Entre les larmes du suppliant et le rire du tyran : la subversion des valeurs hospitalières en une « bouffonnerie de l’hospitalité »

Mosaïque de Théodora – Basilique de Saint Vitale à Ravenne (en 547 après J.C), Italie. UNESCO World heritage site.
(c) Creative Commons

Opaline Dzieciol (Université Jean Moulin Lyon 3, Master Mondes Anciens, parcours LLCA) et Célia Charlet

C’est à la suite des Guerres que Procope de Césarée, ancien avocat et secrétaire particulier de Bélisaire, écrit son dernier ouvrage, aux pages bien plus virulentes et controversées : l’Histoire secrète aurait été rédigée vers 550, bien qu’il n’ait probablement pas pu la faire circuler de son vivant ni de celui de Justinien en raison des critiques polémiques à l’encontre de l’empereur. De fait, cette œuvre a été finalement assez peu citée par les sources puisque les premières mentions sont datées d’au moins cinq siècles après sa composition. La critique moderne elle-même reste divisée quant à la pertinence historique de l’œuvre lorsqu’elle fut exploitée en tant que source. Tenant à la fois de l’anecdote et du récit pseudo-historique, ce pamphlet présente le couple impérial formé par Justinien et Théodora d’une façon violente, voire caricaturale : sous la plume de Procope, Justinien devient un lâche à la nature démoniaque,  Théodora une impératrice tyrannique et frivole et Bélisaire, un général faible et sans pouvoir. Ces portraits contrastent pourtant avec les autres sources, plus particulièrement celui de Théodora qui fait l’objet d’une hagiographie dans les sources syriaques contemporaines, telles que les Vies des Saints orientaux de Jean d’Éphèse. L’Histoire secrète est donc avant tout destinée à un public élitiste, contemporain à l’auteur et, tout comme ce dernier, conservateur, ce qui explique les maintes références aux littératures et idéaux classiques ainsi que les critiques à l’encontre de la politique engagée sous l’Empire romain tardif. Au cœur de ces valeurs ancestrales dont il déplore la corruption, celles de l’hospitalité prennent une place de choix dans les mises en scène incriminantes de l’auteur.

Continuer la lecture de « Entre les larmes du suppliant et le rire du tyran : la subversion des valeurs hospitalières en une « bouffonnerie de l’hospitalité » »

Parution des actes du colloque Hospitalité et régulation de l’altérité dans l’Antiquité méditerranéenne, dir. Claire Fauchon-Claudon et Marie-Adeline Le Guennec, Bordeaux, Ausonius, coll. Scripta Antiqua 156, 2022

Cet ouvrage est le fruit du colloque international organisé à Lyon (ENS de Lyon, U. Lumière Lyon 2 et Jean Moulin Lyon 3) les 5, 6 et 7 septembre 2018, dans le cadre du projet collectif HospitAm. Il propose, en vingt contributions, un regard global sur cette pratique culturelle partagée par les différentes civilisations du bassin méditerranéen antique qu’est l’hospitalité.

Continuer la lecture de « Parution des actes du colloque Hospitalité et régulation de l’altérité dans l’Antiquité méditerranéenne, dir. Claire Fauchon-Claudon et Marie-Adeline Le Guennec, Bordeaux, Ausonius, coll. Scripta Antiqua 156, 2022 »

Pour ou contre l’étranger ? Le concept de Xenia et ses dérivés dans l’œuvre d’Eusèbe de Césarée.


Yaël le Doledec et Paul Adjibi (Ecole Normale Supérieure de Lyon)        

    Eusèbe, évêque de Césarée (265-339), est un théologien majeur d’époque impériale, auteur, notamment, de la première Histoire ecclésiastique, et exégète important. Personnalité proche du pouvoir constantinien, sa période d’activité principale se situe à un moment très important de l’histoire du christianisme, celui de la conversion de l’empereur Constantin à la religion chrétienne, initiant le processus de conversion de l’Empire Romain. Le christianisme passe en effet au cours du IVe siècle du statut de religion persécutée à celui de seule religion autorisée par l’État.

Continuer la lecture de « Pour ou contre l’étranger ? Le concept de Xenia et ses dérivés dans l’œuvre d’Eusèbe de Césarée. »

Quelques pistes pour définir une crise d’hospitalité : étude de la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate

Maguelonne de Solère-Tardy (ENS de Lyon, Master Mondes Anciens) et Manon Raison (Université Lyon 3, Master Mondes Anciens), stagiaires du projet HospitAm (ELAN-ERC, 2020)

Carte retraçant les voyages d’Apollonios (Google Earth)

C’est à la demande de l’impératrice Julia Domna que Philostrate d’Athènes, auteur romain de langue grecque du début du IIIe siècle, aurait composé la Vie d’Apollonios de Tyane. Tenant à la fois de la biographie encomiastique, du récit de voyage et même du roman grec par ses procédés narratifs, cette œuvre retrace les périples du philosophe et thaumaturge grec du Ier siècle Apollonios de Tyane. Le sage, pour qui « la Grèce est partout » (I, 35), parcourt ainsi l’ensemble de l’oikoumène, de l’Inde à Gibraltar en passant par la Grèce, Rome et l’Éthiopie. Jalonnée de multiples rencontres avec l’altérité, la Vie d’Apollonios est le théâtre de nombreuses séquences d’hospitalité, mais surtout d’hospitalité en crise. L’objectif de la présente synthèse est de présenter des éléments constitutifs des crises d’hospitalité dans l’oeuvre. 

Continuer la lecture de « Quelques pistes pour définir une crise d’hospitalité : étude de la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate »

De l’hostilité à l’hospitalité : rencontre entre un sage grec et un satrape parthe sur la route de Babylone (Vie d’Apollonios de Tyane, I, 21)

Maguelonne de Solère-Tardy (ENS de Lyon, Master Mondes Anciens) et Manon Raison (Université Lyon 3, Master Mondes Anciens), stagiaires du projet HospitAm (ELAN-ERC, 2020)

Au livre I de la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate, rédigée au IIIe s. après J.-C., mais censée se dérouler deux siècles plus tôt, le philosophe grec quitte son Anatolie natale pour partir en quête des Brahmanes, en Inde. Alors qu’il traverse l’empire parthe, il est arrêté au poste de garde d’un satrape : la rencontre entre les deux hommes, qui n’est pas dénuée de comique, semble d’abord marquée par une incompréhension et un mépris réciproques. Se déroulant au milieu du livre, elle constitue un tremplin vers l’hospitalité du Grand Roi, culminant à la fin du tome. L’entrée d’Apollonios en Mésopotamie, contrôlée par un douanier (I, 20), opposait déjà deux cultures, entre d’une part la sagesse grecque – Apollonios déclarant apporter avec lui les qualités de l’esprit – et d’autre part la cupidité du fonctionnaire, qui consigne ces attributs en tant que biens matériels. La rencontre entre Apollonios et le satrape, qui semble obéir à ce schéma, se conclut toutefois sur une offre d’hospitalité : il s’agira donc d’identifier ce qui conduit le satrape à se faire l’hôte du sage grec, ainsi que les modalités de cette hospitalité inattendue. La réponse d’Apollonios à l’offre du Parthe ne semble en effet pas une acceptation passive, le sage redéfinissant l’hospitalité qui lui est proposée selon ses propres normes.

Continuer la lecture de « De l’hostilité à l’hospitalité : rencontre entre un sage grec et un satrape parthe sur la route de Babylone (Vie d’Apollonios de Tyane, I, 21) »