L’économie de l’hospitalité et de l’accueil : compte rendu du séminaire HosperAnt 3

 

Compte rendu du séminaire HosperAnt L’économie de l’hospitalité et de l’accueil (26 mars 2018, ENS de Lyon)

Mélanie Joffrain (ENS, M2 Mondes anciens LLCA)

La journée d’étude qui s’est déroulée le 26 mars 2018 à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon dans le cadre du cycle de séminaires HospeRAnt (Hospitalité et régulation sociale dans l’Antiquité méditerranéenne) s’est concentrée sur la facette économique des pratiques de l’hospitalité et de l’accueil. Dans une approche pluridisciplinaire et dans une perspective diachronique, Claire Fauchon-Claudon et Marie-Adeline Le Guennec avaient convié Sylvain Destephen à parler de l’économie des pratiques de l’hospitalité appliquée au monde romain antique. Marie-Adeline Le Guennec a ensuite réalisé une conférence sur les modalités économiques qui structurent l’activité mercantile de l’aubergiste dans le monde romain.

Continuer la lecture de « L’économie de l’hospitalité et de l’accueil : compte rendu du séminaire HosperAnt 3 »

Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ?

Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome)

(c) Dietmar Rabich
(c) Dietmar Rabich

L’objectif de ce billet est d’approfondir la réflexion débutée lors d’un précédent atelier HospitAm, consacré aux approches lexicales de l’hospitalité dans le contexte de l’Antiquité méditerranéenne. J’avais alors proposé une communication intitulée « Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ? », dans laquelle j’avais commencé à évoquer, par le prisme du lexique, les liens complexes existant entre l’hospitium, désignation latine de l’hospitalité gratuite, et une forme particulière d’accueil pratiquée dans le monde romain antique, l’accueil mercantile.

Dans la documentation, cette modalité commerciale de séjour est régulièrement représentée comme une pratique qui, du fait de son caractère mercantile et anonyme, serait incompatible, voire en contradiction directe, avec les logiques de don et de contre-don, de réciprocité et de dépendance, d’amitié et de clientèle sur lesquelles étaient fondés, à Rome, les rapports politiques et sociaux, et dont l’hospitium constituait l’une des manifestations privilégiées. Cette référence à l’hospitalité se ressentait également dans la manière dont les professionnels de l’accueil donnaient à voir et sans doute concevaient leur métier, dans une perspective résolument inverse, comme une transposition de l’hospitalité privée dans le champ commercial. C’est donc sur ce lien complexe entre hospitalité et accueil mercantile, fait de distinction, de reproduction mais aussi de partage de valeurs communes que j’entends m’interroger ici, en mettant au centre de la réflexion la question des acteurs ; il s’agira en somme de se demander si les aubergistes romains constituaient des anti-acteurs ou des acteurs au sens propre de l’hospitalité, voire des praticiens d’une hospitalité d’un genre particulier, à savoir d’une hospitalité rétribuée.

Continuer la lecture de « Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ? »