Les séminaires HospeRAnt (2018)

Tessère d’hospitalité, Hispanie romaine, Ier s. av. J.-C. (CIL I 3465)

Ce cycle de séminaires, qui auront lieu en 2018 à l’ENS de Lyon, est adossé au projet HospeRAnt (Hospitalité et régulation sociale dans l’Antiquité méditerranéenne), projet Amorçage Europe financé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et coordonné par Claire Fauchon-Claudon (Maître de Conférences en Histoire romaine à l’ENS de Lyon) et par Marie-Adeline Le Guennec (Membre de l’École française de Rome, Section Antiquité). Il vise à approfondir les pistes explorées entre 2015 et 2018 par le projet HospitAm (Hospitalités dans l’Antiquité méditerranéenne : sources, enjeux, pratiques, discours) et à faire surgir de nouveaux questionnements liés au rôle de l’hospitalité dans la gestion des mobilités et de l’extranéité.

Nous nous proposons en effet de mettre en dialogue, sur le temps long et selon une approche transdisciplinaire, les notions d’hospitalité et de régulation sociale dans le contexte de la Méditerranée. À l’heure où la crise de l’accueil en Méditerranée touche les sociétés européennes à tous les échelons (national, régional, local), au moment où elle pose de réels problèmes de gouvernance et remet l’hospitalité au centre du discours public et scientifique (B. Boudou, Politique de l’hospitalité, Paris, 2017), il semble indispensable de réfléchir aux racines antiques, souvent attribuées sans plus d’interrogation à cette forme socialisée, « politicisée », de la relation à l’autre, que certains assimilent parfois à un prototype de politique étrangère à l’échelle du bassin méditerranéen antique.

Pour les périodes antiques, la notion d’hospitalité peut être entendue dans son sens général de pratique gratuite de réception ou s’incarner dans des conventions particulières d’accueil entre individus et/ou groupes. L’hospitalité et ses réseaux jouent un rôle décisif dans l’organisation, la gestion et l’encadrement des mobilités humaines autour du bassin méditerranéen, et ce à l’échelle de l’ensemble de l’Antiquité. Le concept de régulation sociale, quant à lui, a longtemps déconcerté les Antiquisants. Emprunté aux sciences physiques par les sociologues, il a été théorisé par J.- D. Reynaud dans les années 1970 (Les Règles du jeu : L’action collective et la régulation sociale en 1989). Il revient au colloque dirigé par B. Molin (Les régulations sociales dans l’Antiquité : actes du colloque d’Angers, 23 et 24 mai 2003, Rennes, 2006) d’avoir montré que les régulations sociales constituent des moyens volontaires (voire volontaristes) mis en œuvre par les sociétés antiques pour permettre à un groupe de se structurer, d’élaborer une action collective et de maîtriser ses désordres. Ce colloque se concentrait sur les questions de hiérarchie sociale, de règlement des conflits et de mobilité sociale. En revanche, il n’a pas pris en compte l’hospitalité antique comme un mode de régulation sociale.

Pourtant, l’étude de l’hospitalité semble consubstantielle de la question de la relation à l’autre, le plus souvent identifié à l’étranger, et du traitement qui lui est réservé dans une société donnée. À travers toute l’Antiquité, l’hospitalité semble ainsi revêtir cette fonction de mécanisme social et/ou politique permettant aux sociétés méditerranéennes de gérer l’agrégation, l’intégration, la mise à distance ou le rejet d’un individu ou d’un groupe considéré comme allogène vis à vis d’une famille, d’une communauté, d’une cité, d’un Empire. Dans le cadre de ces séminaires, il s’agit donc d’envisager de manière transdisciplinaire comment est pensé, normé et encadré ce rôle socio-politique de l’hospitalité, dans l’Antiquité comme sur la longue durée, en ouvrant le dialogue avec des spécialistes de l’hospitalité, de l’accueil, des mobilités, des migrations etc. dans des périodes et pour des champs disciplinaires variés.

Organisation des séances

Le séminaire propose 5 journées de réflexion. Les ateliers s’organisent de la manière suivante :

  • 10h-11h : actualité bibliographique autour du thème de la journée
  • 11h-13h : discussion animée par les étudiants autour d’une publication récente.
  • 14h-17h : interventions et discussion générale.

Les interventions visent à faire dialoguer un spécialiste de l’Antiquité avec un spécialiste d’autres périodes ou d’autres champs disciplinaires (sociologues, géographes, politologues, etc..). La journée du 5 mars sera intégralement consacrée à des interventions. Est prévue pour chaque intervention une durée de 40 minutes, suivie de 15 minutes de questions. Une discussion croisée, animée par un répondant, viendra conclure chaque séance. Chaque séance fait ensuite l’objet d’un compte rendu par les étudiants de Master auditeurs du séminaires, accessible depuis les liens infra et depuis les pages dédiées aux séances.

