L’étude de l’hospitalité antique, renouveaux et questionnements

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon) et Marie-Adeline Le Guennec (EFR)

Monde romain

La question de la circulation des hommes, des biens et de l’information dans le contexte du monde romain antique a donné lieu à une abondante bibliographie, en plein renouvellement depuis une vingtaine d’années, et ce tant dans les approches documentaires que dans les problématiques développées par l’historiographie. Des avancées essentielles sont d’abord venues de l’augmentation massive de nos connaissances sur les infrastructures qui permettaient les mobilités humaines, matérielles et intellectuelles à travers l’empire territorial de Rome : que l’on pense notamment à l’étude des voies romaines et de leurs équipements, à celles des navigations fluviales et maritimes et de leurs infrastructures, ainsi que, plus spécifique au monde romain entre République et Antiquité tardive, au système d’accueil dit du « cursus publicus » mis en place par l’État romain pour faciliter le déplacement des officiels en mission à travers le territoire romain. Dans le même temps, les études de cas, typologiques, régionales ou documentaires, ont consenti des progrès significatifs dans cette analyse des circulations : les exemples sont ici innombrables et nous ramènent au constat de la prégnance de ce phénomène de la mobilité pour l’Antiquité romaine. Enfin, des travaux plus généralistes, souvent orientés par une approche transpériodique, ont permis de réfléchir aux concepts convoqués (migrations, mobilités, circulations, voyage etc.) pour rendre compte des phénomènes de mobilité observés dans les sources pour les mondes méditerranéens antiques, parmi lesquels plus spécifiquement le monde romain: on évoquera naturellement, pour le domaine anglo-saxon, The Corrupting Sea de N. Purcell et P. Horden (Oxford, 2000), où l’exploration des mobilités constitue du reste une donnée essentielle de la thèse de la Mediterranean connectivity soutenue par les auteurs ; de même que le programme de recherche international La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne : procédures de contrôle et documents d’identification, piloté par Cl. Moatti, W. Kaiser et Chr. Pébarthe, qui a donné lieu à une série de rencontres et à la parution de trois volumes collectifs entre 2004 et 2009.

Dans le cadre de ce dynamisme historiographique récent, on pourrait s’attendre à ce que la question de l’accueil, et partant de l’hospitalité, qui constitue le pendant direct de l’étude des mobilités romaines, ait connu un traitement scientifique similaire. Et ce d’autant plus, d’abord, que l’hospitalité privée, sous-tendue par des solidarités d’origines diverses (personnelles, professionnelles, religieuses, entre autres) et par une culture de réseau, jouait à Rome un rôle particulièrement notable dans la prise en charge des gens de passage ; et ensuite, parce que l’hospitalité constituait une valeur de référence essentielle dans le contexte culturel romain, qui perdure dans la transition entre Antiquité tardive et Moyen-Âge. L‘étude de l’historiographie de l’hospitalité romaine antique s’est néanmoins concentrée sur trois axes essentiels, qui se superposent d’ailleurs en partie : l’hospitalité des élites, l’hospitalité au banquet et l’hospitalité dite chrétienne.

Continuer la lecture de « L’étude de l’hospitalité antique, renouveaux et questionnements »

L’inhospitalité à table dans le monde romain, une inversion des valeurs de la commensalité

Dimitri Tilloi d’Ambrosi (Université Lyon 3)

Le modèle de la cena romaine est empreint de règles que doivent suivre les invités, qui se réunissent pour partager un repas autour du maître de maison, lequel manifeste ainsi son hospitalité. Cependant, si ces préceptes ne sont pas respectés, des tensions peuvent apparaître entre l’hôte et ses convives, ou bien entre les invités eux-mêmes.

Les sources littéraires, en particulier épistolaires et satiriques, épigraphiques ou iconographiques laissent entrevoir plusieurs exemples de situations où des tensions résultent du non-respect des principes de l’hospitalité. Le fait de ne pas honorer une invitation envoyée par un ami après l’avoir acceptée, ou bien ne pas être invité par le maître de maison, peuvent être des causes d’animosité, comme le rappellent Pline le Jeune ou des inscriptions de Pompéi. Durant le repas lui-même, certaines conversations ou attitudes sont propices à engendrer des conflits ou des crispations, allant à l’encontre du caractère convivial de la cena. Les banquets impériaux, relatés par les biographies de Suétone ou de l’Histoire Auguste, peuvent donner lieu à des scènes où les valeurs de l’hospitalité se trouvent inversées, si l’empereur manifeste sa cruauté ou sa volonté d’humilier ses invités. Une fois le repas terminé, le maître de maison peut offrir des cadeaux à ses convives, lesquels ont la possibilité d’emporter chez eux des mets ou de la vaisselle. Martial laisse entendre que cette pratique peut générer des attitudes contrevenant aux règles de l’hospitalité. Il décrit certains invités se comportant de façon cupide, n’hésitant pas même à revendre les cadeaux.

Le repas romain est ainsi l’occasion d’observer une multitude d’occasions où les manières et les comportements adoptés peuvent aller à l’encontre de l’hospitalité. Cette dernière doit être le moyen, quand elle est respectée, aussi bien par le maître de maison que par l’invité, d’afficher la maîtrise des codes de la civilité, qui contribuent pleinement à l’élaboration d’une sociabilité.

Continuer la lecture de « L’inhospitalité à table dans le monde romain, une inversion des valeurs de la commensalité »