Appel à communications – Colloque « Women and Pilgrimage in the Ancient and Pre-Modern World », Université d’Amsterdam, 8-8 juin 2018

Appel à communicationsWomen and Pilgrimage in the Ancient and Pre-Modern World – Université d’Amsterdam, 8-9 June 2018 (org. Marlena Whiting et Emilia Salerno)

 

L’objectif de ce colloque est d’explorer les dimensions sociales des voyages de femmes orientés par la religion (« pèlerinage ») dans une perspective transculturelle et diachronique. Il verra intervenir des spécialistes venus de différentes disciplines, historiens, archéologues, anthropologues, spécialistes du fait religieux, du Proche-Orient, du genre, etc. Les propositions de communications doivent être envoyées d’ici le 12 janvier 2018. Ces propositions, de même que les interventions, devront être faites en anglais. De plus amples informations peuvent être trouvées dans le call for papers téléchargeable ici.

 

Identifier des lieux d’hospitalité spécialisés en milieu chrétien oriental (IVe-VIe siècles) : apports et aporie de la documentation textuelle

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon – HiSoMA UMR 51 89)

Est-il possible d’identifier des lieux d’accueil ou d’hospitalité spécialisés en contexte chrétien à partir des sources littéraires, à quels problèmes de méthode se heurte-t-on ? On entend par « spécialisé »  ce qui répond à un « emploi précis, déterminé, restreint » (Trésor de la langue française). Pour ce faire, il s’agit de chercher à identifier des lieux uniquement dévolus à l’hospitalité ou à l’accueil, en excluant volontairement les lieux « polyvalents ». Il s’agit ensuite d’identifier des lieux dévolus à un type spécifique d’accueil ou d’hospitalité, i.e. liés à une fonction particulière (l’accueil pour des soins, l’accueil lors de pèlerinages) ou destinés à une catégorie spécifique d’hôtes-accueillis (moines, malades, orphelins…). Il s’agit, enfin, de chercher à identifier des lieux/structures dévolus à un moment spécifique de l’hospitalité, envisagée alors comme une séquence. Par exemple, quel lien établir entre les modalités de franchissement d’un seuil et l’apparition de véritables complexes de porterie en milieu monastique ? Établir une différence entre lieu d’accueil et lieu d’hospitalité semble peu pertinent ici car la moralisation du discours chrétien engendre une réelle confusion autour de ces deux notions et rend la distinction assez floue. L’Orient tardo-antique constitue le terrain d’enquête. Il présente le triple intérêt d’avoir été précocement christianisé, d’avoir connu un développement important du monachisme et d’être renseigné par une abondante documentation textuelle en langue grecque, syriaque (et latine dans une moindre mesure).

Continuer la lecture de « Identifier des lieux d’hospitalité spécialisés en milieu chrétien oriental (IVe-VIe siècles) : apports et aporie de la documentation textuelle »

Entretien avec D. Tilloi d’Ambrosi, auteur de L’empire romain par le menu

Dans le cadre du projet Alba la romaine, Hugo Fresnel et Raphaël Marteau ont interviewé Dimitri Tilloi d’Ambrosi à l’occasion de la parution de son ouvrage sur l’alimentation romaine, L’empire romain par le menu (Paris, Arkhê éditions, 2017).

Continuer la lecture de « Entretien avec D. Tilloi d’Ambrosi, auteur de L’empire romain par le menu »

Conférence-débat : Politique de l’hospitalité, Arras, 21 novembre 2017

Le mardi 21 novembre, B. Boudou présentera son livre, Politique de l’hospitalité : une généalogie conceptuelle (Paris, 2017), à la Cité scolaire Gambetta-Carnot d’Arras, dans le cadre de la manifestation Citéphilo. La discussion sera assurée par Arnaud Bouaniche et Marie-Adeline Le Guennec.

Pour plus d’informations : http://www.citephilo.org/

Continuer la lecture de « Conférence-débat : Politique de l’hospitalité, Arras, 21 novembre 2017 »

Espaces de l’hospitalité gratuite, espaces de l’accueil marchand dans l’Occident romain (République et Haut-Empire) : distinctions et porosités

Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome)

Si j’ai été amenée à m’intéresser à la question des lieux destinés à la prise en charge des gens de passage dans le contexte de l’Occident romain antique (République – Haut Empire), c’est à l’origine au sujet d’une forme d’accueil qui n’est pas l’hospitalité gratuite, privée ou publique, bien que son rapport à l’hospitalité soit plus direct qu’on ne le penserait de prime abord : l’accueil mercantile. L‘importance dévolue à la pratique de l’hospitalité privée ou publique dans le contexte culturel romain, notamment au sein des élites, s’avère en effet une donnée essentielle pour rendre compte de la place que pouvaient occuper, au sein d’un monde romain en mouvement, les établissements dédiés à l’accueil mercantile, les professionnels qui y travaillaient, et la clientèle qui les fréquentait.

Comme je l’ai montré lors d’un précédent atelier, l‘étude du lexique permet de mettre en pleine lumière cette influence, polémique ou archétypale, de l’hospitalité sur l’accueil mercantile romain, avec l’entrée progressive dans le champ lexical latin de l’auberge de termes relevant originellement de l’hospitalité privée, en particulier hospes et hospitium Qu’en est-il en revanche des sources matérielles et notamment des vestiges archéologiques1 ? Est-ce que, pour l’Occident romain, l’antagonisme qui se fait jour dans les sources textuelles se poursuit jusque dans la matérialité d’un côté, de l’accueil mercantile et de l’autre, de l’hospitalité gratuite ? Et dans ce cas, sous quelle forme : par le recours à des structures matérielles nettement distinctes ? N’est-ce pas plutôt, serait-on en droit de se demander par rapprochement avec les sources écrites et iconographiques, par l’emprunt par l’accueil mercantile des structures matérielles de l’hospitalité ? Ou encore, a-t-on éventuellement affaire à des structures matérielles plus largement associées dans l’Antiquité romaine à l’accueil temporaire, qui se donneraient en cela également à voir, par exemple, dans les stations routières officielles ?

Continuer la lecture de « Espaces de l’hospitalité gratuite, espaces de l’accueil marchand dans l’Occident romain (République et Haut-Empire) : distinctions et porosités »

  1. Les sources iconographiques témoignent elles aussi, pour l’essentiel, d’une transposition / reproduction des motifs de l’hospitalité privée, notamment symposiaque. []