Quelques pistes pour définir une crise d’hospitalité : étude de la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate

Maguelonne de Solère-Tardy (ENS de Lyon, Master Mondes Anciens) et Manon Raison (Université Lyon 3, Master Mondes Anciens), stagiaires du projet HospitAm (ELAN-ERC, 2020)

Carte retraçant les voyages d’Apollonios (Google Earth)

C’est à la demande de l’impératrice Julia Domna que Philostrate d’Athènes, auteur romain de langue grecque du début du IIIe siècle, aurait composé la Vie d’Apollonios de Tyane. Tenant à la fois de la biographie encomiastique, du récit de voyage et même du roman grec par ses procédés narratifs, cette œuvre retrace les périples du philosophe et thaumaturge grec du Ier siècle Apollonios de Tyane. Le sage, pour qui « la Grèce est partout » (I, 35), parcourt ainsi l’ensemble de l’oikoumène, de l’Inde à Gibraltar en passant par la Grèce, Rome et l’Éthiopie. Jalonnée de multiples rencontres avec l’altérité, la Vie d’Apollonios est le théâtre de nombreuses séquences d’hospitalité, mais surtout d’hospitalité en crise. L’objectif de la présente synthèse est de présenter des éléments constitutifs des crises d’hospitalité dans l’oeuvre. 

Continuer la lecture de « Quelques pistes pour définir une crise d’hospitalité : étude de la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate »

De l’hostilité à l’hospitalité : rencontre entre un sage grec et un satrape parthe sur la route de Babylone (Vie d’Apollonios de Tyane, I, 21)

Maguelonne de Solère-Tardy (ENS de Lyon, Master Mondes Anciens) et Manon Raison (Université Lyon 3, Master Mondes Anciens), stagiaires du projet HospitAm (ELAN-ERC, 2020)

Au livre I de la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate, rédigée au IIIe s. après J.-C., mais censée se dérouler deux siècles plus tôt, le philosophe grec quitte son Anatolie natale pour partir en quête des Brahmanes, en Inde. Alors qu’il traverse l’empire parthe, il est arrêté au poste de garde d’un satrape : la rencontre entre les deux hommes, qui n’est pas dénuée de comique, semble d’abord marquée par une incompréhension et un mépris réciproques. Se déroulant au milieu du livre, elle constitue un tremplin vers l’hospitalité du Grand Roi, culminant à la fin du tome. L’entrée d’Apollonios en Mésopotamie, contrôlée par un douanier (I, 20), opposait déjà deux cultures, entre d’une part la sagesse grecque – Apollonios déclarant apporter avec lui les qualités de l’esprit – et d’autre part la cupidité du fonctionnaire, qui consigne ces attributs en tant que biens matériels. La rencontre entre Apollonios et le satrape, qui semble obéir à ce schéma, se conclut toutefois sur une offre d’hospitalité : il s’agira donc d’identifier ce qui conduit le satrape à se faire l’hôte du sage grec, ainsi que les modalités de cette hospitalité inattendue. La réponse d’Apollonios à l’offre du Parthe ne semble en effet pas une acceptation passive, le sage redéfinissant l’hospitalité qui lui est proposée selon ses propres normes.

Continuer la lecture de « De l’hostilité à l’hospitalité : rencontre entre un sage grec et un satrape parthe sur la route de Babylone (Vie d’Apollonios de Tyane, I, 21) »

L’anti-hospitalité spartiate en question : la xénélasie dans la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate (VI, 20)

Maguelonne de Solère-Tardy (ENS de Lyon, Master Mondes Anciens) et Manon Raison (Université Lyon 3, Master Mondes Anciens), stagiaires du projet HospitAm (ELAN-ERC, 2020)

Au livre VI de la Vie d’Apollonios de Tyane, récit retraçant les pérégrinations du philosophe grec aux confins du monde méditerranéen, celui-ci se rend au sud de l’Égypte pour rencontrer les Gymnosophistes, des sages dont la doctrine s’inspirerait des Brahmanes. Il engage alors avec le savant égyptien Thespésion une discussion sur les mérites respectifs de leurs deux cultures. Thespésion évoque à cette occasion le rituel de flagellation des jeunes Lacédémoniens en l’honneur d’Artémis Orthia ainsi que la xénélasie, l’exclusion des étrangers de Sparte, s’étonnant de ce que les Grecs admirent de telles pratiques. La cité lacédémonienne avait déjà été évoquée pour ses mœurs dans l’œuvre : dès le livre IV, Apollonios avait par exemple rejeté l’offre d’hospitalité d’ambassadeurs spartiates, ne trouvant pas leur tenue conforme à l’idéal du temps de Lycurgue (IV, 27). C’est toutefois dans l’extrait envisagé le propre rapport aux étrangers des Spartiates qui est interrogé à travers ce débat sur la xénélasie : Apollonios se fait alors le défenseur de cette pratique, qui soulève selon Thespésion des enjeux politiques, religieux et moraux. Pour autant, le texte semble véhiculer nombre de topoi sur Sparte et adopter une vue synchronique de la cité, ne tenant pas compte des évolutions historiques qu’elle a pu connaître depuis l’époque archaïque. Tandis que Thespésion insiste ainsi sur la décadence de Sparte depuis la guerre du Péloponnèse jusqu’à l’époque où est censé se dérouler cet entretien (Ier s. ap. J.-C.) et même le temps de Philostrate (IIIe siècle), Apollonios mobilise l’imaginaire de la cité tant à son âge d’or (deuxième moitié du Ve s. av. J.-C.) qu’à l’époque même de Lycurgue (autour du IXe s. av. J.-C.). C’est en ce sens que nous nous interrogerons sur l’intention qui animait Philostrate lorsqu’il inséra ce débat non seulement dans l’entretien d’Apollonios et Thespésion, mais aussi dans l’économie générale de l’œuvre

Continuer la lecture de « L’anti-hospitalité spartiate en question : la xénélasie dans la Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate (VI, 20) »

Note de lecture : R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée, Paris, 2003.

