Le cuisinier dans le monde romain : un acteur au service de l’hospitalité symposiaque

Dimitri Tilloi d’Ambrosi (Université Lyon 3)

Ustensiles de cuisine, IIe s. ap. J.-C. (Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal) (c) D. Tilloi d'Ambrosi
Ustensiles de cuisine, IIe s. ap. J.-C. (Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal) (c) D. Tilloi d’Ambrosi

Tertullien, dans l’Apologétique, rappelle que les cuisiniers tirent leur nom d’Apicius (III, 6), comme si les membres de cette profession s’identifiaient tous au célèbre gourmet ayant vécu sous Tibère. Au-delà de l’icône de la gastronomie romaine, les sources donnent à voir une réalité plus complexe. Les œuvres littéraires, notamment comiques et satiriques, mettent en scène un cuisinier fourbe et vil, comme le fait Plaute dans ses pièces. Il faut cependant dépasser le simple topos littéraire pour voir se dessiner une figure plus exacte du cuisinier, grâce aux textes médicaux, mais aussi avec l’apport de l’épigraphie, de l’archéologie, ainsi que de l’iconographie.

Continuer la lecture de « Le cuisinier dans le monde romain : un acteur au service de l’hospitalité symposiaque »

Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive occidentale : le cas d’humanitas et les nouveaux enjeux de l’hospitalité à l’âge de l’ascétisme chrétien

Emmanuelle Raga (Université Libre de Bruxelles)

Le devoir d’hospitalité est confronté dans l’Antiquité tardive à l’influence grandissante du mouvement ascétique chrétien, lequel génère pour les aspirants ascètes un dilemme quotidien entre les devoirs sociaux dont fait partie l’hospitalité (et donc l’offre et le partage alimentaire), et les aspirations personnelles à la mortification concrétisée notamment par la pratique du jeûne. Ce nouvel enjeu fait émerger l’hospitalité sous un angle particulier dans les sources écrites. Deux types de sources seront envisagées ici : celles émanant des élites désireuses de combiner une vie pieuse avec leur statut aristocratique (qui implique l’entretien du réseau à l’aide notamment du banquet), et celles émanant des prédicateurs ascétiques cherchant à guider leurs disciples ascètes et cénobites vers une vie contemplative malgré l’inévitable perturbation qu’amène le devoir d’hospitalité. Deux auteurs représentatifs de ces deux milieux sociaux nous intéresseront ici en raison de leur usage similaire du vocable d’humanitas pour désigner l’hospitalité alimentaire : Jean Cassien et Sidoine Apollinaire.

Continuer la lecture de « Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive occidentale : le cas d’humanitas et les nouveaux enjeux de l’hospitalité à l’âge de l’ascétisme chrétien »