Les femmes à Rome, actrices de l’hospitalité ? (Ier – IVeme s. ap. J.-C.)

Adèle Arghyris (ENS de Lyon)

Malgré l’absence de synthèse sur le rôle des femmes dans l’hospitalité romaine pour la période impériale et le début de la période tardive, diverses situations invitent à parler d’hospitalité féminine à propos de Rome. Les femmes participent aux banquets publics, revêtent un rôle d’hôtesse dans la domus et participent aux rituels sacrificiels comme aux fêtes d’intégration des nouveaux membres dans la communauté de la cité (mariages, naissances). Elles prennent part dans ce cadre aux fêtes de sociabilité, qui, selon Florence Gherchanoc (Gherchanoc 2006), créent un espace intermédiaire entre le privé et le public et un art de vivre ensemble.

Entre le Ier et le IVème s. ap. J.-C., divers types de sources représentent des scènes de la vie païenne de la période impériale. Malgré l’extension de l’empire, Rome reste la capitale dans laquelle vivent beaucoup de grandes familles, ce qui implique des pratiques de sociabilité importantes. D’une part, les sources littéraires nous donnent des renseignements sur la place des femmes dans les réceptions privées au sein de la domus. D’autre part, divers types de reliefs, de monuments funéraires et de peintures domestiques représentant des banquets publics ou privés invitent à questionner les rôles des femmes dans l’hospitalité romaine, en partie héritée des mondes grecs et orientaux étudiés par Jean-Marie Dentzer dans son ouvrage sur le banquet couché (Dentzer 1982).

Une bibliographie conséquente sur l’hospitalité tout au long de la période nous permet d’étudier, à partir des sources antiques, les différentes situations dans lesquelles les femmes sont actrices de l’hospitalité ainsi que les types et les statuts de ces femmes, c’est-à-dire en majorité les courtisanes, les prêtresses et les matrones. Les études récentes sur l’hospitalité dans l’Antiquité invitent également à questionner les rôles féminins par rapport aux rôles masculins, pour poser la question de l’existence d’une hospitalité féminine à Rome.

Continuer la lecture de « Les femmes à Rome, actrices de l’hospitalité ? (Ier – IVeme s. ap. J.-C.) »

Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ?

Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome)

(c) Dietmar Rabich
(c) Dietmar Rabich

L’objectif de ce billet est d’approfondir la réflexion débutée lors d’un précédent atelier HospitAm, consacré aux approches lexicales de l’hospitalité dans le contexte de l’Antiquité méditerranéenne. J’avais alors proposé une communication intitulée « Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ? », dans laquelle j’avais commencé à évoquer, par le prisme du lexique, les liens complexes existant entre l’hospitium, désignation latine de l’hospitalité gratuite, et une forme particulière d’accueil pratiquée dans le monde romain antique, l’accueil mercantile.

Dans la documentation, cette modalité commerciale de séjour est régulièrement représentée comme une pratique qui, du fait de son caractère mercantile et anonyme, serait incompatible, voire en contradiction directe, avec les logiques de don et de contre-don, de réciprocité et de dépendance, d’amitié et de clientèle sur lesquelles étaient fondés, à Rome, les rapports politiques et sociaux, et dont l’hospitium constituait l’une des manifestations privilégiées. Cette référence à l’hospitalité se ressentait également dans la manière dont les professionnels de l’accueil donnaient à voir et sans doute concevaient leur métier, dans une perspective résolument inverse, comme une transposition de l’hospitalité privée dans le champ commercial. C’est donc sur ce lien complexe entre hospitalité et accueil mercantile, fait de distinction, de reproduction mais aussi de partage de valeurs communes que j’entends m’interroger ici, en mettant au centre de la réflexion la question des acteurs ; il s’agira en somme de se demander si les aubergistes romains constituaient des anti-acteurs ou des acteurs au sens propre de l’hospitalité, voire des praticiens d’une hospitalité d’un genre particulier, à savoir d’une hospitalité rétribuée.

Continuer la lecture de « Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ? »

Le cuisinier dans le monde romain : un acteur au service de l’hospitalité symposiaque

Dimitri Tilloi d’Ambrosi (Université Lyon 3)

Ustensiles de cuisine, IIe s. ap. J.-C. (Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal) (c) D. Tilloi d'Ambrosi
Ustensiles de cuisine, IIe s. ap. J.-C. (Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal) (c) D. Tilloi d’Ambrosi

Tertullien, dans l’Apologétique, rappelle que les cuisiniers tirent leur nom d’Apicius (III, 6), comme si les membres de cette profession s’identifiaient tous au célèbre gourmet ayant vécu sous Tibère. Au-delà de l’icône de la gastronomie romaine, les sources donnent à voir une réalité plus complexe. Les œuvres littéraires, notamment comiques et satiriques, mettent en scène un cuisinier fourbe et vil, comme le fait Plaute dans ses pièces. Il faut cependant dépasser le simple topos littéraire pour voir se dessiner une figure plus exacte du cuisinier, grâce aux textes médicaux, mais aussi avec l’apport de l’épigraphie, de l’archéologie, ainsi que de l’iconographie.

Continuer la lecture de « Le cuisinier dans le monde romain : un acteur au service de l’hospitalité symposiaque »

Aspects du lexique de l’hospitalité dans l’œuvre de Philon d’Alexandrie

Smaranda Marculescu (IHRIM – ENS de Lyon)

Joseph dîne avec ses frères. Photo (c) Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais
Joseph dîne avec ses frères. Photo (c) Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais

Aborder le thème de l’hospitalité chez Philon s’avère être une entreprise assez complexe, car plus encore qu’à propos d’autres sujets, on saisit les interférences entre, d’une part, l’œuvre exégétique de l’Alexandrin, ses conceptions philosophiques et théologiques et, de l’autre, les contextes historiques, culturels et religieux dans lesquels il évolue.

Continuer la lecture de « Aspects du lexique de l’hospitalité dans l’œuvre de Philon d’Alexandrie »

Atelier – Rivisitare le cauponae Cultura materiale e spazio sociale nei luoghi di ospitalità romani / Revisiting Cauponae  Material Culture and Social Space in Roman Bars and Inns (Rome – Institutum Romanum Finlandiae – 20/05/2016)

Atelier organisé par Ria Berg (Institutum Romanum Finlandiae), en collaboration avec le projet “Segregated or Integrated? – Living and Dying in the Harbour City of Ostia, 300 BCE – 700 CE’” de l’Académie de Finlande/Université di Tampere

Scène d'auberge - Pompéi, VI 10, 1.19 (gravure du XIXe s.) (c) domaine public
Scène d’auberge – Pompéi, VI 10, 1.19 (gravure du XIXe s.) (c) domaine public

La giornata di studio si focalizzerà sulle problematiche dell’identificazione delle strutture romane come luoghi di ristoro ed ospitalità commerciale: quali i criteri archeologici per riconoscere bar, ristoranti o alberghi, e i loro reperti mobili, come relazionarli con i concetti latini di thermopolium, popina, caupona, hospitium ? Continuer la lecture de « Atelier – Rivisitare le cauponae Cultura materiale e spazio sociale nei luoghi di ospitalità romani / Revisiting Cauponae  Material Culture and Social Space in Roman Bars and Inns (Rome – Institutum Romanum Finlandiae – 20/05/2016) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search