L’hospitalité au féminin en question : xenia, proxenia et theorodokia

Marie Augier (Université de Strasbourg – Archimède UMR 7044)

L’hospitalité est présentée d’ordinaire comme une affaire d’hommes. Si la xenia crée des relations interpersonnelles entre deux oikoi, elle est portée dans la littérature archaïque et classique par l’homme de l’oikos, même si dans ce contexte-là les femmes sont impliquées dans les pratiques liées à l’hospitalité et même si cette relation interpersonnelle s’étend aux enfants. Le vocabulaire dit bien cela, puisque aucun nom féminin ne correspond au terme grec xenos et qu’aucune femme n’est qualifiée seule de xenos dans ce type de relation –sauf dans un texte tardif. Outre dans le cadre de relations interpersonnelles, l’hospitalité prend une autre dimension quand elle met en relation une communauté tout entière, la cité et un individu qui est alors qualifié de proxène et qui avait pour rôle non seulement d’héberger à leur passage les ressortissants de la cité qui lui reconnaissaient ce titre, mais également parfois de les introduire et de les représenter devant les instances politiques et judiciaires de la cité. Ce proxenos devait donc avoir le statut de citoyen. Or, l’épigraphie nous a livré le nom d’au moins quatre femmes proxènes aux périodes hellénistique et romaine, parmi lesquelles une prêtresse qui en qualité de théore a dû également bénéficier de l’hospitalité lors de son passage à Delphes. Outre ces quatre femmes proxènes, cinq femmes ont également servi comme théorodoques selon des inscriptions du IVe au IIe siècle avant J.-C., c’est-à-dire ont été désignées pour accueillir et conduire hors de la cité les théores venus annoncer des fêtes célébrées dans leur pays. Souvent présentées comme des anomalies ou des exceptions, ces femmes ne sont pas moins désignées explicitement comme actrices de l’hospitalité en tant que proxenoi ou theorodokoi dans la documentation. Plusieurs questions se posent : quelle valeur accorder à ces documents qui mentionnent des femmes xenoi, proxenoi ou theorodokoi ? De quelles femmes s’agissait-il ? Quel était le réel rôle de ces femmes dans ces pratiques de sociabilité ordinairement masculines ? Que nous apprennent ces documents sur leur statut socio-économique à la période hellénistique où la documentation évoque le rôle public de nombreuses prêtresses ou évergètes ? S’agissait-il de titres effectifs ou purement honorifiques ?

Continuer la lecture de « L’hospitalité au féminin en question : xenia, proxenia et theorodokia »

Figures et anti-figures de l’hospitalité dans les écrits du judaïsme hellénistique

Smaranda Marculescu (ENS de Lyon -IHRIM)

Abstract

Dans les écrits du judaïsme hellénistique (Livre de la Sagesse, Philon, Flavius Josèphe, etc.), les réécritures et les interprétations liées à certaines figures du Pentateuque  en mettent souvent en avant, bien plus que le texte biblique, les traits hospitaliers, voire inhospitaliers. L’analyse de ces figures et des exégèses qui leur sont associées permet de saisir les enjeux liés à l’idée d’hospitalité dans les contextes religieux, philosophiques et historiques spécifiques qui ont marqué ces productions littéraires. Plusieurs facteurs extra-bibliques ont pu avoir un impact sur les représentations de l’hospitalité dans le judaïsme alexandrin. Parmi eux figurent, par exemple, les accusations de misanthropie à l’égard des Juifs et de leur particularisme cultuel et religieux dont se font l’écho des auteurs latins comme Pline et Tacite. La prééminence d’une figure de l’hospitalité pourrait alors être perçue comme une réponse à de telles accusations.

L’aristocratie romaine et l’hospitalité à la fin de la République. Statuts, pratiques et représentations

Robinson Baudry (Université Paris Ouest)

Buste identifié à Cicéron – Musées Capitolins, Rome (c) © José Luiz Bernardes Ribeiro / , via Wikimedia Commons

Le point de départ de cette recherche, dont le présent article ne constitue qu’un état des lieux provisoire, réside dans le projet d’analyser la position sociale et politique des acteurs de l’hospitalité et de mettre cette dernière en relation avec le contenu et les représentations de cette pratique, à partir d’une enquête prosopographique, qui est loin d’être achevée. Je précise que, pour l’heure, j’ai limité ma recherche à l’hospitalité unissant des aristocrates romains à des notables provinciaux, laissant de côté les Italiens, sur lesquels les analyses de T. P. Wiseman constituent encore un bon point de départ (Wiseman, 1971, p. 33-38). Dans la Rome tardo-républicaine, l’aristocratie désignait une catégorie sociale cohérente mais fortement hiérarchisée, selon des critères complexes, sociaux (la naissance, qui détermine en particulier l’appartenance à la noblesse), politiques (la progression dans la carrière, dont le terme dignitas peut rendre compte) ou juridiques (l’appartenance au patriciat, par exemple).

