Le séjour temporaire dans les édifices commerciaux de Délos

Pavlos Karvonis (Académie des Sciences d’Athènes – IRAA USR 3155)

Dans l’Antiquité, Délos était surtout connue pour le sanctuaire d’Apollon et pour son commerce. Son importance commerciale est attestée par les textes et confirmée par les fouilles qui ont permis de découvrir un grand nombre d’installations commerciales (Karvonis 2008). Quelques unes datent de l’époque classique ou du IIIe siècle av. J.-C., mais la plupart ont été construites après 167 av. J.-C., date à laquelle le Sénat de Rome a donné Délos à Athènes et octroyé l’immunité fiscale à son port. L’île est ainsi devenue un centre commercial international et la création du port franc a attiré un grand nombre d’étrangers, parmi lesquels les Athéniens et les Italiens étaient les plus nombreux.

Continuer la lecture de « Le séjour temporaire dans les édifices commerciaux de Délos »

Evergètes, hôtes et accueillis dans les structures d’hospitalité des sanctuaires ruraux de Gaule et des Germanies

Audrey Ferlut (Université Lyon 3)

Les sanctuaires dans l’Antiquité, lieux centraux de la vie des cités, sont au cœur des pratiques de la romanité aussi bien à Rome que dans les provinces, provinces dont les habitants s’approprient cette romanité et l’interprètent pour créer ce que Georg Woolf a appelé en 1998 une « culture romaine d’Empire ».

Les sanctuaires peuvent être urbains1 , suburbains2 ou ruraux. Dans le cas des sanctuaires urbains, même si tous les dédicants ne sont pas issus de la cité et de la zone urbaine de la cité, la présence de membres de la famille et/ou de lieux d’hospitalité mercantile – hospitium, tabernae, … comme Marie-Adeline Le Guennec a pu le montrer lors d’un précédent atelier – posent moins de questions quant à l’accueil à proprement parler des dédicants et des personnes qui circulent dans le sanctuaire. En revanche, dans le cas des sanctuaires suburbains comme celui de Feyen ou de l’Altbachtal dans la proximité de Trèves ou de sanctuaires ruraux situés parfois aux confins de la cité, voire de plusieurs cités, comme dans le cas de Bourbonne-les-Bains ou de Luxueil-les-Bains, la question de l’hospitalité des dédicants se pose de manière beaucoup plus pressante. Lorsque le sanctuaire a vocation à être sanctuaire guérisseur, comme à Bourbonne-les-Bains ou à Luxueil-les-Bains, la question se pose encore davantage puisque les dédicants pouvaient rester plusieurs jours, voire semaines sur place. La question des structures d’hospitalité, de leurs vocations mercantiles ou non et de l’organisation voulue par ceux qui accueillent, ceux qui sont accueillis et ceux qui offrent ces structures doit alors être étudiée de manière rigoureuse.

Continuer la lecture de « Evergètes, hôtes et accueillis dans les structures d’hospitalité des sanctuaires ruraux de Gaule et des Germanies »

  1. Ici, nous envisageons le cœur urbain de la cité, soit la plus grande zone urbaine, centres urbains d’une colonie par exemple et/ou capitale provinciale. []
  2. Ce terme de suburbain nous semble plus adéquat dans le sens où il répond en écho au terme latin de suburbium et se rapproche de la réalité latine. Il semble préférable aux termes géographiques contemporains comme périurbains qui ont peu de liens avec les réalités antiques. []

Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ?

Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome)

(c) Dietmar Rabich
(c) Dietmar Rabich

L’objectif de ce billet est d’approfondir la réflexion débutée lors d’un précédent atelier HospitAm, consacré aux approches lexicales de l’hospitalité dans le contexte de l’Antiquité méditerranéenne. J’avais alors proposé une communication intitulée « Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ? », dans laquelle j’avais commencé à évoquer, par le prisme du lexique, les liens complexes existant entre l’hospitium, désignation latine de l’hospitalité gratuite, et une forme particulière d’accueil pratiquée dans le monde romain antique, l’accueil mercantile.

