Appel à communications – Colloque « Women and Pilgrimage in the Ancient and Pre-Modern World », Université d’Amsterdam, 8-8 juin 2018

Appel à communicationsWomen and Pilgrimage in the Ancient and Pre-Modern World – Université d’Amsterdam, 8-9 June 2018 (org. Marlena Whiting et Emilia Salerno)

 

L’objectif de ce colloque est d’explorer les dimensions sociales des voyages de femmes orientés par la religion (« pèlerinage ») dans une perspective transculturelle et diachronique. Il verra intervenir des spécialistes venus de différentes disciplines, historiens, archéologues, anthropologues, spécialistes du fait religieux, du Proche-Orient, du genre, etc. Les propositions de communications doivent être envoyées d’ici le 12 janvier 2018. Ces propositions, de même que les interventions, devront être faites en anglais. De plus amples informations peuvent être trouvées dans le call for papers téléchargeable ici.

 

Entretien avec D. Tilloi d’Ambrosi, auteur de L’empire romain par le menu

Dans le cadre du projet Alba la romaine, Hugo Fresnel et Raphaël Marteau ont interviewé Dimitri Tilloi d’Ambrosi à l’occasion de la parution de son ouvrage sur l’alimentation romaine, L’empire romain par le menu (Paris, Arkhê éditions, 2017).

Continuer la lecture de « Entretien avec D. Tilloi d’Ambrosi, auteur de L’empire romain par le menu »

Conférence-débat : Politique de l’hospitalité, Arras, 21 novembre 2017

Le mardi 21 novembre, B. Boudou présentera son livre, Politique de l’hospitalité : une généalogie conceptuelle (Paris, 2017), à la Cité scolaire Gambetta-Carnot d’Arras, dans le cadre de la manifestation Citéphilo. La discussion sera assurée par Arnaud Bouaniche et Marie-Adeline Le Guennec.

Pour plus d’informations : http://www.citephilo.org/

Continuer la lecture de « Conférence-débat : Politique de l’hospitalité, Arras, 21 novembre 2017 »

Les villas d’Alba-la-Romaine

Élisa Boussart, Lucie Salamor (Projet Alba-la-Romaine)

La mosaïque aux poissons retrouvée à Alba-la-Romaine (c) P. Fournier

Villa, domus : une terminologie difficile à établir

Dans sa thèse parue en 1983, R. Lauxerois écrit : “Ville ouverte, la capitale [Alba] débordait dans toute la plaine, jusque sur les coteaux”. S’esquisse alors une différenciation qualitative et spatiale dans la civitas d’Alba Helviorum, et qui semble s’inscrire dans la typologie des modes d’habitation relevés dans le Haut Empire romain. Si la première campagne de fouilles dans les années 1960 permet de mettre en avant les contours du centre monumental, la deuxième phase initiée dans les années 1980 a élargi le cercle de connaissances sur Alba aux limites larges de la cité. Deux types d’habitation sont donc attestés : la domus et la villa.

Cependant, entre ces deux formes d’habitation, la distinction est difficile, et la limite à poser entre ces groupes architecturaux est conditionnée par un mince corpus de sources architecturales et littéraires à Alba. De plus, les fouilles à Alba s’inscrivent dans un contexte de débat historiographique quant à la terminologie alors en place ; la villa, réalité architecturale ou fonctionnelle, telle est la question. C’est seulement en 1990, par la parution d’une synthèse des fouilles jusqu’alors réalisées, Architecture et urbanisme antique, que la clarification se fait. Après un élargissement du cercle de fouilles, un examen approfondi des emplacements, des sols, des matériaux de construction et des vestiges archéologiques, Le Pinard, forme d’habitat simple en 1981, puis villa en 1989, obtient le statut -encore reconnu aujourd’hui- de domus. Dans ce même ouvrage, trois villae sont clairement définies : la villa suburbaine de Saint-Martin, la villa de la Plaine et la villa de Juliau.

A grande ou à petite échelle, la présence de villae donne des indications sur les orientations socio-économiques de la cité. Production, échanges, hospitalité, consommation, les villae proposent des modalités particulières de ces pratiques dans la cité des Helviens.

Continuer la lecture de « Les villas d’Alba-la-Romaine »

La vigne à Alba : bref aperçu

Émilien Legendre et Léo Rosell (Projet Alba-la-Romaine)

Feuille de vigne en bronze retrouvée à Alba-la-romaine (c) P. Fournier

« On a découvert, il y a sept ans, à Alba helvia, dans la Narbonnaise, une vigne qui passe la fleur en un jour, ce qui la protège des accidents ; on la nomme carbunica et la province entière en est plantée aujourd’hui » (XIV, 43). C’est par ces mots de Pline, tirés de son Histoire naturelle, que nous apprenons que dès l’époque romaine la région était connue pour sa production viticole. On peut penser que le nom de ce cépage, carbunica, renvoyait à sa couleur, qui devait être d’un rouge foncé. Le plant aurait été découvert à Alba vers 70 après J.-C., et serait passé du stade de lambrusque à celui de vigne cultivée, avant de s’étendre au reste de la province. Issu d’une vendange tardive, ce vin était très capiteux.

Continuer la lecture de « La vigne à Alba : bref aperçu »