Rome et l’hospitalité accordée aux soldats vaincus (VIe-IIIe siècle avant J.-C.)

Mathieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

Les historiens de la conquête romaine décrivent régulièrement les conséquences des défaites militaires et le sort subi par les vaincus, que ces derniers soient Romains, Étrusques ou plus généralement Italiens. Ces récits historiques accordent une attention toute particulière au devenir des soldats blessés, séparés de leur commandant, mis en fuite et souvent poursuivis par l’ennemi victorieux. Dès lors, les historiens antiques décrivent quelquefois l’accueil spontané que certaines cités accordent temporairement aux soldats étrangers vaincus. En effet, ces auteurs valorisent la décision d’accueillir publiquement ces soldats et d’organiser rationnellement leur prise en charge par les autorités publiques. Néanmoins, accorder l’hospitalité à des soldats vaincus demeure avant tout un choix politique dont la portée diplomatique peut être retentissante. Cette pratique peut fragiliser la cité hôte qui, lorsqu’elle souhaite rester neutre, doit assumer les conséquences de ses choix. L’accueil des vaincus étrangers peut être considéré comme un affront par le vainqueur, tout comme le refus d’accueillir des soldats vaincus peut engendrer une rupture diplomatique (voire une guerre) avec la cité qui a perdu la confrontation. Dès lors, le choix d’accorder un refuge temporaire aux étrangers vaincus constitue un dilemme pour les cités italiennes. Ces situations peuvent également devenir une véritable opportunité diplomatique, car elles permettent de renforcer des liens d’amitiés entre cités ou de se faire de nouveaux alliés.

Continuer la lecture de « Rome et l’hospitalité accordée aux soldats vaincus (VIe-IIIe siècle avant J.-C.) »

Les Romains ont-ils accordé le droit d’hospitalité publique à un pirate ? Le jugement des historiens antiques sur Timasitheos de Lipari (393 av. J.-C.)

Matthieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

Dionysos et les pirates. Mosaïque, IIe s. ap. J.-C (Musée du Bardo) (c) Giorces

Au cours de leur récit de l’année 393 avant J.-C., plusieurs historiens antiques racontent comment des pirates de Lipari ont pillé une flottille romaine en route pour déposer une offrande à Delphes. Timasitheos, décrit comme le magistrat de cette « cité de pirate », aurait pourtant renoncé au butin avant de libérer les Romains. Pour le remercier, les autorités romaines lui auraient accordé le privilège de l’hospitalité publique. Cependant, cet épisode peu étudié par les chercheurs a fait l’objet d’une réécriture complexe de la part des historiens romains des époques tardo-republicaine et impériale. Ce processus a probablement transformé en « récompense » l’attribution de l’hospitalité publique à Timasitheos, une réappropriation de l’événement qui masque probablement des enjeux politiques et diplomatiques complexes. Par conséquent, les Romains ont-ils vraiment fait de ce « pirate » un de leurs bienfaiteurs ? Lors de l’atelier de recherche des 15 et 16 décembre 2016, j’ai analysé la réécriture de cet épisode et tenté d’expliquer pourquoi une partie de l’historiographie antique a présenté un interlocuteur important de la res publica comme un pirate. Ce billet résume les principaux points de cette intervention.

Continuer la lecture de « Les Romains ont-ils accordé le droit d’hospitalité publique à un pirate ? Le jugement des historiens antiques sur Timasitheos de Lipari (393 av. J.-C.) »

Tite-Live et l’hospitalité (Ab Vrbe condita, livres 1 à 10) : des choix lexicaux adaptés à un discours sur l’histoire ?

Mathieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

Tite-Live (c) domaine public
Tite-Live (c) domaine public

Au cours des dix premiers livres de son histoire de Rome, Tite-Live évoque à trente-trois reprises des situations d’hospitalités privées et publiques. Si ces occurrences sont décrites par l’auteur avec une précision lexicale inégale, leur analyse met en évidence l’existence d’une terminologie spécifique pour désigner l’hospitalité, à travers l’emploi de substantifs, d’adjectifs et de verbes. Cependant, les choix lexicaux de Tite-Live semblent s’adapter à sa démonstration historique, et changent selon qu’il juge positivement ou négativement l’action d’un individu ou d’un groupe, ou qu’il décrit des cas d’hospitalités privées ou publiques. En s’appuyant sur un relevé exhaustif des situations d’hospitalité décrites dans les dix premiers livres de l’Ab Vrbe condita, cette enquête a pour objectif d’identifier, dans un premier temps, le lexique spécifique employé par Tite-Live pour décrire cette pratique sociale et culturelle. Deuxièmement, cette étude montrera comment, à travers des choix lexicaux, l’historien met l’hospitalité au service d’une démonstration historique sur le rôle des étrangers dans l’histoire des premiers siècles de Rome.

Continuer la lecture de « Tite-Live et l’hospitalité (Ab Vrbe condita, livres 1 à 10) : des choix lexicaux adaptés à un discours sur l’histoire ? »

L’hospitalité de Capoue envers les soldats romains vaincus aux Fourches Caudines, d’après Tite-Live

Mathieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

De la fondation de Rome jusqu’au commencement des guerres puniques, les récits historiques décrivent seulement à trois occasions l’hospitalité accordée par une cité alliée de Rome aux légionnaires vaincus. Tusculum aurait accordé deux fois son hospitalité aux Romains battus par les Èques, en 449 et en 418 ; et en 321, les citoyens de Capoue auraient accueilli spontanément les soldats romains vaincus par les Samnites aux Fourches Caudines. Parmi ces trois occurrences, seule l’hospitalité des Capouans a fait l’objet d’une description détaillée dans l’Ab Vrbe condita de Tite-Live (9.6.4-11). Malgré la précision de cet extrait, le récit de l’auteur latin présente un paradoxe. En effet, selon lui, les Romains n’auraient témoigné aucune reconnaissance à leurs hôtes bienveillants, alors que les Capouans étaient décrits par Tite-Live comme les alliés les plus fidèles de Rome au IVe siècle. Ce comportement contraste avec la générosité des Romains décrite plusieurs fois par Tite-Live au cours de l’histoire des premiers siècles de Rome, car la res publica valorise traditionnellement l’aide reçue de la part de ses alliés, à travers l’attribution de privilèges ou de récompenses ponctuelles. À l’inverse, l’auteur latin décrit l’accueil spontané des Capouans comme un acte de générosité inattendu de la part d’un peuple qu’il juge orgueilleux. Cette mise en scène des faits par l’auteur romain, postérieure de trois siècles aux événements, reflète sans doute l’image négative attribuée par l’historiographie antique à Capoue, une cité qui, après avoir été l’alliée de Rome, l’a trahie pour accorder son hospitalité à Hannibal au cours de la deuxième guerre punique. L’analyse de cet extrait met en évidence les difficultés spécifiques que présentent les récits historiques pour étudier l’hospitalité au cours des premiers siècles de Rome et l’imaginaire qui lui est associé à l’époque d’Auguste. Continuer la lecture de « L’hospitalité de Capoue envers les soldats romains vaincus aux Fourches Caudines, d’après Tite-Live »