Séminaire HospeRAnt 5 : L’économie de l’hospitalité et de l’accueil II (28 juin 2018, ENS de Lyon)

L’hospitalité, si on la définit comme accueil non-payant, n’en est pour autant pas une pratique anéconomique. Dès l’Antiquité, elle se fonde sur le principe de la réciprocité, concrète ou symbolique, entre les partenaires et engendre la circulation de biens (cadeaux, productions artisanales etc.). Les pratiques hospitalières publiques peuvent elles aussi revêtir des enjeux économiques, en particulier dans leur rapport à l’évergétisme. Enfin, aux côtés de l’hospitalité, se développent d’autres formes d’accueil pleinement monétisées, à l’instar des secteurs hôteliers bien attestés dans les cités grecques, à Rome, dans les royaumes hellénistiques d’Égypte et du Proche-Orient. Comment cette économie de l’hospitalité évolue-t-elle aux périodes plus contemporaines, avec l’institutionnalisation progressive de l’accueil et de sa prise en charge par l’État ?

Continuer la lecture de « Séminaire HospeRAnt 5 : L’économie de l’hospitalité et de l’accueil II (28 juin 2018, ENS de Lyon) »

Une bibliographie partagée Zotero dédiée à l’hospitalité dans la Méditerranée antique

Le projet HospitAm vous propose de découvrir en ligne sa nouvelle base bibliographique participative, dédiée à l’étude de l’hospitalité dans le contexte de la Méditerranée antique. Il s’agit du groupe Zotero « Projet HospitAm », consultable en suivant le lien suivant, ou par recherche à partir de la page d’accueil des Groupes Zotero (https://www.zotero.org/groups). N’hésitez pas à nous contacter (projet.hospitam@gmail.com) si vous souhaitez contribuer à cette bibliographie partagée !

Milia passum . Le Vie Francigene in Sicilia, un progetto di Public History and Archeology tra ricerca scientifica e sviluppo del territorio

Davide Comunale (Università degli Studi di Tor Vergata)

Résumé

L’intervention présente le projet Vie Francigene di Sicilia, croisant histoire des archives, archéologie du paysage et développement touristique : l’auteur montre comment un projet de recherche peut être utilisé comme outil de divulgation, propre à attirer sur un territoire et sur les sites archéologiques liés à la viabilité un public complètement étranger à ce domaine scientifique.

Ecclesia Sancti Leonardi : un luogo di ospitalità sulla strada Agrigento – Licata nel XIII secolo.

Giuseppina Schirò (Università degli Studi di Palermo)

Résumé

Tema specifico di questo intervento è la costruzione dell’Ecclesia Sancti Leonardi e della sua domus caritatis, volute dal vescovo agrigentino Rainaldo de Acquaviva nel XIII secolo per offrire, in ambito rurale, sia i servizi liturgici che quelli legati all’ospitalità gratuita nei confronti di tutti coloro che percorrevano a diverso titolo l’asse stradale a ridosso della costa fra Agrigento e Licata. Il documento di fondazione (1252) posiziona il nuovo complesso proprio a metà di questa arteria, che rivela una certa continuità con i tracciati più antichi lungo cui le fonti itinerarie del IV sec. d.C. segnano un luogo di sosta. Senza che questo dato ci induca a semplicistici paralleli, è evidente che l’area dell’odierna Palma di Montechiaro, dove si propone di localizzare il sito in esame, ancora nel Medioevo rappresentava per le comunicazioni litoranee, e non solo, uno spazio strategico da controllare. E pertanto, per comprendere a fondo la ratio del centro ospitaliero dedicato al santo di Noblat ne abbiamo analizzato i rapporti con le dinamiche insediative e viarie del territorio diocesano e le intersezioni con le scelte del potere politico a soli due anni dalla morte di Federico II.

Les édifices de spectacles romains : lieux publics, lieux d’accueil, lieux d’hospitalité ?

Eloïse Letellier-Taillefer (EFR – IRAA USR 3155)

Résumé

Les édifices de spectacles étaient des bâtiments indispensables dans l’équipement urbain des cités de l’ensemble de l’empire romain. Ils fonctionnaient comme des lieux d’accueil, non seulement dans le cadre des cérémonies et spectacles qu’ils abritaient à dates régulières, mais aussi sans doute, en tant que lieux publics urbains, de manière plus quotidienne. Leur fonction symbolique pour la représentation du corps social hiérarchiquement rassemblé dans les gradins en faisaient en outre d’efficaces instruments de « mise en scène » de l’accueil et de l’intégration des visiteurs et des étrangers en particulier. Peut-on dès lors parler d’hospitalité dans ces lieux publics ? L’auteur se pose la question en s’appuyant sur des cas et des sources divers, de l’étude archéologique en cours dans les théâtres de Pompéi, aux sources épigraphiques ou littéraires qui nous renseignent sur les usages de ces bâtiments.