Morgane Varin (M1, ENS de Lyon)

L’ouvrage Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée est le fruit du travail de Robert Turcan, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres depuis 1990. Ce latiniste et spécialiste de l’histoire antique romaine s’est penché tout au long de sa carrière sur l’histoire religieuse et l’histoire de l’art romain, l’iconographie religieuse et la littérature latine. C’est dire si parmi ses plus récents travaux, ce livre, publié en 2003, s’inscrit dans la continuité de ses recherches précédentes1 . On l’aura remarqué, l’auteur, membre du Comité national du C.N.R.S., ne se limite pas à la seule littérature latine, puisqu’il est à la fois membre de la Société des Études latines (Paris) et de l’Association des Études grecques (Paris). Ses connaissances en histoire de l’art sont également importantes :  membre de l’Académie centrale européenne de Science et Art, il a aussi publié des ouvrages tels que Religion romaine, iconography of religions en 1988.

Le but de cet ouvrage est de traiter spécifiquement des sources disponibles pour un sujet très peu connu par manque de sources antiques, afin de fournir une sorte d’état des lieux des connaissances actuelles dans le domaine non seulement d’un culte bacchique qui apparaît encore comme très obscur, mais surtout d’un moment spécifique de ce culte, à savoir l’initiation des novices ou télétè (« consécration »), rituel entre tous sacré et protégé par le secret, comme en témoigne le nom de mystère. Il s’agit donc d’un « corpus documentaire », comme le qualifie lui-même l’auteur, restreint cependant à une période chronologique définie, à savoir l’époque romaine, depuis le scandale des Bacchanales de -186, date à laquelle l’on dispose des premières sources fournies en matière de rites initiatiques dionysiaques, jusqu’à l’époque hellénistique, durant laquelle ce culte fleurit particulièrement en Égypte lagide. Celui-ci y est revalorisé, et plus spécifiquement à Alexandrie, où les associations dionysiaques se multiplient et les rites se mettent en place, à tel point que le phénomène en vient à inquiéter les autorités et que, paradoxalement, le pharaon Ptolémée IV Philopator y participe. Ainsi, cet ouvrage permet de se rendre compte de façon très précise des modalités d’un culte qui à la fois devient mystérique et secret, et se normalise autour de ce que l’on appelle un hieros logos.

Continuer la lecture de « Note de lecture : R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée, Paris, 2003. »

  1. On citera particulièrement sa thèse de doctorat, datée de 1966 : Les sarcophages romains à représentations dionysiaques. Essai de chronologie et d’histoire religieuse, Paris, 1966, réunissant déjà iconographie et culte dionysiaque, mais aussi ses œuvres traitant des religions orientales, comme en 1967 Sénèque et les religions orientales, et plus spécialement du culte de Mithra, comme Mithra et le mithriacisme en 1981 (2ème éd. en 1993). []

Note de lecture : G. Di Pasquale, Vinum Nostrum : Art, Science and Myths of Wine in Ancient Mediterranean cultures, Florence, 2010.

Jean-Roch Letellier (M2, Université Lyon 2)

Vinum Nostrum est le catalogue d’une exposition qui s’est tenue à Florence en 2010-2011, sous la direction de Giovanni Di Pasquale. L’ouvrage est constitué en deux parties, la première compte vingt-neuf articles d’universitaires, principalement, et la seconde présente un choix de pièces commentées.

L’ouvrage propose une vision transversale de l’étude du vin, à travers un état des lieux de la recherche archéologique, botanique et archéobotanique, géologique et littéraire d’un produit aussi emblématique que le fut le vin dans l’antiquité. L’ensemble du bassin méditerranéen est passé en revue, dans une acception très large. C’est plutôt l’empire romain dans sa plus vaste extension qui est considéré. Pour des raisons archéologiques évidentes, la Grèce, l’Egypte et l’Italie, en particulier l’Étrurie et Pompéi, sont l’objet de nombreux articles. La période concernée est elle aussi particulièrement large, puisqu’elle part de l’apparition biologique de la vigne, s’achève au moment de l’apogée de l’Empire.

Le nombre d’articles et leur fréquente redondance nous amènent à les présenter de façon synthétique. Il sera d’abord question de l’origine de la vigne, de son développement et de sa culture ; on évoquera ensuite les questions relatives à la production du vin, son transport, son marché ; on finira par les aspects sociaux de sa consommation.

Continuer la lecture de « Note de lecture : G. Di Pasquale, Vinum Nostrum : Art, Science and Myths of Wine in Ancient Mediterranean cultures, Florence, 2010. »