Ecclesia Sancti Leonardi : un luogo di ospitalità sulla strada Agrigento – Licata nel XIII secolo.

Giuseppina Schirò (Università degli Studi di Palermo)

Résumé

Tema specifico di questo intervento è la costruzione dell’Ecclesia Sancti Leonardi e della sua domus caritatis, volute dal vescovo agrigentino Rainaldo de Acquaviva nel XIII secolo per offrire, in ambito rurale, sia i servizi liturgici che quelli legati all’ospitalità gratuita nei confronti di tutti coloro che percorrevano a diverso titolo l’asse stradale a ridosso della costa fra Agrigento e Licata. Il documento di fondazione (1252) posiziona il nuovo complesso proprio a metà di questa arteria, che rivela una certa continuità con i tracciati più antichi lungo cui le fonti itinerarie del IV sec. d.C. segnano un luogo di sosta. Senza che questo dato ci induca a semplicistici paralleli, è evidente che l’area dell’odierna Palma di Montechiaro, dove si propone di localizzare il sito in esame, ancora nel Medioevo rappresentava per le comunicazioni litoranee, e non solo, uno spazio strategico da controllare. E pertanto, per comprendere a fondo la ratio del centro ospitaliero dedicato al santo di Noblat ne abbiamo analizzato i rapporti con le dinamiche insediative e viarie del territorio diocesano e le intersezioni con le scelte del potere politico a soli due anni dalla morte di Federico II.

Les édifices de spectacles romains : lieux publics, lieux d’accueil, lieux d’hospitalité ?

Eloïse Letellier-Taillefer (EFR – IRAA USR 3155)

Résumé

Les édifices de spectacles étaient des bâtiments indispensables dans l’équipement urbain des cités de l’ensemble de l’empire romain. Ils fonctionnaient comme des lieux d’accueil, non seulement dans le cadre des cérémonies et spectacles qu’ils abritaient à dates régulières, mais aussi sans doute, en tant que lieux publics urbains, de manière plus quotidienne. Leur fonction symbolique pour la représentation du corps social hiérarchiquement rassemblé dans les gradins en faisaient en outre d’efficaces instruments de « mise en scène » de l’accueil et de l’intégration des visiteurs et des étrangers en particulier. Peut-on dès lors parler d’hospitalité dans ces lieux publics ? L’auteur se pose la question en s’appuyant sur des cas et des sources divers, de l’étude archéologique en cours dans les théâtres de Pompéi, aux sources épigraphiques ou littéraires qui nous renseignent sur les usages de ces bâtiments.

Accueil-logement-divertissement : les lieux de l’hospitalité publique dans le monde grec

Richard Bouchon (Université Lyon 2 – HiSoMA)

Résumé

Les communautés grecques disposaient-elles d’équipements spécifiques pour accueillir leurs hôtes publics ? On peut largement douter qu’une présence a priori assez courte dans le temps ait pu entraîner des constructions relevant de l’espace de la cité. Pourtant l’invité public constitue une catégorie au sein de la population qu’il est nécessaire de rendre visible aux yeux de la communauté accueillante. On tentera pourtant de passer en revue ce que les sources nous apprennent de la façon dont ont été pris en charge les différents moments de la séquence d’hospitalité, accueil officiel, repas, logement, activités de divertissement, en insistant sur trois exemples : la maison des Thébains à Delphes, l’édifice pour les juges et les Romains à Sparte et le théâtre de Larissa en Thessalie.

 

Rome et l’hospitalité accordée aux soldats vaincus (VIe-IIIe siècle avant J.-C.)

Mathieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

Les historiens de la conquête romaine décrivent régulièrement les conséquences des défaites militaires et le sort subi par les vaincus, que ces derniers soient Romains, Étrusques ou plus généralement Italiens. Ces récits historiques accordent une attention toute particulière au devenir des soldats blessés, séparés de leur commandant, mis en fuite et souvent poursuivis par l’ennemi victorieux. Dès lors, les historiens antiques décrivent quelquefois l’accueil spontané que certaines cités accordent temporairement aux soldats étrangers vaincus. En effet, ces auteurs valorisent la décision d’accueillir publiquement ces soldats et d’organiser rationnellement leur prise en charge par les autorités publiques. Néanmoins, accorder l’hospitalité à des soldats vaincus demeure avant tout un choix politique dont la portée diplomatique peut être retentissante. Cette pratique peut fragiliser la cité hôte qui, lorsqu’elle souhaite rester neutre, doit assumer les conséquences de ses choix. L’accueil des vaincus étrangers peut être considéré comme un affront par le vainqueur, tout comme le refus d’accueillir des soldats vaincus peut engendrer une rupture diplomatique (voire une guerre) avec la cité qui a perdu la confrontation. Dès lors, le choix d’accorder un refuge temporaire aux étrangers vaincus constitue un dilemme pour les cités italiennes. Ces situations peuvent également devenir une véritable opportunité diplomatique, car elles permettent de renforcer des liens d’amitiés entre cités ou de se faire de nouveaux alliés.

Continuer la lecture de « Rome et l’hospitalité accordée aux soldats vaincus (VIe-IIIe siècle avant J.-C.) »

Identifier des lieux d’hospitalité spécialisés en milieu chrétien oriental (IVe-VIe siècles) : apports et aporie de la documentation textuelle

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon – HiSoMA UMR 51 89)

Est-il possible d’identifier des lieux d’accueil ou d’hospitalité spécialisés en contexte chrétien à partir des sources littéraires, à quels problèmes de méthode se heurte-t-on ? On entend par « spécialisé »  ce qui répond à un « emploi précis, déterminé, restreint » (Trésor de la langue française). Pour ce faire, il s’agit de chercher à identifier des lieux uniquement dévolus à l’hospitalité ou à l’accueil, en excluant volontairement les lieux « polyvalents ». Il s’agit ensuite d’identifier des lieux dévolus à un type spécifique d’accueil ou d’hospitalité, i.e. liés à une fonction particulière (l’accueil pour des soins, l’accueil lors de pèlerinages) ou destinés à une catégorie spécifique d’hôtes-accueillis (moines, malades, orphelins…). Il s’agit, enfin, de chercher à identifier des lieux/structures dévolus à un moment spécifique de l’hospitalité, envisagée alors comme une séquence. Par exemple, quel lien établir entre les modalités de franchissement d’un seuil et l’apparition de véritables complexes de porterie en milieu monastique ? Établir une différence entre lieu d’accueil et lieu d’hospitalité semble peu pertinent ici car la moralisation du discours chrétien engendre une réelle confusion autour de ces deux notions et rend la distinction assez floue. L’Orient tardo-antique constitue le terrain d’enquête. Il présente le triple intérêt d’avoir été précocement christianisé, d’avoir connu un développement important du monachisme et d’être renseigné par une abondante documentation textuelle en langue grecque, syriaque (et latine dans une moindre mesure).

Continuer la lecture de « Identifier des lieux d’hospitalité spécialisés en milieu chrétien oriental (IVe-VIe siècles) : apports et aporie de la documentation textuelle »