Les villas d’Alba-la-Romaine

Élisa Boussart, Lucie Salamor (Projet Alba-la-Romaine)

La mosaïque aux poissons retrouvée à Alba-la-Romaine (c) P. Fournier

Villa, domus : une terminologie difficile à établir

Dans sa thèse parue en 1983, R. Lauxerois écrit : “Ville ouverte, la capitale [Alba] débordait dans toute la plaine, jusque sur les coteaux”. S’esquisse alors une différenciation qualitative et spatiale dans la civitas d’Alba Helviorum, et qui semble s’inscrire dans la typologie des modes d’habitation relevés dans le Haut Empire romain. Si la première campagne de fouilles dans les années 1960 permet de mettre en avant les contours du centre monumental, la deuxième phase initiée dans les années 1980 a élargi le cercle de connaissances sur Alba aux limites larges de la cité. Deux types d’habitation sont donc attestés : la domus et la villa.

Cependant, entre ces deux formes d’habitation, la distinction est difficile, et la limite à poser entre ces groupes architecturaux est conditionnée par un mince corpus de sources architecturales et littéraires à Alba. De plus, les fouilles à Alba s’inscrivent dans un contexte de débat historiographique quant à la terminologie alors en place ; la villa, réalité architecturale ou fonctionnelle, telle est la question. C’est seulement en 1990, par la parution d’une synthèse des fouilles jusqu’alors réalisées, Architecture et urbanisme antique, que la clarification se fait. Après un élargissement du cercle de fouilles, un examen approfondi des emplacements, des sols, des matériaux de construction et des vestiges archéologiques, Le Pinard, forme d’habitat simple en 1981, puis villa en 1989, obtient le statut -encore reconnu aujourd’hui- de domus. Dans ce même ouvrage, trois villae sont clairement définies : la villa suburbaine de Saint-Martin, la villa de la Plaine et la villa de Juliau.

A grande ou à petite échelle, la présence de villae donne des indications sur les orientations socio-économiques de la cité. Production, échanges, hospitalité, consommation, les villae proposent des modalités particulières de ces pratiques dans la cité des Helviens.

Continuer la lecture de « Les villas d’Alba-la-Romaine »

La vigne à Alba : bref aperçu

Émilien Legendre et Léo Rosell (Projet Alba-la-Romaine)

Feuille de vigne en bronze retrouvée à Alba-la-romaine (c) P. Fournier

« On a découvert, il y a sept ans, à Alba helvia, dans la Narbonnaise, une vigne qui passe la fleur en un jour, ce qui la protège des accidents ; on la nomme carbunica et la province entière en est plantée aujourd’hui » (XIV, 43). C’est par ces mots de Pline, tirés de son Histoire naturelle, que nous apprenons que dès l’époque romaine la région était connue pour sa production viticole. On peut penser que le nom de ce cépage, carbunica, renvoyait à sa couleur, qui devait être d’un rouge foncé. Le plant aurait été découvert à Alba vers 70 après J.-C., et serait passé du stade de lambrusque à celui de vigne cultivée, avant de s’étendre au reste de la province. Issu d’une vendange tardive, ce vin était très capiteux.

Continuer la lecture de « La vigne à Alba : bref aperçu »

Le commerce de luxe

Anouk Roche et Eléonore Terville (Projet Alba-la-Romaine)

Cruche en verre retrouvée à Alba-la-romaine (c) P. Fournier

« Reçois ton hôte comme tu aimerais chez lui être reçu. » Ce proverbe latin du Ier siècle avant J.-C. semble indiquer l’importance de la qualité de l’hospitalité chez les Romains. Une nécessité sans doute encore plus importante dans les classes les plus hautes de la société où l’apparence est primordiale. Accueillir quelqu’un chez soi, quelle que soit la durée du séjour, est un moyen de montrer à l’invité le luxe de la maisonnée.