Dans quelle mesure ces distinctions internes rejaillissaient-elles sur les pratiques de l’hospitalité ? Elle pesaient sur le choix des hôtes, ne serait-ce que parce que les nobles pouvaient partiellement compter sur des réseaux d’hospitalité dont ils avaient hérité. Plus fondamentalement, la position sociale et politique des deux protagonistes de l’hospitalité fonctionnait comme un marqueur social pour l’un comme pour l’autre. Joseph Hellegouarc’h a pu ainsi écrire (Hellegouarc’h, 1963, p. 52) : « hospitium apparaît dans les textes comme un élément du « standing » d’un individu ».

Mais, précisément, qu’en était-il de la position sociale de ces notables provinciaux, comment était-elle évaluée par les Romains ? En théorie, l’hospitalité privée était supposée, comme l’amicitia, unir des individus de rang comparable et reposait sur la réciprocité, mais la dissymétrie des relations entre Rome et les cités du monde romain rendait la situation plus complexe, comme le soulignait encore récemment J. Nicols (Nicols, 2014, p. 187), à la suite de Badian (Badian, 1958, p. 11-13). De façon plus générale, se pose la question de la comparabilité entre des aristocraties dépendant d’organisations socio-politiques différentes.

Continuer la lecture de « L’aristocratie romaine et l’hospitalité à la fin de la République. Statuts, pratiques et représentations »

L’accueil des enfants en milieu monastique syriaque (Ve-VIIIe siècles)

Florence Jullien (CNRS, UMR 7528 “Mondes iranien et indien”)

Monastère de Mār Yoḥannon, Ṭūr ‘Abdīn. © S. de Courtois (prêt gracieux de l’auteur)

À l’instar des structures monastiques du milieu byzantin, les monastères syriaques (syro-orientaux ou syro-orthodoxes) ont été des lieux d’accueil ouverts à l’instruction des enfants et des jeunes gens. Cette tradition très ancienne a suscité un certain nombre de contraintes aux acteurs de l’hospitalité comme à ses bénéficiaires. Cela explique qu’elle ait été souvent remise en question, discutée, conspuée même, et qu’elle ait pu occasionner des réserves de la part d’une partie de la population monastique.

Continuer la lecture de « L’accueil des enfants en milieu monastique syriaque (Ve-VIIIe siècles) »

Les Romains ont-ils accordé le droit d’hospitalité publique à un pirate ? Le jugement des historiens antiques sur Timasitheos de Lipari (393 av. J.-C.)

Matthieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

Dionysos et les pirates. Mosaïque, IIe s. ap. J.-C (Musée du Bardo) (c) Giorces

Au cours de leur récit de l’année 393 avant J.-C., plusieurs historiens antiques racontent comment des pirates de Lipari ont pillé une flottille romaine en route pour déposer une offrande à Delphes. Timasitheos, décrit comme le magistrat de cette « cité de pirate », aurait pourtant renoncé au butin avant de libérer les Romains. Pour le remercier, les autorités romaines lui auraient accordé le privilège de l’hospitalité publique. Cependant, cet épisode peu étudié par les chercheurs a fait l’objet d’une réécriture complexe de la part des historiens romains des époques tardo-republicaine et impériale. Ce processus a probablement transformé en « récompense » l’attribution de l’hospitalité publique à Timasitheos, une réappropriation de l’événement qui masque probablement des enjeux politiques et diplomatiques complexes. Par conséquent, les Romains ont-ils vraiment fait de ce « pirate » un de leurs bienfaiteurs ? Lors de l’atelier de recherche des 15 et 16 décembre 2016, j’ai analysé la réécriture de cet épisode et tenté d’expliquer pourquoi une partie de l’historiographie antique a présenté un interlocuteur important de la res publica comme un pirate. Ce billet résume les principaux points de cette intervention.

Continuer la lecture de « Les Romains ont-ils accordé le droit d’hospitalité publique à un pirate ? Le jugement des historiens antiques sur Timasitheos de Lipari (393 av. J.-C.) »