Les lieux de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne. Introduction

L’objet des deux ateliers HospitAm consacrés aux espaces et aux lieux de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne était de s’interroger sur la transcription spatiale de la différence entre l’hôte-accueilli (qui reste, quoiqu’il advienne, étranger au lieu dans lequel il est admis à pénétrer) et l’hôte-accueillant (dont le rôle vise tantôt à réduire cette distance avec l’hôte-accueilli, tantôt à la circonscrire voire à l’accentuer dans le cas des pratiques d’encadrement et de surveillance). Dès lors, comment s’articule concrètement la relation entre l’hôte accueillant et l’hôte-accueilli ? Comment se manifeste spatialement cette relation en tension ? En quoi cela peut-il nous aider à mieux cerner notre objet d’étude ?

Continuer la lecture de « Les lieux de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne. Introduction »

Le défi logistique du logement durant les grandes fêtes en Grèce ancienne

Nicola Zwingmann (Chercheuse indépendante – Tübingen)

Résumé

Pendant plus d’un millénaire, du VIIIe s. av. J.-C. jusqu’au IVe s. ap. J.-C., se déroulaient tous les quatre ans à Olympie les jeux les plus anciens et les plus grands de l’antiquité grecque. Dès les VIe / Ve s. av. J.-C., 40.000 à 50.000 mille hommes venus de l’ensemble du monde grec gagnaient à cette occasion un sanctuaire situé en pleine campagne, à l’écart de toute infrastructure urbaine. Leur rassemblement représentait évidemment un défi logistique énorme. Comment tous ces gens étaient-ils logés et ravitaillés en nourriture et en eau, et comment se voyaient-ils ménagé un accès aux installations d’hygiène de base? Comment d’autres lieux de grands rassemblements affrontaient-ils ces problèmes et quels sont ici les traits caractéristiques d’Olympie ?

Le deversorium dans les villae occidentales tardives : comment l’identifier ?

Jean-Philippe Carrié (Université de Limoges)

Résumé

Depuis le début du XXe siècle, il est admis que la villa aristocratique romaine était équipée d’appartements pour recevoir les invités et les visiteurs. Les témoignages, depuis Vitruve jusqu’à Isidore de Séville, permettent de comprendre que ces appartements aménagés pour les visiteurs représentent l’application d’un concept assez ancien et sont connus, dès le Ier siècle ap. J.-C., sous le nom de domunculae ou d’hospitalia.

Continuer la lecture de « Le deversorium dans les villae occidentales tardives : comment l’identifier ? »

Note de lecture : A. Tchernia, J.-P. Brun, Le vin romain antique, Paris, 1999

Nadège Vogl (M2, Université Lyon 3)

À  travers leur ouvrage Le Vin Romain Antique, A. Tchernia et J.-P. Brun ont tenté d’offrir une synthèse sur le vaste sujet qu’est le vin antique et, a fortiori, celui des Romains. Pour cela, ils se sont notamment appuyés sur la mise en place d’un protocole d’archéologie expérimentale en vue de produire du vin « antique » au Mas des Tourelles à Beaucaire (Gard). A. Tchernia et J.-P. Brun sont tous deux archéologues et historiens spécialisés dans l’histoire économique antique, ce qui comprend à la fois la production et la commercialisation de denrées et notamment, le vin. Ce dernier a, depuis l’Antiquité, fait l’objet de nombreux travaux, rapports et conseils essentiellement agronomiques que l’on retrouve notamment chez Pline, Caton, Varron, Columelle ou Paladius.  Le Vin Romain Antique s’inscrit donc dans une longue et riche tradition historiographique. Cette dernière est restée, pendant des années, centrée quasi exclusivement sur l’aspect économique de cette denrée. C’est avec la thèse de P. Schmitt-Pantel (La cité au banquet : histoire des banquets publics dans les cités grecques, 1987) que le vin se voit pleinement considéré comme un produit social aux implications sociétales nombreuses et variées. Les rites et codes autour du vin font alors l’objet d’une intensification des recherches et des publications : G. Garrier (dir. Le vin des historiens, 1990), J.-F. Gautier (Histoire du vin, 1992), H. Jonhson (Une histoire mondiale du vin, 2002), M. Poux (L’Âge du vin. Rite de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, 2004), P. E. McGovern (Ancient Wine : The Search for the Origins of Viniculture, 2007)… pour les exemples les plus significatifs.

Continuer la lecture de « Note de lecture : A. Tchernia, J.-P. Brun, Le vin romain antique, Paris, 1999 »

Appel à communications – Colloque international « Tiens bien la route ! Routes, agglomérations et territoires antiques et médiévaux », Bordeaux, 29-30 novembre 2017

Colloque organisé par Sara Zanni (Institut Ausonius, Université Bordeaux Montaigne)

Ce colloque sera consacré à la route antique et médiévale et à ses rapports avec le territoire comme organismes vivants. Une attention spécifique sera dédiée aux nouveaux instruments et aux nouvelles méthodes de recherche et de publication, dans la continuité de la Table Ronde Internationale « La Route Antique et Médiévale : nouvelles approches, nouveaux outils », organisée à Bordeaux le 15 Novembre 2016.

Ce colloque propose d’approfondir les thèmes suivants :
Axe 1 : Routes et agglomérations, instruments de contrôle
structuration du territoire, hiérarchisation du réseau routier.
Axe 2 : L’impact de la route sur la vie des territoires traversés :
a. La transformation de la société sur le plan économique, religieux, culturel.
b. La route dans le paysage et le paysage vu de la route : la notion de territoire routier.
c. Les structures d’accueil, de service et d’hospitalité dans une perspective diachronique.

Axe 3 : Valorisation scientifique et patrimonialisation :
a. La route antique et médiévale sur le Web : une nouvelle ère pour les publications scientifiques, ouvertes également au grand public.
b. Parcs archéologiques et muséalisation.
c. Itinéraires culturels et randonnées à thème historique : en équilibre entre mise en valeur et phénomène de mode.

Proposition de communications :
Les contributions prendront la forme de communications de 20 minutes ou de poster.
Les propositions doivent être adressées à l’adresse suivante, avant le 15 mai 2017 : sara.zanni@u-bordeaux-montaigne.fr
Les propositions seront envoyées en fichier Word et comprendront un titre et un résumé ne dépassant pas les 15 lignes, coordonnées de l’auteur/des auteurs et affiliations scientifiques ou institutionnelles.

Pour consulter l’appel en pdf