Continuer la lecture de « Le commerce de luxe »

Commerce et alimentation à Alba-la-Romaine

Raphaël Marteau et Nabil Medaghri Alaoui (Projet Alba-la-Romaine)

Voie d’Alba-la-romaine longeant le Forum (c) P. Fournier

Alba-la-Romaine, située dans la plaine littorale à l’Ouest du Rhône, au niveau de Montélimar, fut durant la période tardo-antique une cité de droit romain. D’un rang secondaire, elle semble avoir eu, à partir du Ier siècle ap. J.-C. une certaine importance économique. Le site archéologique a été fouillé dès la première moitié du XXe siècle et plusieurs campagnes successives des années 1980 à 2000 ont permis de mettre au jour un ensemble monumental important et de le restaurer, ce qui a donné lieu à l’ouverture d’un musée. Il y a donc déjà eu un certain nombre de travaux sur la cité antique d’Alba, le plus à jour étant la synthèse de Joëlle Dupraz (devant paraître en 2018), et ce malgré le faible nombre de vestiges mobiliers et les parties encore non fouillées du site. Beaucoup de choses restent encore à découvrir à propos d’Alba, notamment dans les domaines économique et social. L’agriculture et l’alimentation, en particulier, sont des champs où peu de choses sont certaines : seuls quelques ustensiles ont été trouvés, et aucun reste alimentaire. L’étude de l’alimentation peut donc gagner à être jointe à celle du commerce, en utilisant des points de rencontre entre ces domaines pour affiner la connaissance des deux. La dimension alimentaire du commerce, part importante des échanges dans l’Antiquité, peut permettre de déterminer, et sans doute de relativiser, l’insertion d’Alba dans les réseaux d’échanges aux différentes échelles de l’Empire, tout en replaçant la cité dans un cadre d’analyse plus large, mais aussi, en négatif, de montrer ce qu’on produisait localement ; enfin, elle permet une approche sociale de l’alimentation, en soulignant les différences des pratiques alimentaires existantes.

L’étude des différentes échelles des réseaux d’échanges à Alba permet de montrer quelles sont les distances parcourues par chaque type de bien, et celle de la stèle dédiée à Marcus Inthatius Vitalis, négociant lyonnais en vin qui fréquentait la cité, de détailler les réseaux régionaux d’Alba. Enfin, l’étude des voies commerciales proches et des structures de la vie économique permet de déterminer l’importance du commerce local.

Continuer la lecture de « Commerce et alimentation à Alba-la-Romaine »

Le sanctuaire de Bagnols

Hugo Fresnel et Costanza Lugnani (Projet Alba-la-Romaine)

Manche de couteau retrouvé à Alba-la-romaine (c) P. Fournier

Le sanctuaire de Bagnols se trouve au Nord du site archéologique d’Alba-la-Romaine. Il constitue à plusieurs égards un vestige de première importance pour le chercheur. Au premier chef, il s’agit du plus grand édifice religieux retrouvé dans le périmètre de l’ancien chef-lieu de cité. Certes, les travaux menés au Sud de la zone de fouilles ont mis au jour un deuxième petit pôle religieux : le sanctuaire des Basaltes. Néanmoins, il apparaît nettement que Bagnols représente un ensemble plus imposant en termes d’emprise spatiale. En outre, l’ensemble religieux de Bagnols s’élève dès le Ier siècle av. J.-C. à proximité d’un quartier d’habitation. Il donne d’emblée lieu à divers questionnements : a-t-on affaire à un point d’impulsion de l’urbanisation albaine ? Quel rôle le bâtiment joue-t-il dans le déploiement du bâti résidentiel ? Quels réseaux d’échange et de communication quotidiens contribue-t-il à canaliser ? Par ailleurs, l’étude du sanctuaire de Bagnols offre des perspectives d’analyse extrêmement riches sur la base des nombreux éléments de culture matérielle qui y ont été repérés. Pour un cas d’espèce, que l’on songe à la statue représentant l’empereur Auguste, retrouvée au sanctuaire et actuellement exposée au MuséAl. Trace majestueuse de la célébration du culte impérial par les Albains, la statue est également emblématique de nouvelles interrogations scientifiques: dans quelle mesure la représentation iconographique de l’empereur témoigne-t-elle de l’adhésion aux rites du culte ? Puisque célébration il y a, quelles formes spécifiques lui donne-t-on à Alba ? Dans quelle mesure la mise en œuvre collective du culte participe-t-elle d’une cohésion au sein de la cité ? En vérité, le sanctuaire, autrefois point de rencontre central dans la vie de la cité, s’impose aujourd’hui comme un point d’entrée précieux dans ce que furent les mœurs quotidiennes des Albains.

Continuer la lecture de « Le sanctuaire de Bagnols »