Calendrier et thématiques des séances

Les liens mènent au programme précis de la séance correspondante, avec résumés des interventions et liste des lectures préparatoires.

1e séance, 12 février 2018 : Hospitalité et droits politiques de l’étranger

Il peut aujourd’hui sembler paradoxal de mettre en regard la question de l’hospitalité, qui à l’époque contemporaine apparaît relever d’un choix purement privé, et celle des droits politiques conférés à l’étranger accueilli, qui semble du ressort de l’État-nation. Dans l’Antiquité, et en particulier aux périodes archaïques, l’hospitalité est pourtant bien un mécanisme destiné à intégrer juridiquement et civiquement des étrangers sélectionnés par la cité. Cette séance reviendra sur cette évolution de l’hospitalité qui semble aboutir à déposséder l’accueil hospitalier de sa destination politique. Il s’agira d’envisager les modalités concrètes de ce processus en examinant plus particulièrement le rôle joué par des individus ou des groupes d’individus, parfois délégués spécifiquement par la communauté dans la prise en charge civique, juridique et politique des hôtes accueillis.

Compte rendu de la séance

2e séance, 5 mars 2018 : Hospitalité et droit international

Dans le prolongement de la séance précédente, il s’agira de réfléchir à la place dévolue à l’hospitalité dans la gestion juridique des circulations, contraintes ou volontaires, entre communautés étrangères les unes aux autres, de la cité-État à la nation. L’hospitalité est-elle ou non soluble dans le droit international ? Comment articuler les notions d’hospitalité, de droit de passage, de droit de circulation ? Pour les périodes contemporaines, peut-on repérer un écho ou un réemploi de conceptions antiques, par le biais de réinterprétation du droit romain dont la plupart des juristes ont longtemps été nourris ? Pour différentes périodes, de l’Antiquité au très contemporain, on s’interrogera sur la pertinence de l’antinomie établie par J. Derrida entre les lois de l’hospitalité, encadrant, administrant, éventuellement restreignant l’accueil de l’autre, de l’étranger, dans le groupe et la cité, et la Loi de l’hospitalité, qui érige cet accueil en impératif catégorique universel. Cette séance vise à mieux comprendre dans quelle mesure les notions d’hospitalité, de mobilité, de diaspora, de réfugié, d’exilé entretiennent des rapports de complémentarité, de concurrence ou d’opposition dans des contextes historiques donnés.

3e séance, 26 mars 2018 : L’économie de l’hospitalité et de l’accueil I

L’hospitalité, si on la définit comme accueil non-payant, n’en est pour autant pas une pratique anéconomique. Dès l’Antiquité, elle se fonde sur le principe de la réciprocité, concrète ou symbolique, entre les partenaires et engendre la circulation de biens (cadeaux, productions artisanales etc.). Les pratiques hospitalières publiques peuvent elles aussi revêtir des enjeux économiques, en particulier dans leur rapport à l’évergétisme. Enfin, aux côtés de l’hospitalité, se développent d’autres formes d’accueil pleinement monétisées, à l’instar des secteurs hôteliers bien attestés dans les cités grecques, à Rome, dans les royaumes hellénistiques d’Égypte et du Proche-Orient. Comment cette économie de l’hospitalité évolue-t-elle aux périodes plus contemporaines, avec l’institutionnalisation progressive de l’accueil et de sa prise en charge par l’État ?

Compte rendu de la séance

4e séance, 9 avril 2018 : Hospitalité, accueil et habitat

Cette dernière séance sera consacrée au logement des hôtes, invités conviés ou étrangers accueillis. On s’interrogera ainsi sur l’emplacement et la nature des espaces dévolus à ceux qui pénètrent dans une communauté, famille, cité, État, entité religieuse ou autre. Il convient en particulier de revenir sur la coexistence, dans ce cadre, de structures et lieux assignés à l’hospitalité de manière fixe , éventuellement dès l’origine (ainsi pour les contextes antiques, hospitalia, maisons d’hôtes publics, appartements d’hôtes, espaces de réception, xenodocheia, zones d’accueil dans les synagogues, etc.), et d’espaces d’accueil provisoires, voire improvisés (campements, partage d’espaces domestiques, adaptation provisoire de lieux et espaces originellement dédiés à une autre fonction, etc.). Les enjeux méthodologiques de cette réflexion peuvent entrer directement en résonance avec la question de l’hébergement d’urgence des réfugiés, accueillis, candidats à l’accueil ou rejetés, pour les époques très contemporaines.

Comptes rendus I et II de la séance

5e séance, 28 juin 2018 : L’économie de l’hospitalité et de l’accueil II

Cf. supra.