Note de lecture : TACOMA, Laurens E., Moving Romans: Migration to Rome in the Principate, Oxford, Oxford University Press, 2016, X-304 p. (chap. 1, 2, 3, 4, 7)

Florence Bilodeau-Mercier (Maîtrise – Université du Québec à Montréal)

L’ouvrage de Laurens E. Tacoma, Moving Romans : Migration to Rome in the Principate, est publié en 2016. Il s’agit d’une monographie composée de 8 chapitres : la recension portera sur les 4 premiers chapitres ainsi que sur le 7e chapitre de l’ouvrage. L’auteur, Laurens Ernst (Rens) Tacoma, est professeur d’histoire ancienne à l’université de Leyde, spécialisé dans l’histoire sociale romaine. À partir de 2010 jusqu’en 2014, il participe au projet « Moving Romans. Urbanisation, migration and labour in the Roman Principate » et il devient membre de l’Institut royal des Pays-Bas à Rome. Ses intérêts de recherche se rattachent à l’histoire sociale et économique du monde antique, tout en incluant la démographie, la ville, la mobilité et la migration, des trois premiers siècles de notre ère. De plus, il étend ses recherches jusqu’à l’histoire de l’Antiquité tardive.

Continuer la lecture de « Note de lecture : TACOMA, Laurens E., Moving Romans: Migration to Rome in the Principate, Oxford, Oxford University Press, 2016, X-304 p. (chap. 1, 2, 3, 4, 7) »

Note de Lecture : ISAYEV, Elena, Migration, Mobility and Place in Ancient Italy , Cambridge, Cambridge University Press, 2017, 542p. (Introduction, chap. 1,2,3)

Étienne Poirier (Maîtrise, Université du Québec à Montréal)

Auteure et Introduction

Elena Isayev en visite en Turquie, 2008
Mitchank – wikipédia

Elena Isayev est une historienne britannique qui se spécialise dans l’histoire migratoire, se concentrant sur la Rome antique. L’histoire migratoire est un domaine historique encore peu développé aujourd’hui. Au cours de sa carrière, Isayev a grandement contribué à faire avancer ce sujet. Elle a notamment donné la conférence “The Sky is Hidden: on the Opening of Language and Borders” en 2017 comme sa première conférence à l’Université d’Exeter, où elle est actuellement professeure d’histoire au département d’histoire antique. Elle a également écrit des ouvrages tels que Making Ancient Mobility Visible’, Migration and Migrant Identities in the Near East from Antiquity to the Middle Ages publié en 2019 ou encore Polybius’s Global Moment and Human Mobility through Ancient Italy, publié en 2014.

Ce billet aura comme but d’analyser l’introduction ainsi que les chapitres un, deux et trois d’un autre ouvrage d’Elena Isayev : Migration, Mobility and Place in Ancient Italy . Dans ce livre de 2017, elle se penche sur les mouvements migratoires dans l’Italie ancienne, notamment avant la domination romaine sur la péninsule. Isayev essaie de prouver qu’il y avait un grand niveau de mobilité dans l’Italie antique (p.3).

Pour soutenir sa problématique, elle se tourne vers une grande variété de monographies. La plupart de ces ouvrages datent des quarante dernières années, avec seulement quelques monographies datant d’avant les années 1980. Une bonne partie des textes viennent du monde anglo-saxon, ce qui est normal vu qu’elle travaille dans le monde universitaire britannique. Elle a également une grande quantité d’ouvrages en italien, ce qui permet d’avoir un point de vue plus local. Finalement, elle s’est grandement basée sur l’archéologie, dont les avancées au cours des dernières décennies ont permis de faire progresser la recherche sur l’histoire de l’immigration.

Continuer la lecture de « Note de Lecture : ISAYEV, Elena, Migration, Mobility and Place in Ancient Italy , Cambridge, Cambridge University Press, 2017, 542p. (Introduction, chap. 1,2,3) »

Note de lecture: TALLET, Pierre, Les papyrus de la mer Rouge I. Le « journal de Merer » (Papyrus Jarf A et B), Le Caire, Institut français d’Archéologie Orientale, 2017, coll. « Mémoires publiés par les membres de l’Institut français d’archéologie orientale » n° 136, IX-164 p. et « Les  »ports intermittents » de la mer Rouge à l’époque pharaonique : caractéristiques et chronologie », Nehet, n° 3, p. 31-72

Krystle Pinard Ross (Maîtrise – Université du Québec à Montréal)

INTRODUCTION

Les papyrus de la mer Rouge I. Le « journal de Merer » (Papyrus Jarf A et B) et « Les  »ports intermittents » de la mer Rouge à l’époque pharaonique : caractéristiques et chronologie »

Ces deux publications s’insèrent dans une longue tradition d’études sur la Mer Rouge et les ports de l’Égypte ancienne, initiées à date ancienne par le Mémoire sur le lieu où les israélites traversèrent la mer Rouge d’Étienne Quatremère (1851) et qui ont par exemple donné lieu à date récente à l’exposition « Égypte ancienne : la navigation » du Musée Mer Marine de Bordeaux. Cependant, bien que les sujets centraux soient les mêmes, ils ne s’attardent pas sur les mêmes détails. Tallet parle bel et bien de la Mer rouge, mais durant la période antique, tandis que Quatremère l’étudie dans le contexte historique biblique. Le Musée Mer Marine parle en détail de tout ce qui touche à la navigation chez les Égyptiens de l’antiquité, sauf des ports, ce que Pierre Tallet met, quant à lui, de l’avant dans son étude.