Dans la documentation, cette modalité commerciale de séjour est régulièrement représentée comme une pratique qui, du fait de son caractère mercantile et anonyme, serait incompatible, voire en contradiction directe, avec les logiques de don et de contre-don, de réciprocité et de dépendance, d’amitié et de clientèle sur lesquelles étaient fondés, à Rome, les rapports politiques et sociaux, et dont l’hospitium constituait l’une des manifestations privilégiées. Cette référence à l’hospitalité se ressentait également dans la manière dont les professionnels de l’accueil donnaient à voir et sans doute concevaient leur métier, dans une perspective résolument inverse, comme une transposition de l’hospitalité privée dans le champ commercial. C’est donc sur ce lien complexe entre hospitalité et accueil mercantile, fait de distinction, de reproduction mais aussi de partage de valeurs communes que j’entends m’interroger ici, en mettant au centre de la réflexion la question des acteurs ; il s’agira en somme de se demander si les aubergistes romains constituaient des anti-acteurs ou des acteurs au sens propre de l’hospitalité, voire des praticiens d’une hospitalité d’un genre particulier, à savoir d’une hospitalité rétribuée.

Continuer la lecture de « Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ? »

Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ?

Marie-Adeline Le Guennec (EFR)

CIL, XIII, 10018, 7 (c) Epigraphik Datenbank ( Nutzung der Graphik nur für wissenschaftliche Zwecke erlaubt)
CIL, XIII, 10018, 7 (c) Epigraphik Datenbank ( Nutzung der Graphik nur für wissenschaftliche Zwecke erlaubt)

J’entends me pencher ici sur des questions lexicales liées à une forme particulière d’accueil pratiquée dans le monde romain antique, l‘accueil mercantile. Sous ce titre, je désigne plus précisément l’activité commerciale d’accueil qui fournissait à une clientèle, généralement de passage, un hébergement éventuellement assorti de prestations complémentaires (restauration et prise en charge des montures et des véhicules), contre paiement et pour une durée le plus souvent limitée. Cette activité, que l’on qualifierait aujourd’hui volontiers d’hôtelière, avait donné lieu à l’apparition progressive d’une terminologie étendue en latin – on retiendra en particulier un ensemble de termes qui désignaient ces établissements romains, ancêtres des auberges des périodes médiévale et moderne : caupona, deuersorium, hospitium, meritorium et stabulum. Dans les sources, et tout au long de l’Antiquité romaine, l’accueil mercantile est néanmoins le plus souvent rapporté au nom de métier caupo : en raison de son apparition précoce en latin et de son statut, affirmé dès l’origine, de vocable professionnel spécialisé, ce terme constitue la désignation par excellence de l’aubergiste romain.

Continuer la lecture de « Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ? »

Deux inscriptions grecques préconisant des rites mettant en scène l’hospitalité vis-à-vis d’entités surnaturelles ?

Alexandre Jakubiec (ENS de Lyon)

Résumé

La loi colonne B de la loi sacrée de Sélinonte (SEG XLIII, 630) et un passage de la loi cathartique de Cyrène (SEG IX, 72, l.111‑121), datées respectivement des années 460-450 et des environs de 325, sont l’objet de nombreux débats étant donné leur caractère quelque peu énigmatique. S’il est clair que les deux lois prescrivent des rites d’hospitalité, la question de la nature des entités devant être accueillies suscitent des discussions parmi les Modernes. Une nouvelle étude de ces inscriptions peut permettre de montrer qu’il était probablement question d’offrir l’hospitalité à des entités surnaturelles.

Continuer la lecture de « Deux inscriptions grecques préconisant des rites mettant en scène l’hospitalité vis-à-vis d’entités surnaturelles ? »