Accueil-logement-divertissement : les lieux de l’hospitalité publique dans le monde grec

Richard Bouchon (Université Lyon 2 – HiSoMA)

Résumé

Les communautés grecques disposaient-elles d’équipements spécifiques pour accueillir leurs hôtes publics ? On peut largement douter qu’une présence a priori assez courte dans le temps ait pu entraîner des constructions relevant de l’espace de la cité. Pourtant l’invité public constitue une catégorie au sein de la population qu’il est nécessaire de rendre visible aux yeux de la communauté accueillante. On tentera pourtant de passer en revue ce que les sources nous apprennent de la façon dont ont été pris en charge les différents moments de la séquence d’hospitalité, accueil officiel, repas, logement, activités de divertissement, en insistant sur trois exemples : la maison des Thébains à Delphes, l’édifice pour les juges et les Romains à Sparte et le théâtre de Larissa en Thessalie.

 

Séminaire HospeRAnt 1 : Hospitalité et droits politiques de l’étranger (12 février 2018, ENS de Lyon)

ENS de Lyon, 12 février 2018, 14h-17h, salle D2 102

Il peut aujourd’hui sembler paradoxal de mettre en regard la question de l’hospitalité, qui à l’époque contemporaine apparaît relever d’un choix purement privé, et celle des droits politiques conférés à l’étranger accueilli, qui semble du ressort de l’État-nation. Dans l’Antiquité, et en particulier aux périodes archaïques, l’hospitalité est pourtant bien un mécanisme destiné à intégrer juridiquement et civiquement des étrangers sélectionnés par la cité. Cette séance revient sur cette évolution de l’hospitalité qui semble aboutir à déposséder l’accueil hospitalier de sa destination politique. Il s’agit d’envisager les modalités concrètes de ce processus en examinant plus particulièrement le rôle joué par des individus ou des groupes d’individus, parfois délégués spécifiquement par la communauté dans la prise en charge civique, juridique et politique des hôtes accueillis. Le compte rendu de la séance par Léonie Diatta (ENS, M1 Mondes anciens, Histoire) et Lucie Salamor (ENS, M1 Mondes anciens, Histoire) est disponible ici

Programme des interventions

Continuer la lecture de « Séminaire HospeRAnt 1 : Hospitalité et droits politiques de l’étranger (12 février 2018, ENS de Lyon) »

Le défi logistique du logement durant les grandes fêtes en Grèce ancienne

Nicola Zwingmann (Chercheuse indépendante – Tübingen)

Résumé

Pendant plus d’un millénaire, du VIIIe s. av. J.-C. jusqu’au IVe s. ap. J.-C., se déroulaient tous les quatre ans à Olympie les jeux les plus anciens et les plus grands de l’antiquité grecque. Dès les VIe / Ve s. av. J.-C., 40.000 à 50.000 mille hommes venus de l’ensemble du monde grec gagnaient à cette occasion un sanctuaire situé en pleine campagne, à l’écart de toute infrastructure urbaine. Leur rassemblement représentait évidemment un défi logistique énorme. Comment tous ces gens étaient-ils logés et ravitaillés en nourriture et en eau, et comment se voyaient-ils ménagé un accès aux installations d’hygiène de base? Comment d’autres lieux de grands rassemblements affrontaient-ils ces problèmes et quels sont ici les traits caractéristiques d’Olympie ?

L’hospitalité au féminin en question : xenia, proxenia et theorodokia

Marie Augier (Université de Strasbourg – Archimède UMR 7044)

L’hospitalité est présentée d’ordinaire comme une affaire d’hommes. Si la xenia crée des relations interpersonnelles entre deux oikoi, elle est portée dans la littérature archaïque et classique par l’homme de l’oikos, même si dans ce contexte-là les femmes sont impliquées dans les pratiques liées à l’hospitalité et même si cette relation interpersonnelle s’étend aux enfants. Le vocabulaire dit bien cela, puisque aucun nom féminin ne correspond au terme grec xenos et qu’aucune femme n’est qualifiée seule de xenos dans ce type de relation –sauf dans un texte tardif. Outre dans le cadre de relations interpersonnelles, l’hospitalité prend une autre dimension quand elle met en relation une communauté tout entière, la cité et un individu qui est alors qualifié de proxène et qui avait pour rôle non seulement d’héberger à leur passage les ressortissants de la cité qui lui reconnaissaient ce titre, mais également parfois de les introduire et de les représenter devant les instances politiques et judiciaires de la cité. Ce proxenos devait donc avoir le statut de citoyen. Or, l’épigraphie nous a livré le nom d’au moins quatre femmes proxènes aux périodes hellénistique et romaine, parmi lesquelles une prêtresse qui en qualité de théore a dû également bénéficier de l’hospitalité lors de son passage à Delphes. Outre ces quatre femmes proxènes, cinq femmes ont également servi comme théorodoques selon des inscriptions du IVe au IIe siècle avant J.-C., c’est-à-dire ont été désignées pour accueillir et conduire hors de la cité les théores venus annoncer des fêtes célébrées dans leur pays. Souvent présentées comme des anomalies ou des exceptions, ces femmes ne sont pas moins désignées explicitement comme actrices de l’hospitalité en tant que proxenoi ou theorodokoi dans la documentation. Plusieurs questions se posent : quelle valeur accorder à ces documents qui mentionnent des femmes xenoi, proxenoi ou theorodokoi ? De quelles femmes s’agissait-il ? Quel était le réel rôle de ces femmes dans ces pratiques de sociabilité ordinairement masculines ? Que nous apprennent ces documents sur leur statut socio-économique à la période hellénistique où la documentation évoque le rôle public de nombreuses prêtresses ou évergètes ? S’agissait-il de titres effectifs ou purement honorifiques ?

Continuer la lecture de « L’hospitalité au féminin en question : xenia, proxenia et theorodokia »

Note de lecture : Fr. Lissarrague, Un flot d’images : une esthétique du banquet grec, Paris, 1987

Adrien Bresson (M1, Ens de Lyon)

François Lissarrague, dans son ouvrage Un flot d’images : une esthétique du banquet grec, aborde les liens entre symposion et variété des représentations iconographiques. Chercheur au CNRS, ancien collègue de Jean-Pierre Vernant et de Pierre Vidal-Naquet dans l’équipe de recherche sur l’Antiquité classique, et auteur du collectif La Cité des Images, Fr. Lissarrague s’appuie principalement dans son ouvrage sur des sources iconographiques fournies par la céramique. Les sources littéraires, telles que Théognis, Critias, Alcée, Xénophane ou Hésiode, permettent à l’auteur de fonder sa réflexion. Ainsi, Fr. Lissarrague analyse l’imbrication des vases et des références au banquet, dans leurs diversités, selon différentes thématiques fixées et en lien avec le jeu esthétique.

Continuer la lecture de « Note de lecture : Fr. Lissarrague, Un flot d’images : une esthétique du banquet grec, Paris, 1987 »