Continuer la lecture de « Note de lecture: TALLET, Pierre, Les papyrus de la mer Rouge I. Le « journal de Merer » (Papyrus Jarf A et B), Le Caire, Institut français d’Archéologie Orientale, 2017, coll. « Mémoires publiés par les membres de l’Institut français d’archéologie orientale » n° 136, IX-164 p. et « Les  »ports intermittents » de la mer Rouge à l’époque pharaonique : caractéristiques et chronologie », Nehet, n° 3, p. 31-72 »

Note de lecture : A. Tchernia, J.-P. Brun, Le vin romain antique, Paris, 1999

Nadège Vogl (M2, Université Lyon 3)

À  travers leur ouvrage Le Vin Romain Antique, A. Tchernia et J.-P. Brun ont tenté d’offrir une synthèse sur le vaste sujet qu’est le vin antique et, a fortiori, celui des Romains. Pour cela, ils se sont notamment appuyés sur la mise en place d’un protocole d’archéologie expérimentale en vue de produire du vin « antique » au Mas des Tourelles à Beaucaire (Gard). A. Tchernia et J.-P. Brun sont tous deux archéologues et historiens spécialisés dans l’histoire économique antique, ce qui comprend à la fois la production et la commercialisation de denrées et notamment, le vin. Ce dernier a, depuis l’Antiquité, fait l’objet de nombreux travaux, rapports et conseils essentiellement agronomiques que l’on retrouve notamment chez Pline, Caton, Varron, Columelle ou Paladius.  Le Vin Romain Antique s’inscrit donc dans une longue et riche tradition historiographique. Cette dernière est restée, pendant des années, centrée quasi exclusivement sur l’aspect économique de cette denrée. C’est avec la thèse de P. Schmitt-Pantel (La cité au banquet : histoire des banquets publics dans les cités grecques, 1987) que le vin se voit pleinement considéré comme un produit social aux implications sociétales nombreuses et variées. Les rites et codes autour du vin font alors l’objet d’une intensification des recherches et des publications : G. Garrier (dir. Le vin des historiens, 1990), J.-F. Gautier (Histoire du vin, 1992), H. Jonhson (Une histoire mondiale du vin, 2002), M. Poux (L’Âge du vin. Rite de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, 2004), P. E. McGovern (Ancient Wine : The Search for the Origins of Viniculture, 2007)… pour les exemples les plus significatifs.

Continuer la lecture de « Note de lecture : A. Tchernia, J.-P. Brun, Le vin romain antique, Paris, 1999 »

Note de lecture : R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée, Paris, 2003.

Morgane Varin (M1, ENS de Lyon)

L’ouvrage Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée est le fruit du travail de Robert Turcan, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres depuis 1990. Ce latiniste et spécialiste de l’histoire antique romaine s’est penché tout au long de sa carrière sur l’histoire religieuse et l’histoire de l’art romain, l’iconographie religieuse et la littérature latine. C’est dire si parmi ses plus récents travaux, ce livre, publié en 2003, s’inscrit dans la continuité de ses recherches précédentes1 . On l’aura remarqué, l’auteur, membre du Comité national du C.N.R.S., ne se limite pas à la seule littérature latine, puisqu’il est à la fois membre de la Société des Études latines (Paris) et de l’Association des Études grecques (Paris). Ses connaissances en histoire de l’art sont également importantes :  membre de l’Académie centrale européenne de Science et Art, il a aussi publié des ouvrages tels que Religion romaine, iconography of religions en 1988.

Le but de cet ouvrage est de traiter spécifiquement des sources disponibles pour un sujet très peu connu par manque de sources antiques, afin de fournir une sorte d’état des lieux des connaissances actuelles dans le domaine non seulement d’un culte bacchique qui apparaît encore comme très obscur, mais surtout d’un moment spécifique de ce culte, à savoir l’initiation des novices ou télétè (« consécration »), rituel entre tous sacré et protégé par le secret, comme en témoigne le nom de mystère. Il s’agit donc d’un « corpus documentaire », comme le qualifie lui-même l’auteur, restreint cependant à une période chronologique définie, à savoir l’époque romaine, depuis le scandale des Bacchanales de -186, date à laquelle l’on dispose des premières sources fournies en matière de rites initiatiques dionysiaques, jusqu’à l’époque hellénistique, durant laquelle ce culte fleurit particulièrement en Égypte lagide. Celui-ci y est revalorisé, et plus spécifiquement à Alexandrie, où les associations dionysiaques se multiplient et les rites se mettent en place, à tel point que le phénomène en vient à inquiéter les autorités et que, paradoxalement, le pharaon Ptolémée IV Philopator y participe. Ainsi, cet ouvrage permet de se rendre compte de façon très précise des modalités d’un culte qui à la fois devient mystérique et secret, et se normalise autour de ce que l’on appelle un hieros logos.

Continuer la lecture de « Note de lecture : R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée, Paris, 2003. »

  1. On citera particulièrement sa thèse de doctorat, datée de 1966 : Les sarcophages romains à représentations dionysiaques. Essai de chronologie et d’histoire religieuse, Paris, 1966, réunissant déjà iconographie et culte dionysiaque, mais aussi ses œuvres traitant des religions orientales, comme en 1967 Sénèque et les religions orientales, et plus spécialement du culte de Mithra, comme Mithra et le mithriacisme en 1981 (2ème éd. en 1993). []