Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ?

Marie-Adeline Le Guennec (EFR)

CIL, XIII, 10018, 7 (c) Epigraphik Datenbank ( Nutzung der Graphik nur für wissenschaftliche Zwecke erlaubt)
CIL, XIII, 10018, 7 (c) Epigraphik Datenbank ( Nutzung der Graphik nur für wissenschaftliche Zwecke erlaubt)

J’entends me pencher ici sur des questions lexicales liées à une forme particulière d’accueil pratiquée dans le monde romain antique, l‘accueil mercantile. Sous ce titre, je désigne plus précisément l’activité commerciale d’accueil qui fournissait à une clientèle, généralement de passage, un hébergement éventuellement assorti de prestations complémentaires (restauration et prise en charge des montures et des véhicules), contre paiement et pour une durée le plus souvent limitée. Cette activité, que l’on qualifierait aujourd’hui volontiers d’hôtelière, avait donné lieu à l’apparition progressive d’une terminologie étendue en latin – on retiendra en particulier un ensemble de termes qui désignaient ces établissements romains, ancêtres des auberges des périodes médiévale et moderne : caupona, deuersorium, hospitium, meritorium et stabulum. Dans les sources, et tout au long de l’Antiquité romaine, l’accueil mercantile est néanmoins le plus souvent rapporté au nom de métier caupo : en raison de son apparition précoce en latin et de son statut, affirmé dès l’origine, de vocable professionnel spécialisé, ce terme constitue la désignation par excellence de l’aubergiste romain.

Continuer la lecture de « Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ? »

Note de lecture : Cl. Moatti, Le contrôle des gens de passage à Rome aux trois premiers siècles de notre ère, dans Moatti Cl. et Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, 2007, p. 79-116

Moatti, Cl., Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l'Antiquité à l'époque moderne. Procédures de contrôle et d'identification, Paris, 2007.
Moatti, Cl., Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, 2007.

Adèle Arghyris (M1, ENS de Lyon)

L’ouvrage de Cl. Moatti et W. Kaiser pose la question de la liberté de circulation aux trois premiers siècles de notre ère et l’article de Cl. Moatti vise à rendre compte du contrôle des gens de passage – citoyens provinciaux, pérégrins, élites extérieures, caractérisés par la mobilité et la fluidité des déplacements – à Rome.

Continuer la lecture de « Note de lecture : Cl. Moatti, Le contrôle des gens de passage à Rome aux trois premiers siècles de notre ère, dans Moatti Cl. et Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, 2007, p. 79-116 »

L’inhospitalité à table dans le monde romain, une inversion des valeurs de la commensalité

Dimitri Tilloi d’Ambrosi (Université Lyon 3)

Le modèle de la cena romaine est empreint de règles que doivent suivre les invités, qui se réunissent pour partager un repas autour du maître de maison, lequel manifeste ainsi son hospitalité. Cependant, si ces préceptes ne sont pas respectés, des tensions peuvent apparaître entre l’hôte et ses convives, ou bien entre les invités eux-mêmes.

Les sources littéraires, en particulier épistolaires et satiriques, épigraphiques ou iconographiques laissent entrevoir plusieurs exemples de situations où des tensions résultent du non-respect des principes de l’hospitalité. Le fait de ne pas honorer une invitation envoyée par un ami après l’avoir acceptée, ou bien ne pas être invité par le maître de maison, peuvent être des causes d’animosité, comme le rappellent Pline le Jeune ou des inscriptions de Pompéi. Durant le repas lui-même, certaines conversations ou attitudes sont propices à engendrer des conflits ou des crispations, allant à l’encontre du caractère convivial de la cena. Les banquets impériaux, relatés par les biographies de Suétone ou de l’Histoire Auguste, peuvent donner lieu à des scènes où les valeurs de l’hospitalité se trouvent inversées, si l’empereur manifeste sa cruauté ou sa volonté d’humilier ses invités. Une fois le repas terminé, le maître de maison peut offrir des cadeaux à ses convives, lesquels ont la possibilité d’emporter chez eux des mets ou de la vaisselle. Martial laisse entendre que cette pratique peut générer des attitudes contrevenant aux règles de l’hospitalité. Il décrit certains invités se comportant de façon cupide, n’hésitant pas même à revendre les cadeaux.

Le repas romain est ainsi l’occasion d’observer une multitude d’occasions où les manières et les comportements adoptés peuvent aller à l’encontre de l’hospitalité. Cette dernière doit être le moyen, quand elle est respectée, aussi bien par le maître de maison que par l’invité, d’afficher la maîtrise des codes de la civilité, qui contribuent pleinement à l’élaboration d’une sociabilité.

Continuer la lecture de « L’inhospitalité à table dans le monde romain, une inversion des valeurs de la commensalité »