –, était une nécessité pour les hommes et les femmes de l’Antiquité romaine. Ces formes de l’hospitalité sont beaucoup mieux connues dans la partie grecque de l’Empire romain, où les voyages pour des pratiques rituelles1 étaient beaucoup plus anciens, beaucoup plus nombreux et mieux documentés2, que dans la partie occidentale. Pourtant, dans les sanctuaires suburbains ou ruraux, il est impossible d’imaginer que tous les dédicants3 aient fait le trajet dans la journée. Leur accueil dans des structures pérennes ou temporaires était donc une condition sine qua non pour le fonctionnement du sanctuaire.

Continuer la lecture de « Identifier les structures d’hospitalité dans et près des sanctuaires de Gaule et des Germanies : questions méthodologiques et problèmes de sources »

  1. Les historiens anglo-saxons utilisent le terme de « pilgrimage » ou pèlerinage. Ce terme est cependant fortement empreint des pratiques chrétiennes et nous semble éloigner des réalités dans la partie occidentale de l’empire romain. Faute d’un terme plus adéquat, nous avons choisi d’utiliser l’expression de voyage pour des pratiques rituelles malgré son caractère imparfait. []
  2. Voir par exemple B. Ault, Housing the Poor and Homeless in Ancient Greece, in B. Ault et L. Nevett (éds), Ancient Greek Houses and Households. Chronological, Regional and Social diversity, Philadelphie, 2005, p. 166-230. Voir également d’autres billets des ateliers HospitAm sur l’hospitalité dans le monde grec. []
  3. Nous privilégierons le terme de dédicant à celui de pèlerin pour éviter les anachronismes. []

Evergètes, hôtes et accueillis dans les structures d’hospitalité des sanctuaires ruraux de Gaule et des Germanies

Audrey Ferlut (Université Lyon 3)

Les sanctuaires dans l’Antiquité, lieux centraux de la vie des cités, sont au cœur des pratiques de la romanité aussi bien à Rome que dans les provinces, provinces dont les habitants s’approprient cette romanité et l’interprètent pour créer ce que Georg Woolf a appelé en 1998 une « culture romaine d’Empire ».

Les sanctuaires peuvent être urbains1 , suburbains2 ou ruraux. Dans le cas des sanctuaires urbains, même si tous les dédicants ne sont pas issus de la cité et de la zone urbaine de la cité, la présence de membres de la famille et/ou de lieux d’hospitalité mercantile – hospitium, tabernae, … comme Marie-Adeline Le Guennec a pu le montrer lors d’un précédent atelier – posent moins de questions quant à l’accueil à proprement parler des dédicants et des personnes qui circulent dans le sanctuaire. En revanche, dans le cas des sanctuaires suburbains comme celui de Feyen ou de l’Altbachtal dans la proximité de Trèves ou de sanctuaires ruraux situés parfois aux confins de la cité, voire de plusieurs cités, comme dans le cas de Bourbonne-les-Bains ou de Luxueil-les-Bains, la question de l’hospitalité des dédicants se pose de manière beaucoup plus pressante. Lorsque le sanctuaire a vocation à être sanctuaire guérisseur, comme à Bourbonne-les-Bains ou à Luxueil-les-Bains, la question se pose encore davantage puisque les dédicants pouvaient rester plusieurs jours, voire semaines sur place. La question des structures d’hospitalité, de leurs vocations mercantiles ou non et de l’organisation voulue par ceux qui accueillent, ceux qui sont accueillis et ceux qui offrent ces structures doit alors être étudiée de manière rigoureuse.

Continuer la lecture de « Evergètes, hôtes et accueillis dans les structures d’hospitalité des sanctuaires ruraux de Gaule et des Germanies »

  1. Ici, nous envisageons le cœur urbain de la cité, soit la plus grande zone urbaine, centres urbains d’une colonie par exemple et/ou capitale provinciale. []
  2. Ce terme de suburbain nous semble plus adéquat dans le sens où il répond en écho au terme latin de suburbium et se rapproche de la réalité latine. Il semble préférable aux termes géographiques contemporains comme périurbains qui ont peu de liens avec les réalités antiques. []

Hospitalité et structures d’hospitalité à proximité des sanctuaires ruraux et de confins

Audrey Ferlut (Université Lyon 3)

 

Les sanctuaires ruraux ou des confins dans la partie occidentale de l’Empire romain ont attiré massivement les hommes et les femmes des cités des Trois Gaules, des Germanies ou de Bretagne pour pratiquer des cultes dédiés à des divinités nourricières, des divinités guérisseuses, des divinités des sources et des eaux et des divinités tutélaires. En raison de la présence de ces sanctuaires dans les zones suburbaines ou dans les zones rurales des cités, les populations qui y venaient, parfois pour plusieurs jours de fête, voire pour des séjours plus longs, avaient besoin de lieux d’accueil. Les fouilles archéologiques de certains sanctuaires ont d’ailleurs mis au jour l’existence d’hospitalia, soit des espaces spécifiques d’accueil des dédicants venant dans le sanctuaire. Néanmoins, la question se pose de savoir si ces hospitalia relèvent de la simple structure d’accueil – dans le sens d’une auberge ou d’un lieu d’accueil – ou s’ils sont vraiment des lieux d’hospitalité. Il est possible d’imaginer que, selon les divinités et les formes prises par le culte, les hospitalia n’aient pas la même fonction : hospitalité dans certains cas – peut-être pour les sanctuaires guérisseurs – ou simple lieu d’accueil des dédicants de passage pour les autres.

L’épigraphie, par l’intermédiaire d’une seule inscription mise au jour à Wasserbillig, a permis de mettre en lumière le rôle de certains hospitalia comme structure dédiée dans un acte d’évergétisme et avec pour objectif précis l’hospitalité. Néanmoins, la documentation épigraphique est beaucoup trop ténue pour pouvoir donner des clés de compréhension suffisante du phénomène. Le croisement avec l’archéologie et les règles diffusées par les textes anciens seront un atout précieux pour répondre à toutes les questions de vocabulaire, d’interprétation des données épigraphiques et archéologiques que la question de l’étude des structures de l’hospitalité dans les sanctuaires ruraux et des confins a mis en lumière.

Continuer la lecture de « Hospitalité et structures d’hospitalité à proximité des sanctuaires ruraux et de confins »