Entre les larmes du suppliant et le rire du tyran : la subversion des valeurs hospitalières en une « bouffonnerie de l’hospitalité »

Mosaïque de Théodora – Basilique de Saint Vitale à Ravenne (en 547 après J.C), Italie. UNESCO World heritage site.
(c) Creative Commons

Opaline Dzieciol (Université Jean Moulin Lyon 3, Master Mondes Anciens, parcours LLCA) et Célia Charlet

C’est à la suite des Guerres que Procope de Césarée, ancien avocat et secrétaire particulier de Bélisaire, écrit son dernier ouvrage, aux pages bien plus virulentes et controversées : l’Histoire secrète aurait été rédigée vers 550, bien qu’il n’ait probablement pas pu la faire circuler de son vivant ni de celui de Justinien en raison des critiques polémiques à l’encontre de l’empereur. De fait, cette œuvre a été finalement assez peu citée par les sources puisque les premières mentions sont datées d’au moins cinq siècles après sa composition. La critique moderne elle-même reste divisée quant à la pertinence historique de l’œuvre lorsqu’elle fut exploitée en tant que source. Tenant à la fois de l’anecdote et du récit pseudo-historique, ce pamphlet présente le couple impérial formé par Justinien et Théodora d’une façon violente, voire caricaturale : sous la plume de Procope, Justinien devient un lâche à la nature démoniaque,  Théodora une impératrice tyrannique et frivole et Bélisaire, un général faible et sans pouvoir. Ces portraits contrastent pourtant avec les autres sources, plus particulièrement celui de Théodora qui fait l’objet d’une hagiographie dans les sources syriaques contemporaines, telles que les Vies des Saints orientaux de Jean d’Éphèse. L’Histoire secrète est donc avant tout destinée à un public élitiste, contemporain à l’auteur et, tout comme ce dernier, conservateur, ce qui explique les maintes références aux littératures et idéaux classiques ainsi que les critiques à l’encontre de la politique engagée sous l’Empire romain tardif. Au cœur de ces valeurs ancestrales dont il déplore la corruption, celles de l’hospitalité prennent une place de choix dans les mises en scène incriminantes de l’auteur.

Continuer la lecture de « Entre les larmes du suppliant et le rire du tyran : la subversion des valeurs hospitalières en une « bouffonnerie de l’hospitalité » »